Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

VIII - Kigahoke (glouton)

Texte intégral

1Il y a longtemps Kigahoke était humain. Des gens vivaient près des territoires de Kigahoke et, en particulier, un couple.

2La femme avait une petite fille, encore un bébé, et son mari était parti à la chasse. La petite se mit à pleurer et à faire beaucoup de bruit. La mère ne pouvait pas faire grand-chose car elle était occupée à tresser des raquettes. Elle était de plus en plus ennuyée et énervée par les pleurs de sa fille et elle le lui dit. Tout à coup elle entendit une voix grave qui disait : « Mets le bébé dans le tikinakan (porte-bébé) et emmène-le dehors. Je vais prendre soin de ma petite-fille. » Elle avait sa mère dans le tipi voisin et elle pensa que c’était sa mère qui lui parlait, aussi mit-elle l’enfant dehors et le laissa-t-elle là. Le mari revint chez lui au crépuscule et demanda à sa femme : « Où est notre petite fille ? » La femme répondit : « Ma mère s’occupe d’elle. » Le mari ordonna à son épouse d’aller chercher leur fille. La femme se rendit au tipi de sa mère et elle demanda : « Où est ma petite fille, celle dont vous vouliez prendre soin ? » La mère dit à sa fille qu’elle n’avait pas demandé sa petite-fille. Toutes les deux furent catastrophées car elles se demandaient bien ce qui était arrivé au bébé. Les gens commencèrent à courir dans tous les sens à la recherche de l’enfant manquant, mais ils ne pouvaient rien trouver. Enfin ils découvrirent les traces de Kigahoke. Ils suivirent les traces de Kigahoke et elles les menèrent un peu partout. Les gens ne pouvaient pas trouver ni Kigahoke, ni l’enfant volé. Même aujourd’hui le carcajou vole tout ce qu’il peut.

3Les hommes continuèrent à suivre la piste et, enfin, ils aperçurent le tikinakan car Kigahoke avait retiré l’enfant du tikinakan et l’avait mis sur son dos. La petite fille se mit à pleurer et Kigahoke lui dit de ne pas pleurer. Kigahoke avait promis à la petite fille qu’il tuerait un castor et qu’elle aurait la queue pour elle toute seule. Kigahoke savait qu’il était suivi et qu’il devait se dépêcher. Il perdit le foulard de la petite fille dans sa course, mais il le poussa du pied sur le côté de sa piste ; ainsi personne ne le remarquerait. Kigahoke retourna chez lui avec la petite fille. Les hommes qui le suivaient avaient abandonné. Alors il prit la fille chez lui et l’éleva. La fille grandit très rapidement tant et si bien que, finalement, Kigahoke dit à la fille : « Tu dois devenir ma femme car je me suis occupé de toi pendant si longtemps. »

4La femme fut attachée à des arbres et tuée par son mari pour avoir mis leur unique enfant dehors, mais elle revint à la vie. Quand elle ressuscita, elle pensa à sa fille que Kigahoke avait enlevée. Et elle se mit à sa recherche. Ils trouvèrent une vieille trace qui menait à la demeure de Kigahoke. Ils parvinrent à une rivière et virent Kigahoke en train de trapper Amek (castor). Kigahoke emmena alors la mère et les deux jeunes hommes, qui étaient en fait ses beaux-frères, chez lui. Ils arrivèrent chez Kigahoke et les fils allaient à la chasse, mais ils revenaient toujours bredouilles. Kigahoke, lui, tuait des castors, mais sa technique qui consistait à sauter sur les castors et à les écraser sous ses fesses, faisait que la viande n’avait pas aussi bon goût qu’elle ne le devrait. C’est avec ça qu’il nourrissait sa belle-mère et ses beaux-frères. Il procédait ainsi parce qu’il n’avait aucune envie d’entretenir sa belle-mère mais il ne voulait pas non plus qu’elle pensât mal de son hospitalité. Le castor n’était vraiment pas bon lorsqu’il le servait à sa belle-mère.

5Enfin les deux frères s’accordèrent pour essayer de tuer un élan. Ils en débusquèrent un et le pourchassèrent jusqu’à la rivière. Les deux frères savaient que leur beau-frère Kigahoke serait à la rivière en train de poser des pièges pour Amek. Un des frères arriva à la rivière avant Moos (élan), tandis que l’autre rabattit ce dernier dans cette direction. Les frères finirent par réussir à tuer Moos et l’un d’eux décida d’aller surprendre Kigahoke pour voir comment il s’y prenait pour briser la glace et les barrages de castors. Kigahoke avait prévenu : « Je ne peux laisser personne regarder comment je casse la glace et les barrages. » Alors un des frères rampa derrière Kigahoke et l’observa. Là, il allait d’un mouvement de va-et-vient vertical en usant de sa queue pour casser la glace et le barrage. Soudain il s’arrêta car il venait de se briser la queue et s’il se cassa la queue, c’est parce que quelqu’un était en train de l’observer. Depuis ce jour, le glouton a une queue tronquée. Soudain Moos sortit en courant des fourrés. Kigahoke lui dit : « Cours aussi vite que tu peux pour que les deux frères se fatiguent et abandonnent la poursuite. » Moos distança les deux frères, l’un d’eux vint à Kigahoke et demanda : « N’as-tu pas vu Moos ? » Kigahoke répondit à son beau-frère : « Si l’élan avait une longue queue, vous pourriez facilement le situer par le bout de sa queue quand il entre en courant dans les fourrés de l’autre côté du lac. » Ensuite Kigahoke rentra chez lui et sa femme lui demanda s’il ne ramenait pas quelques castors. Kigahoke dit à sa femme : « Ton frère m’a espionné pendant que je cassais la glace. Je me suis cassé la queue ; c’est de la faute de ton frère. » La femme dit : « Ne t’inquiète pas ; nous avons plein de castors que j’avais mis en réserve. » Plusieurs fois, il essaya de réparer sa queue mais elle ne voulait pas coller. La vieille dit à ses fils : « Allez très tôt demain matin chercher l’élan que vous avez tué car nous avons tous un peu faim. » Kigahoke se levait tous les matins pour aller dehors faire ses besoins et faisait un maximum de bruit. Il disait à ses beaux-frères : « Levez-vous car vous devez avoir froid sous vos couvertures. » Il faisait tout cela pour qu’ils perdent leurs forces car ils devenaient de plus en plus affamés. Ce qu’il ignorait, c’est qu’ils étaient déjà allés chercher l’élan. Alors il partit avec ses deux fils pour vérifier ce qu’il en était. Les enfants le suivaient mais comme ils étaient très bruyants, il les envoya chercher sa femme. Quand elle arriva, elle fut surprise de voir de la viande d’élan étalée un peu partout. Quand Kigahoke entendit cela, il dit à sa famille : « Nous allons tous aller là-bas car j’aime beaucoup la viande d’élan. » Il dit à sa femme et à ses enfants qu’ils marcheraient en tête. Kigahoke arriva le premier à la tente de fumage et il était vraiment content d’être là le premier. Sa belle-mère lui dit de s’asseoir au centre de la tente. La vieille avait congelé une partie des tripes de l’élan et c’était dur comme une pierre. Quand Kigahoke fut assis, la femme expliqua : « Comme c’est le premier élan que mes fils tuent, c’est les yeux fermés que tu dois manger un morceau gras. — Ça, c’est facile à faire », dit Kigahoke. La vieille lui donna de la viande et il était assis là, en train de la bouffer. Alors la vieille prit les tripes congelées et essaya de tuer Kigahoke avec, car elle lui en voulait toujours pour avoir volé sa fille, mais elle le manqua. Les deux beaux-frères dirent à leur mère : « Fais attention, il y a de la viande qui pend partout ! » Et, accidentellement, elle se cogna dedans et cela frappa presque leur beau-frère. Après que la mère eût manqué Kigahoke, on peut dire qu’il hésita un peu avant de tenir les yeux vraiment fermés. Un des frères remarqua que Kigahoke n’avait pas les yeux vraiment fermés. Et, de fait, s’il n’avait pas les yeux vraiment fermés, c’est qu’il devenait un peu soupçonneux, il se doutait que quelque chose de pas très net se tramait. « Non, la fumée est sur moi, dit Kigahoke, et c’est pourquoi je dois ouvrir les yeux de temps en temps ! » Quand Kigahoke eut de nouveau fermé les yeux, la vieille attrapa cette chose qui était dure comme de la pierre et la lança sur Kigahoke. Il fut frappé juste au front. La mère faisait tout pour se venger de ce que Kigahoke lui avait volé sa fille, il y avait déjà quelque temps. Alors ils ramassèrent le corps et le jetèrent dehors. L’aîné des frères commença à inspecter le corps et comme de bien entendu, il vit sur le dos de Kigahoke une silhouette d’enfant qui était devenue blanche sur le dos et c’est exactement là que Kigahoke avait porté la petite fille qu’il avait volée il y a si longtemps. Depuis ce jour, il y a une marque blanche sur le dos du carcajou et en regardant de près on peut distinguer la silhouette de la fillette, de même que la queue est partiellement brisée. Ensuite ils mirent Kigahoke au milieu du chemin avec le cul en l’air, pointant vers le ciel, afin que sa femme et ses enfants puissent le voir.

