Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIi - Wisakejak et Wiitiko (monstre cannibale)

Texte intégral

1Comme Wisakejak était toujours en train de longer cette large rivière, il passa près d’une baie qui ressemble à un immense lac. Tout en marchant, il remarque ces énormes empreintes de pieds. Il se demande à qui elles appartiennent et ainsi d’une voix puissante, il crie : « Qui a laissé de telles traces ? » Un peu plus loin Wisakejak remarque aussi un tas de merde. Quelque grand que soit celui qui est passé par ici, il s’est soulagé. Toujours de toute sa voix, il crie : « Qui a laissé ça ici ? » Puis Wisakejak traverse une section très dense de la brousse et voit, tout d’un coup, un Wiitiko assis. Le Wiitiko est terrible à voir et il dit à Wisakejak : « Les traces sont miennes et maintenant commence à ramasser du bois, car je vais te manger. Dépêche-toi parce que j’ai très faim ! » Wisakejak part chercher du bois tout en se lamentant sur son sort. Chaque aller et retour prend du temps car la distance varie, Il ne peut échapper à Wiitiko qui observe très attentivement chacun de ses mouvements et même, de temps en temps, presse Wisakejak de se dépêcher avec le bois car il devient de plus en plus affamé. Et Wisakejak de pleurer de plus en plus fort. Enfin il se dit : « J’aimerais bien que mes petits frères passent par ici comme ils ont l’habitude de le faire. » Bien évidemment, différents animaux commencent alors à défiler devant lui, à commencer par les catégories les plus féroces comme Makwa (ours) ou Mahikan (loup) et Pejo (lynx). Alors qu’ils passaient, Wisakejak leur demandait de l’aide car Wiitiko voulait le manger. Ils répondent tous : « Mon frère, mon frère, celui qui va t’aider est derrière nous ! » D’autres types d’animaux continuent à défiler tel que Kigahoke (carcajou), Ojiik (pécan) et beaucoup d’autres qui sont féroces (carnivores). Bientôt la procession s’éclaircit de plus en plus ; Makese (renard) passe en coup de vent et crie : « Celui qui t’aidera bientôt est derrière nous. » Un peu plus tard Wisakejak voit débouler Sekose (hermine) devant lui, il lui crie : « Petit frère, petit frère, quelqu’un veut me tuer ! » Comme de bien entendu, Wisakejak aperçoit au loin Sasakwapiskoos (écureuil rayé) qui arrive à toute vitesse et il l’appelle : « Mon petit frère, quelqu’un veut me tuer. » Sasakwapiskoos demande : « Qui ? » Wisakejak lui montre l’endroit où Wiitiko est assis. Immédiatement Sasakwapiskoos qui est très petit se rend en quelques bonds là où Wiitiko est assis. Wisakejak continue de pleurer et de récolter du bois. Très bientôt Sasakwapiskoos revient tout couvert de sang en disant : « Mon frère, je t’ai déjà aidé, je suis entré par le cul de Wiitiko et j’ai déchiré ses veines qui sont par là. » Wisakejak revient vers Wiitiko. Soudain Wiitiko crie : « Dépêche-toi, dépêche-toi avec ce bois, je ne me sens pas très bien. » Il ignorait ce qui lui arrivait, que ses veines intérieures avaient été perforées à coups de dents. Wiitiko commençait à se sentir vraiment mal. On raconte que Sasakwapiskoos avait pénétré par le trou du cul de Wiitiko et de là était directement remonté jusqu’au cœur. Wisakejak alors remarque que quelque chose se passe chez Wiitiko. Il va et vient, pris de tremblements. « Vite, vite », crie Wiitiko. Alors Wisakejak s’approche de lui et laisse d’un seul coup tomber tous le tas de bois. Il ramasse un énorme bâton, bat Wiitiko et le tue. On dit, en fait, que personne ne pouvait vaincre Wisakejak ou même essayer de le rouler.

2Ensuite Wisakejak décide de faire cuire Wiitiko pour en obtenir de la graisse fondue. Il choisit un rocher qui avait une forme concave et bientôt Wiitiko est en train de cuire et la graisse s’écoule goutte à goutte dans le rocher en creux formant un lac. La cuisson achevée, Wisakejak appelle d’une voix forte : « Venez, mes petits frères, venez ! » En ce temps-là, ses petits frères pouvaient l’entendre de partout dans le monde. Le premier à arriver est Waboos (lièvre) car il court très vite. Il plonge droit dans le lac de graisse et se trouve complètement submergé, mais Wisakejak attrape ce petit Waboos et le lance aussi loin qu’il peut. On dit qu’un peu de graisse resta quand même sur Waboos. C’est pourquoi le lièvre est gras en quelques points seulement de son corps. Ceci fut fait pour que les humains puissent manger du lièvre et survivre quand même. Peu après Waboos, les autres animaux arrivent là où on les appelle. Moos (élan), Atik (caribou) et beaucoup d’autres viennent là où on les demande. Wisakejak veut que ses frères se baignent dans le lac de graisse. Aujourd’hui l’élan est très gras à la bonne saison, de même que le caribou, le castor et les autres animaux. On raconte que Wisakejak honora Wajask (rat musqué). Il désigna la queue de Wajask pour conserver la graisse qui provenait de Wiitiko. Cette queue ressemblait à quelque chose de rond, à l’instar de celle du castor. On demande à Wajask de ne pas s’approcher des aulnes ou autre section particulièrement brancheuse de la brousse. L’histoire dit que Wajask ne respecta pas les vouloirs de Wisakejak et nageait là où il ne devait pas le faire. La queue pleine de graisse explosa et aujourd’hui la queue de Wajask fait vraiment peine à voir tant elle est maigre...

3Il existe une variante de ce récit (XXXIi’) qui porte sur sa deuxième partie seulement — le thème du lac de graisse — et qui inverse la construction de son intrigue. Après avoir produit de la graisse en mâchant un os d’élan, Wisakejak en emplit une outre et confie au rat musqué la responsabilité de la battre avec sa queue pour en homogénéiser la consistance. Le rat musqué en fait trop. L’outre explose et la graisse se répand, créant le lac de graisse dans lequel tous les animaux viennent se tremper.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540