Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

X - Shigawesh

Texte intégral

1Il y avait des gens. Parmi eux, il y avait quelqu’un de très considéré qui vivait indépendamment des autres. Une femme vivait pas loin ; elle avait un petit-fils.

2Un matin sa mère l’attacha dans son tikinakan (porte-bébé), car elle allait chercher du bois. Tout d’un coup, la vieille femme dit à la jeune femme : « Ma fille, je vais garder ton enfant pendant que tu vas chercher du bois. » Se dirigeant vers l’autre tipi, la jeune femme pensait qu’il s’agissait vraiment de sa mère. Elle poussa son fils par l’entrée tandis que quelqu’un le prit de l’intérieur. Puis elle partit chercher son bois. Quand elle eut fini, elle courut là où se trouvait sa mère. « Ma mère, dit-elle, je suis venue reprendre mon fils. — Qu’est-ce qu’elle raconte, dit la mère, je ne t’ai jamais rien dit. — Ce matin, tu as dit que tu garderais mon fils pendant que j’allais chercher du bois. — Je n’ai jamais dit ça », répondit la mère. Alors elles se mirent à chercher le garçon dans le tipi mais sans résultat. Dehors, il n’y avait aucune trace non plus.

3A cause de la perte de son fils, son mari décida de se débarrasser d’elle. Il l’attacha pour qu’elle ne puisse pas bouger. Il lui attacha les mains dans le dos et la dépouilla de ses vêtements. C’est ainsi qu’il la laissa. Puis ils levèrent le camp. Trois personnes essayèrent de l’aider mais ce n’était pas possible. Ils étaient trop nombreux à être contre eux, aussi ne purent-ils rien faire pour aider la femme à survivre. Le mari en la quittant dit à Kukuke (corbeau) : « Kukuke, je te laisse ma femme en pâture. » Puis il l’abandonna : il fut le dernier à partir pour être sûr que personne ne l’aidât dans son dos.

4Kukuke survint. La femme lui dit : « Que vas-tu faire ? Je t’ai connu précédemment ; vas-tu, de ton bec, couper mes liens ? » L’oiseau la délivra en usant de son bec pour couper la corde. Il y avait un morceau de tissu que Kukuke découvrit en voletant aux alentours. Il le prit dans son bec et l’agita. Tout d’un coup, il y eut plein de tissu, ça commençait à grandir et à s’agrandir. Même un morceau de peau de lapin qui avait été déchiré s’agrandit, se tissant lui-même en une couverture quand il l’agitait avec son bec. Tout, os, couteaux, haches, tout. Kukuke faisait ça en les agitant avec son bec.

5Alors la femme se mit en quête de son fils. Elle trouva un os utilisé pour gratter les peaux de caribou. Elle lui parla : « Où a-t-on emmené mon fils ? — Va voir les poteaux qui ont été employés pour faire l’entrée du tipi », répondit l’os. Les poteaux avaient été laissés en place. Elle en prit un. Comme elle le tirait, elle vit des traces qui menaient en direction de la brousse. Elle se mit à suivre ces traces. Tout en suivant, elle vit des signes laissés par son fils. Elle commença à voir une pointe de flèche sur le chemin, puis elle découvrit des os, là où son fils avait mangé. A la fin, elle aperçut un tipi au loin. Elle entra et quelqu’un releva la tête. « Ainsi tu es venue », dit Shigawesh. « Oui, oui, en effet », répondit-elle. La jeune femme reçut alors un peu d’eau à boire. Quand elle eut fini de boire, elle commença à ériger un tipi non loin. Elle veilla cette nuit-là à ce que Shigawesh ne s’enfuie pas. Quand son fils arriva au campement, Shigawesh lui parla : « Une femme est arrivée. Ne va jamais là-bas. Elle aime raconter des mensonges aux gens et, en plus, elle vole les enfants. » Bien qu’en fait, c’était elle, Shigawesh, qui enlevait les enfants. La femme ne tarda pas à vouloir son fils de nouveau. Chaque fois qu’elle essayait de faire sortir le garçon du tipi, Shigawesh en obstruait l’entrée. Enfin Shigawesh s’endormit la bouche ouverte ; ses dents brillaient. Le garçon lui donna un bon coup de poing et elle tomba à la renverse sans même se réveiller. Le garçon retourna à sa mère. La femme dit à son fils : « Mon fils, tu es mon fils. J’allais chercher du bois quand quelqu’un me dit : “Ma fille, je vais garder ton fils pendant que tu vas chercher du bois.” Voilà ce que m’a dit la voix. Je pensai que c’était ma mère. Je te plaçai à l’entrée du tipi et quelqu’un te prit. C’était Shigawesh et non pas ma mère. Elle avait des seins exactement comme les miens. » Le garçon se mit alors à téter sa mère. Ensuite elle lui dit : « Demain va à la chasse et quand tu seras de retour dis à Shigawesh que tu as tué un caribou, par là-bas. Dis-lui que ce n’est pas loin d’ici. Puis ajoute : “Je vais m’en aller pour me rendre loin d’ici.” N’oublie pas de suspendre le caribou à une branche en hauteur. »

