Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXXI - Histoires de Wisakejak ou le cycle du décepteur

Texte intégral

1Dans la tradition mythique de Big Trout Lake, à l’instar de celles de toute l’aire algonquine centrale, un personnage nommé Wisakejak tient le rôle de la figure mythique bien connue que l’on appelle Trickster si l’on reprend le terme consacré par l’anthropologie américaine, mais pour laquelle Lévi-Strauss a inventé le terme de décepteur. On sait qu’en Amérique du Nord ce héros est partout présent — d’où la caractérisation générale qu’on a pu en faire — et que partout il commande une série plus ou moins étendue d’unités narratives discrètes tantôt liées entre elles en une sorte de geste, tantôt racontées sur le mode de la discontinuité. La mythologie de Big Trout Lake relève de ce dernier cas bien qu’on puisse déceler dans nombre de récits dont Wisakejak est le personnage central l’agglutination de deux, voire de trois unités narratives distinctes. J’ai recueilli une dizaine de récits (certains donc comprenant plusieurs unités narratives) relatifs à Wisakejak et, en outre, j’ai entendu évoquer l’existence de quelques autres dont malheureusement je ne suis jamais parvenu à obtenir une narration satisfaisante. Ceci dit, le cycle que forme la somme de ces récits apparaît de dimension moyenne en comparaison avec d’autres mythologies. Le cycle Winnebago qui sert de référence à Radin pour son fameux livre The Trickster (1956) ne comporte-t-il pas par exemple quarante-neuf séquences ou unités narratives ? Maintenant il n’est pas impossible qu’à Big Trout Lake la tradition orale contemporaine, exposée aux rigueurs de « l’acculturation » se montre tout particulièrement érodée à l’endroit du décepteur. Car paradoxalement, si ce dernier reste extrêmement populaire, la complexité du cycle de ses aventures, qui s’explique en grande partie par l’origine très disparate des éléments narratifs qui le compose, apparaît comme une entrave à une bonne transmission. Le contexte contemporain exige que les figures mythiques deviennent des caractères, avec des attributs moraux propres. A ce jeu-là Wisakejak est le pitre. Qu’il rejoigne ainsi la vision ethnocentrée qu’en avait donnée les mythographes américains est parfaitement logique. Soit, mais il s’accommode alors de plus en plus mal d’être au cœur d’une configuration d’unités narratives complexe. N’ont tendance à se maintenir que les récits les plus illustratifs de la redéfinition, sous forme d’appauvrissement, de la figure du décepteur. Je décris là ce que je perçois comme étant un processus de transformation d’un savoir mythique en tradition dite folklorique. Il est clair qu’un tel processus s’inscrit dans la durée et est loin d’être abouti à Big Trout Lake. Je verrais bien dans la dimension moyenne du cycle du décepteur non pas un reflet arithmétique de l’avancement du processus, mais, disons, une indication, sur le mode métaphorique, de ce dernier.

2Je ne vais pas reproduire ici in extenso la totalité des matériaux que j’ai recueillis au sujet de Wisakejak. J’ai choisi plutôt de privilégier les récits dont l’intrigue est directement solidaire du système de la mythologie locale. J’énonce et résume les autres qui possèdent le plus souvent une large distribution — à l’échelle du sous-continent ou de la seule aire algonquine — et dont on rencontre des versions transcrites dans la littérature. J’indiquerai toutefois les originalités saillantes que comportent ces récits par rapport aux versions publiées.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable