Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XII - Makwa (ours)

Texte intégral

1Je vais raconter une histoire. On avait construit une grande tente allongée. Au milieu, ils avaient dressé un poteau écorcé. Makwa voulait emmener une femme, une femme qu’ils se repassaient tous les deux, l’un à l’autre. Ils se l’étaient échangée mutuellement.

2Il y avait aussi un caillou, de pierre tendre et qui était le poids de Makwa. Il voulait prendre la femme à l’autre homme. Quand Makwa faisait ses exercices et s’entraînait, il arrachait un morceau du poteau. Il regarda l’homme et dit : « S’il m’insulte, voilà ce que je ferais à celui de l’Ouest. » Maintenant l’homme dont on avait enlevé la femme était assis, son arc à son côté. Il tira vers le poteau et en produisit des copeaux comme il l’avait fait avec le caillou. Alors Makwa s’avança et arracha un morceau du caillou en disant : « S’il m’insulte, voilà ce que je vais faire à celui de l’Ouest. » Alors cet homme s’empara de son arc et d’une flèche et il dit : « Voici ce que je vais te faire si tu essayes d’enlever la femme qui m’appartient. » Et le caillou fut éclaté en six morceaux. C’était la première chose qu’ils firent.

3Puis Makwa s’en alla avec la femme qu’il désirait soustraire à l’autre. Makwa marcha pendant trois jours dans la brousse jusqu’à ce que la croûte supérieure de la neige — celle qui se forme pendant la nuit à cause du gel — ne puisse plus supporter son poids. Il essayait de battre l’homme. Après avoir marché trois jours et trois nuits et ne le voyant pas à sa poursuite, il dit à la femme : « Eh, je crois que j’ai vaincu l’homme de l’Ouest. — Tu ne l’as pas vraiment battu. Personne ne l’a jamais battu », répondit la femme à l’adresse de Makwa.

4Trois jours et trois nuits plus tard, Makwa parvint à une colline. Il commença à la gravir ; il voulait aller là où les pierres sont comme des couteaux. Approchant de l’endroit où les pierres sont des couteaux — un endroit où ils s’étaient déjà affrontés — il regarda derrière lui pour voir si cet homme le suivait, mais il ne vit personne. Il dit : « Je crois que j’ai vaincu l’homme de l’Ouest ! » La femme qu’il avait enlevée dit : « Tu ne l’as certainement pas vaincu ! » Il n’avait pas vu l’homme qui l’avait devancé à la course et l’avait contourné par un mouvement circulaire. Celui-ci plaça un piège à arc le long du chemin sur lequel Makwa arrivait avec les pieds tournés vers l’extérieur. C’est ainsi qu’il trébucha dans le piège et fut renversé par-dessus une falaise si raide et haute que l’on n’en pouvait voir le fond. Il y avait des rochers au pied. C’est ainsi qu’il fut vaincu et que l’homme prit la femme et l’emmena.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540