6Ainsi le fils partit à la chasse. Son expédition était telle qu’il décida de rentrer. Sur le chemin du retour, il rencontra un caribou qu’il tua. Il l’accrocha à une haute branche et retourna au campement. Le lendemain matin en se réveillant il dit : « Ma mère, laisse-moi te téter. — Oh, Shigawesh t’a certainement raconté des mensonges. Va-t’en ! Tu ne peux pas téter mes seins », lui répondit sa mère. Il lui demanda de nouveau : « Ma mère, laisse-moi te téter. » Elle finit par le laisser faire. Elle sortit sa poitrine qui était allongée et de la couleur du cuivre. Il la téta ainsi. Plus tard, dans la matinée, son fils partit à la chasse et il partait pour une nuit. Il tua un autre caribou et le suspendit très haut à une branche. Quand il rentra, la femme dit à son fils : « Va voir la femme qui campe près d’ici et dis-lui que tu as tué un caribou pour elle. Le caribou n’est pas loin d’ici, suspendu à une haute branche, le long du chemin. Dis-lui aussi que tu aimerais bien qu’elle le rapporte. » Alors son fils alla voir la femme et lui dit : « J’ai tué deux caribous. Tu suis le chemin que j’ai emprunté la première fois et moi, j’irai là où je suis allé la dernière fois. C’est un peu plus près. » Voilà ce qu’il dit à Shigawesh. C’était presque l’aurore quand la femme dit à Shigawesh : « C’est le moment de partir pour nous. » Shigawesh lui dit : « Toi, pars la première. » La femme s’en alla donc en tirant un traîneau. Elle ne regarda même pas en arrière, elle se contenta de suivre les traces.

7Dès que la femme fut hors de vue derrière les arbres, Shigawesh rentra au campement. En s’en retournant, Shigawesh trouva les trois enfants de cette femme. Alors elle les tua et emplit leur bouche avec de la graisse et leur mit la figure dans le feu. Tout ce que la femme possédait fut mis dans le feu. La seule chose qui restait, qui n’avait pas été brûlée, était l’aiguille de bois pour tresser les raquettes car elle était cachée dans la neige. Pendant ce temps-là, la femme était restée dehors toute la nuit. Le soleil descendait dans le ciel, elle était toujours à marcher à la recherche du caribou. Enfin elle découvrit l’endroit où le garçon avait tué le caribou. Elle le vit accroché en hauteur. Le soleil s’était déjà couché quand elle arriva là. En retournant au campement, elle pensa que Shigawesh avait vraiment nourri son fils de mensonges. Tout dans le camp était brûlé. Les femmes se préparèrent à camper là. C’était la seule chose à faire. Elle lança une lanière de cuir d’élan dans le feu. C’est ce que les femmes faisaient, il y a longtemps quand quelqu’un avait besoin d’une ceinture. Quand la peau fût raide et recroquevillée, Shigawesh dit : « C’est la distance que je devrais parcourir demain pour m’en retourner. » Le lendemain matin elle fit ses préparatifs pour s’en aller. Bientôt elle tomba sur une piste qui bifurquait en direction de l’autre caribou qu’il avait tué. Elle pouvait voir où Shigawesh avait suivi la piste. Elle dit : « Ah, Shigawesh a certainement dévoyé mon fils. » Elle vit ses fils avec la bouche emplie de graisse. « Shigawesh a certainement mangé mes fils ! » dit-elle. Alors elle les toucha du bout d’une broche en bois et ils ne bougèrent pas. Elle comprit qu’ils étaient morts. Alors elle toucha la tête de chacun d’entre eux avec l’extrémité de son bout de bois. « Quand je reviendrai, je vous ramènerai à la vie », dit-elle. Elle se mit à fouiller un peu partout à la recherche de ses affaires. Tout ce qu’elle avait possédé était brûlé. Il ne restait rien. Tout d’un coup elle réalisa qu’elle avait caché son aiguille de bois dans la neige. Elle dit : « Mon aiguille, où Shigawesh a-t-elle emmené mon fils ? — Arrache le poteau près de l’entrée du tipi », lui dit l’aiguille. Elle s’empara du poteau et brusquement elle vit des traces. Elle courut si vite qu’elle faisait pencher les arbres comme les avions le font au décollage. Sa chevelure sifflait tellement elle fonçait. Elle rencontra Kukuke (corbeau) et lui dit : « Quand tu verras Shigawesh approcher, volette de haut en bas en criant pour annoncer son arrivée. » Tandis qu’elle la cherchait, Kukuke lui tomba presque dessus. « Ka, ka ! » dit Kukuke. Kukuke avait aperçu Shigawesh et son fils devant. La distance entre eux restait constante. Elle n’arrivait pas à les rattraper. Elle pensa par-devers elle-même : « Je souhaite que le garçon soit de la taille qu’il avait quand je l’ai eu pour la première fois. Comme ça il pourrait facilement échapper à cette femme. » Elle pensait cela pendant que le garçon et la femme couraient. Le garçon s’emberlificota dans ses raquettes et tomba dans le tikinakan (porte-bébé) qu’ils portaient. Poursuivant le long du chemin, elle ramassa son fils et ses raquettes. Après avoir porté son fils pendant un certain temps, ses bras commencèrent à être douloureux. Elle balança les raquettes devant elle sur le chemin et posa le bébé par terre et lui dit de courir. Brusquement le bébé se transforma en garçon de nouveau. Maintenant qu’elle avait retrouvé son fils, ils essayaient d’échapper à Shigawesh.

