Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XVI’ - Kwokwokwo et le vent chaud

Texte intégral

1Le vent chaud ne parvenait jamais jusqu’aux gens. Alors Kwokwokwo et Odijak (grue du Canada) décidèrent d’aller à sa recherche. Ils partirent vers le sud. Ils arrivèrent à un tipi. C’est là que le vent chaud était retenu. Kwokwokwo grimpa au sommet du tipi pour regarder ce qui se passait à l’intérieur. Les habitants dirent : « Il y a quelqu’un en haut. » L’un d’entre eux prit un bout de bois partiellement incandescent, frappa Kwokwokwo à travers l’orifice à fumée et lui brûla le bec. C’est pourquoi Kwokwokwo a l’extrémité du bec blanche et le reste noir. Kwokwokwo redescendit très vite et alla chercher les autres animaux à l’aide. Ensemble ils attaquèrent le tipi et libérèrent le vent chaud. C’est pourquoi maintenant, de temps en temps, le vent chaud souffle du sud.

2Il existe plusieurs variantes, très proches les unes des autres, d’un très court mythe qui rend compte du chant prolongé de la chouette de Tengmalm que l’on entend pendant les soirées printanières. Voici l’une d’entre elles :

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540