Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XVI - Kwokwokwo (chouette épervière)

Texte intégral

1Kwokwokwo (chouette épervière) vivait avec Kakabish (chouette de Tengmalm). Wapise (lagopède) et Pine (gélinotte) voulaient vivre avec ces deux là, Kwokwokwo et Kakabish. Il y avait plein d’animaux qui vivaient ensemble. Wapise était enceinte et personne ne savait qui était le père. Alors ils décident de se réunir. Ils s’installent tous à l’intérieur du tipi et s’assoient. Ils disent qu’ils vont essayer de savoir qui est le père ; ils décident quelque chose. Ils disent : « Celui sur lequel le bébé pissera sera le père. » Ils sont tous assis en rond et chacun prend le bébé à tour de rôle. Kwokwokwo était là aussi et voulait le bébé, il le voulait vraiment. Il accumule de la salive dans sa bouche et quand vient son tour de tenir le bébé dans ses bras, il se met à baver sur lui. « Oh, le bébé me pisse dessus. » Alors ils vérifient et lui disent : « Le bébé n’a pas pissé sur toi, ce n’est que ta salive ! » Ils concluent, en fait, que le bébé est celui de Kakabish, car c’est sur lui qu’il a pissé. Ils sont certains que le père est Kakabish. En fait, Kwokwokwo désirait Wapise comme un fou. Ils voulaient être amants. Kwokwokwo avait une maîtresse Pine ; c’était sa petite amie. Et le mari de Wapise était Kakabish.

2Une nuit, Kakabish était sorti et Wapise dormait. Elle se réveille et voit quelqu’un dans ses bras, à ses côtés, quelqu’un qui ressemblait à un homme blanc. Wapise aimait bien cet homme, et elle tombe amoureuse de lui. Mais il s’agissait de Kwokwokwo qui s’était transformé en homme blanc par désir pour Wapise. Alors cet homme blanc dit qu’il veut sortir pour un moment, mais Wapise qui en est amoureuse ne veut pas le laisser partir. Elle lui dit : « Ne sors pas, tu peux pisser dans mon assiette. » Wapise pensait que c’était vraiment un homme blanc et elle ne voulait pas le perdre. Le lendemain matin lorsque Wapise se lève, elle regarde cet étranger à ses côtés et voit Kwokwokwo qui était encore endormi là, à ses côtés. Alors Wapise commence à se douter qu’elle s’est fait posséder ; elle commence à comprendre qu’elle n’était pas vraiment devant un homme blanc. Elle cherche son poinçon à percer les cadres des raquettes et après l’avoir trouvé, elle se met à en piquer l’étranger. Alors il se lève et s’en va. C’était Kwokwokwo, elle l’entendit dire qu’il jouait toujours des tours aux filles qui ne l’aimaient pas. Ce matin-là, Kakabish rentra à la maison et ramena de la nourriture pour sa femme. Kwokwokwo se dit qu’il allait s’occuper de lui. Il chercha un moyen de se débarrasser de Kakabish. Il décida de l’affamer jusqu’à la mort ; ainsi il pourrait disposer de Wapise tout à son aise. Ils vivaient tous ensemble avec cette Wapise, ils vivaient tous au même endroit. Kakabish partit de nouveau à la chasse et il ne trouvait rien. Il ne trouvait plus jamais rien à manger pendant qu’il était dans la brousse ; il commençait à crever de faim et à devenir de plus en plus faible. Entre-temps, Kwokwokwo nourrissait Wapise. Wapise, alors épargnait un peu de nourriture et la cachait quelque part, comme ça Kakabish avait quand même un peu à manger, lui aussi. Un peu plus tard Kwokwokwo découvrit ce manège. Kakabish rentra au camp. Kwokwokwo lui demanda alors s’il avait trouvé quelque chose : « Non, je n’ai rien trouvé, absolument rien du tout ! » répondit Kakabish. Mais Kwokwokwo ne voulait rien donner à Kakabish et Kakabish ne savait pas que Kwokwokwo entretenait Wapise en nourriture. Alors Kwokwokwo dit à Kakabish de repartir à nouveau, d’aller tuer quelque chose.

3Quand il arriva à un de ces lacs, il vit que ce lac était plein de graisse. Alors il se dit qu’il en prendrait un peu à son retour et il continua son chemin. Parvenu au milieu de ce lac, il aperçut un tipi dressé au sommet d’une falaise. Ce lac appartenait à celui qui habitait ce tipi et cette graisse était la sienne. Il entreprit de traverser le lac, couvert de glace. Il avait presque achevé sa traversée que l’habitant du tipi en sortit et appela Kakabish en disant : « La seule façon d’approcher mon tipi c’est d’abord de gagner, de me battre. Ensuite, on peut prendre tout ce qu’on veut ! » Bien que très affaibli, Kakabish se met à escalader la falaise. Une fois au sommet, l’homme l’agrippa et Kakabish par deux fois lui sauta dessus mais, décidément, il n’était pas assez fort pour le vaincre. Après ces vaines tentatives, il redescendit. Il ne pouvait rien obtenir de lui, pas plus que de son lac de graisse.

4Il rentra. Kwokwokwo qui était à l’intérieur du tipi entendit du bruit dehors et dit à Wapise : « Mon frère nous ramène quelque chose à manger. » Et Kakabish entra en rampant et se dirigea vers sa femme. Kwokwokwo dit à Kakabish : « Tu as pleuré ? On dirait que tu as pleuré. » Mais Kakabish ne répondit rien. Kwokwokwo reprit : « Tu pourrais tout nous raconter. Qu’est-ce que tu as fait ? As-tu vraiment pleuré ou non ? » Alors Kakabish se remit à pleurer. Kwokwokwo lui demanda ce qui lui était arrivé. Alors Kakabish raconta et le lac empli de graisse et l’habitant au sommet de la falaise. Et aussi comment l’homme l’avait battu et comment il n’avait rien pu obtenir de lui. Kwokwokwo demanda alors : « Il est gros comment cet homme ? » Kakabish répondit : « Plutôt énorme. » Kwokwokwo déclara alors : « Ce soir, je vais fumer et, peut-être, je vais devenir plus gros que lui. » Il fuma toute la nuit. Au matin il était devenu presque plus gros que l’homme. Il dit : « Je vais fumer encore un peu, ainsi je serai capable de le vaincre. » Il fuma encore un peu et devint encore un peu plus gros, plus gros que l’homme. Il dit alors : « Allons-y, allons voir cet homme ! » Alors ils sortirent et se rendirent au lac.

5Une fois parvenus là-bas, ils traversèrent le lac et, arrivés à mi-chemin, ils aperçurent l’homme qui sortit de son tipi et leur déclara : « La seule façon d’atteindre mon tipi et d’obtenir quelque chose de moi, c’est, d’abord, de me vaincre. » Alors Kwokwokwo escalada la falaise et, parvenu au sommet, il sauta sur l’homme et le battit trois fois de suite. Après cela Kwokwokwo dit à Kakabish d’entrer dans le tipi et de manger autant qu’il en avait envie. Kakabish entra et il prit tout ce qu’il y avait là. Le tipi était plein de toutes sortes de graisses, graisse d’ours, graisse d’élan, etc., il y avait plein de graisse partout. Cependant, à l’extérieur, Kwokwokwo et l’autre étaient toujours en train de se battre. Mais l’homme, celui que Kwokwokwo était en train de combattre, devenait de plus en plus petit. Kwokwokwo entra à son tour pour se reposer un peu et pour se restaurer un peu. Quand il ressortit de nouveau, il vit les traces d’Attitamo (écureuil) qui se dirigeaient droit vers la brousse. Il suivit la piste et parvint à un endroit d’où il aperçut Attitamo. Alors Attitamo dit à Kwokwokwo : « Ne me tue pas, ne me tue pas, je vais planter de beaux arbres pour toi, ne me tue pas ! » C’est ce qu’Attitamo a fait, planter des arbres et c’est ce qu’il fait toujours aujourd’hui, planter des arbres.

6Parallèlement à ce long récit, aussi bien la chouette épervière (Kwokwokwo) que celle de Tengmalm (Kakabish) font l’objet de récits en forme de fragments à vocation essentiellement étiologique. Ainsi explique-t-on le dos rayé de la chouette épervière par la scène suivante : il voit une personne de sexe féminin qu’il croit endormie ; il s’en approche et la renifle en commençant au niveau des pieds ; la personne réagit en frappant en pleine poitrine le visiteur inconvenant qui tombe ainsi à la renverse dans le feu. On m’a raconté de même l’anecdote qui suit :

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable