Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIh - Wisakejak et Mahikan (loup)

Texte intégral

1Et de nouveau Wisakejak marchait lorsqu’il aperçut Mahikan (loup). Voici ce qu’il lui dit : « Mon frère, chasse pour moi. Mais ne poursuis jamais le caribou dans la rivière. Tu dois seulement tuer le caribou sur la terre ferme. » Mahikan et Wisakejak restèrent ensemble, vivant de viande de caribou.

2Un jour, Mahikan partit à la chasse mais ne revint pas. Wisakejak attendit. Puis il se mit à penser : « Je me demande ce qui est arrivé à mon frère. Il doit être mort. Mon frère doit avoir poursuivi le caribou dans la rivière. » Wisakejak se mit alors à suivre les traces de Mahikan. Il alla là où Mahikan avait entrepris la poursuite. Il se trouvait qu’il y avait une rivière non loin et un peu plus loin le caribou s’était dirigé droit sur la rivière. Il devait avoir été très proche d’eux car il sauta dans la rivière juste après eux. C’est à ce moment que quelqu’un avait dit : « Le frère de Wisakejak, celui qui chasse pour lui, est en train de nager après le caribou, faisant tourbillonner l’eau autour de lui. »

3Quand Wisakejak découvrit l’endroit où Mahikan s’était mis à nager, il courut à la recherche d’une souche pourrie et dit : « Voyons ce qui est arrivé à mon frère », et il lança la souche dans la rivière. Quelqu’un avait dit que le frère de Wisakejak devait être noyé. Effectivement Mahikan s’était noyé à cause des tourbillons que les Missopejowuk (monstres aquatiques, littéralement lynx géants) avaient généré autour de lui. D’abord Mahikan s’enfonça, retourné sur le dos. C’est ainsi que les Missopejowuk tuèrent Mahikan. « Eh, comment vais-je attraper ces Missopejowuk ? » dit Wisakejak. Il allait et venait. Tout d’un coup, il vit Kiskimanse (martin-pêcheur) perché dans un arbre. Kiskimanse avait les yeux fixés sur quelque chose au loin. « Mon frère, dit-il, qu’est-ce que tu regardes ainsi ? Que regardes-tu là-bas ? » Kiskimanse répondit : « Je regarde les vairons car j’aimerais tant en avoir, mais je n’arrive pas à les transpercer lorsque je les harponne. — Non, tu ne regardes pas là, tu regardes au-delà des vairons, alors qu’est-ce que tu regardes là-bas ? » demanda Wisakejak une nouvelle fois. « Je regarde les Missopejowuk qui sont en train de mordiller une tête de loup », dit Kiskimanse. Ils jouaient avec. Les Missopejowuk s’amusaient à la balle avec la tête en se servant de leurs dents pour l’envoyer ou la rattraper. Après le jeu, ils dormaient sur le sable chaud de la plage qu’ils occupaient. Parfois, ils dormaient jusqu’à midi. « Viens ici, je vais t’arranger », dit Wisakejak à Kiskimanse. Et il lima le bec de Kiskimanse de sorte qu’il soit très pointu. « Maintenant, au moins tu pourras tuer ces vairons », dit-il à Kiskimanse. C’est pourquoi le bec du martin-pêcheur est si fin et si aiguisé. « Très bien, atterris par ici et maintenant regarde un peu ces vairons « , dit Wisakejak à Kiskimanse. Alors Kiskimanse plongea et quand il réémergea, il avait un vairon empalé sur son bec. « Ah, c’est mieux, ainsi ça marche ! » s’écria Wisakejak.

4Cela accompli, Wisakejak se demanda : « Comment vais-je procéder avec les Missopejowuk. » Il savait qu’ils étaient malins, mais il voulait venger l’assassinat de Mahikan. Personne n’a jamais vaincu Wisakejak. D’abord il partit à la recherche de Atik (caribou). Enfin il le trouva et l’approcha. « Mon frère, dit-il, donne-moi tes bois. — Non, je les aime trop pour les donner », répondit Atik. « Non, non, il y en aura d’autres, je vais te scier tes bois. Tu en auras d’autres car ils te repousseront. » Il lui coupa donc les bois et reprit son voyage. Il s’approchait d’eux et ce qu’il prévoyait allait très bientôt arriver.

