Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Spécificités religieuses

Le « oui » municipal à la mosquée à Mantes-la-Jolie : les faux-semblants de la reconnaissance de l’islam

Claire De Galembert

Texte intégral

1Située sur des bords de la Seine aval, à quelque cinquante kilomètres au nord-ouest de Paris, Mantes-la-Jolie est la première ville française à avoir franchi le cap de la reconnaissance publique de l’islam en s’engageant dans la construction d’une mosquée. C’est ainsi qu’au Val Fourré, au début des années 1980, sort de terre une mosquée d’architecture marocaine, surmontée d’un minaret, décorée d’arabesques et de tuiles vernissées vertes. En optant dès 1980 en faveur de l’édification d’une mosquée au Val Fourré, la municipalité de Mantes-la-Jolie est incontestablement une ville pionnière. Hormis la mosquée de Paris, expression de la gratitude de l’État français à l’égard de l’effort de guerre fourni par les musulmans de l’Empire colonial, il n’existe à l’époque aucun lieu de culte islamique digne de ce nom. Pavillons, entrepôts délabrés, usines désaffectées, caves, rez-de-chaussée d’immeubles, chapelles ou locaux paroissiaux prêtés, vendus ou loués par l’Église catholique, tels sont les différents lieux de prière dans lesquels s’exerce le culte islamique (Galembert 1994).

2La singularité de Mantes est d’autant plus remarquable que l’option d’ouverture municipale à l’islam restera longtemps une exception. Jusqu’à la fin des années 1980, la norme de la gestion municipale de l’islam est aux arrangements informels et à la marge, à l’ignorance sinon au rejet plus qu’à sa reconnaissance. La mosquée d’Évry, qui, en 1984, sort de la terre à blé et à betteraves du Hurepoix, forme un cas à part. Il s’inscrit dans le contexte spécifique d’une ville nouvelle. L’initiative de cette construction revient donc plus à l’établissement public qu’à la municipalité. Comme le note Gilles Kepel au terme de son enquête relative à ce qu’il appelle les banlieues de l’islam : « Le lot commun des demandes d’édification de mosquées dans les villes françaises au long des années 1980 est de se voir refusées, retardées ou classées sans suite. Dans la plupart des cas où une association islamique est devenue propriétaire d’un lieu de culte grâce à des subsides des pays pétroliers assortis du produit d’une collecte plus ou moins abondante auprès des fidèles, le local qu’elle a acquis consiste en un bâtiment qu’aucun signe extérieur n’identifie véritablement » (Kepel, 1987 : 34). La destruction en 1989 à coups de pelleteuse, avec la complicité du maire, d’une salle de prière de Charvieu-Chavagneux, l’organisation en 1991 d’un référendum à Libercourt sur la question de l’agrandissement d’un lieu de prière islamique attestent bien que, même à la fin des années 1980, la reconnaissance du culte islamique ne va pas de soi. Il faut attendre le milieu des années 1990 – l’annonce d’une mosquée centrale à Marseille, l’engagement dans ce sens de Catherine Trautmann dès son accession à la municipalité de Strasbourg, l’inauguration de la mosquée de Lyon en 1994 en présence du ministre de l’Intérieur de l’époque, Charles Pasqua – pour voir l’attitude des municipalités françaises évoluer quelque peu. Encore faut-il souligner que cette évolution n’est étrangère ni aux rappels à l’ordre du ministère de l’Intérieur en faveur du respect des libertés publiques, ni à la mise sur agenda d’une politique de reconnaissance à l’égard de l’islam, au début des années 1990 (Galembert 1995).

3Mantes n’est pas seulement une ville pionnière. Elle est aussi une sorte d’emblème national des vicissitudes de la gestion publique de l’islam en France. Dès qu’il est question de l’islam dans le débat public, l’évocation de la mosquée de Mantes-la-Jolie s’impose. En somme, la mosquée de Mantes est à l’islam de France ce que le Val Fourré est au phénomène des banlieues : la vitrine d’un problème général. Il n’est pour s’en convaincre que de feuilleter une revue de presse rassemblant les articles des quotidiens et hebdomadaires nationaux relatifs aux péripéties de l’islam mantais. De la fondation de la mosquée aux problèmes que pose l’organisation de la fête du mouton, en passant par les guerres intestines de la mosquée, les suspicions qu’éveillent les ingérences étrangères, la radicalisation religieuse, les retombées locales de l’affaire du foulard ou la participation de la mosquée de Mantes à la consultation des musulmans de France destinée à jeter les bases d’une organisation représentative de l’islam de France : les organes de presse nationaux tiennent une chronique des péripéties qui se jouent autour de la mosquée de Mantes-la-Jolie. Tout se passe comme si Mantes-la-Jolie tenait lieu de baromètre de l’islam de France et de ses transformations.

4Cette double dimension de ville pionnière en matière de politique d’accueil de l’islam et de pôle de référence de l’évolution de l’islam de France fait ainsi du cas de Mantes-la-Jolie un lieu privilégié d’exploration de la gestion locale de l’islam en France durant ces trente dernières années. À une nuance près qui nous est apparue à mesure de l’avancée de notre travail de terrain : le cas de Mantes-la-Jolie forme un cas limite. Cette ville se présente en somme comme un « précipité » d’expériences indissociable des conditions particulières qui le produisent. Sa valeur heuristique en matière de clé d’intelligibilité des heurs et malheurs de la gestion publique de l’islam en France est pat conséquent fonction de l’explicitation des facteurs à l’origine de ce précipité. Tel est bien le but de la sociogenèse de la mosquée que se propose de réaliser le présent texte. La question qui a guidé cette entreprise peut être résumée ainsi : quelles ont été les clés de la réussite d’un projet resté près d’une décennie unique en son genre ?

  • 1 Afin de préserver l’anonymat de nos interlocuteurs, il a été jugé préférable de ne faire figurer q (...)
  • 2 Cité par Audrey Delacroix, 1997, L’intégration de l’islam en France. Mantes-la-Jolie ou les vertus (...)

5Le rôle et la détermination des acteurs, en particulier celle du maire PS de l’époque Paul Picard et celle du président de l’Association demanderesse, A. B.1, apparaissent certes déterminants. Tandis que le premier s’enorgueillit d’avoir été le promoteur de la « première mosquée de France2 » ; le second affirme laconiquement : « La mosquée c’est moi. » Une telle personnalisation du projet n’échappe à l’évidence pas aux artifices de la reconstruction a posteriori, dont on sait qu’elle renvoie plus à la situation de l’interlocuteur au moment où il parle qu’à celle qui était la sienne au moment où les événements racontés se sont produits.

6Aussi importe-t-il, pour neutraliser ces effets de reconstruction, de replacer les acteurs et leur action dans le contexte dans lequel ils prennent place. À cet égard, il convient tout d’abord de resituer l’initiative dans le contexte social, économique et démographique de Mantes-la-Jolie. On montrera ici comment Mantes-la-Jolie, et plus précisément les quartiers du Val Fourré – véritable ville dans la ville – se caractérise par une extrême concentration de population de tradition islamique, et comment les liens structurels que ces quartiers entretiennent avec l’industrie automobile locale favoriseront l’émergence d’une mobilisation en faveur du culte islamique. Il convient par ailleurs de replacer cette initiative dans son contexte historique, celui de la fin des années 1970, en insistant sur le fait que la question de l’islam n’est pas encore constituée en « problème public » au niveau national. À la conjonction d’une mobilisation locale particulièrement précoce en faveur du culte islamique, d’un climat politique favorable à un « islam de paix sociale », et des premières retombées sur l’islam de France de la manne pétrolière s’ouvre alors une fenêtre d’opportunité que les répercussions de la révolution iranienne sur la manière de percevoir l’islam immigré ne tarderont pas à fermer dix ans durant.

