Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

XI - Missashikaak (mouffette géante)

Texte intégral

1Du temps où ils étaient humains, les animaux étaient nomades. Il existe une histoire à propos de Missashikaak (mouffette géante). On disait que Missashikaak arrivait. Il se dirigeait vers le village où ils vivaient. Il voulait les empoisonner de ses pets délétères, C’était sa mission. Il recherchait même les gens à asperger ainsi.

2Les animaux dirent au plus petit des leurs, Sekose (hermine) : « Va voir où il est ! » Déjà Sekose courait là où ils disaient que Missashikaak devait se trouver. Au loin il vit une trace. Il s’enfonça dans la neige et se mit à ramper vers la trace. Il ressortit à l’endroit où se trouvait la trace de Missashikaak et regarda tout autour avec précaution. Au même moment, Missashikaak qui marchait se mit à hurler : « Ah, ah, quelqu’un a croisé ma trace, quelqu’un me suit. » Et il retourna sur ses pas. Sekose retourna au village en criant : « Les traces de Missashikaak sont déjà toutes proches. » Missashikaak marchait désormais en ligne brisée, sentant, ou du moins essayant de sentir, celui qui l’avait suivi. Maintenant les gens du village fuyaient, abandonnant derrière eux deux vieilles femmes dans un grand tipi.

3Missashikaak parvint peu après là où quelqu’un l’avait pisté. Il vit là où la neige avait été remuée et où quelqu’un était sorti. Il inclina sa tête sur le côté, l’enfonçant dans la neige et se mit à trancher la couche superficielle, suivant la piste. Bientôt, il fut de nouveau hors de la neige et courut dessus, suivant la piste. Enfin il comprit où la piste conduisait, de même qu’il se souvint de ses intentions premières. Maintenant, il voit bien que la neige a été tassée. Des gens ont vécu dans le voisinage. Et maintenant, il découvre le village, mais les tipi sont désertés. Les inspectant un à un, il arrive à l’un d’eux dans lequel il ne parvient pas à entrer. Il se retourne, soulève sa queue et pète devant l’entrée qui ne tarde pas à s’ouvrir. A l’intérieur du tipi, il découvre deux vieilles femmes. Il leur dit (il parlait créé à cette époque) : « Qu’est-ce qui se passe dans ce pays ? Il n’y a personne, partout où je vais. — Missashikaak s’amène », voilà ce qui lui fut répondu. Sekose avait averti les gens de sa présence. Ils avaient fui dans les collines où les bois étaient particulièrement denses. Missashikaak était planté là et marmonnait tout seul : « Où peut-il être, celui connu sous le nom de Missashikaak et dont tout le monde a très peur ? » Finalement il sortit. « Vieilles femmes, dit-il, je vous ai amené un peu de nourriture. » Elles se précipitent sur lui, car elles sont aveugles. Et, alors, il se met à les asperger de ses vents, les renversant sur le dos. Elles sont mortes ; il les a tuées.

4Puis, il se mit à suivre la trace faite par les autres à travers la brousse. Ces traces conduisaient vers les chaînes des grandes montagnes. Par-delà, ils avaient fait un autre camp, et là-bas ils trouvèrent d’autres gens. C’était l’endroit qu’ils avaient essayé d’atteindre. C’était pourquoi ils étaient passés par-dessus les montagnes, et ce, avec l’espoir de retarder Missashikaak.

5De son côté, Missashikaak perdait beaucoup de temps en essayant de traverser les montagnes. Les montagnes s’élevaient et s’abaissaient. Les gens envoyaient d’autres observateurs pour savoir si Missashikaak était toujours à leur poursuite. Ils pouvaient le voir, au loin, gravir une montagne. Il finit par arriver au sommet et commença la descente. Les gens allèrent de l’autre côté d’une autre montagne. Quelques-uns d’entre eux allaient en tête pour attacher une corde à un arbre afin que les autres puissent suivre. Ayant fait ça, ils regardaient où étaient les autres. Suivant leur piste, ils parvinrent à une île. C’était là que se tenaient les autres. Missashikaak perdit du temps pour arriver à la montagne que les gens avaient escaladée. Il était furieux car ils faisaient tout pour essayer de l’arrêter dans sa poursuite. Missashikaak mit pas mal de temps, étant lent dans l’ascension de la montagne : il devait ramper. En regardant en bas, il se dit que s’il tombait il se tuerait certainement. Enfin il parvint au sommet et, ensuite, il entreprit la descente. Il glissa le long de la pente. Les gens alors gravirent une autre montagne. Une fois encore, l’un d’entre eux partit en tête pour attacher une corde à un arbre afin que les autres puissent se hisser. Puis ils regardèrent l’endroit où ils pensaient que les autres devaient être. Bientôt ils arrivèrent là où se trouvaient les autres. Afin de parvenir à cet endroit, ils durent traverser vers une île. Missashikaak arriva là où les gens avaient franchi l’autre montagne. Il était définitivement en rage, car ils faisaient tout pour l’empêcher de les poursuivre. Cela lui avait pris du temps car il devait ramper. Il regardait vers le bas, et il se savait mort s’il tombait. Enfin il parvint au sommet. Alors il parcourut la crête de la montagne pour tenter de dépasser les gens. Il regardait partout et ne voyait personne. Alors il retourna sur ses pas jusqu’à l’endroit d’où il était parti et vit où les gens étaient descendus. Il comprit qu’ils avaient pris la fuite. Quand il parvint au lac, la glace se craquela sous lui. La piste menait vers l’île sur laquelle le site du camp brillait dans la lumière du soleil, de l’autre côté du lac. Il observait le camp. Il ne prêtait pas attention alors à sa propre situation spatiale. Quand il déboucha du couvert, sur l’île, il fut attaqué par-derrière. Ils lui mordaient le cul, le tenant scellé. Les poissons étaient les premiers à lui sceller le cul en le mordant mais leurs dents étaient trop pointues et elles coupèrent le cul de Missashikaak. Alors Kigahoke (glouton) avec ses dents plus grandes cloua hermétiquement le cul de Missashikaak. Ils le poignardaient sans cesse mais ils ne pouvaient pas atteindre sa chair ; il était trop gras. Ils dirent : « Pejo (lynx) n’est pas là. Pourquoi n’est-il pas venu dès qu’il a appris que nous allions tendre ici une embuscade à Missashikaak ? » Alors, Pejo apparut sur le lac.

