Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XIV - Makwa et Makikinak (ours et tortue)

Texte intégral

1Makwa (ours) était seul ; il voyageait à la recherche de quelqu’un pour vivre avec lui. Mais il ne trouvait personne. Enfin, il vit Makikinak (tortue) allongé sur le sable. « Puis-je vivre avec toi ? » demanda-t-il. D’abord il refusa, puis il accepta de vivre avec lui.

2Il vécut avec lui et ils étaient toujours ensemble quand l’automne arriva. Il lui dit : « Plus tard, cet automne, quand il fera plus froid, nous irons nous construire quelque abri pour passer l’hiver. » Ils s’en allèrent et Makwa continuait ses recherches car il ne trouvait pas d’endroit idéal où hiverner. « Là où les gens ne peuvent pas nous découvrir, c’est là où nous allons vivre », dit Makwa. Ils n’arrivaient pas à trouver l’endroit. Il continuait à changer de place tout le temps. « Les gens découvriront cet endroit », disait-il. Il continuait à voyager puis il dit : « Nous pouvons aussi bien rester ici. » Il commença à creuser un terrier. Il dit : « Va chercher des branches de sapin pour recouvrir le sol. Ne casse pas les branches vers le haut, casse-les vers le bas, comme ça cela ne se verra pas que tu as cassé des branches. Nous serons découverts si cela se voit que tu as cassé des branches. » Il alla finir le terrier et il finit la collecte des branches. Il pouvait voir où il les avait ramassées car il avait cassé les branches vers le haut. « Il nous est impossible de rester ici, nous devons aller ailleurs ! »

3Ils s’en vont vivre ailleurs et vaquent à la recherche d’un endroit où les gens ne pourront pas les découvrir. « Ici est l’endroit ! » Et il alla lui montrer comment casser les branches correctement. Il collecta les branches et quand ils eurent terminé leur camp, ils y pénétrèrent car c’était déjà l’hiver. Il prit avec lui une bûche — une seule pour tout l’hiver — et la mit sur le feu. Ils se couchèrent et restèrent ainsi tout l’hiver durant. De temps à autre, Makikinak retournait la bûche et elle se consumait un peu plus vite. « Non, non, ne fais pas ça, sinon tu verras filer l’hiver plus rapidement », lui dit Makwa. Ils étaient couchés quand soudain il dit : « Écoute, quelqu’un arrive, il y a quelqu’un qui s’approche. » Alors il jeta dehors quelques gélinottes pour distraire la personne qui approchait et qu’ainsi elle s’éloigne et ne les découvre pas. Si quelqu’un d’autre venait, il jetait un lapin. L’hiver commençait à être trop long et Makikinak à être fatigué. Makwa dit : « Je vais voir combien de temps l’hiver va durer », et il sortit. Il était partit pendant longtemps pour voir combien de temps l’hiver devait durer encore. A son retour, il dit : « Ce n’est pas encore le printemps et pourtant la neige commence à fondre. »

4Ils s’allongèrent de nouveau et Makwa s’endormit. Il recommença ainsi à plusieurs reprises. Une fois, Makikinak l’observa, allongé là, avec la tête près du feu et il dormait la bouche ouverte et entre les dents, il y avait des baies immatures. Il dit : « Vous pensez s’il ne ment pas quand il dit que ce n’est pas encore l’été ! » Il sortit pour voir. C’était l’été et il y avait déjà de plus en plus de baies. « Ainsi il mangeait des baies ; c’est pourquoi il restait si longtemps dehors. » Il était furieux contre lui et alla chercher des branches pour le brûler. Il combla le terrier avec un énorme tas de bois bien sec et, après être allé creuser un petit lac assez loin, il revint au terrier pour y mettre le feu. Il enflamma l’entrée du terrier. Makwa fut réveillé par la chaleur. Il cria : « Makikinak, nous sommes en feu ! » Et il sauta hors de sa couche et enfila ses mocassins en se trompant de pieds. Il se précipita dehors à travers les flammes. Il se brûla le nez en sortant. « Bien, Makikinak doit être bien au chaud maintenant, lui qui avait toujours froid et voulait toujours se réchauffer », dit-il. Il le vit assis un peu plus loin. Il se précipita vers lui avec l’intention de le battre. Mais il plongea à l’eau. Il tenait son bâton prêt au-dessus de l’eau et dit : « Tôt ou tard tu devras faire surface, Makikinak ! » Mais il ne fit jamais surface.