Les destins croisés de l’industrie automobile, de l’histoire coloniale et de l’urbanisation d’après-guerre en Île-de-France

7Située aux confins de l’Île-de-France et de la Normandie, de zones rurales et fortement industrialisées, la ville de Mantes-la-Jolie se niche sur la rive gauche de la Seine, sur l’axe fluvial, routier et ferroviaire, liant Paris à Rouen. Son histoire a, depuis l’après-guerre, partie liée avec celle de ce vaste bassin économique qu’est la vallée de la Seine.

De l’industrie automobile au Val Fourré

8Son développement est indissociable en effet de l’essor industriel qu’a connu cette vallée durant les Trente Glorieuses, la Seine aval s’étant spécialisée dans l’accueil des industries mécaniques de main-d’œuvre, notamment automobiles, en partie en raison de la qualité des voies de communication qui la desservent. De grands établissements, tels Simca, Talbot puis Peugeot à Poissy, Renault à Flins, l’Aérospatiale aux Mureaux, se sont installés dans les années 1950 et 1960. En 1975, près de 53 000 ouvriers travaillent dans ces usines. Comme ailleurs en France, ce pôle industriel a drainé, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre locale, une importante main-d’œuvre étrangère peu qualifiée. Plus de deux tiers des ouvriers spécialisés proviennent des terres coloniales d’Algérie, du Maroc, de Tunisie, d’Afrique noire et d’Asie.

  • 3 Comme la visite des deux cimetières du centre ville et de Gassicourt le révèle.

9C’est par le logement que Mantes-la-Jolie, qui des années 1950 aux années 1970 a connu un accroissement urbain spectaculaire, a commencé à lier son destin à celui des populations immigrées de tradition islamique. Jusqu’alors, l’islam n’était présent dans la ville que dans les cimetières qui hébergent une poignée de sépultures islamiques de soldats de l’armée coloniale, dont quelques tirailleurs sénégalais, morts sur le champ de bataille durant les Première et Seconde Guerres mondiales3. C’est en effet dans ce contexte des années 1950 et 1960 marqué par une crise du logement, une forte croissance démographique et l’afflux de populations étrangères dans la vallée de la Seine que la municipalité de Mantes-la-Jolie jette les fondations des grands ensembles qui composent la ZUP du Val Fourré.

10À l’instar des communes de Limay et de Mantes-la-Ville, Mantes-la-Jolie se lance ainsi au début des années 1960 dans la réalisation d’importants programmes de logements sociaux sur des terrains situés à l’ouest du vieux Mantes. Il s’agissait au départ de réaliser entre 5 000 et 6 000 logements qui devaient donner naissance à un nouveau quartier dans lequel on prévoyait l’implantation de nombreux équipements collectifs. Ces ensembles devaient à l’origine accueillir aussi bien les habitants de la vieille ville ou de la région que les immigrés ou les travailleurs étrangers implantés de longue date en France, Polonais et Italiens. Tandis que la construction des premiers immeubles débute en 1963, on ne pense guère aux immigrés du Maghreb ou d’Afrique noire logés dans les garnis et les foyers des « marchands de sommeil » ou sur les sites mêmes des entreprises. Le séjour est alors pensé comme provisoire.

  • 4 À titre de comparaison le recensement général de la population de 1990 confirme en les affinant ce (...)

11Plusieurs facteurs modifient toutefois cette donne de départ. Difficultés de financement et concurrence de sites plus attractifs enclenchent une politique de fuite en avant qui aboutira à la construction de 8 300 logements pour une population dont on n’avait ni voulu prévoir ni anticiper la demande : avec l’intensification du regroupement familial observé dès la fin des années 1960 (pour les Algériens) que contribue à accélérer la fermeture des frontières en 1974, les immigrés en provenance d’Afrique du Nord et d’Afrique noire employés dans les usines avoisinantes donnent en effet des signes d’installation. Alors que l’objectif de qualité et d’aménagement d’équipements collectifs est sacrifié, les familles d’ouvriers non qualifiés s’installent massivement dans le parc de logements sociaux du Val Fourré. Le quartier des Peintres est rebaptisé « quartier Peugeot » et le quartier des Écrivains « quartier Renault », en raison des contingents de réservation importants dont disposent les deux constructeurs automobiles français. Si les quartiers connaissent une brève période de « mixité sociale », celle-ci est de courte durée : les ménages de la classe moyenne sociale aspirant à vivre en habitat individuel ou à s’installer dans des sites urbains plus huppés quittent le Val Fourré, tandis que les logements délaissés et socialement dévalorisés, situés aux marges du vieux Mantes, sont investis par une population fragilisée par le déracinement de l’immigration et bientôt précarisée par la crise économique qui touche de plein fouet la vallée de la Seine à partit des années 1970. Mantes-la-Jolie se caractérise bientôt par une surreprésentation de la population étrangère par rapport aux moyennes nationales. Selon les chiffres proposés par Hamadi Bekouchi4, le district de Mantes-la-Jolie compte 14 000 immigrés qui se répartissaient selon les appartenances nationales suivantes :

TABLEAU 1. – RÉPARTITION PAR NATIONALITÉ DES ÉTRANGERS INSTALLÉS DANS LE MANTOIS EN 1975

TABLEAU 1. – RÉPARTITION PAR NATIONALITÉ DES ÉTRANGERS INSTALLÉS DANS LE MANTOIS EN 1975

12Source : Bekouchi 1984 : 14.

13Ces chiffres permettent une déduction approximative de la part que représentent les populations susceptibles de relever de la tradition islamique. Si l’on considère en effet que les populations du Maghreb et de Turquie relèvent d’une telle tradition, auxquelles il faut ajouter une partie de la population venue d’Afrique noire, on peut affirmer que plus de la moitié de la population étrangère installée dans le Mantois au milieu des années 1970 provient de sociétés marquées par l’islam. On ne saurait évidemment en déduire que ces populations pratiquent unanimement l’islam, même si, en provenance souvent de zones rurales, elles sont sans doute moins sécularisées que des populations urbaines. Tout au plus ces répartitions suggèrent-t-elles l’importance du fait islamique dans le contexte local.

Entre demande d’islam et pari politique sur un « islam de paix sociale »

  • 5 Entretien avec Abdellali Mamoun.

14À Mantes-la-Jolie comme ailleurs, les premiers signes de l’affirmation de l’islam transparaissent à travers l’aménagement d’une salle de prière dans un F3, situé au rez-de-chaussée d’une tout HLM. Une poignée de musulmans d’origines diverses, harkis, Algériens, Tunisiens et Marocains, dont beaucoup sont OS à l’usine Renault de Flins, devient, à la faveur d’une médiation du maire de droite de l’époque, Jean-Paul David, locataire des lieux. D’après le témoignage de l’un d’entre eux, ce lieu ne tarde pas à devenir trop exigu. La prière débordant parfois sur la chaussée, la municipalité aurait gratifié les musulmans d’un chapiteau les jours de fête5. Cette prise en compte des besoins religieux des immigrés de tradition islamique résulte du croisement de deux logiques plus ou moins contradictoires. Elle témoigne d’un côté des arrangements provisoires et ponctuels auxquels consentent des acteurs publics qui continuent d’entretenir de plus ou moins bonne foi la fiction d’une présence provisoire. Elle est aussi caractéristique du processus d’installation et des transformations d’une immigration de travail en immigration familiale.

