Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIj - Wisakejak

Texte intégral

1Un jour Wisakejak dit : « Je crois que je vais aller visiter Poopookit mon frère. » Il va donc visiter Poopookit qui avait de tout en abondance, notamment, de la nourriture ; après être resté assis un moment face à son visiteur, il s’apprête à faire bouillir sa nourriture. Pendant qu’il découpait les morceaux on entendait « Poo-hoo-poo-hoo ! » et, ce, même lorsqu’il remuait, « Poo-hoopoo-hoo. » Tous ceux qui recevaient à manger ne devaient en aucun cas rire ni même sourire car si quelqu’un faisait ainsi il n’aurait pas reçu de nourriture. Peu après avoir mangé ils rentrèrent.

2Un peu plus tard, il veut aller de nouveau visiter Poopookit et Nigik (loutre) dit : « Je vais y aller moi aussi lui rendre visite ; il reçoit tellement de monde. » Wisakejak répond à Nigik : « Il ne te donnera rien à manger car tu rigoles tout le temps ; tu rigoles tout le temps à tout propos, il ne te donnera rien car tu es comme ça ! — Je vais bien essayer ; je vais aller lui rendre visite », répond Nigik et il y va. Ils partirent tous et quand ils arrivèrent Poopookit resta assis pendant un moment puis se leva et, son couteau à la main, commença à préparer à manger. Mais il pétait à chaque mouvement qu’il faisait. Il découpait et ça résonnait, « Poo-hoopoo-hoo ». Nigik qui a la manie de rire tout le temps avait du mal à se retenir. Il leur tournait le dos et même il se penchait en avant tant il avait envie de rigoler. Il eut bientôt une lèvre enflée à force de se retenir de rigoler. A la fin, n’y tenant plus, il explosa de rire et, à cause de cela, il ne fut pas nourri. Après avoir mangé ils repartirent et rentrèrent chez eux. « Tu vois, je te l’avais bien dit, lui rappela Wisakejak, que tu ne serais pas nourri car tu ne peux pas t’empêcher de rire à tort et à travers. »

3De temps en temps, après cela, ils voulaient rendre visite à Poopookit. Ils partirent et Nigik dit : « Dites à Poopookit de m’envoyer à manger, autant que la largeur de mon bras. » Il demandait à recevoir sa part, directement expédiée à son adresse. Il fut instruit de cette demande et la nourriture fut expédiée.

4Une autre fois, Wisakejak dit : « Je crois que je vais aller rendre visite à Atik (caribou), mon frère. » Il partit à sa recherche. La neige était toute retournée le long de la rive, là où ils (les caribous) avaient creusé dans la neige. Enfin il découvrit leur tipi. Les caribous étaient assis et celui qu’il était venu visiter se leva brusquement. Il prit sa casserole et la mit sur le feu. Après l’avoir disposée sur le feu, il prit un manteau à un de ses congénères, celui qui était femelle, et, de surcroît, son épouse. Alors il le mit dans sa casserole et la peau de caribou que contenait la casserole cuisait allègrement. Cela cuisait dans la graisse et il avait très envie d’en manger. Une fois la cuisson achevée, on lui en servit une part et il en fut heureux car on lui avait donné le gras. Après avoir mangé, il resta un bon moment, puis il se prépara à partir pour rentrer. Il s’en alla sans son couvre-chef, ayant fait semblant de l’oublier. Bien plus tard, Atik dit : « Le couvre-chef du visiteur est là. » Il appela des jeunes caribous : « Allez le rattraper et donnez-lui son couvre-chef. » Ils s’en allèrent et voulaient lui lancer son couvre-chef de l’endroit duquel ils l’aperçurent. « Non, non, apportez-le, apportez-moi mon couvre-chef car il ne doit jamais être lancé », leur dit-il. Il courut pour le lui donner et Wisakejak lui dit : « C’est le tour de ton père de venir me visiter ! » Sur ce, il rentra.

5Un peu plus tard, Atik vint visiter celui qui l’avait invité. Peu après que les visiteurs se soient assis, il se leva et plaça sa casserole sur le feu. Sa femme était restée assise, il lui prit son vêtement et le mit dans la casserole. Atik se demandait pourquoi ça ne marchait pas. Cela cuisait de la même façon que la peau avait cuit. Il se montrait impatient que ce soit cuit. Il mélangeait avec un bout de bois il faisait un demi-tour et léchait le bout de bois. Il faisait cela très souvent, plongeant le bout de bois dans la casserole et ensuite le léchant. Brusquement, dans la casserole, l’eau devint noire et il n’y avait plus qu’un vieux vêtement qui bouillait et c’était vraiment dégoûtant. « Eh, tu l’as léché, tu n’aurais pas dû le lécher. » Voilà ce qu’on lui a dit. « Eh, mon père faisait déjà ainsi », répondit-il. Son visiteur retourna chez lui, n’ayant rien eu à manger.

6Plus tard, une autre fois, il dit : « Je crois que je vais de nouveau aller visiter Atik, mon frère. » Il partit à sa recherche et finit par apercevoir l’endroit où ils demeuraient. Les caribous avaient retourné la neige. En arrivant, il brisa des brindilles, les entassa et pénétra dans l’endroit où ils vivaient. Ils étaient tous assis sauf la femelle caribou qui était allongée. Après qu’il se soit assis, la personne qu’il était venu visiter se leva, pris une casserole et la plaça sur le feu. Maintenant il découpait la peau de cette femelle caribou qui était allongée et coupa un peu de viande prise dans ses parties postérieures, viande qui était très grasse, et la mit dans sa casserole. La nourriture paraissait si merveilleusement cuite et il avait tant envie de manger de cette graisse. On lui en donna ; il fit un excellent repas qui se composait surtout de gras. Après avoir mangé et être resté là, assis, pendant un certain temps il se leva et sortit. Il fit de même que la fois précédente en faisant semblant d’oublier son couvre-chef. Une fois qu’il fut parti de chez lui, Atik appela de nouveau les jeunes caribous : « Rapportez à l’étranger son chapeau. » On allait lui lancer son couvre-chef de loin mais il dit : « Non, non, on ne doit jamais lancer mon couvre-chef. » Il alla le lui donner et il dit au caribou : « C’est le tour de ton père de venir me visiter. » Ils relatèrent ces paroles à leur père.

7Bien plus tard, Atik alla là où il avait été invité à venir. Wisakejak était assis et son visiteur s’assit. Alors il se leva et disposa la casserole sur le feu. Sa femme était assise et il lui découvrit le dos pour en découper un peu de viande. Elle se mit alors à le frapper en lui disant : « Qu’est-ce que tu fais là, maintenant ? » Il répondit : « Mon père faisait déjà ainsi. » Son visiteur se retira sans rien avoir reçu à manger.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable