Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XV - Shigibish (grèbe)

Texte intégral

1Les deux sœurs marchaient ensemble. Bientôt elles parvinrent à une rivière. Peu après, un canot apparut au détour d’une courbe et il y avait un homme blanc dedans. « Transporte-nous de l’autre côté et nous nous marierons avec toi », c’est ce qu’elles lui dirent. Il répondit : « Mon frère suit derrière ; il vous transportera de l’autre côté, il désire tant être marié. »

2Plus tard, Niga (oie du Canada) passa en dérivant devant elles. Elles lui demandèrent de les transporter de l’autre côté en échange de quoi les deux sœurs se marieraient avec lui. Niga répondit : « Mon frère suit derrière ; il a très envie de prendre femme. »

3Tous les animaux dérivèrent devant les deux sœurs et à tous elles demandèrent le passage sur l’autre rive en échange du mariage mais tous répliquaient : « Mon frère arrive derrière moi et il désire tant une femme. »

4Tout à coup, apparut, de derrière le coude de la rivière, un homme avec de longs cheveux et des yeux plus ou moins rouges. Il était assis au milieu de son petit canot qui flottait à peine. Elles hésitèrent avant de lui adresser la parole tant il était pitoyable à voir. Enfin elles se décidèrent à lui parler. « Eh, toi, transporte-nous de l’autre côté et nous nous marierons avec toi », lui dirent-elles. Alors il fit virer son canot et se dirigea vers la rive. « Ton canot est si pourri ; où allons-nous nous installer ? » lui demandèrent-elles. « Eh, vous n’avez rien vu encore, je peux transporter deux jeunes élans sans le faire chavirer », répondit-il. Il les fit asseoir à chaque extrémité et resta au milieu. Son canot ne s’enfonça même pas une fois qu’ils y furent embarqués tous les trois.

5Ils s’éloignèrent du rivage et descendirent la rivière. Tout à coup, ils aperçurent un caribou à quelque distance. « Regarde, un caribou, essaye de le tuer pour nous », dirent les deux sœurs. « Eh, dit-il, c’est mon chien, eh, là-bas, eh, là-bas, chien-caribou, chien-caribou ! » Le caribou s’enfuit et disparut sous le couvert. « Eh, ça ne va pas, crièrent-elles, tu l’as effrayé en criant pour rien. Tu sabotes la chasse ! — C’est mon chien, il a peur de vous, il vous trouve bizarres et c’est pourquoi il s’est enfui. » C’est ce que faisait cet homme : qu’il s’agît d’un élan, d’un caribou ou d’un ours, il les appelait son chien.

6Finalement, ils montèrent le camp, là où une colline s’abîme dans la rivière. L’homme cassa une branche de canneberge et s’en alla à la rivière. Ensuite, il retourna au camp avec un poisson qu’il avait harponné avec sa branche. « Bien, femme, fume ce poisson », dit-il. C’est ce qu’il faisait tout le temps, plonger dans la rivière avec sa branche de canneberge et rapporter du poisson harponné au camp. Tel était Shigibish. « Eh, Shigibish rebondit sur son cul », crièrent-elles. Shigibish revint et demanda : « Eh, les femmes, qu’est-ce que vous racontez ? » Elles répondirent : « C’est ce qu’il fait quand il veut de la nourriture, c’est bien comme nous l’avions dit. » Il plongea de nouveau. Il avait déjà chassé par là le soir. Il y avait une queue de castor sur un caillou au-dessus du feu, en train de cuire.

7Soudain, on peut entendre crier Shigibish : « Mon chien, le chien castor a volé votre queue de castor. » On l’entend toujours crier au loin : « Chien-castor, chien-castor, chien-castor ! » Il avait volé la queue de castor et voulait la garder pour lui. Shigibish retourne au camp et ils mangent le poisson fumé. Dès qu’ils ont fini, ils partent et peu après parviennent à un lac. Ils aperçoivent alors quelque chose de brillant au loin. Ils distinguent un appel : « Eh, Shigibish arrive avec des femmes. — Ce n’est pas là mon nom », dit Shigibish qui continue à pagayer dans leur direction. Enfin, ils descendent vers la rive à sa rencontre.