15De tels aménagements sont une pratique courante dans les années 1970. Plusieurs facteurs favorisent la multiplication de ces « salles de prière à loyer modéré » : la relative autonomie de décision d’affectation des logements dont jouissent les offices et sociétés HLM ; l’influence des mairies dans ces structures, le fait même que les cités HLM fonctionnent en système intégré, voire en vase clos, limitant par là même la visibilité de telles pratiques. Marginalité, invisibilité, anonymisation du culte islamique dans la cité : l’aménagement de telles salles de prière n’a donc rien d’une politique de reconnaissance du fait islamique par les acteurs publics (Kepel 1987).

  • 6 Voir aussi le texte du secrétariat d’État aux travailleurs immigrés, La nouvelle politique de l’im (...)

16Cette prise en compte des demandes d’islam a minima n’est sans doute pas étrangère au climat qui accompagne la venue au pouvoir de Valéry Giscard d’Esraing et à l’ambivalence de la politique migratoire de l’époque. Le secrétaire d’État aux travailleurs étrangers de l’époque, Paul Dijoud (1974-1977), jette en effet alors les bases d’une politique sociale en faveur des étrangers (Weil 1991). La ligne politique est profondément ambivalente. Comme le souligne Patrick Weil : « Si certaines mesures favorisent l’installation durable des étrangers qui le désirent, en avantageant légèrement ceux qui présentent une proximité ethnoculturelle, d’autres visent, dans les domaines scolaire, culturel ou religieux, par le développement de cours de langues d’origine à l’école ou de l’islam dans les usines ou les cités, à offrir aux États d’origine des contreparties à la suspension des flux : elles doivent ainsi permettre d’augmenter le contrôle de ces États sur leur population et, sous couvert du respect des identités culturelles, favoriser du point de vue du gouvernement français le retour des travailleurs et des familles qui le souhaiteraient6 » (Weil 1991 : 90).

  • 7 La circulaire précise en particulier : « La vie culturelle étant traditionnellement indissociable (...)

17Une circulaire relative « à l’action culturelle en faveur des immigrés » est ainsi adressée dès 1976 aux préfectures. Le document encourage entre autres l’aide à l’implantation de lieux de culte7. À juste raison, Gilles Kepel souligne que ces mesures ne sont pas dénuées d’un souci de garantir la paix sociale, dans un contexte dans lequel « le prix politique de l’islam semble alors insignifiant » (Kepel 1987 :144). Peut-être même la politique religieuse mise en place par Paul Dijoud répond-elle au souci de prémunir les travailleurs contre les sirènes des partis de gauche et en particulier du parti communiste.

  • 8 Voir les déclarations de Pierre Mauroy au Monde, en date du 11 février 1983.
  • 9 Voir sur ce point l’article de René Mouriaux et de Catherine Wihtol de Wenden, « Syndicalisme fran (...)

18Quelle que soit la pertinence de cette dernière interprétation qui mériterait d’être vérifiée, il importe ici d’insister sur le fait que la question de l’islam ne revêt pas à l’époque le caractère polémique qu’on lui connaîtra à partir de 1981. La mise en avant de l’islam par les médias et Pierre Mauroy8 comme facteur explicatif des conflits sociaux que connaît l’industrie automobile entre 1981 et 1983 – qui n’est évidemment pas étrangère aux retombées internationales de la révolution iranienne – marque l’émergence et la constitution de l’islam comme problème public dans l’espace national9 (Mouriaux er Wihtol de Wenden 1987 : 39-64).

19Cette demande d’islam à laquelle suppléent, faute d’offre religieuse émanant des musulmans eux-mêmes, les offices et sociétés HLM appuyés ici par le maire, traduit pourtant une transformation fondamentale du rapport à la prétendue société d’accueil, liée à la mutation de l’immigration de travail en une immigration familiale. Elle manifeste la volonté de pères de famille de mettre en place des lieux de socialisation susceptibles d’assurer à leur progéniture la transmission de valeurs religieuses, dans la perspective d’un séjour durable. Elle participe aussi d’une requête de visibilité qui reflète un déplacement remarquablement analysé par le sociologue de l’immigration Abdelmalek Sayad quant au rapport des immigrés de tradition islamique à leur religion (Sayad 1987). À un islam vécu dans une attitude qui mêle prévention, et autocensure à un islam vécu comme « honteux » socialement, obscurément, discrètement, anonymement, se substitue un islam « avoué et proclamé, un islam qui s’affirme et se revendique, religieusement bien sûr, mais aussi, au-delà de l’affirmation et de la revendication religieuses – et peut-être essentiellement – culturellement et politiquement ». En creux de ce processus se dessinent une contestation d’un rapport de domination qui voue l’islam à la relégation dans l’espace privé et au dépouillement de ses manifestations communautaires et l’affirmation du référent islamique comme outil de positionnement dans la cité.

Un maire, un OS, une mosquée

  • 10 Entretien.

20Sans souscrire à un individualisme méthodologique dur, force est de constater qu’en ce qui concerne la construction de la mosquée de Mantes-la-Jolie, l’engagement des acteurs tant publics qu’islamiques a joué un rôle déterminant dans l’aboutissement du projet. La demande d’édification d’une mosquée en France est certes dans l’air du temps, portée pat une tendance à la sédentarisation de la population immigrée de tradition islamique perceptible à partir des années 1970. Elle est aussi favorisée par le pari qui est fait ici et là sur le potentiel de régulation sociale que recèle l’islam dans le champ migratoire. Mais la précocité avec laquelle le projet aboutit dans le cas de Mantes-la-Jolie s’explique incontestablement par l’entrée en résonance de deux déterminations individuelles : celle du maire socialiste fraîchement élu, Paul Picard, qui, après avoir compris que l’implantation du culte islamique en France est inéluctable, se rallie au projet et en devient son défenseur dans un environnement social et politique plutôt hostile à la visibilisation de l’islam ; et celle d’A. B., ouvrier spécialisé marocain chez Renault qui, après avoir échoué dans sa tentative d’aménager un cimetière islamique10, s’obstine à faire aboutir son projet de doter les musulmans du Mantois d’une mosquée digne de ce nom. Le poids de ces personnalités ne doit toutefois pas dissimuler les logiques à la fois structurelles et collectives qui portent, au-delà même des individus, des combats qu’ils présentent l’un et l’autre comme individuels.

Le maire : « mon premier grand combat »

  • 11 La présence d’un important contingent de rapatriés d’Algérie et de Harkis ne serait pas étrangère, (...)

21Rien ne prédisposait a priori Paul Picard, le maire de Mantes-la-Jolie en exercice au moment où la question de la construction de la mosquée se pose, à s’engager en faveur d’un tel projet. Pied noir et agnostique : tout concordait à rendre ce fils d’instituteur indifférent voire hostile aux revendications religieuses qui commencent à germer dans le terreau de l’immigration maghrébine dans les années 1970. De même, sur le plan politique l’engagement de cet élu socialiste en faveur du culte islamique dans une ville fraîchement passée à gauche à la faveur d’une alliance avec le parti communiste relevait de l’improbable parce que plutôt risqué. Et cela d’autant plus dans une ville dans laquelle nombre d’habitants – immigrés en provenance du Maghreb et d’Afrique noire, pieds noirs et harkis11 – sont porteurs du traumatisme de la colonisation et de la décolonisation.

22À écouter toutefois Paul Picard, trois facteurs auraient incité le jeune édile à mener, selon ses propres termes, ce « premier gros combat » et à opter pour la visibilité du culte islamique dans sa ville. Son enfance de Français d’Algérie l’aurait rendu attentif au respect de la différence culturelle et lui aurait donné, affirme-t-il, en outre, une meilleure intelligence de la situation et de ses interlocuteurs. Malgré un agnosticisme mêlé de rationalisme l’inclinant à un regard critique sur la religion qu’il confesse ne pas « aimer beaucoup », il la considère dans une perspective toute fonctionnelle comme un mal nécessaire servant le cas échéant de « refuge contre le non-sens de l’existence », donnant une discipline de vie et un facteur de sociabilité. Cela ne l’empêche toutefois pas de rester ouvert et respectueux « du fait religieux » et soucieux de sa libre expression, principe démocratique qui, affirme-t-il, lui tient à cœur. « La capacité de donner sa place au fait religieux et sa pleine liberté sans qu’il empiète sur le reste me paraît tout à fait important », affirme-t-il encore.

23À cela s’ajoute – élément sans doute plus déterminant – un passé de militantisme social et d’enseignant dans le quartier du Val Fourré qui l’a amené à faire de d’alphabétisation dans les foyers de travailleurs migrants du Val Fourré, action qui lui donne le loisir de voir poindre l’émergence de l’islam à travers l’organisation de salles de prière dans les foyers. Il vérifie à travers cette expérience l’importance que revêt le fait religieux pour les immigrés de culture islamique. « Je voyais, les gens avaient un lieu de prière, ça les choquait pas. Dans les foyers il y avait une pièce, alors on parlait des femmes, de religions et puis un jour des gens sont venus me voir parce qu’il y avait un lieu de culte qui était dans les caves. C’est pas pratique dans une cave. » Sans doute l’expérience de militantisme social de cet élu, favorise-t-elle la prise de conscience du caractère inéluctable de l’enracinement du culte islamique dans l’Hexagone et de la nécessité d’accompagner ce changement. Sans doute a-t-il mesuré, comme l’ont fait les organisations gestionnaires des foyers, le potentiel de régulation sociale que recèle une salle de prière.

24La transaction entre lui et le groupe de musulmans intéressés à l’acquisition d’un lieu de culte, qui prend la forme en 1979 d’une association, l’Union islamique des Yvelines, s’amorce en 1978 tandis que cette dernière, en quête d’un bâtiment susceptible de faire office de lieu de prière depuis plusieurs mois, vient l’informer de son intention d’acheter un café, L’Oriental, situé dans le vieux Gassicourt à proximité de l’église de l’ancien village pour en faire un lieu de prière. « Je leur ai dit “Pourquoi pas ?”On est en démocratie vous faites ce que vous voulez. Simplement je vous préviens, les règles juridiques et réglementaires, respect des règles. Je connaissais des gens, c’était des gens très sérieux. Ils sont venus pour tester ma réaction : “Si on achète cette maison quelle est votre réaction ?” Je leur ai répondu “Faites-le.” »

25Cette première démarche échoue. L’association décide alors de se porter acquéreuse d’une maison dans une petite zone pavillonnaire située non loin du stade nautique, à la limite entre le Val Fourré et Gassicourt. Mais le projet se heurte à des problèmes juridiques, non seulement de droit d’usage (ledit pavillon étant un logement social en accession n’était nullement prévu pour une fonction cultuelle), mais aussi d’urbanisme (problème de stationnement). En dépit des mises en garde du maire, l’association s’obstine. Des élus s’enquièrent alors auprès du maire du projet des « Arabes ». Le voisinage – plus ou moins mobilisé par les élus, selon le maire – organise une pétition qui connaît une certaine résonance médiatique tandis que l’opposition se saisit du dossier dans l’espoir de déstabiliser la nouvelle majorité.

26C’est à ce moment-là qu’intervient l’arbitrage du maire. Tout en affirmant haut et clair le droit à la liberté religieuse, il dissuade les porteurs du projet de mosquée d’acquérir le pavillon. Après s’être assuré des possibilités financières de l’association, il l’encourage à acheter un terrain afin de construire une mosquée. La proposition est politiquement habile car elle lui permet de répondre à la demande de lieu de culte qui s’affirme, tout en restant plus ou moins maître de son emplacement.

L’OS : « La mosquée : c’est moi »

27Du côté islamique, il semble bien que la réussite du projet porté sur les fonds baptismaux par l’Union islamique des Yvelines est indissociable de l’obstination de son président A. B. à le faire aboutir. Comme l’affirme de manière lapidaire l’intéressé : « Le projet de la mosquée : c’est moi. » L’Union islamique des Yvelines, association loi 1901, ne semble pas, à l’écouter, avoir joué d’autre rôle que celui d’une couverture juridique, les harkis ayant été mis en avant afin d’échapper à la demande d’autorisation préalable en vigueur jusqu’en 1981 dès lors qu’il s’agit d’associations fondées par des étrangers.

  • 12 Abdellali Mamoun, dont le père compte parmi les fondateurs de la mosquée, fait en effet mention du (...)

28Ce récit qui, comme tout récit, est une reconstruction a posteriori de la réalité, nous en dit sans doute beaucoup plus sur la réalité d’aujourd’hui, à savoir les rapports forts d’identification entre A. B. et la mosquée, que sur la manière dont les choses se sont réellement passées. Il occulte en particulier le rôle de D. I., qui parviendra au bout de dix ans à évincer A. B. de l’association12. De même minimise-t-il celui des harkis qui permettront, on l’a dit, d’échapper à la demande d’autorisation préalable et constitueront – en usant du répertoire de la « scandalisation » – une carte de taille pour sensibiliser les pouvoirs publics à la requête de l’association. Cette personnalisation du projet passe enfin sous silence l’une des conditions fondamentales susceptibles d’expliquer la précocité relative de cette mobilisation collective : les liens tissés entre les différents membres de l’association – dont beaucoup sinon la plupart sont OS dans les usines de Flins – dans le cadre de la vie professionnelle. Le Val Fourré, cité dortoir des ouvriers de Flins, ne fait à cet égard que prolonger en les renforçant des réseaux de relations noués dans un contexte – l’industrie automobile –dans lequel la prise en compte de la dimension religieuse non seulement n’est pas absente mais va croissant (Mouriaux et Wihtol de Wenden 1987).

29Quoi qu’il en soit de ces dynamiques collectives, l’existence d’un document daté de 1980 et signé pat tous les membres de l’association (constituant « A. B. en procureur général et spécial » et lui donnant tout pouvoir pour « régir et administrer activement et passivement tous les biens mobiliers et immobiliers ») est révélateur sinon du rôle exclusif du moins du rôle dominant de celui-ci.

  • 13 Le soutien financier de l’Arabie Saoudite – facilité sans doute par le truchement marocain – s’ins (...)

30L’obstination d’A. B. se double d’un sens politique apparemment inné chez cet ouvrier spécialisé, scolarisé au Maroc, qui a appris le français en France et le parle encore approximativement. En témoigne tout d’abord son habileté à négocier avec le pouvoir politique local, en l’espèce le maire, et à se profiler comme l’interface idéale entre une « incertaine » communauté musulmane et les autorités locales qui prennent progressivement conscience qu’elles ne pourront pas indéfiniment contrer la visibilisation du culte islamique dans l’espace urbain. En atteste aussi son aptitude à drainer les capitaux nécessaires à l’achat du terrain (1ooooo francs) et au financement du lieu de culte. Les promoteurs du projet sollicitent aussi bien l’ambassade du Koweit, de Libye que celle de l’Arabie Saoudite. Cette première mosquée de l’islam immigré en France ne tarde pas à devenir l’objet de convoitise des puissances islamiques qui se disputent le leadership de l’islam au niveau international. Les capitaux en effet ne tardent pas à affluer. Si les deux premières ont contribué pour partie au financement de la mosquée de Manres – la Libye exigeant même que la mosquée soit appelée « Mosquée Kadhafi », ce qui sera refusé – c’est, au dire de la partie musulmane, l’Arabie Saoudite qui en sera, à terme, le principal bailleur de fond. Ce qu’accrédite les propos de l’actuel adjoint au maire qui parle d’une mosquée « fabriquée par l’argent saoudien13 ».

D’un conflit à l’autre

Du conflit entre le maire et le président de l’association...

31La narration que donne A. B. de ses premiers contacts avec Paul Picard tranche quelque peu avec la version irénique et policée qu’en donne le maire. Selon le président de l’Union islamique des Yvelines, ces premiers contacts, noués autour du conflit relatif au pavillon de Gassicourt, furent plutôt tendus. Alerté en effet par quelques voisins mécontents, Paul Picard aurait, selon ce récit, tenté de faire pression sur A. B. afin qu’il renonce à l’usage cultuel d’un logement non prévu à cet effet. Les discussions auraient même pris un tour peu civil : échanges de propos peu amènes pour ne pas dire violents sur l’interprétation des lois françaises, menace d’expulsion, refus de céder à l’intimidation du côté de A. B. qui, toujours selon son propre récit, « claque la porte » et refuse de se présenter aux rendez-vous en mairie auxquels il est « convoqué » pat écrit pat le maire.

32Ce n’est pas le lieu ici de trancher sur la véracité de ce que nous disent les acteurs. Tout au plus pouvons-nous proposer quelques remarques interprétatives en remettant les récits en perspective en fonction des trajectoires de vie de deux individus que lient, bien que différemment, mémoire coloniale et expérience préalable des rapports entre musulmans et Français. C’est sans doute moins en tant que rapport entre élu et administré marocain que se noue l’interaction qu’entre deux victimes de la décolonisation. D’un côté, un fils de pied-noir qui porte en lui la mémoire de l’exil contraint par l’indépendance algérienne et une représentation imprégnée des rapports entre les Français d’Algérie avec les « musulmans » de là-bas. De l’autre, un Marocain qui, lui, se réfère à une tout autre mémoire des relations entre islam et administration coloniale et refuse de se laisser enfermer dans le rapport de domination qu’on lui impose en mettant en avant la question de la légalité.

33Il est difficile de décrypter les raisons qui ont conduit les deux hommes à se retrouver sur une solution à l’amiable : est-ce la détermination d’A. B. à résister aux injonctions du maire ? « La tête de l’os est dure mais le chien a le temps », commente-t-il proverbialement. Est-ce dû à son habileté à déplacer l’interaction en la faisant glisser de l’informel et de l’interpersonnel à l’officiel et au terrain du droit ? À sortir d’un rapport dominant/dominé dans lequel l’octroi d’un lieu de culte relèverait de la faveur, pour invoquer la protection des lois françaises ? Quoi qu’il en soit, les deux parties se mettent d’accord, le projet de mosquée est officialisé et Paul Picard n’aura de cesse dès lors d’appuyer publiquement l’entreprise.

...au conflit politique

  • 14 « Je crois que si j’avais réuni mes partisans, on tenait dans cette pièce » [qui n’est effectiveme (...)

34Paul Picard n’en demeure pas moins isolé14 lorsqu’il se décide sinon à soutenir, du moins à ne pas s’opposer à la demande d’aménagement d’un lieu de prière. Ce premier combat est selon lui d’une nature particulière : « On peur se battre contre un modèle économique mais lorsqu’on touche l’intérieur de la personne, on touche viscéralement la croyance, des peurs, mais des peurs ancestrales. On va chercher dans l’histoire, dans les images, des fantasmes. » En d’autres termes, la demande d’islam, en tant que question émergente dans l’espace municipal, prend la classe politique locale de court, renvoyant les prises de position aux convictions et perceptions individuelles. L’ordre du viscéral, des croyances, des peurs, des fantasmes et des images s’opposant en somme à l’ordre des représentations calibrées par l’affrontement partisan.

  • 15 Registre des délibérations du conseil municipal, 1979/2, séance du 27 juin 1979.

35Fidèle au soutien promis aux musulmans, le maire appuie pourtant la demande de permis de construire non seulement auprès de son conseil municipal mais surtout auprès de la Direction départementale de l’équipement (DDE) qui constituait, avant les lois de décentralisation, les autorités compétentes pour délivrer lesdits permis. Les registres des délibérations du conseil municipal gardent la trace de la transmission de la candidature de l’Union islamique des Yvelines à l’acquisition du terrain mentionné précédemment. Cette information communiquée à l’ensemble des membres du conseil est l’occasion d’une prise de position ferme et officielle du premier élu : « Je voudrais faire appel à la responsabilité et à la tolérance de tous les habitants de Mantes-la-Jolie pour qu’ils considèrent que parmi les 45 000 personnes de la commune il y a des adeptes de différentes religions et d’autres qui ne suivent aucun précepte religieux. [...] Il y a des églises, la France est un pays de tradition catholique et il y a un temple pour une centaine de familles protestantes. Or, il y a environ 4 000 musulmans de nationalité française ou étrangère. L’Union islamique regroupant des musulmans français a demandé que soit accordée la possibilité d’édifier un lieu de culte. Je voudrais rappeler qu’un conseil municipal depuis la loi de séparation de l’Église et de l’État en 1905 n’a pas à s’opposer, sous peine de tomber sous le coup de l’entrave à la liberté de culte, à l’édification d’un lieu de culte. Il est interdit par la loi que nous nous y opposions. Il y a la liberté de culte et il y a l’implantation. Nous ne pouvons agir qu’en cas de troubles causés sur la voie publique sur le plan de la circulation ou de la tranquillité. [...] Il y a donc à Mantes un certain nombre de musulmans qui souhaitent pratiquer leur religion et nous devons en prendre acte et faire en sorte que tout le monde puisse tolérer ces pratiques religieuses comme on en tolère d’autres de façon quotidienne15. »

36De fait, la résistance, les incompréhensions et protestations suscitées par l’engagement du maire en faveur du projet imposent cette mise au point. La perspective de l’édification d’une mosquée à Mantes est contestée non seulement par l’opposition mais aussi par ses alliés politiques tandis qu’elle est très mal perçue par ses administrés, en particulier par les habitants des immeubles voisinant avec le terrain sur lequel la mosquée doit être érigée, dont nombreux sont pieds-noirs ou harkis. D’un côté, le maire est vilipendé pat la droite qui cherche à exploiter la controverse à son profit. De l’autre, il doit se justifier auprès de ses alliés communistes qui redoutent le « coût politique » de ce qu’ils considèrent comme une « connerie » du maire. Ces derniers lui suggèrent alors de différer la question, voire de l’enterrer, arguant du fait qu’il n’y a pas de mosquées en France, hormis celle de Paris. Ce sont enfin ses « propres amis du parti socialiste » tant au niveau local que national qui désapprouvent son action en faveur du culte islamique. « Engueulades » à répétition avec ses proches, mise en minorité dans sa section, trahison de certains de ses alliés qui donnent des arguments à l’opposition contre le maire : Paul Picard se trouve alors dans un grand isolement politique.

37La fronde n’est pas moins grande du côté de la population de Mantes. Tous les répertoires de la contestation sont exploités. Le maire est en butte à des menaces de mort orchestrées par un obscur groupuscule ayant adopté le nom programmatique de Charles Martel. Le Courrier de Mantes fait également état d’un message qui aurait été adressé au maire. « Le maire menacé de Mort ! Objet : mosquée : ... réunion, discussion et vote, notre groupe Justice a reconnu Paul Picard coupable de trahison. En conséquence lui et sa femme seront exécutés : sa femme bien avant lui, de façon à lui laisser le temps de comprendre et de méditer. Signé : Justice. »

38Pétitions et tracts aussi diffamatoires qu’ils sont anonymes circulent. Sur l’un d’entre eux, un montage photographique représente Paul Picard vendant des merguez devant la mosquée. De manière plus démocratique, ce ne sont pas moins de trois associations qui tentent de faire obstacle au projet. L’Association de défense écologique du Val Fourré argue du manque d’espaces verts pour contester la légitimité de la future construction. L’association des parents handicapés qui réclame un terrain depuis plusieurs années proteste également contre le projet de mosquée, s’estimant lésée par la décision du maire. L’association des locataires et propriétaires du voisinage s’évertue enfin à faire avorter le projet en mettant en avant les nuisances potentielles que représente la proximité d’une mosquée.

  • 16 Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) déclare, à travers la voi (...)

39Tandis que le président de la République en exercice, Valéry Giscard d’Estaing, apostrophé sur la question de la mosquée à Mantes par une lettre du président de l’Union islamique des Yvelines donne son appui au projet, le maire n’a alors pour alliés que ceux qu’il appelle les « gauchistes » – les militants d’extrême gauche et des droits de l’homme16 – et les « curés » du Val Fourré. La prise de position de ces derniers n’est que le prolongement logique à leurs yeux du geste d’accueil qu’ils avaient témoigné aux musulmans dans le courant des années 1970 en mettant à leur disposition le sous-sol de l’église Saint-Jean-Baptiste.

Stratégies de licitation politique de la mosquée

  • 17 Mantes-Actualités, Bulletin d’informations municipales de Mantes-la-Jolie, octobre 1979.

40En dépit de ce tollé de protestations qui mobilise aussi bien élus qu’administrés, Paul Picard ne désarme pas. Il s’emploie au contraire à convaincre son entourage du bien-fondé de sa décision. Tandis que l’Union islamique des Yvelines organise une réunion d’information publique offrant la possibilité d’un débat public aux détracteurs du projet – qui refusent d’ailleurs d’y prendre part –, le bulletin d’informations municipales de 1979 se fixe pour objectif « d’informer [les habitants de la commune] aussi complètement que possible des problèmes relatifs à la construction d’un lieu de culte musulman17 ».

  • 18 Ibid.

41Sur le plan de l’argumentaire lui-même, le maire joue sur plusieurs registres : celui de l’État de droit garant des libertés publiques et qui pat conséquent ne saurait entraver la liberté religieuse mais se doit de veiller à son libre exercice : il rappelle ainsi dans le bulletin que les « municipalités n’ont pas la possibilité de s’opposer à l’acquisition et à l’édification d’un lieu de culte, en vertu de la loi de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État18 ». Ceci allant avec cela, il respecte la loi de 1905 à la lettre, ne consentant aucune facilité financière à l’Union islamique des Yvelines, estimant que ce respect scrupuleux de la règle juridique a constitué un argument de poids pour désarmer ses détracteurs.

  • 19 Ibid.

42Parallèlement il travaille au recadrage politique du débat en faisant du conflit, qui se cristallise sur la question de la mosquée, un nouvel avatar du débat sur l’immigration. Ainsi lit-on dans le bulletin municipal précédemment cité : « En fait le véritable problème est celui de la présence d’un très grand nombre de travailleurs immigrés dans notre commune. Il ne faut pas se voiler la face et on ne le résoudra pas par le racisme et le rejet. Le problème doit être traité sur le fond19. »

  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid.

43En abordant ainsi la question de la construction de la mosquée sous l’angle de celle de l’immigration, l’équipe de Paul Picard « requalifie » en quelque sorte le problème en le déplaçant d’un terrain religieux (non balisé) qui avait brouillé les repères politiques traditionnels sur un terrain politique fortement polarisé à l’époque par la tension droite-gauche. Les musulmans sont dès lors davantage définis par rapport à leur situation sociale, leur qualité de « travailleurs », leur situation de précarité sociale (objet de racisme) et économique (objet d’exploitation par le grand patronat) qu’en fonction de leur identité religieuse dont on ne dit rien. La question de l’édification d’un lieu de culte islamique, au cœur du débat, passe ainsi au second plan, devenant un prétexte permettant de fustiger la politique de l’équipe municipale précédente à laquelle la nouvelle équipe impute « l’arrivée massive et sans préparation de millions de ces travailleurs et leur mauvaise insertion dans notre société créant une surdensification [sic] évidente, des ghettos ici et là comme à Mantes-la-Jolie avec les problèmes qui en découlent20. » De la question de l’islam, condition d’intégration des travailleurs, on passe ainsi à la question de l’arrivée massive des travailleurs et à une critique en règle de l’ancienne majorité municipale et du gouvernement de droite. En conclusion, le soutien apporté aux musulmans désireux de disposer d’un lieu de culte à Mantes-la-Jolie est présenté comme « la conséquence logique du programme de la nouvelle majorité municipale en faveur de l’amélioration des conditions d’existence des habitants du Val Fourré et de l’esprit de tolérance et de compréhension entre toutes les communautés qui vivent dans la commune dans le respect des droits de chacun21 ».

  • 22 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981, « Dans la sérénité les musulmans ont scellé... la pierre de (...)
  • 23 Ibid.

44Si la mosquée est a posteriori considérée comme un « dossier à risque » par Paul Picard, force est de constater que la gestion politique qu’il en a faite s’est révélée efficace, du moins à court terme. En témoigne l’aboutissement relativement rapide du projet : la maquette de la mosquée est présentée devant deux cent cinquante musulmans en présence de Si Hamza Boubakeur, le recteur de la mosquée de Paris. La décision du conseil municipal d’octroyer un permis de construire est confirmée en mars 1980 par la Société d’équipement de la région mantaise (SERM). Les plans de la mosquée sont adressés à la DDE. Les financements étrangers ne tardent pas à affluer : six millions de francs selon la presse. La mosquée est construite en six mois. En février 1981, la presse locale et la presse nationale font écho de la pose de la première pierre – « la pierre de l’espoir » selon le Courrier de Mantes22en présence de vingt-six ambassadeurs et de Si Hamza Boubakeur. « Et cette pierre blanche apposée vendredi matin [le 30 janvier 1981], par le recteur de l’institut islamique de Paris, M. Hamza Boubakeur, sur le terrain de la rue Denis-Papin, est aujourd’hui le symbole de l’amitié entre les peuples, d’une amitié bien fragile certes, mais qui ne demande qu’à se consolider comme cet édifice dans le ciel de notre cité23. »

  • 24 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981.
  • 25 Martine Gozlan, « L’exotisme fait passer la pilule », L’Evénement du jeudi, 3-9 décembre 1987.

45Les conflits qu’avait suscités l’annonce du projet ne tardent pas à s’apaiser. Dès 1982, la presse locale s’interroge : « Mosquée : où sont passés les opposants24 ? » Un reportage de L’Evénement du jeudi réalisé en 1987 confirme qu’à de rares exceptions près la mosquée est acceptée par le voisinage, et conclut à une situation presque idyllique, observant que « déjà des enseignants emmènent leurs classes dans le patio en guise de préambule à une leçon sur l’islam. Et un groupe de personnes âgées qui avaient bataillé contre l’implantation de la mosquée s’est décidé à visiter l’obsédant lieu du litige. On a vu ces anciens boutefeux flâner sous les arcades et se laisser dépayser par l’envol d’une arabesque... 25. »

  • 26 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981.
  • 27 Statuts de l’Union islamique des Yvelines en date du 1er mars 1982.

