Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIb - Les petites étourdissantes

Texte intégral

1Wisakejak rencontre une nichée de petites gélinottes. Il leur défèque dessus. La gélinotte décide de se venger. Wisakejak poursuit un élan. Il se trouve au sommet d’une falaise qui domine une rivière. Alors qu’il s’apprête à sauter par-dessus le rapide en contrebas, la gélinotte fait un bruit inattendu en s’envolant brusquement à ses côtés. Il sursaute et s’étale au milieu du rapide où il perd sa virilité. Laissons le narrateur conclure :

2Le long de cette rivière, il y a ce lieu appelé l’Endroit-où-l’on-saute. Ce sont des rapides. C’est là qu’il vit son élan disparaître. On peut voir deux pierres juxtaposées et une autre au travers du courant. Ce sont ses couilles et sa verge.

3Une variante de ce récit dit qu’en tombant le décepteur atterrit sur l’anus. L’origine de lichens s’explique par le contact de cet anus sanieux et des rochers. C’est cette leçon que retiennent en règle générale les innombrables versions de l’histoire à travers toute l’Amérique du Nord. On retiendra que les Crée du nord du Manotiba font de cette histoire l’origine directe du nom d’une espèce de gélinotte, uhkisko (forme équivalente à celle d’akasko employée à Big Trout Lake) mot qui signifierait « celui qui surprend » (Horsefield 1933).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540