5Il tomba sur un sapin géant et lui dit : « Mon frère, donne-moi ton manteau, je dois le porter là-bas. » Shika (épicéa) a certainement dit quelque chose, mais, une fois encore on ne peut rien lui refuser et ainsi il prit le manteau (l’écorce). A ce moment-là, les Missopejowuk se la coulaient douce, allongés. Dès qu’ils furent endormis, il courut là-bas et rapidement enfila le manteau, à proximité immédiate de là où les Missopejowuk dormaient. L’un d’entre eux se réveilla et dit aux autres : « On dirait que Shiko qui est là, n’y était pas auparavant. » Mais seulement l’un d’entre eux remarquait un changement. « Non, il était là depuis longtemps », dit un autre Missopejo. L’autre insista : « Il n’y a que tout récemment qu’il est là. » L’un d’eux se leva et essaye d’abattre Shiko, lequel tint bon : « Il y a longtemps qu’il est là, il est solide. » Et les Missopejowuk de s’en retourner dormir. Il avait son canot dans les parages. Il avait déjà prévu comment s’enfuir. Wisakejak pensa qu’ils dormaient, eh bien, il s’approcha d’eux et poignarda l’un d’entre eux avec ses bois de caribou. Les Missopejowuk crièrent : « Wisakejak est en train de nous tuer. » Il sauta dans son canot juste au moment où tout commençait à être submergé.

6Dès que les eaux redescendirent, il entreprit un autre voyage. Il marchait et finalement il croisa une étrange trace. On aurait dit que c’était comme si celui qui l’avait faite marchait par bonds. Wisakejak était vraiment intrigué : « Je me demande qui a fait cette trace ? Ah, j’aimerais bien le voir ! » A la suite de quoi, il s’assit et attendit. Enfin quelqu’un arriva. Cela faisait un bruit résonnant. Le bruit résonnant provenait d’un hochet. Alors apparut en sautant, hors du couvert, un crapaud géant. Omagaki (grenouille) avait un hochet attaché autour du cou. Quand Omagaki, bondissant, rejoignit Wisakejak qui attendait, elle s’arrêta. « Ma sœur, que faites-vous là, que cherchez-vous ? » demanda Wisakejak. « Il y a là-bas des Missopejowuk dont la chair a été transpercée par des bois de caribou. Comme ils me l’ont demandé, je vais essayer de retirer les bois. Wisakejak a poignardé les Missopejowuk. » Mais Omagaki ne savait pas qu’elle avait affaire à Wisakejak, celui-là même qui avait poignardé les Missopejowuk. Omagaki ajouta : « Je dois extraire ces bois au plus vite. Ils sont derrière le rideau. — Quelle est la configuration de cet endroit, là où vous opérez ? » demanda Wisakejak. Il voulait tous les détails. « Eh bien, j’entre. Quand j’approche ; quand ils m’entendent approcher, ils disent qu’il est là de nouveau celui qui vient pour les sauver. — A quoi ça ressemble très précisément ? » demanda Wisakejak une fois encore. « D’abord ils me nourrissent toujours avec de la graisse de caribou. En général, ils m’en donnent tant que je n’arrive jamais à tout finir. Ensuite, je dois aller vers le rideau et tous sortent : je peux entrer. Alors je me mets à chanter pour tenter d’extraire les bois. J’y suis presque parvenue. » Quand Omagaki a fini de raconter son histoire, Wisakejak la frappe. « Elle pensait peut-être que rien ne lui arriverait à aider ainsi les Missopejowuk », dit Wisakejak dégoûté. Puis il se met à dépecer Omagaki. Ayant revêtu la peau du crapaud et mis le hochet autour de son cou, il prit la direction des Missopejowuk, empruntant en sautillant la piste d’Omagaki.

7Peu après, quelqu’un cria au loin : « Celui qui vient pour nous sauver arrive de nouveau. » Wisakejak ne perdit pas de temps et bondit à l’intérieur, là où il devait s’asseoir. Il s’assit et imita Omagaki. « D’abord, il doit manger », dirent-ils. Il était assis là nourri à la graisse de caribou. Jusque-là, il s’en tirait très bien. Mais quand il termina toute la graisse de caribou sans aucun problème, les Missopejowuk commencèrent à se poser des questions : « Est-ce bien Omagaki ? » Ah, quand il eut achevé son repas, il déclara bien fort : « Sortez tous dehors maintenant ! » Alors ils sortirent tous et il alla tout seul derrière le rideau. Wisakejak se mit à chanter le chant de Omagaki. « Non mais, ce chant ne ressemble pas à celui de Omagaki ! » Wisakejak les entendit dire par devers lui, au-dehors : « J’ai changé la chanson, j’ai changé les mots », leur cria-t-il. Alors il frappa l’un des Missopejowuk et se mit à enfoncer dans la plaie plus encore les bois. Pendant que ces Missopejowuk sursautaient de douleur, les autres s’écrièrent : « Que se passe-t-il, qu’arrive-t-il aux autres pour qu’ils fassent des bruits pareils ? » Ils se précipitèrent lia où ils pouvaient voir de l’autre côté du rideau car pendant un certain temps le rideau leur avait masqué la vue... Ils virent une peau de crapaud pendue à une souche d’arbre à côté de l’entrée. Il avait sauté hors de son vêtement et avait fui par l’autre côté. « C’était encore Wisakejak », s’écrièrent-ils. Ils ne pouvaient plus rien faire car il s’était déjà enfui.

8Et, une fois encore, il reprit son voyage. Alors qu’il marchait, il aperçut un tipi. Il s’en approcha et entra dans ce grand tipi et, là, se tenait assise une femme. De l’autre côté du feu se trouvaient sa fille et son fils. La femme lui dit. « Tu peux aussi bien t’asseoir ici. » A ce moment, il prétendait déjà qu’il était une femme. « Tu peux aussi bien t’asseoir de l’autre côté du feu, là où mon fils est assis. » Il était une femme désormais. Il y avait d’autres femmes en plus ; c’étaient les autres filles. Il faut savoir que Wisakejak avait entendu dire quelque part qu’une vieille femme possédait une grande quantité de graisse d’ours. Il avait entendu cela quelque part. Comme Wisakejak prétendait être une femme, il devint la belle-fille de la femme. Le temps passait et ils dirent bientôt : « Elle porte un enfant, elle a un enfant maintenant. » Quand Wisakejak entendit cela il se mit à la recherche de Shakweshe (vison) et le fit passer pour son bébé. Une fois qu’il eut accouché du nouvel enfant il déclara : « Personne d’autre que moi ne peut dévoiler le visage de mon bébé. Personne ne peut découvrir son visage jusqu’à ce qu’il grandisse un peu plus. »

9Et le bébé pleurait. Shakweshe pleurait comme un enfant normal : on aurait dit un véritable bébé. Ils commencèrent à comprendre ce qu’ils voulaient dire quand il criait : « Je veux avoir à manger un peu de graisse d’ours ! » cria-t-il. La vieille femme écoutait son petit-fils : « Il veut de la graisse d’ours parce que j’en ai un peu. Je vais nourrir mon petit-fils. » Ce manège dura pendant un certain temps, mais il continuait à dire qu’il voulait de la graisse d’ours. Mais ça allait. La famille s’entendait bien ; ils restaient tous ensemble et les femmes sortaient souvent avec leur belle-sœur. Elles croyaient toujours que Wisakejak était une femme et que c’était leur belle-sœur.

10Un jour, Wisakejak et ses belles-sœurs partirent en brousse pour ramasser du bois. Elles chargèrent leur collecte sur leur dos. Tout à coup, elles le virent lui aussi soulevant un énorme tas de bois pour le mettre sur son dos. Il avait les jambes écartées et, en se chargeant de ce tas de bois, il dévoila ses testicules rouges et pendante à ses belles-sœurs. Immédiatement, les belles-sœurs se précipitèrent chez elles. « Il n’est pas une femme ; celui avec qui s’est marié notre frère n’est pas une véritable femme ! » Elles criaient cela. Entre-temps, Wisakejak s’était arrangé pour s’échapper de nouveau. Ils virent une peau de vison là où il l’avait laissée. Son petit jeu était terminé car ils savaient maintenant qu’il avait un pénis. Et comme à son habitude, il était parti depuis longtemps avant qu’ils ne puissent faire quoi que ce soit.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540