Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXII - Waboos (lièvre variable)

Texte intégral

1Waboos (lièvre) vivait avec sa grand-mère et, un jour, il lui demanda ce qui était arrivé à son père. « Mistaclis (le pesant) est celui qui a tué ton père », répondit sa grand-mère. Waboos partit, frappant les arbres, jouant avec son arc et sa flèche. Mais dès qu’il fut hors de vue, il changea de direction et prit celle de Vent-du-nord. Comme Waboos s’approchait, Vent-du-nord se dit : « Kuh, Waboos arrive. Sans doute vient-il pour venger la mort de son père dont je fus l’auteur. Fort bien, dit-il au lièvre, Waboos, de qui as-tu le plus peur ? — Je redoute Pitjitshikwane (balbuzard). Et toi, de qui as-tu le plus peur ? — Je crains le métal le plus dur », répondit Vent-du-nord. Après ils s’assirent l’un face à l’autre, ils se préparaient car ils allaient s’affronter dans un combat à l’arc.

2Vent-du-nord demanda à Waboos de tirer le premier. « Non, dit Waboos, c’est à toi de tirer le premier. » Personne ne tira pendant un bon moment jusqu’à ce que, enfin, Vent-du-nord s’impatientât et tirât sur Waboos. Waboos constituait une belle cible : il était rondouillet et sa fourrure scintillait. Mais la flèche de Vent-du-nord rebondit sur Waboos avec un bruit creux. Finalement Waboos tira et, à la suite de l’impact, Vent-du-nord se retrouva les pieds par-dessus la tête. Le combat faisait rage maintenant. Chaque fois que Waboos touchait Vent-du-nord, un morceau de son corps s’en arrachait. Il diminuait à vue d’œil. Vent-du-nord abandonna la partie et s’enfuit tandis que Waboos déclarait : « Ça suffit. Si je tue Vent-du-nord il ne restera plus de vent du tout. »

3Waboos rentra chez lui. Sa grand-mère était inquiète à son sujet. Elle pensait qu’il était parti voir Vent-du-nord et quand elle alla voir où ses traces menaient, elle vit qu’elles se dirigeaient effectivement vers Vent-du-nord. La vieille femme rentra avec l’idée que Waboos était déjà certainement mort. Le soir, Waboos revint, Elle pouvait l’entendre frapper les arbres et faire résonner ses flèches. Waboos entra. La vieille femme demanda : « Où es-tu allé ? — Je suis allé voir Vent-du-nord et je l’ai réduit à presque rien. J’ai arrêté quand il fut, approximativement, de la taille d’un être humain car il ne resterait plus de vent du tout si je l’avais réduit à rien du tout. — Oooh, grande terre ! » s’exclama sa grand-mère émerveillée.

4Waboos dit : « Nokom (ma grand-mère) de quoi mourut ma mère ? — Elle mourut de mort naturelle », répondit sa grand-mère. Waboos répliqua : « Je me demande où est-ce qu’elle est morte. » Sa grand-mère répondit : « Oh, juste dans les environs. » Waboos voulait se rendre à l’endroit mais sa grand-mère l’en empêcha sinon Waboos aurait ressuscité sa mère.

5Waboos pouvait tuer n’importe qui élan, caribou, porc-épic ; il pouvait tuer n’importe qui du temps où il était un humain.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable