Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXIX - Le pénis

Texte intégral

1Le pénis, c’est ce à quoi je pense ; je veux dire ce que tout homme possède et promène avec lui. Il y a longtemps le pénis était un homme ; il était humain. Il avait même une femme qui le transportait derrière elle sur un traîneau. Il vécut avec elle pendant longtemps.

2Une fois ils voyageaient. La neige était recouverte d’une couche dure ; c’était presque le printemps. Et voici ce qui arriva. Sur son traîneau, il ne savait pas que sa femme avait lâché la corde, celle qu’elle utilisait pour tirer le traîneau.. Il était enveloppé d’une bâche étanche. Le traîneau glissa doucement dans un petit vallon. Le courant du petit ruisseau n’était pas très fort, cependant cela produisait quand même un léger balancement. Le pénis ou l’humain qui flottait désormais sur l’eau interpella sa femme : « Ton homme commence à être mouillé ! » Dans le ruisseau, un rocher s’adressa à lui : « T’es à peine humide, nous sommes vraiment ceux qui sont trempés par ici ! » A cela il ne répondit rien ; il devenait de plus en plus mouillé ; l’eau s’infiltrait à travers la toile et même à travers le traîneau sur lequel il était attaché. Enfin il se rendit compte qu’il était en train de dériver, entraîné par le courant. Se raidissant lui-même, il parvint à rompre les liens dans lesquels il était attaché, enroulé dans la toile, il rampa vers la rive ; il ne marchait pas ; il rampait puisqu’il n’avait pas de jambes ; il était comme un pénis, celui que nous utilisons. Il était furieux après sa femme pour avoir laissé courir la corde et l’avoir ainsi laissé tomber dans l’eau. Sur le rivage, après s’être séché, il dit : « Elle ne vivra pas après ce qu’elle vient de me faire ! » Il était furieux.

3Sur le rivage, il y avait un camp avec un grand tipi. Il y avait aussi des gens qui vivaient dans ce tipi. C’est là qu’ils s’installèrent en embuscade, attendant qu’il se pointe. Apercevant le camp, il se poussait dans cette direction. Il se demandait comment il allait faire pour tuer sa femme. Le grand tipi était ouvert. De l’intérieur, les gens pouvaient le voir approcher. Prenant une lime ou une lance très aiguisée, ils la tenaient dans un coin, à la verticale. Quand il pénétra, ils l’attrapèrent et l’empalèrent avec la lime et ce, à la hauteur de son nez. Ils le détruisirent. C’est ainsi qu’il mourut.

4Et c’est là qu’ils firent boucherie de lui, exactement comme nous le faisons d’une carcasse animale. Comme un porc ou une poule, ils le découpèrent en fines tranches. C’est ce qu’ils firent de son corps. Il était toujours trop gros. Ils dirent qu’ils ne le voulaient pas trop gros quand plus d’humains viendraient. Ils le voulaient juste de la bonne taille, tout en le découpant. Ces gens, qui l’avaient découpé, déclarèrent : « Ce sera la taille qu’il aura quand ils viendront les autres humains ! » Et c’est vrai. Certains sont petits, certains sont gros. C’est ainsi qu’il a été taillé.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540