Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XXI - Mingesowash (Nid-d’Aigle)

Texte intégral

1Mingesowash rencontra un homme qui vivait de wapise (lagopèdes). Cet homme l’instruisit : « Tues-en dix à chaque fois que tu chasses. N’en tue jamais plus de dix. » Et voilà, Mingesowash voyageant avec sa famille et vivant de lagopèdes. Jour après jour, il tuait dix lagopèdes. Un jour, après en avoir tué dix, il en vit un se poser tout près et l’abattit d’une flèche. Le soir suivant, il sortit pour chasser et ne trouva pas de lagopèdes. Il continua à vivre selon la loi de la brousse — comme on le lui avait appris — mais bientôt ses provisions s’épuisèrent et ils devinrent affamés car il n’y avait plus de lagopèdes à chasser.

2Toujours en déplacement, ils parvinrent aux rives d’un lac de forme allongée. Le traversant sur la glace, ils tombèrent brusquement sur un trou à pêcher qui était protégé par des arbustes. Il y avait une trace bien tassée et patinée, teintée de sang, qui menait du trou à la rive. Ils suivirent la trace. En s’approchant, ils aperçurent un tipi avec des tas d’arêtes de poissons tout autour. Là, il érigea son tipi. Après avoir fini, il ramassa quelques arêtes, les fit bouillir et les mangea.

3Entre-temps, l’homme qu’il avait rencontré cuisinait. Soudain, il s’entendit appeler : « Mingesowash, tu dois venir ! » Il regarda mais ne vit rien. Alors tenant son assiette toute prête, il attendit à l’entrée de son tipi. Dès qu’il entendit quelqu’un dire : « Mingesowash ! » il se précipita dehors et regarda. Il entrevit à peine l’homme. Maintenant Mingesowash se dirigeait vers le tipi. Pour lui, l’homme faisait cuire un énorme repas à base de brochet. Puis, pensant à l’estomac de Mingesowash il lui demanda : « Qu’est-ce donc que ces bulles dans ton estomac ? » Il répondit : « J’ai fait bouillir quelques arêtes et je les ai mangées. — Allez, rejette-les », lui dit l’homme. « Allez, vomis-les. » Il sortit et vomit les arêtes, Puis ils mangèrent tous, y compris sa femme et ses enfants. Après avoir tout mangé, on lui donna un hameçon et une ficelle. L’homme lui dit : « Enferme un de tes enfants dans une boîte en bois. Assure-toi que la boîte est hermétique et uses-en comme d’un appât. Tues-en seulement dix, n’en tue jamais plus de dix. »

4Tous les soirs, il pêchait et ramenait son gros poisson à la rive. Un jour, les poissons sautaient sur sa ligne et ce ne fut pas long avant qu’il en attrapa dix. Alors, tirant dessus, il éprouva la résistance de la ficelle car on lui avait dit de la changer à chaque fois. La ficelle semblait solide ; de nouveau il lança son enfant dans l’eau. Il n’eut guère à attendre pour qu’un poisson sautât sur sa ligne. Il sauta très vite, et il s’apprêtait à retirer le poisson sur la glace comme il avait l’habitude de faire, quand soudain, tandis qu’il tirait, le poisson brisa la ligne. C’est alors qu’on put l’entendre pleurer, là-bas sur la glace. L’homme qui l’avait instruit dit : « Je crois qu’il a voulu en tuer plus de dix. C’est pourquoi il pleure ainsi. » L’homme descendit sur la glace. Mingesowash en pleurs, rampait doucement vers le rivage. « Que t’est-il arrivé ? » lui demanda l’homme. « Mon enfant m’a été enlevé », répondit Mingesowash. « Essayais-tu d’en tuer plus de dix ? » demanda l’homme. « Oui, la ficelle était solide quand je l’ai vérifiée et j’ai essayé d’en tuer plus de dix », dit Mingesowash. L’homme retourna à son tipi. Bientôt on put l’entendre arriver au tipi voisin de celui dans lequel Mingesowash s’était retiré pour pleurer. L’homme eut pitié de Mingesowash et alla le voir.

5« Regrettes-tu que ton enfant t’ait été enlevé ? » lui demanda l’homme. Mingesowash répondit : « Oui, je suis désolé. » L’homme lui donna alors une peau de loutre et lui dit : « Tiens, enfile cela et fais un trou au cercle parfait dans la glace. Retire bien tous les éclats de glace afin qu’il n’y ait aucune particule flottant à la surface. Une fois que tu auras fini de nettoyer le trou à travers la glace, enfile cela, plonge dans l’eau et commence ta poursuite. » Après avoir mis la peau de loutre, il plongea dans l’eau et partit. L’homme lui avait dit : « Une fois que tu auras fait une petite partie du chemin, regarde par derrière, et vérifie où se trouve ton trou d’accès. » Ainsi il regarda par derrière et vit le trou d’eau tel un astre dans un ciel nocturne. Et puis il commença à pister celui qui lui avait pris son enfant. L’homme avait dit : « Une fois parvenu à l’endroit où ton enfant a été emmené, entre par l’arrière. » Le tipi était complètement désert, il n’y avait personne. Son enfant était suspendu au milieu. De nouveau, on lui avait dit : « Quand tu verras ton enfant, ne traîne pas trop, attrape-le et enfuis-toi en courant. » Il prit son enfant, se précipita dehors et repartit. Il n’était vraiment pas loin qu’un poisson l’aperçut et se mit à le poursuivre. Mais une loutre est plutôt rapide lorsqu’elle nage et ainsi il avançait très vite tout en tenant l’enfant. Comme il s’approchait, il pouvait voir très distinctement le trou d’eau devant lui. Quand il y parvint, il sauta hors de l’eau et poussa son enfant bien à l’écart. Puis il ramassa la hache qu’il avait laissée là. Kitshi-Jaobish (brochet géant) le chargea carrément bien qu’il fut déjà hors de l’eau. Il massacra tous ceux qui sautaient hors du trou et les autres battirent en retraite. Puis il transporta son enfant à la rive et, ouvrant la boîte, découvrit son enfant toujours vivant.

6L’homme, une fois encore, lui parla : « Tu vas cesser d’utiliser ton enfant comme appât. » Il enseignait à Mingesowash l’art de couper des morceaux de poisson afin d’en faire des appâts. C’est pourquoi le poisson est utilisé comme appât et ce, même aujourd’hui. Et c’est ça qu’il fit, il n’utilisa jamais plus son enfant comme appât. Puis l’homme lui dit : « Tiens-toi à cela, désormais, ne tue jamais plus que tu ne dois. » Sa femme l’appela et dit : « Pourquoi n’essayes-tu pas désormais de comprendre ce qu’on t’a dit tant de fois ? Quand on t’a appris à vivre, on t’a dit de ne jamais tuer plus que tu ne dois ! » Mingesowash répondit : « Oh, je ne peux pas me contrôler car j’aime tant tuer le gibier, même plus que nécessaire ! » Encore, pour la dernière fois, on lui dit : « A partir de maintenant, tu ne tueras jamais plus que tes besoins. Pas plus de dix ! »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540