Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XIX - Kaakwinini (l’Homme-aux-porcs-épics)

Texte intégral

1Deux jeunes hommes voyageaient. Ils accompagnaient leur mère et leur sœur. Ils croisèrent la piste de quelqu’un et se mirent à la suivre. Finalement ils arrivèrent là où l’homme avait campé. Il apparut qu’il était resté un certain temps car il y avait des tas d’os ici et là. Puis ils se remirent à suivre sa trace et, enfin, arrivèrent à son tipi mais il était absent. Il finit par arriver. C’était un jeune homme et il transportait un porc-épic. Alors ils se mirent en ménage avec lui et lui donnèrent leur sœur.

2Les deux hommes allaient très souvent chasser le caribou. Mais Kaakwinini (l’Homme-aux-porcs-épics), leur beau-frère, partait toujours chasser de son côté, tout seul. Tous les jours il revenait avec un porc-épic, il ne revenait jamais sans un porc-épic quel que soit l’endroit où il avait été. C’est pourquoi il était Kaakwinini.

3Cependant, un des frères n’aimait pas son beau-frère car il était si lent dans ses mouvements, à l’instar de Kaak (porc-épic). Alors il lui dit quelque chose, un jour, pendant qu’il faisait ses préparatifs pour sortir : « Mon beau-frère, nous avons découvert une maison de castors pas très loin d’ici. Allons-y pour percer la glace. » Puis ils partirent en compagnie de Kaakwinini. Quand ils arrivèrent au barrage des castors, un de ses beaux-frères s’adressa à Kaakwinini : « D’abord nous allons boucher tous les déversoirs du barrage, ainsi les castors vont réagir à la montée des eaux. Puis nous irons plus haut, en amont, et nous allons bloquer le courant. Ainsi les castors ne pourront pas s’échapper. Maintenant, va couper les arbres dont nous avons besoin pour bloquer la rivière. » Kaakwinini partit pour aller chercher les bouts de bois, du moins, semblait-il. Ils attendirent pendant un certain temps mais comme il ne revenait pas, l’un d’entre eux alla le chercher. Il n’était pas là ; apparemment, il n’avait coupé que deux poteaux et s’en était allé plus loin. Il suivit sa trace. Quand elle parvint à la rivière, il vit Kaakwinini en train de percer la glace juste à l’entrée de la maison des castors. Il retourna au pas de course vers son frère pour lui raconter ce qui se passait : « Notre beau-frère risque d’effrayer Amek (castor) ; il perce la glace avec son pic juste au niveau de la maison des castors ! » s’écria-t-il. « Quel homme inutile ! » dit le beau-frère qui n’aimait pas Kaakwinini. « Ne t’en occupe pas, voyons d’abord ce qui va se passer », suggéra l’autre. Mais son frère ne voulait rien entendre et s’approchant de Kaakwinini lui dit brusquement : « As-tu déjà bloqué Amek ? Les effrayer comme ça ! — As-tu déjà bloqué Amek ? Les effrayer comme ça ! » répondit en criant Kaakwinini qui, lorsqu’il se sentait insulté, répétait toujours mot pour mot ce qu’on venait de lui dire.

4Quand il eut achevé de faire le trou, il retira tous les éclats de glace et s’assit à côté du trou à travers la glace. Il chercha dans sa poche et produisit une pipe qu’il se mit à fumer. Peu après il posa sa pipe à l’écart et dit au trou à travers la glace : « Il est temps de sortir pour toi, qui que tu sois, maître de cette habitation ! » Alors un gros castor émergea du trou à travers la glace, à la surface de l’eau. Kaakwinini se contenta de le frapper et de le retirer. Les castors émergèrent les uns après les autres et il les tua tous comme des souris. Son beau-frère, celui qui l’appréciait, commenta : « Tu vois, je te l’avais dit de ne jamais rien lui dire. Regarde ce qu’il fait ! »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540