Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIg - Les oies

Texte intégral

1Wisakejak veut voler avec les oies lors de leur migration. Elles acceptent mais le préviennent qu’il ne doit jamais regarder en bas pendant le vol sous peine de perdre sa faculté de voler.

2A partir de là rendons la parole au conteur :

3Un jour, alors qu’ils étaient en train de voler, des gens les aperçurent et dirent : « Eh, c’est Wisakejak qui vole en compagnie des oies. » En entendant son nom, Wisakejak regarda en bas et s’écrasa immédiatement non loin de là. Quand les gens virent où il avait atterri, ils s’approchèrent. Ils le ligotèrent solidement au sol et dirent : « Eh, on n’aura plus qu’à venir chier sur lui à chaque fois qu’on en aura envie. » Cinq jours plus tard, cette vieille qui n’était pas très intelligente demanda où se trouvait Wisakejak car, précisa-t-elle, elle avait envie de se soulager. Alors ils lui dirent où le trouver. Elle s’approcha de Wisakejak toujours ligoté et l’interrogea : « Quand les gens viennent ici pour chier sur toi, que font-ils ? » Wisakejak répondit : « D’abord ils me détachent et, ensuite, ils me donnent un grand bâton pour que je nettoye la merde de leur cul ; voilà ce qu’ils font. » Alors elle le détacha et lui donna un grand bâton. Puis elle se baissa au-dessus de Wisakejak. Il s’empara alors du bâton, le lui enfonça dans le cul et s’enfuit. Deux heures plus tard, les gens commencèrent à se faire du souci au sujet de cette vieille. Ils se dirent : « Que s’est-il passé ? Peut-être qu’elle l’a détaché et qu’il lui a fait quelque chose. » L’un d’entre eux alla là-bas pour voir. Il alla là où Wisakejak avait été attaché et il vit la vieille allongée par terre, un bâton lui sortant du cul. Elle était morte.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540