Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXVIII - La femme travestie

Texte intégral

1Dans un village vivait une famille de quatre personnes : la femme, l’homme et deux enfants. Un autre homme avait une grande famille, de nombreux enfants dont une fille grandissante. Et la femme avec les deux enfants désirait avoir des relations avec la jeune fille de la famille nombreuse bien qu’elles fussent toutes les deux des femmes. Ainsi, un jour, elle proposa qu’elle, son mari et leurs enfants quittâssent le village pour aller à la chasse. Alors ils s’en allèrent là où il y avait abondance de castors. La femme nettoyait les peaux de castors et les tendait sur un cadre pour les faire sécher. « Un accident pourrait m’arriver un jour au rythme auquel je suis contrainte de faire tous ces cadres ! » remarqua-t-elle une fois. « Que ferez-vous de moi si l’emprise : de ma main me fait défaut et qu’ainsi le cadre se détende brusquement et m’expédie ? » demanda-t-elle à son mari. « Eh bien, je te déposerais à l’écart et les enfants et moi nous partirions immédiatement. »

2Quelques jours plus tard, elle se débattait avec un cadre, et l’accident survint. Le cadre se détendit brusquement et la frappa au bon milieu de la figure. Elle l’avait fait exprès. Quand l’homme l’examina, elle paraissait inconsciente et même morte. C’était une très bonne simulatrice. Elle fut abandonnée avec le tipi. L’homme et les enfants retournèrent au village d’où ils étaient tous venus.

3Peu après, un jeune homme se présenta à ce village. Il se dirigea directement vers l’édifice de la famille nombreuse. Il demanda au vieux s’il pouvait prendre ses filles, la plus âgée et aussi la plus jeune, en mariage. Le vieil homme donna son accord et c’est comme cela qu’il devint son beau-père. De plus, il avait deux beaux-frères avec qui il allait chasser. Les trois allaient chasser ensemble très souvent, et, parfois, ils devaient bivouaquer. Une nuit, au moment où ils s’apprêtaient à s’endormir, elle avoua à son beau-frère sa véritable identité : « Je suis une femme », déclara-t-elle. Les deux frères étaient abasourdis : leur beau-frère, une femme ? Impossible.

4Elle était heureuse avec eux autant qu’elle aimait les sœurs. Pendant ce temps-là l’homme, son ex-mari, avait accumulé plein de nourriture et construit un immense tipi à proximité de là où, encore ignorée, sa femme menait son petit jeu aussi bien avec des hommes qu’avec des femmes. Pourtant il avait des doutes. Les deux enfants allèrent visiter l’homme qui, en fait, était leur mère. Elle leur demanda d’aller chercher ses mouffles, elle était vraiment répugnante. Les enfants rentrèrent chez eux et se plaignirent à leur père, disant que l’homme marié ressemblait à leur mère.

5Enfin, l’homme fit cuire toute la nourriture et était prêt à donner une fête. Il voulait voir cet homme que ses enfants décrivaient comme ressemblant à son ex-femme. Alors il invita les gens à la fête. Sa femme entra dans ses vêtements masculins. Il en était éberlué. Quoi qu’il en soit, il se contrôla et donna à sa femme une énorme portion de nourriture. La plupart des hôtes se retirèrent après avoir fini leur repas. Mais il dit à sa femme de prendre son temps, et, bientôt, elle fut la seule personne restante. Alors l’homme trancha sa femme en deux au niveau de son ventre. Elle était enceinte à la suite de ses relations avec ses beaux-frères.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540