6De loin, ils pouvaient les entendre arriver car ils avaient suivi Kigahoke au camp de sa belle-mère, mais lui était arrivé bien plus tôt et maintenant il était mort, car ils l’avaient tué. Les enfants, les premiers, remarquèrent la queue de leur père qui pointait vers le ciel et ils ne cessèrent d’en parler jusqu’à ce que leur mère leur eût dit : « Si vous continuez ainsi il ne vous restera pas beaucoup de temps à vivre. » La mère savait que si la queue de son mari pointait en l’air, ils allaient tous mourir. Ils aperçurent Kigahoke au milieu du chemin. A la vue de son mari qu’ils avaient tué, la femme éclata en sanglots. Sa mère, la voyant pleurer, dit à ses fils : « Allez la frapper. Je suis furieuse de tout ce qu’ils ont fait ! » La vieille dit aussi à ses fils de prendre les deux jeunes gloutons, l’un était grand et plutôt allongé, l’autre plutôt petit. Alors ils prirent le grand et s’occupèrent de lui. Depuis ce jour, le glouton vole toujours n’importe quoi et sa queue est en partie cassée, de même qu’il a une marque blanche sur le dos. Ils s’occupèrent aussi du petit. Le grand glouton commença à être encombrant et, au retour du printemps, ils l’emmenèrent au lac et le relâchèrent. La vieille dit à ce glouton de ne jamais voler quoi que ce soit et de plus, elle lui dit de s’en aller au plus vite après les avoir quittés. Kigahoke prit alors sa poche et commença à manger car il avait déjà volé un peu de nourriture avant de quitter le camp. Même aujourd’hui si Kigahoke voit une jambe d’élan ou un castor traîner par là, il les dérobera sans le moindre problème. Ensuite vint le petit Kigahoke et lui aussi commençait à être encombrant car il détruisait les objets et, lui aussi, faisait preuve d’un grand appétit. Alors ils le relâchèrent aussi. C’est pourquoi aujourd’hui il y a deux tailles de gloutons, une pour détruire et une pour voler.

7Il existe un court récit (VIII’) parallèle au début de celui-cienlèvement d’une petite fille par un grand chasseur de castors qui l’épouse ensuite. Le héros en est Wingahoke que la narratrice identifie nommément à la marmotte. Wingahoke est évidemment la contraction des termes winusk (marmotte) et kigahoke (glouton). Le récit en question possède essentiellement une fonction étiologique puisqu’il explique le dos sombre de la marmotte par la marque qu’y aurait laissé la petite fille lors de son enlèvement, soit exactement la même explication que celle qui rend compte de la tache claire qui orne le dos des gloutons.

8Par ailleurs la marmotte fait l’objet d’un autre récit qui, au contraire de celui-ci, l’assimile plutôt à l’ours en se fondant cette fois sur un comportement commun durant la mauvaise saison, l’hibernation. Revenons maintenant à Kigahoke dont les aventures peuvent être racontées de façon un peu différente.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540