Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXIa - La danse

Texte intégral

1Wisakejak invite oies et canards à danser. Tendant que les oiseaux aquatiques, les yeux clos, dansent, il entreprend de les étrangler un à un. Enfin, quelqu’un donne l’alarme. C’est Plongeon. De dépit, Wisakejak lui marche dessus, ce qui explique que le plongeon ait le dos aplati et des pattes informes. Wisakejak fait cuire dans le sable les oies qu’il a tuées. Seules les pattes des oiseaux dépassent. Il ordonne à son anus de surveiller son repas tandis que lui-même fait la sieste. Par deux fois, l’anus le prévient que des étrangers s’approchent. Mais ces derniers de se cacher avant que Wisakejak ne se réveille. Il reproche à son anus de le déranger inutilement. A la troisième venue des étrangers, l’anus ne dit rien. Les étrangers volent les oies mais remettent en place les pattes. Wisakejak achève sa sieste et veut déjeuner. Il tire sur les pieds et s’aperçoit du larcin. Pour punir son anus de ne pas l’avoir prévenu, il le brûle. La chute du récit mérite d’être reproduite :

2Enfin, il s’en alla de ce lieu dit la Danse-aux-yeux-fermés. Il ne tarda pas à entendre une mésange dire : « Wisakejak mange le pus de son cul ! — Du cul pustulant de Wisakejak ! » répétait Wisakejak. La mésange était dégoutée : « Tu manges le pus de ton rectum » infecté. Je t’ai vu prendre quelque chose de dessous tes fesses. » C’est tout ce que je sais de cette histoire.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540