5Il se retrouva seul de nouveau, Makwa était tout seul. Plus tard, alors que Makikinak était allongé sur le sable, prenant le soleil, Makwa passa par là et finit par l’apercevoir, allongé sur le sable. Il lui dit : « N’est-ce pas toi qui m’a brûlé ? — Et, ce n’est pas moi, je change d’apparence tout le temps, cela ne peut avoir été moi ! » lui répondit-il. « C’était toi », dit-il en l’attrapant, en le démembrant et en lançant les morceaux dans tous les sens. Il le démembra complètement en petits morceaux et il emmena avec lui une de ses jambes. Il avait la jambe avec lui tout le temps, essayant de se souvenir de ne pas la laisser partir ; il la prenait en main constamment. Makikinak rassembla tous ses morceaux, apparemment exactement comme avant, sauf qu’il lui manquait une jambe. Il ne pouvait refaire cette jambe. Il se mit à suivre Makwa, déjà parti. Bientôt sa trace se fit de plus en plus fraîche. Les endroits où Makwa s’était allongé se remarquaient ; de même là où il avait mangé des baies. Il essayait de ne jamais oublier la jambe, de ne jamais la laisser partir. Quand il s’approchait de lui, il pensa : « Je souhaite qu’il oublie la jambe. » Ainsi il oublia la jambe. Il récupéra sa jambe et la remit en place.

6Makwa errait car il ne trouvait rien à manger, car il ne pouvait pas trouver des baies. Bientôt il fut sur le point de mourir de faim car il ne trouvait pas de baies. Il parvint à un lac et il y avait une île sur ce lac. Il marchait le long de la plage. Le vent soufflait en provenance de l’île et il pouvait sentir l’odeur des framboises. Il se dit : « Je vais y aller. » Et il se mit à nager vers l’île. Il y avait plein de framboises là où il allait. Il sortit de l’eau pour un instant et pensa : « Je devrais plutôt m’en retourner car j’ai oublié mon assiette de graisse. » Il retourna pour aller chercher son assiette. Il demeura sur la rive un instant puis se remit à l’eau et à nager ; il avait trouvé son assiette de graisse. Il était un peu nerveux, c’est pourquoi il se dépêcha. Tout en nageant, il était inquiet.

7Alors qu’il était presque arrivé à l’île, Makikinak l’écorcha d’en dessous de l’eau. Il frappa à la tête, plus haut en avant, alors qu’il nageait de plus en plus vite. Quand il parvint presque sur le bord, Makikinak émergea juste devant lui, il était toujours en train de nager : « N’est-ce pas toi qui me démembra ? » lui demanda-t-il. « Eh, comment peux-tu dire cela, je change d’apparence tout le temps, comment serais-je le bon ? » répliqua-t-il. Il répondit : « C’est toi qui me dépeça », et il plongea. Il agrippa son pied et le tira. Il le tirait de tous les côtés car il essayait de le mettre en morceaux. Bientôt il l’eut tiré à travers les dix couches du monde. Bientôt ce qu’il tirait dans l’eau n’était plus qu’un des pieds de Makwa. Enfin il jeta le pied et lui dit : « Voyons si tu peux te reconstituer de nouveau. » Soudain un castor noir s’éloigna en nageant, car c’est en cela que se métamorphosa pour finir le pied de Makwa.

8Si la marmotte, sous l’apparition de Wingahoke, tient d’un côté du glouton, elle est surtout semblable à l’ours car, comme lui, elle hiberne. Il est donc un court récit où Winusk (marmotte) se conduit envers ses enfants comme Makwa envers la tortue il refuse de leur annoncer le retour de la belle saison.

9Enfin, on raconte encore une petite histoire au sujet de l’ours :

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540