Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XIII - Makikinak (tortue)

Texte intégral

1Celui qui s’appelle Makikinak dit : « Je crois que je vais essayer de trouver une piste et la suivre. » C’était au printemps quand il y a sur la neige une couche très dure sur laquelle on peut marcher.

2Il arriva dans un coin que fréquentait Moos (élan) et, après l’avoir levé, se mit à le pister. Bientôt il aperçoit Moos immobile : il était épuisé. « Ne peux-tu pas aller plus loin ? » demanda Makikinak. « Je ne veux plus courir, je vais passer à travers la couche dure », dit Moos. Alors voilà ce que Makikinak lui dit : « Bien, essaye cela. » Il retira les manches de son manteau qui étaient faites de peau de loutre et enveloppa avec les pieds de Moos. Moos repartit en flèche. Il parvint à suivre Moos pendant un moment mais il fut bientôt distancé. Il ne lui tira pas dessus avec ses flèches même quand il le vit s’échapper. Il pista Moos jusqu’au crépuscule mais il ne le vit pas.

3Quand le soleil se couchait, Moos se dirigeait vers quelques marais particulièrement denses. Il entendait Makikinak l’appeler : « Attends-moi, tu es en train d’user mes peaux de loutre ! » Et Moos se disait : « Je ne vais pas l’attendre, même quelques instants. »

4Makikinak poursuivit Moos pendant tout le printemps, mais il ne parvenait pas à le rattraper. Plus tard, dans la saison, quand les feuilles commençaient à pointer, Moos commença à aller dans l’eau et c’est là qu’il le tua. Les membres de Moos étaient devenus comme de la peau de loutre car Makikinak lui avait donné sa peau de loutre. Ainsi l’élan peut supporter l’eau froide quand il se baigne et peut marcher sur la couche dure de la neige de printemps.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540