8Ils disent à Shigibish : « Tes belles-sœurs sont là, il y en a deux d’entre elles. » Et deux femmes se présentent au débarcadère. « Sont-ce celles-là ? » demande-t-il. « Non, ce ne sont pas celles-là. Qui sont ces femmes ? Tes belles-sœurs ont plus d’entrain et de splendeur », lui répondent-ils. Shigibish débarque et se met à danser, ses pieds battant l’air. Les gens font des gestes obscènes et montrent ses pieds qui sont très laids. Maag (plongeon) entre dans la danse à son tour.

9Ensuite il creuse un trou à même le sol. Maag dit : « Poussons-nous les uns les autres pour voir qui peut mettre qui dans le trou. » « Ooooh ! » Shigibish commence à réaliser que tout le monde est contre lui, alors il se dégage et rentre chez lui. Une fois chez lui, il voit les deux femmes couchées côte à côte. Il s’allonge pour dormir entre elles. Il est sur le point de s’endormir quand il se sent aiguillonné. « Femmes, arrêtez de me piquer », dit-il. Enfin il ne peut plus en supporter plus ; il prend un bâton et commence à taper sur ce qu’il croyait être ses femmes. Des morceaux de bois pourri et des fourmis commencent alors à s’envoler en tous sens. C’était donc ça qu’il croyait être ses femmes ! « Nokom (ma grand-mère), où sont les femmes ? » demande-t-il. « Lorsque tu es sorti, elles sont aussi sorties derrière toi », lui dit-on. Shigibish sort et s’en va, rampant, inspecter les autres tipis. Finalement, il trouve les femmes qui étaient à la danse. Shigibish rentre chez lui furieux.

10Le lendemain, Shigibish va à la recherche de ses femmes. Il les trouve endormies dans le tipi de Maag ; la bouche grande ouverte, Maag dort entre elles deux. Shigibish rentre chez lui au pas de course. « Nokom, où est mon pic à glace, celui que je t’avais dit de garder, je veux en aplatir la tête pour quand j’irai chasser cet hiver. » Alors sa grand-mère lui donne le pic à glace et il le met au feu jusqu’à ce qu’il soit chauffé au rouge. Puis il va là où Maag dormait avec ses femmes. Shigibish enfonce le pic dans la gorge de Maag. C’est pourquoi l’intérieur de la bouche et de la gorge du plongeon est noir. Shigibish l’a brûlé. Maag meurt sur le coup, il n’a même pas bronché. Les femmes dorment et ne se rendent compte de rien.

11Shigibish quitte les lieux rapidement et rentre chez lui : « Nokom, je pars chasser, je me prépare à la chasse au caribou. » Et il s’en va avec son canot. Bien évidemment, il voit un caribou qu’il abat d’une flèche. Il prend le sang du caribou et en remplit quelques sacs qu’il attache à ses côtés. Et Shigibish pagaye en direction du camp. « Ne lui dites pas que son frère est mort, attendez qu’il soit encore plus proche de la rive », disaient les gens. Shigibish approche de plus en plus. « Eh, dites-lui, c’est le moment ! » dit Niga (oie du Canada). « Eh, dit Niga à Shigibish, notre frère, l’Homme-aux-perles, est mort ! — Quoi ! » crie Shigibish. « Ton frère, l’Homme-aux-perles, est mort ! » lui répètent-ils en chœur. Shigibish se met à farfouiller dans son canot comme un enragé. Et il sort son couteau, se poignarde lui-même des deux côtés, fait chavirer son embarcation et alors le sang se répand de toutes parts. Ineneship (malard) dit : « Je vous l’avais dit de ne pas le lui annoncer alors qu’il était encore si loin. Maintenant, il s’est suicidé à cause de la mort de son frère. »