6« Pejo, viens ici, nous ne pouvons pas atteindre la chair de Missashikaak ; il a une telle épaisseur de graisse. Toi, amène-toi, tu possèdes un couteau bien plus long ! » Mais non, Pejo pénétra dans un bosquet d’arbres, à l’écart, et grimpa dans un arbre ; ils l’entendaient crier : « He, ya, he, ya » voici ce qu’il criait. « Pourquoi crie-t-il comme ça, il ne sert à rien puisqu’il ne vient pas nous aider », disaient-ils à destination de Pejo. Enfin l’un d’entre eux dit : « Il parle, mais qu’est-ce qu’il raconte ? — Celui qui tient son cul fermé à l’aide de ses dents va le maintenir immobile, de même, celui qui lui tient la bouche fermée va me le présenter sur le côté. » Alors ils lui maintinrent tous les jambes afin qu’il ne puisse plus bouger, sur le flanc. Soudain, Pejo sauta de son arbre, les pattes écartées. A mi-parcours dans les airs, on vit son couteau briller quand il le sortit. Avec son couteau prêt, il plongea sur Missashikaak. Il lui trancha la cage thoracique et la creva ; le sang giclait de toutes parts. Quand il reçut le choc et le souffle que lui infligea Pejo, Missashikaak répandit de la merde sur la figure de Kigahoke. Ce dernier était vraiment emmerdé mais il ne fut pas tué ; il devint juste aveugle à cause des vapeurs.

7Ils le relevèrent et l’assirent face au nord. « Cours dans cette direction ! » lui dirent-ils. Une première fois, dans sa course, il heurta un arbre. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? » demanda-t-il. « Ah, on m’appelle cèdre », répondit l’arbre. De nouveau il reprit sa course. Tout à coup il heurta un autre arbre. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? Est-ce que la mer est encore loin ? » demanda-t-il. « Ah, c’est encore loin, répondit l’arbre, certainement tu vas encore avoir à courir pendant, peut-être cinq jours. » De nouveau il heurta un arbre dans sa course. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? » demanda-t-il. « Ah, je suis juste un arbre qui pousse sur le flanc de la colline ; Sapin est mon nom ! » répondit l’arbre. Continuant son chemin, il heurta un autre arbre. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? » demanda-t-il. « Je suis là où ça commence à s’incliner, je suis un bouleau ! » répondit l’arbre. Peu après il heurta de nouveau un arbre et rebondissant dessus demanda : « Quelle espèce d’arbre es-tu ? — Ah, je suis un immense sapin, je suis là où la terre commence à s’incliner vers la mer », telle fut la réponse de l’arbre. Soudain il se cogna encore dans un arbre. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? Est-ce que la mer est encore loin d’ici ? » demanda-t-il. « Je suis un mélèze, quand le vent souffle au plus fort, les vagues de la mer peuvent être entendues d’ici », répondit le mélèze. Il reprit sa course, et, encore, heurta un arbre, un peuplier. On pouvait entendre les vagues de la mer, le vent soufflait du large. Alors il reprit sa course. Tout d’un coup, il glissa et tomba sur le côté. « De quelle espèce d’arbre es-tu ? » demanda-t-il. « Eh, je suis là où le vent souffle fort, je suis sur la rive de la mer ! » répondit l’arbre.

8Alors Kigahoke entra dans la mer en courant. Il se roulait dans l’eau ; il se retournait encore et encore, clignant des yeux, se désinfectant. Après s’être baigné, il sortit de l’eau : il était trempé de la tête aux pieds. C’est la raison pour laquelle l’eau de la mer est amère. Elle n’est pas potable : elle a exactement le même goût que de l’eau salée.

9C’est pourquoi il lui avait dit que cela lui prendrait dix jours pour atteindre la mer. Puis il se prépara à revenir, toujours à la course. C’est ainsi qu’il est le glouton quand il court à travers le pays, il n’achève jamais sa course ; il ne s’arrête pas, ni le jour, ni la nuit, et même après cinq jours, il est toujours en train de courir pour aller là où il veut se rendre. S’il en est ainsi c’est à cause de ce qui s’est passé alors. Exactement dix jours plus tard, le matin, il parvint à l’endroit qu’il avait quitté et ne sentait plus rien du tout. S’il ne s’était pas nettoyé, il puerait mais l’eau de mer serait potable.

10Alors ils se mirent à découper Missashikaak et le disposèrent sur le feu. C’est là qu’ils empilèrent ses restes, à côté du lac au loin, et les brûlèrent. C’est pourquoi les feux sont si dévastateurs quand ils brûlent. Car ils ont répandu la graisse de Missashikaak à la surface de la terre quand ils le brûlèrent. Il en avait tant, de graisse. La terre entière a été enduite de graisse.

11J’ai recueilli une variante de ce récit, version très écourtée et dont la Jonction étiologique finale ne se rapporte pas à la salinité des eaux marines, au nord, mais à la pollution naturelledes eaux du lac Winnipeg, à l’ouest.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540