Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XX - Nigigwinini (l’Homme-aux-loutres)

Texte intégral

1Un homme qui s’appelait Nigigwinini (l’Homme-aux-loutres) vivait maritalement. Il avait son tipi sur la rive même du lac où il chassait les loutres.

2Tous les jours, il s’en allait en tuer une. Pour recouvrir son tipi, il utilisait des peaux de loutres, de même pour ses couvertures, ses moufles et n’importe quoi d’autre. Quand il faisait bouillir sa loutre, il insistait pour que sa femme écume la graisse dans la casserole. La surprenant en train d’écumer la graisse dans la casserole, il lui en lança sur elle et, en conséquence, la brûla avec le liquide gras et bouillant. Alors un jour, celui dont la sœur vivait avec Nigigwinini apprit que sa sœur n’allait pas bien... Alors il décida d’aller la voir. Quand il arriva à l’endroit où sa sœur demeurait, il remarqua que son beau-frère n’était pas chez lui. Il était partit pour chasser des loutres. Il remarqua que sa sœur avait des croûtes autour des yeux. Alors il lui demanda : « Qui t’a fait cela ? — Ton beau-frère, quand j’écume la graisse de loutre qu’il fait cuire, me dit toujours de ne pas faire cela. Il me brûle avec s’il me voit le faire. — Quand il rentrera, écume la graisse et nous verrons bien ce qu’il te fera », suggéra-t-il. Quand Nigigwinini rentra, il vit une paire de raquettes appuyée contre son tipi. Il portait sa loutre sur le dos quand il s’approchait de son tipi. Entrant avec sa loutre, il vit son beau-frère, assis à l’intérieur. Il dit : « Mon beau-frère, tu es arrivé. — Oui, je suis arrivé », telle fut la réponse qu’il reçut. Immédiatement il écorcha ses loutres. Il le faisait lui-même. Il enleva la peau de la loutre avec rapidité et passa les intestins à son beau-frère en lui disant : « Fais rôtir cela en attendant de faire rôtir la loutre. » Bien évidemment, il fit rôtir les intestins au-dessus du feu. Il ne disait rien à Nigigwinini. Quand la femme s’apprêta à écumer la graisse, comme à l’accoutumée, Nigigwinini l’éclaboussa au visage avec la graisse brûlante. Il ricana tout seul en la regardant.

3L’homme ne fit rien à Nigigwinini. Très tôt le lendemain matin, il dit : « Je t’accompagne à la chasse à la loutre. » Comme prévu, il était assis là, près de l’entrée ; tout ce qu’il y avait là, c’était de nombreuses loutres qui sortaient du trou à travers la glace. En fait, il y en avait tellement éparpillées partout qu’il pensa qu’elles étaient toutes sorties. Il ramassa sa hache et se frayant un passage à travers les corps, il bloqua le trou avec de la neige et même de son propre corps. Quand les loutres remarquèrent l’homme à l’entrée, elles essayèrent de passer en se glissant contre lui mais il les frappait encore et encore. En fait, tous ces cadavres de loutres obstruaient le passage. Vous auriez dû entendre le raffut alors qu’il n’avait de cesse de les frapper. Enfin Nigigwinini sauta en face de l’homme et lui dit : « Tu es en train de tuer mon gibier. » Maintenant l’homme avait tué toutes ses loutres et à la fin il frappa Nigigwinini de même et lui dit : « Ça, c’est pour la façon dont tu maltraite ma sœur. »

4Maintenant, l’homme écorchait Nigig (loutre). Il les ramena à sa sœur, deux traîneaux pleins. Puis ils revinrent de là où ils venaient, là où se trouvait le trou à travers la glace, là où il avait écorché Nigig.

5Quant à Nigigwinini, il n’était pas mort : il se remit des coups reçus. A partir de ce moment-là, il s’aventura dans la région où demeurait son père. En ce temps-là, son beau-père était Mahikan (loup). Il y avait là deux tipi, quand il arriva. L’un appartenait au vieux Mahikan et l’autre à son père. Le vieux Nigig (loutre) dit au vieux Mahikan : « Mon fils veut chasser avec vous, mon beau-frère. » Il pensait au frère de Nigigwinini. « D’accord, il peut venir avec nous demain », lui dit le vieux Mahikan.

6La nuit suivante, le vieux Nigig, sa femme et Nigigwinini étaient assis quand, brusquement le vieux Mahikan entra et frappa le vieux Nigig à l’entrejambe avec les intestins de son beau-fils. Il hurlait : « C’est à ton tour désormais de faire rôtir des intestins ! » Le vieux Nigig reconnut alors les intestins de son fils et sa femme se mit à pleurer... Nigigwinini dit à sa mère : « Ne sois pas affligée, nous allons venger cet outrage. » Le lendemain matin, Nigigwinini s’approcha du tipi du vieux Mahikan et provoqua verbalement son beau-frère. Cette provocation était tellement grossière que l’histoire ne la rapporte pas. Alors Mahikan sortit après lui mais Nigigwinini était déjà parti. La poursuite s’engagea.