46Sur le plan politique, les résultats obtenus aux élections tant cantonales (1982) que municipales (1983) que Paul Picard remporte sans difficulté semblent indiquer que cet engagement ne lui a pas porté de préjudice politique majeur. Le maire exprime même, lors de la cérémonie de pose de la première pierre, son espoir que sa ville puisse servir de poisson pilote, que « Mantes-la-Jolie soit aujourd’hui et demain, en France et ailleurs, le symbole de la tolérance et de la paix, que cette mosquée soit un message d’espoir pour l’avenir26 ». Quant à l’Union islamique des Yvelines, la lecture des nouveaux statuts déposés en préfecture en 1982 indique qu’elle ambitionne de prendre une stature nationale : il ne s’agit pas seulement d’assurer l’exercice du culte islamique en France mais aussi, stipulent les statuts, « d’assurer la diffusion et la propagande de la religion musulmane par des conférences, la création de mosquées pour l’enseignement et la pratique de la croyance droite et juste, et ce, moyennant des évidences sûres et certaines [...], à se charger des inhumations des musulmans décédés en France et de mettre en œuvre tous les moyens légaux d’abattage selon le rite musulman et d’assurer des modalités d’organisation pour l’obtention de la viande licite en France27 ».

La mosquée de Mantes : une reconnaissance publique de l’islam en trompe-l’œil

47Il importe toutefois de nuancer ce bilan positif, qui suggère en somme ce que la théorie des jeux qualifierait de « jeu gagnant-gagnant », au regard des conditions que pose aux accueillis l’hospitalité religieuse dont fait montre la municipalité de Mantes-la-Jolie en acceptant l’édification d’une mosquée sur son territoire. Le soutien du pouvoir local est une condition sine qua non pour la construction d’une mosquée et sa viabilité, du moins à la fin des années 1970. C’est ce que Paul Picard parvient à faire comprendre à A. B. qui, de son côté, parvient à imposer la requête d’aménagement d’un lieu de culte comme légitime. Ce soutien du pouvoir local a son prix.

48Premièrement, c’est le maire, on l’a vu, qui, dans une large mesure, reste le maître du choix de l’emplacement de la mosquée. Il apparaît alors évident que l’une des conditions de possibilité de la visibilité du culte islamique est paradoxalement sa marginalisation, voire sa relégation spatiale. L’association islamique s’enquiert des terrains que la ville serait susceptible de lui vendre. En réponse à cette demande, le maire identifie trois ou quatre terrains appartenant au patrimoine de la ville géré par une société d’économie mixte. À la différence des édifices sur lesquels les musulmans avaient jeté leur dévolu jusqu’alors, dont la situation était relativement centrale, les emplacements proposés se caractérisent par leur marginalité. Trois des quatre terrains proposés par la municipalité, voisinant l’un avec le château d’eau, l’autre avec un chenil, le dernier la déchetterie, se situent même purement et simplement hors de l’agglomération, dans une zone que le maire qualifie lui-même de « floue », entre zone d’activité et zone d’habitation. Le dernier, destiné originellement à l’édification d’un hangar pour la Croix-Rouge, situé à proximité d’un futur centre de réadaptation par le travail pour handicapés, sis entre une voie ferré et un axe routier important, à cheval entre une zone d’habitation et une zone d’activité, relève certes de Mantes-la-Jolie. Il n’en est pas moins à la périphérie de la ville. C’est ce dernier, d’un coût de 100 000 francs, qui aura la préférence des musulmans soucieux de marquer selon le maire leur appartenance à la ville.

49Ni les mosaïques qui décorent le porche de la mosquée donnant accès à la salle de prière, ni le minaret de dix-huit mètres, vu et revu dans la presse illustrée, devenu depuis presque l’image d’Épinal de l’islam transplanté en France, ni les quelques panneaux indiquant son existence à quelques centaines de mètres à la ronde, ne compensent réellement cet état de fait. Acculée contre une voie ferré qui elle-même sépare la ZUP du Val Fourré de la zone d’activité, en périphérie d’un quartier qui est lui-même en marge de la ville, l’emplacement de la mosquée de Mantes-la-Jolie n’est que redondance de l’expression de relégation sociale.

50À cela s’ajoute le fait que le « oui » municipal à la mosquée n’empêchera pas, selon A. B., les forces de l’ordre de rester singulièrement passives lorsque « vingt fois de suite » les fondations de la mosquée sont nuitamment endommagées par « ces pieds-noirs ou ces harkis qui ne sont même pas français qui refusent le minaret ». Les plaintes à répétition de l’association seraient alors restées sans effet, A. B. accompagné de « dix costauds » aurait alors entrepris de se faire justice lui-même – « j’ai fait mon devoir » –, cette initiative ayant pour conséquence la mobilisation de la gendarmerie, qui dès lors veille sur l’édifice durant la réalisation des travaux.

51La loi de la contrainte vaut dans un sens comme dans l’autre. Ainsi le maire n’a de cesse à cet égard de rappeler à ses hôtes musulmans que tout manquement à la distinction religion/politique, privé/public est susceptible de se solder par la fermeture du lieu de culte, quitte à user de la force pour le faire. La menace de fermeture manu militari de la mosquée – exprimée par le recours répété dans le discours de Paul Picard à l’éloquente image du béton et du parpaing destinés l’un et l’autre à murer les ouvertures de la mosquée – est elle-même révélatrice du rapport de forces comme dynamique d’un partenariat davantage vécu comme imposé que comme consenti.

  • 28 Le Point, 28 août 1993.

52Que conclure de ce retour sur la genèse de la mosquée de Mantes-la-Jolie, abusivement qualifiée par tel hebdomadaire de « fastueuse mosquée-cathédrale28 » ? Il convient de rendre aux acteurs ce qui leur revient. Échange d’insultes, claquements de porte, menaces de mort, règlements de compte, l’histoire de la mosquée de Mantes-la-Jolie est significative d’un rapport de force tendu à l’extrême, d’un rapport en somme qui se décline moins sur le mode du consentement mutuel que sut celui de l’opposition et dans lequel les parties prenantes ne cessent de se contraindre réciproquement. Le fort degré de personnalisation du projet tant du côté des acteurs publics qu’islamiques ne fait sans cloute que renvoyer à l’absence de cadres de référence préétablis en matière d’accueil des réalités islamiques dans le contexte de la France de l’immigration : tant les uns que les autres se trouvent pris en quelque sorte au dépourvu, de ce fait tâtonnent et improvisent en fonction de leurs propres ressources. Sans minimiser le rôle joué par les acteurs qui revendiquent à juste titre la paternité de cette mosquée, cette sociogenèse de la mosquée de Mantes invite toutefois à porter attention aux déterminants du contexte. Considérée sous cet angle, la mosquée résulte de l’ouverture d’une fenêtre d’opportunité que provoque le croisement d’une configuration locale de l’immigration favorable à la structuration d’une mobilisation en faveur du culte islamique et d’un « moment » particulier de l’histoire de France qui favorise l’accueil des demandes d’islam par les acteurs publics locaux. Nous avons ainsi montré ce que l’articulation efficace d’une demande d’islam devait à la forte concentration dans un même espace urbain d’OS de l’industrie automobile, qui constitue à l’époque avec les foyers de travailleurs l’un des principaux lieux du coming out de la dimension religieuse des travailleurs immigrés. La structuration précoce de cette mobilisation a coïncidé avec une phase éphémère (1976-1981), précédant de peu la constitution de l’islam en problème public (1981-1983), durant laquelle étaient mis en avant les effets de stabilisation sociale de la religion. La demande d’islam sur la scène publique locale et dans l’arène municipale est certes génératrice d’incertitudes, ayant enclenché des polémiques et controverses particulièrement violentes, on l’a vu. Mais la question de l’islam n’est toutefois pas encore construite comme un risque identitaire et sécuritaire, à la différence de ce qui se passera à la suite des mouvements sociaux que connaîtra l’industrie automobile entre 1981 et 1983.

53Le côté success story qui domine le récit de la fondation de la mosquée de Mantes, fruit bien souvent d’une reconstruction a posteriori, ne doit toutefois pas occulter les conditions imposées de l’hospitalité religieuse dès lots qu’elle s’adresse à l’islam, c’est-à-dire une religion de dominés. Considérer sa situation périphérique dans l’enclave que forment les quartiers de la plus grande ZUP de France conduit à souligner enfin tout ce qu’a d’incantatoire la désignation de l’édifice comme la « mosquée de Mantes-la-Jolie ». Une telle désignation, génératrice d’illusions ad extra, en partie entretenues pat les médias et les acteurs publics locaux, tient en effet plus du trompe-l’œil que du reflet fidèle de la réalité. Elle occulte les faux-semblants d’une politique d’ouverture au fait islamique qui, tout en le « reconnaissant », le cantonne à un espace de relégation urbain et social. Il s’agit moins en réalité de la mosquée de Mantes et des Mantais que la mosquée du Val Fourré, des Arabes et des travailleurs immigrés, de « l’autre » que l’on cantonne à une relative invisibilité sociale.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bekouchi, Mohammed Hamadi. 1984. Du bled à la ZUP et/ou la couleur de l’avenir. Paris, L’Harmattan.

Galembert, Claire de. 1995. « De l’inscription de l’islam dans l’espace urbain », Les annales de la recherche urbaine (Politiques de la ville. Recherches de terrains) : 178-195.

– 1994. « L’Église catholique et l’islam : le dilemme de l’allié et du rival », in Gilles Kepel (éd.), Exils et royaume, les appartenances au monde arabo-musulman aujourd’hui, Mélanges dédiés à Rémy Leveau. Paris, Presse de Sciences Po : 365-384.

Kepel, Gilles. 1987. Les Banlieues de l’islam. Paris, Le Seuil.

Mouriaux, René, et Withol de Wenden, Catherine. 1987. « Syndicalisme français et islam », in Rémy Leveau et Gilles Kepel (éd.), Les musulmans dans la société française, Paris, Presses de Sciences Po : 39-64.

Sayad, Abdelmalek. 1987. « L’islam immigré », in C. Camillieri, A. Sayad et I. Taboada-Léonetti (éd.), Le choc des cultures, Actes du colloque « Problèmes de cultures posés en France par le phénomène des migrations récentes », Centre Thomas More, L’Arbresle : 109-129.

Weil, Patrick. 1991. La France et ses étrangers. L’aventure d’une politique d’immigration (1938-1991). Paris, Calmann-Lévy.

Notes

1 Afin de préserver l’anonymat de nos interlocuteurs, il a été jugé préférable de ne faire figurer que leurs initiales.

2 Cité par Audrey Delacroix, 1997, L’intégration de l’islam en France. Mantes-la-Jolie ou les vertus d’une politique d’ouverture. Mémoire de recherche de troisième année. IEP de Bordeaux.

3 Comme la visite des deux cimetières du centre ville et de Gassicourt le révèle.

4 À titre de comparaison le recensement général de la population de 1990 confirme en les affinant ces répartitions. Les Marocains au nombre de 6 061 représentent 48,7 % de la population étrangère. Ils sont suivis par les Portugais, les Sénégalais, les Algériens, les Turcs et les Maliens.

5 Entretien avec Abdellali Mamoun.

6 Voir aussi le texte du secrétariat d’État aux travailleurs immigrés, La nouvelle politique de l’immigration, Paris, 1977, p. 39 sqq. Le document stipule en particulier : « La religion islamique, deuxième religion pratiquée en France par le nombre de ses fidèles, disposera de moyens pour son exercice : recherche d’une conciliation entre le respect des prescriptions islamiques et les contraintes d’ordre professionnel ; construction de lieux de culte dans les quartiers où se concentre la population musulmane. »

7 La circulaire précise en particulier : « La vie culturelle étant traditionnellement indissociable pour les musulmans du respect des prescriptions religieuses, il convient de mettre à la disposition des fidèles des lieux réservés au culte dans les quartiers à forte densité de population musulmane, en particulier dans les foyers de travailleurs. » Elle prévoit même l’affectation d’imams et de professeurs de langue arabe ou turque ou encore la dotation de livres religieux, la location ou l’aménagement de locaux destinés au culte musulman. »

8 Voir les déclarations de Pierre Mauroy au Monde, en date du 11 février 1983.

9 Voir sur ce point l’article de René Mouriaux et de Catherine Wihtol de Wenden, « Syndicalisme français et islam », in Rémy Leveau et Gilles Kepel, Les Musulmans dans la société française, 1987, Presses de Sciences Po, p. 39-64.

10 Entretien.

11 La présence d’un important contingent de rapatriés d’Algérie et de Harkis ne serait pas étrangère, à en croire Paul Picard, aux orientations politiques du maire précédent, Jean-Paul David, dont il affirme qu’il aurait apporté son soutien à l’OAS. Quelle que soit la véracité de ce propos, il témoigne bien de l’importance qu’occupent le passé colonial et la mémoire de la décolonisation dans les débats locaux.

12 Abdellali Mamoun, dont le père compte parmi les fondateurs de la mosquée, fait en effet mention du rôle important joué pat une manifestation des Harkis devant la préfecture des Yvelines au moment où le débat public local risquait de mettre en péril le projet.

13 Le soutien financier de l’Arabie Saoudite – facilité sans doute par le truchement marocain – s’inscrit dans la durée. Si dans un premier temps les frais de fonctionnement – estimés à environ 9000 euros par mois en 2002 – ont été à la charge des fidèles sollicités à cet effet lors de la prière du vendredi, depuis 1998, la Ligue islamique mondiale, qui a, par ailleurs, pris en charge les frais d’agrandissement de la mosquée en 1998, règle directement les factures.

14 « Je crois que si j’avais réuni mes partisans, on tenait dans cette pièce » [qui n’est effectivement pas grande... (NdA)].

15 Registre des délibérations du conseil municipal, 1979/2, séance du 27 juin 1979.

16 Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP) déclare, à travers la voix de son président, que la mosquée est « une nécessité pour l’honneur de cette ville de France ».

17 Mantes-Actualités, Bulletin d’informations municipales de Mantes-la-Jolie, octobre 1979.

18 Ibid.

19 Ibid.

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981, « Dans la sérénité les musulmans ont scellé... la pierre de l’espoir ».

23 Ibid.

24 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981.

25 Martine Gozlan, « L’exotisme fait passer la pilule », L’Evénement du jeudi, 3-9 décembre 1987.

26 Le Courrier de Mantes, 4 février 1981.

27 Statuts de l’Union islamique des Yvelines en date du 1er mars 1982.

28 Le Point, 28 août 1993.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. – RÉPARTITION PAR NATIONALITÉ DES ÉTRANGERS INSTALLÉS DANS LE MANTOIS EN 1975
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k

Auteur

CNRS — GAPP (Groupe d'analyse des politiques publiques)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540