12Plus tard, ils se mettent à la recherche du corps de Shigibish, là où il s’était tué. Comme ils s’en approchent, ils peuvent entendre ce qu’il raconte : « C’est moi qui ai tué cet Homme-aux-perles. — Oh, grande terre, il l’a tué, pour cela, nous devons essayer de le tuer à son tour ! » De nombreux canots poursuivent Shigibish mais personne n’arrive à le rattraper. A chaque fois, il plonge en profondeur et réémerge exactement là où on ne l’attendait pas. Ils lui tirent dessus des flèches mais il est trop rapide, tant et si bien qu’à la fin ils abandonnent et rentrent. « Je connais une sangsue géante qui peut aspirer toute l’eau de la mer », dit Nika. Les sangsues géantes demeurent à l’embouchure de la rivière. Une sangsue géante peut aspirer la moitié de la mer et deux peuvent l’aspirer tout entière. Alors ils se rendent là où ils avaient vu Shigibish pour la dernière fois. Tandis qu’ils marchent dans la boue, Shigibish les aperçoit, car lui, il était assis sur la rive. « Kuh, ils ne sont pas très forts », se dit-il. Puis il se prépare les pieds en y fixant des plumes exactement comme on le fait aux flèches. Ils se mettent à encercler Shigibish qui, lui, reste assis comme si de rien n’était Comme ils s’approchent de plus en plus, il s’enfuit dans la brousse « Ne le descendez pas avec des flèches, contentez-vous de l’attraper, ainsi on pourra faire ce que l’on veut de lui ! » Voilà ce qu’ils criaient. Mais à chaque fois qu’ils s’en approchent, il parvient à s’enfuir par un chenal ou par un autre. Et dès qu’ils essayent de l’attraper, il se contente de sauter un peu plus loin. Non, il reste insaisissable. Shigibish se dirige alors vers l’embouchure de la rivière. Ils tentent de lui bloquer ce passage de ce côté-ci mais il passe quand même : semblables à des couteaux, ses pieds tranchent dans le vif. Arrivé à l’embouchure de la rivière, il voit les sangsues géantes allongées là comme deux énormes collines. Il se précipite dessus et découpe les sangsues géantes, et de nouveau l’eau s’écoule et remplit la mer. Shigibish s’éloigne à la nage. Il crie à ses poursuivants : « Vous ne pouvez m’attraper que si vous lancez les femmes à ma poursuite ! » Les deux femmes embarquent et se mettent à poursuivre Shigibish. Ils le voient embarquer dans le canot, s’installer au milieu et pagayer en direction de la rive. « Eh, ils reviennent et Shigibish est à bord ! » Alors qu’ils sont très près de la rive, Shigibish plonge du canot et le fait chavirer. Et maintenant, ils ont déjà du mal à le voir qui nage au large avec ses deux femmes derrière lui.

13Les gens disent : « Laissons tomber, il vous tuerait si vous le cherchiez, laissons tomber. » Et ils abandonnent ; depuis lors personne ne cherche plus noise à Shigibish.

14J’ai recueilli une variante de cette histoire (XV’), version qui s’attache surtout à décrire le conflit central, celui qui oppose Grèbe à Plongeon, son frère. C’est par dérision que le narrateur de cette dernière version, fait de Shigibish le frère aîné de Plongeon comme de tous les autres oiseaux aquatiques (shishipuk). Bien que plus courte, cette version, est plus riche de détails à vocation étiologique. Mais d’abord elle situe explicitement la saison qui sert de cadre à l’intrigue ; il s’agit donc bien du printemps, juste après la débâcle. La version XV’ décrit Plongeon sous le trait du séducteur mondain irrésistible. A travers la réflexion d’un des poursuivants invitant les autres à abandonner, le narrateur fait ressortir le côté souterrain du grèbe d’un point de vue symbolique, corollaire de sa relative maladresse réelle au vol : « Si nous essayons de l’attraper de nouveau, il va aller sous terre, c’est une chose qu’il est capable de faire alors qu’aucun autre oiseau ne le peut ! »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540