7Nigigwinini courait à travers la brousse. Il entendit le hurlement de Mahikan. Il était désormais lancé à sa poursuite, exactement comme il le désirait. Nigigwinini sortit du couvert pour pénétrer dans un marais et se diriger vers le lac. Maintenant, il s’arrêta et attendit Mahikan. Enfin il aperçut Mahikan qui s’approchait. Et au moment où Mahikan allait l’atteindre, il plongea dans la neige et disparut. Mahikan essaya comme un fou de déterrer Nigigwinini mais sans résultat. Nigig était trop rapide pour lui. Il creusa un long tunnel vers un immense tas de neige accumulée le long du lac. « Où est passé ma loutre ? » cria Mahikan. Il était exaspéré. Entre-temps Nigigwinini était ressorti et avait grimpé dans un arbre du haut duquel il regardait Mahikan, qui, en contrebas, avait enlevé ses raquettes pour remuer plus librement. A la fin, Nigigwinini dit à Mahikan : « Qu’est-ce que tu cherches là à creuser ? — Nigig, ton spectre. » Mahikan fulminait tout en reprenant ses raquettes et en se remettant à poursuivre Nigig qui, quant à lui, était redescendu et, de nouveau, s’enfuyait. Nigig se dirigeait en courant vers la rivière. Bientôt, il aperçut un terrier et s’y engagea tout en laissant sa queue dépasser pour que Mahikan la vit. Quand Mahikan passa à côté, il vit la queue et l’attrapa. Il retira Nigig et se mit à lui taper sur la tête à coups de poings mais Nigig lui agrippa les membres et le déchira en deux. Alors Mahikan fut tué. Nigig balança Mahikan dans son sac et le rapporta chez lui.

8Une fois chez lui, il écorcha Mahikan et extirpa les intestins. Nigigwinini dit à son père d’aller apporter les intestins au tipi de Mahikan et de le frapper avec de la même façon que ce dernier l’avait fait précédemment. Ainsi le vieux Nigig se rendit au tipi de Mahikan et entra sans crier gare ; il frappa le vieux Mahikan à l’entrejambe avec les intestins et lui dit : « C’est maintenant ton tour de faire rôtir des intestins. » Le vieux Mahikan reconnut les intestins de son fils. Sa femme était effondrée et pleurait à grands cris. Plus tard ils pouvaient entendre les loups pleurer. « Ma ! Quel est donc ce bruit ? — Elle fait le même bruit que toi hier », répondit Nigigwinini à sa mère. Ensuite les animaux commencèrent à se rassembler. C’était du temps où ils étaient humains. Ils voulaient décider ce que chacun d’entre eux deviendrait à l’avenir.

9Un enfant marchait dans le bois avec son arc et sa flèche. Tout d’un coup, il aperçut Attitamo (écureuil) perché dans un arbre et s’apprêtait à le tirer quand Attitamo lui dit : « Ne me tire pas dessus, mon petit-fils. Pleure plutôt en disant que tu pleures l’été et tu ne t’arrêteras que lorsque quelqu’un comprendra ce que tu dis. » Puis l’enfant retourna chez lui. Les animaux ne comprenaient pas ce que signifiaient ses pleurs. Ils finirent par envoyer quelqu’un quérir le vieux Nigig. Ils s’assirent en cercle pour fumer mais Nigig dit : « Vous feriez mieux d’aller chercher mon fils Nigigwinini. » Quand il arriva, Nigigwinini ne prit que deux bouffées et déclara : « Vous tous, vous ne comprenez rien à ce qu’il raconte parce que vous ne comprenez rien du tout. Il dit qu’il veut que l’été vienne. » Alors l’enfant s’arrêta de pleurer.

10Les animaux se mirent à parcourir le pays en tous sens. Puis l’un des vieux s’arrêta et fit son camp. Il donnait toujours des fêtes et invitait tout le monde. Quand il s’agenouillait pour découper la graisse d’élan, il pétait tout le temps. Nigigwinini rigolait constamment à tout propos. L’hôte n’appréciait pas. Il annula la réunion en disant : « La fête est supprimée, on rit de moi, ainsi que vous pouvez l’entendre. » C’est pourquoi la loutre demeure dans la rivière comme elle le fait. Il rigola trop, même quand quelqu’un pétait. Et, plus tard, le frère de Nigig, Shakweshe (vison) lui dit : « Nigig, en pétant, tu as irrité notre hôte. Il va donner une autre fête mais, cette fois-ci, évite de rire de lui. — Attends, dit Nigig, dis à l’hôte que Nigig veut qu’il lui donne un paquet de graisse aussi haut que son épaule et qu’il la veut découpée en petits cubes. » Il fut fait comme demandé et c’en fut fini de la fête.

11Maintenant les animaux qui étaient à l’époque humains, commencèrent à se placer. A ce moment, ils décidèrent là où chacun d’entre eux demeurerait. On mit Nigig dans et sur l’eau. Moos (élan) dit qu’il vivrait sur les hauteurs là où il y a abondance de bouleaux et de peupliers. Quant à Atik (caribou), il choisit d’habiter les marais et la toundra là où les lichens blancs et la mousse poussent en abondance. Shakweshe (vison) dit qu’il visiterait souvent les cours d’eaux et qu’il les longerait en courant. Pejo (lynx) dit à Waboos (lièvre) qu’il vit assis près de la piste : « Où seras-tu ? Où penses-tu que tu seras ? Où pourrais-je être ? — Je serai là où les arbres apparaissent de la même forme courbée que quelqu’un. » Pejo continua son chemin. Puis arrivant le long d’une rivière il vit l’image réfléchie de sa tête dans l’eau et il vit les courbes de sa figure. Il comprit que, dans sa réponse, Waboos s’était référé à lui, à son visage et aux courbes qui le caractérisent. « Voyons voir s’il est toujours là », se dit-il en retournant sur ses pas. Waboos était toujours là, clignant des yeux tout en mangeant. Pejo s’approcha discrètement et, tout d’un coup, lui sauta dessus. Il dévora Waboos et déclara : « Kuh, voilà qui est délicieux et c’est désormais par là que je vais rester ! » C’est ainsi que le lynx chasse le lièvre. Et c’est comme ça que tous les animaux décidèrent de leur futur, quand ils devinrent des animaux.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540