Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXIII - Shakweshe (vison)

Texte intégral

1Shakweshe arrive en courant au détour d’une petite rivière là où elle se jette dans l’océan. Il court en longeant la rive. Bientôt il aperçoit un gros brochet qui nage entre deux eaux. Il aimerait tant le manger. Puis il court un peu plus loin jusqu’à ce qu’il parvienne à une petite baie où il voit, proche de la rive, un gros sandre dans l’eau. Il réfléchit un moment. Il aimerait pouvoir ramper jusqu’à eux.

2Il retourne au pas de course, là où il a vu Kitshi-Jaobish (grand brochet). « Jaobish, Ookas (sandre) a dit que tu étais vraiment moche quand tu es là dans l’eau sans bouger avec ta grosse lèvre qui dépasse ! » Voici ce que Shakweshe dit à Jaobish. « Se croit-il tellement désirable quand il nage avec ses yeux blancs et globuleux ? » dit Jaobish. Alors Shakweshe retourne voir Ookas. « Ookas, Jaobish te fait dire que tu es vraiment très laid quand tu restes immobile avec tes yeux blancs et globuleux. » Il essaye de trouver quelque chose qui les met en colère. « Est-ce qu’il se croit superbe avec ses yeux enfoncés et son corps bariolé ? » demande Ookas. Et Shakweshe court une nouvelle fois voir Jaobish et lui raconte ça. Jaobish dit qu’il est horrible avec son corps tout jaune dans l’eau, chose que Shakweshe retourne répéter à Ookas. « Je ne veux plus entendre ces insanités », dit Ookas. Shakweshe retourne au pas de course voir Jaobish pour lui rapporter ces paroles. « Ookas te dit qu’il n’a plus rien à te dire, qu’il n’a pas peur de toi », dit Shakweshe qui retourne aussi sec voir Ookas et lui dit : « Ookas, Jaobish te dit qu’il ne veut plus rien entendre de toi et qu’il n’a absolument pas peur de toi ! »

3Shakweshe fait tant de fois l’aller et retour que bientôt il y a un chemin là où il court pour colporter ces mensonges. Alors les deux poissons nagent l’un vers l’autre et s’agrippent. Ils se battent, se roulant encore et encore l’un par-dessus l’autre. A présent, ils sont très au large. Ils créent des remous comme les rapides. Bientôt, ils se trouvent de nouveau près de la rivière. C’est alors que Shakweshe dit : « J’aimerais tant qu’ils viennent à terre. » Enfin ils se séparent et nagent chacun de leur côté. Et peu après, ils se retrouvent le ventre en l’air. Ils flottent à la surface de l’eau, morts. Alors Shakweshe sort son couteau, découpe en morceaux les poissons et les emporte dans la brousse. Il ne peut pas les soulever car ils sont trop lourds. Il construit une plate-forme pour le poisson et fait un feu dessous pour le cuire.

4C’est à ce moment-là qu’il aperçoit des humains qui s’approchent. Ils crient : « Es-tu chez toi ? Qui es-tu ? » Shakweshe s’enfuit dans la brousse abandonnant son poisson fumé sur le boucan. Les humains arrivent et voient cet énorme poisson fumé sur le boucan. Shakweshe se dit : « Ils ne vont pas le voler. — Voici l’œuvre de Shakweshe », disent-ils. Alors ils prennent le poisson, l’enveloppent dans un tissu, le lancent dans le fond de leur canot et s’éloignent rapidement à grands coups de pagaies.

5Plus tard, Shakweshe retourne vers son poisson fumé. Il regarde et ne voit plus rien sur le boucan. Il ne reste qu’une queue, Il s’approche et voit un petit morceau de poisson sur le boucan. Il le mange petit à petit car ce n’est qu’une queue. Il court vers la rive, il ne sait même pas de quel côté le canot s’en est allé. Il les poursuit pendant un certain temps dans les deux directions, mais il ne peut les rattraper. Voilà ce qu’ils ont fait à Shakweshe.

6Je joins à ce récit un autre très bref mais complémentaire, au sujet du vison et de son frère cadet l’hermine. On verra aussi Vison jouer un rôle important dans une des aventures de Wisakejak.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540