8Bientôt Shigawesh fut tout près d’eux. La femme laissa tomber d’un seul coup sa hache par terre et dit : « Que la terre s’entrouvre ! » Shigawesh continuait à les pourchasser quand, brusquement, une large rivière surgit devant elle, si puissante et rapide qu’elle faillit se précipiter dedans. Ses pas vibraient tant elle essayait de l’arrêter. Comme lorsque vous voyez une rivière couler contre une montagne. C’était ça le travail de Shigawesh quand elle essayait d’arrêter le courant. « Referme-toi, referme-toi ! » criait Shigawesh. Et le sol commença à se refermer doucement. Quand elle pensa qu’elle pouvait sauter par-dessus, elle sauta. Juste au moment où le sol s’écarta de nouveau, elle tomba dans l’eau. Doucement, le sol se refermait. Shigawesh essaya de se glisser au-dehors et elle y parvint presque, Les collines ou les montagnes témoignent de la tentative de Shigawesh de briser la terre. Ce fut le dernier à jamais voir Shigawesh.

9La femme et son fils s’en allèrent alors à la recherche du mari. Enfin ils arrivèrent à son campement. Quand elle pénétra dans le camp, son mari la dévisagea. Il pensa qu’il reconnaissait en elle sa femme. Il ne pouvait s’empêcher de la regarder. A la fin, il entra dans son tipi. La femme lui parla et dit : « Voilà mon fils, celui qui était perdu. Celle qui s’appelle Shigawesh l’avait volé et je suis allée le rechercher. Je te l’ai amené ici pour que tu le voies. » Son mari essaya de la persuader de vivre avec lui. Mais elle ne voulait pas. La femme parla à son fils : « Maintenant nous allons donner une fête ! » Elle fit la cuisine toute la journée et surtout prépara une boisson à base de sang de caribou. Donnant à son fils un bâton sculpté qu’elle avait confectionné, elle lui dit : « Va harponner une racine qui dépasse de l’eau dans une mare marécageuse. Ensuite dis : “Mon grand-père, je veux cette racine pour ma boisson.” » Le garçon fit donc comme on lui avait dit. Puis il rentra avec la racine. Sa mère la mit dans la décoction et se mit à la tourner. Bientôt, vers le soir, elle appela : « C’est prêt maintenant, venez manger », et ils mangèrent. Même ceux qui, avant, avaient essayé de l’aider vinrent pour la fête. Ceux qui avaient voulu la tuer reçurent d’elle du sang de caribou. La nuit ne tarda pas à tomber.

10Le lendemain matin, en se réveillant, elle dit à son fils : « Il n’y a pas beaucoup d’animation autour du grand tipi. Va voir ton père, il a probablement trop mangé. » Le garçon sortit. Il vit des serpents qui rampaient partout sur les corps ; il n’y avait personne de vivant, tous étaient morts. Il retourna au tipi de sa mère et dit : « Il n’y a personne de vivant ; ils sont tous morts ! » Sa mère répondit : « Ton père ne peut plus rien contre moi désormais, Je me suis vengée. Arracher mes vêtements ! et il en va de même avec tous ceux qui m’avaient abandonnée. »

11J’ai obtenu une deuxième version (X’) de l’histoire de Shigawesh, due à une femme. Au-delà de quelques différences formelles (élan au lieu de caribou) il n’y a pas de divergences importantes dans l’intrigue respective des deux versions, à l’exception suivante. Ici, on nous indique — au moment où ils ne sont déjà que des cadavresque la rivale de Shigawesh, la mère véritable du garçon disputé, a d’autres enfants. Selon la conteuse, au contraire, c’est Shigawesh qui a d’autres enfants destinés à devenir les victimes de sa rivale. Cette narrationpeut-être justement parce qu’elle est fémininese montre supérieure à cet endroit, celui où une femme aidé de son fils tue les enfants d’une autre et, surtout, où une mère découvre ses enfants assassinés :

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540