Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

IX - Kigahoke (glouton)

Texte intégral

1Cette histoire s’est passée il y a très longtemps. C’était du temps où les animaux étaient semblables aux humains d’aujourd’hui. Il s’agit de l’histoire de Kigahoke (glouton).

2Kigahoke avait une femme et ils avaient une fille. Un jour, » ils eurent un gendre. Kigahoke n’aimait pas vraiment son gendre et il ne laissait pas sa fille coucher avec son mari, pourtant ils vivaient tous ensemble dans un même tipi. Tous les jours, Kigahoke allait à la chasse au castor et il emmenait sa fille avec lui. Pour chasser Amek (castor), Kigahoke, en général, faisait un trou au sommet de la maison des castors et les tuait ainsi par le haut. A ce moment-là, Kigahoke essayait d’affamer son gendre. Un jour Kigahoke partit à la chasse et emmena sa fille avec lui une fois de plus. Son gendre, lui, allait à la chasse aux gélinottes, mais il ne tuait jamais rien. Un peu plus tard, la fille ramena un petit castor. Elle dit à sa mère : « Mon père veut que le castor soit cuit quand il rentrera. » Alors sa mère se mit à écorcher le castor qui était très gras. Elle découpa le gras du castor pour en nourrir son gendre. Kigahoke rentra le soir et ce qu’il faisait alors, en général, c’était de ne pas laisser sa femme servir la nourriture. Il faisait cela lui-même et sa femme laissait faire. Tout à coup, comme il prenait la viande dans la casserole, il dit : « Il me semblait que ce castor était gras. Apporte-moi la peau du castor ! » Alors sa femme lui lança la peau de castor et dit : « Je me demande pourquoi il me demande même la peau à chaque fois que j’écorche un castor. » Kigahoke se mit à regarder et à gratter la peau de castor mais il ne dit rien. Puis Kigahoke mangea et il ne donna rien à sa femme. Son gendre avait de plus en plus faim car il essayait de l’affamer jusqu’à la mort.

3Un jour, Kigahoke sortit et, de nouveau, il emmena sa fille avec lui. Son gendre se dit : « Je me demande si j’arriverais à tuer un gibier si j’essayais vraiment. » Ainsi partit-il de son côté. Comme il marchait, il aperçut les traces d’un animal et les suivit. Finalement, il rattrapa un élan et le tua. C’était un jeune élan qu’il tua. Le gendre décida de ne pas rentrer avant la nuit. Enfin à la nuit tombante, il se mit en route pour rentrer. Alors qu’il était à l’extérieur du tipi, il entendit Kigahoke dire, tout en se servant de viande dans la casserole : « Regardez toute cette graisse qu’il y a dans cette casserole. » Il disait ça car il pensait qu’il affamait son gendre. Mais sa femme lui répondit : « On dirait que tu es prêt à partager ton repas. » Et le gendre entendait tout de l’extérieur. Alors Kigahoke répondit : « J’ai envie de te donner un petit peu à manger ! » Tandis que Kigahoke était en train de manger et de discuter avec sa femme, son gendre entra et laissa tomber par terre son sac qui était plein de viande. Faisant cela, il dit : « Tu n’as pas besoin de lui donner quoi que ce soit car elle ne risque pas de mourir de faim à présent. » Alors la vieille se leva et se dirigea vers le sac qui était par terre et dit : « Je crois que c’est à moi d’ouvrir ce sac puisque j’étais celle qui t’a donné un peu à manger avant que tu ne partes. » Kigahoke dit : « Ainsi tu nourrissais secrètement ton gendre afin qu’il ne crève pas de faim ! » L’attitude de Kigahoke envers son gendre changea du tout au tout : depuis qu’il avait tué un élan, il l’aimait. Kigahoke prit une tasse et mit un peu de graisse dedans ; il prit aussi un morceau de gras, le mit dans le liquide graisseux et donna le tout à son gendre. Le gendre se contenta de boire et laissa le morceau de gras au fond. Puis il rendit la tasse à Kigahoke en disant : « Je n’ai fait que boire et je n’ai pas mangé le gras que tu m’as donné. » Kigahoke ne dit rien car il savait que son gendre voulait se venger. Quand ils étaient prêts à aller se coucher, Kigahoke ordonna à sa fille d’aller dormir avec son mari. Comme tout se tut, on entendit du bruit près de l’entrée. On aurait dit que quelque chose ou que quelqu’un était projeté contre l’entrée. Comme il avait entendu ce bruit, Kigahoke demanda : « Quel est ce bruit ? » Alors une voix dit : « C’est moi. » C’était la voix de sa fille. Elle dit que son mari l’avait rejetée. Kigahoke répondit : « Pourquoi fait-il cela ? Il est censé te mettre enceinte. »

4Le matin vint et Kigahoke sortit à la chasse aux castors en emmenant sa fille. Son gendre se prépara pour s’en aller de son côté, et quand tout fut prêt, il s’en alla. Comme son gendre marchait, sa belle-mère l’appela et lui dit : « Je serai derrière toi à suivre ta trace. » De cette façon, sa belle-mère annonça qu’elle s’en allait avec lui.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540