Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XVIII - Wapisewinini (l’Homme-aux-lagopèdes)

Texte intégral

1Une fois encore je vais raconter une histoire qui se rapporte à des âges très anciens, ceux des premières années de l’humanité.

2Au début, il avait été donné à chaque homme un type d’animal ou d’oiseau pour vivre. Ainsi en est-il dans cette histoire qui est consacrée à quelqu’un à qui Wapise (lagopède) avait été alloué. On lui avait recommandé de tuer dix lagopèdes chaque matin et c’est ce qu’il faisait tous les jours. Les objets qu’il utilisait tels que sa couverture, son tipi et n’importe quoi d’autre étaient confectionnés à partir de la peau, des plumes et de diverses parties du lagopède. Dans ces temps anciens, les gens déménageaient tout le temps, ils ne restaient jamais longtemps au même endroit. Un jour, il installa son camp près d’un site qu’il identifia comme abondant en nourriture de lagopède. Bien évidemment, le lendemain matin, un grand nombre de lagopèdes se posèrent à cet endroit. Et alors il décida d’en tuer plus de dix ; ainsi il n’aurait pas à en tuer pendant un moment. Avec son arc et ses flèches, il tira et tua quarante lagopèdes. Peu après, il changea d’endroit puisqu’il avait mangé tous les lagopèdes qu’il avait tués. Une fois encore, il campa dans un coin adapté aux lagopèdes et très tôt le matin s’en alla pour les attendre. Alors qu’il était assis là, il remarqua une différence, il n’y avait pas un seul lagopède en vue. Il ne fit qu’entendre et voir loin dans les airs un vol de lagopèdes. Une telle situation se produisit encore et encore ; bientôt il creva de faim. Il en arriva à devoir faire bouillir sa couverture, son tipi et tous ses biens dans l’espoir d’en faire bouillir ainsi la peau et de pouvoir la manger. Finalement Wapise vient lui parler et lui dit : « Je t’avais dit d’être prudent ; on t’avait dit de ne pas tuer en un jour plus de lagopèdes que le nombre prescrit ! » Bientôt sa couverture, son matelas et ses vêtements étaient partis. Ses vêtements étaient des loques et, en même temps, il crevait de faim.

3Telle était l’existence en cette époque reculée. Chacun avait un animal dont il dépendait. L’histoire continue et raconte comment cet homme reçut, un peu plus tard, l’aide de quelqu’un d’autre.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable