Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXVII - Mukostikwesh

Texte intégral

1Mukostikwesh vivait dans une région retirée. C’était son domaine. Il avait dix fils et une fille.

2D’autres gens occupaient une autre région. Ils venaient toujours le visiter. Immédiatement Mukostikwesh les tuait et les mangeait, Bientôt, on compta nombre de victimes, parmi ceux qui lui rendaient visite. Finalement, on put voir un groupe très nombreux de gens qui pagayaient en direction de Mukostikwesh et des siens. Ils pagayaient dans leur direction. En plus, il avait un gendre, quelqu’un de marié avec sa fille unique. Son gendre était anormal car il mangeait les humains ; ils étaient nombreux à pagayer en cette direction car ils venaient venger ceux qu’il avait tués. Alors son gendre lui dit : « Nous ferions mieux de ne pas les laisser accoster en leur tirant dessus avant qu’ils ne débarquent. De toute façon ils vont nous tuer. » Alors il lui dit : « Pourquoi les ennuyer, ce sont tous nos amis. Ce sont vraiment des amis, on ne va pas les ennuyer. » Son gendre ne l’importuna pas à nouveau.

3Maintenant les étrangers débarquaient et ils lui demandèrent : « Qu’est-ce qui est arrivé aux gens qui sont venus te visiter ? Que leur est-il arrivé ? — Oh, quelque chose de très excitant leur est arrivé ; quand ils débarquaient, ils commençaient à jouer et après s’être battus entre eux, ils s’adonnaient ensemble au mushamapoo (action de mâcher certaines plantes), quand ils s’étaient battus les uns les autres, ils s’aidaient mutuellement à se faire beaux ! »

4Les étrangers se mirent à dresser un tipi, un immense tipi entièrement recouvert de peaux d’élan. Il fut bien fixé et on plaça de grosses pierres aux pieds des perches qui en formaient l’infrastructure. Après avoir disposé les pierres, on le cousut. Dans son tipi, il était tout excité. Il dit : « Ah, ils vont peut-être rassembler les crânes, il se peut qu’ils fassent ça. » Plus tard, ce soir-là quelqu’un vint et dit : « Au moins, où sont les crânes ? » Dans le fond, il gardait tout caché. Il répondit : « Par là, ils sont par là ! » Il se mit à chercher dans sa remise du fond ces crânes attachés ensemble — des crânes de ceux qu’il avait tués et mangés. Il dit : « Les voici, voici les crânes en question ! » Il secoua un peu les crânes pour les faire sonner et les lui donna. La personne venue demander les crânes s’en retourna avec. Alors il était très excité : « Vous voyez, vous voyez, c’est ce que je disais, ils vont rassembler les crânes ! » disait-il. Les crânes avaient été emportés.

5Maintenant, cet homme s’en allait ; c’était le gendre de Mukostikwesh qui s’en allait. Il s’en allait et laissait sa femme. Elle priait son mari de ne pas s’en retourner. « Je reviendrai », lui dit-il. A la fin, elle consentit à son départ. On l’appela cette nuit-là, on l’appela très tard là où le tipi avait été érigé. Il y avait plein de choses disposées tout autour et il fut placé au milieu avec tous ses fils qui étaient au nombre de dix. Avant que la fête ne commençât, on convint qu’une pipe circulerait et que chacun serait effleuré par la pipe, effleuré mais pas frappé. Ainsi fut-il fait. Entra alors dans le tipi cet homme qui était parti. Il devait lui aussi être de la partie. Il mit une sorte de manteau qu’il se contenta d’attacher autour de son cou. Comme il partait, le passage était libre malgré la présence des visiteurs et des dix fils de l’homme. Ce dernier était assis au centre et dit à son gendre : « Allez, allez, assieds-toi là où tu me vois ! » Mais l’homme dit : « Eh, je vais juste m’asseoir près de l’entrée. » Ils commencèrent alors à se toucher de façon menaçante les uns les autres avec la pipe. Elle fit un tour complet et chacun était presque frappé mais, à la dernière seconde, on retenait la pipe. L’homme était assis là, près de la porte, et à cet endroit étaient assis des gens qui se dénommaient Adawe (adawe : littéralement échange). Ils avaient des épées cat : ils s’attendaient à devoir combattre. Soudain, celui qui était assis à côté de lui, sortit son long couteau ; mais il ne voulait pas vraiment le chercher, il se contentait de tâtonner à sa recherche. La pipe circulait toujours de main en main les gens en étaient toujours à se toucher, à s’effleurer avec. Il continuait à avoir un œil sur son beau-père.

6Le gendre pensa que son beau-père allait être frappé et Mukostikwesh fut effectivement frappé au front. Le gendre se précipita dehors. On agrippa son manteau et il le perdit pendant qu’on le lui arrachait. Il s’enfuit en courant pour rejoindre sa femme. Il resta là-bas toute la nuit. Il écoutait de loin et pouvait distinguer les clameurs d’un combat qui dura toute la nuit. Au lever du jour, quand le soleil apparut, tout était silencieux.

7Au coucher du soleil, lorsque les étrangers qui étaient venus ici s’en retournèrent, ils n’étaient plus guère nombreux. Il n’y avait plus qu’un pagayeur par canot ; ils s’aidaient mutuellement à rentrer chez eux car ils avaient été presque tous anéantis. Plus tard, quand ils furent partis, il retourna là-bas pour inspecter le lieu du combat. Le tipi était entièrement ravagé : ils étaient étendus çà et là, éparpillés, écrasés de tous les côtés autour de la structure du tipi. Là où il avait été assis, là où il avait vu son beau-père, il se mit à chercher au milieu des corps. Il les repoussait et, là, tout au fond, sous les cendres, il le trouva, complètement écrasé.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540