Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XVII - Kwokwokwowinini (l’Homme-aux-hiboux)

Texte intégral

1Un homme vivait dans la dépendance de Kwokwokwo (chouette épervière). Son pacte ou son « cadeau » était de tuer quatre hiboux par jour, ni plus ni moins. Son style de vie était semblable à celui de l’Homme-aux-lagopèdes, ses couvertures et ses vêtements étaient entièrement faits de plumes et de diverses parties de hiboux. Jour après jour, il vivait ainsi. A l’intérieur de son tipi, il pouvait se reposer, assuré que son tipi était bien situé dans une région adaptée aux hiboux. Son tipi était fait de peau de hibou. Ainsi tous les matins, il tuait, de son arc et de ses flèches, quatre hiboux, ni plus ni moins. En ce temps, Kwokwokwo était très bon à manger : son corps était très charnu. Un jour, alors qu’il voyageait, l’Homme-aux-hiboux vit quelqu’un qui était dénué de tout, quelqu’un qui était vraiment dans le besoin. Cette personne avait trahi le « cadeau » qui lui avait été fait. Son « cadeau » avait été de vivre de poissons, Il dit à l’Homme-aux-hiboux : « Je ne veux plus tuer qui que ce soit pour vivre. » L’Homme-aux-hiboux répondit : « Oui, je vais t’aider, mais assure-moi de ne pas rompre notre arrangement et tu vivras de hiboux pendant toute ta vie. » Ainsi l’Homme-aux-hiboux offrit de partager son « cadeau » avec son infortuné ami. Il lui conseilla de tuer tous les jours le nombre dit et, de plus, d’adapter son genre de vie aux hiboux, c’est-à-dire de camper dans les endroits que fréquente Kwokwokwo ainsi que de voyager continuellement.

2Kwokwokwowinini (l’Homme-aux-hiboux) était très sage ; il aida de nombreux autres.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540