Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

VII - Ayash

Texte intégral

1La femme d’Ayash et son beau-fils (le fils de l’autre femme d’Ayash) étaient à la chasse aux gélinottes. Le fils d’Ayash tira une pine (gélinotte) d’une flèche et la femme courut la ramasser. Puis elle pressa l’oiseau entre ses cuisses ; la gélinotte la griffa à plusieurs reprises en haut d’une de ses cuisses.

2Ayash découvrit les griffures sur la cuisse de sa femme. « Qui a fait ça ? » demanda-t-il à sa femme. « C’est ton fils », dit-elle. Elle mentait. Alors, brusquement, un jour où le temps était magnifique et l’eau d’un calme plat, il dit à son fils : « Mon fils, allons chercher des œufs. » Ils gagnèrent le large à grands coups de pagaie. Bientôt on ne put plus les distinguer. Ils abordèrent, là-bas, dans une île rocheuse et se mirent à récolter des œufs. Soudain, on put voir Ayash pagayant tellement dur que le canot se balançait de droite et de gauche. Le fils appela : « Mon père, m’abandonnes-tu ? » Il ne répondit rien. « Mon père, m’abandonnes-tu vraiment ? » A la fin, Ayash était très énervé : « Qui est ton père ? Toi qui mutile ta (belle-)mère de telle façon ! » Et il disparut à l’horizon.

3Le fils était sur une île. Tous les oiseaux qui volent étaient incapables de le transporter à terre car il était trop lourd. Il était couché sur l’île et dormait. Il crut entendre quelqu’un l’appeler : « Noses (mon petit-fils), je vais te ramener ! » Il regarda autour de lui et ne vit rien. Plus tard il entendit quelqu’un l’appeler : « Noses, je vais te ramener à terre ! » Il regarda autour de lui et vit Kitshi-Kinebik (serpent géant). C’était une journée sans nuage. Kinebik (serpent) dit : « Noses, je vais te ramener à terre. Tiens-toi à ma ramure et frappe-la pour me faire avancer plus vite. » Il allait si vite que l’eau devenait sombre autour de lui tant il la faisait écumer. Enfin ils aperçurent la côte. Alors on put entendre arriver les Penesewuk (Oiseaux-Tonnerres) qui s’approchaient. « Noses, je crois entendre Penese (Oiseau-Tonnerre) », dit Kinebik. « Non, ce que tu entends c’est moi qui suis en train de taper sur tes cornes. » On pouvait voir la côte mais les Penesewuk étaient là, hurlant. « Je vais essayer de t’amener jusqu’à la rive », dit Kinebik, car il était rendu là où ce n’était plus profond. Quand ils furent proches du rivage, Kinebik dit : « Saute dans l’eau ici, Noses ! » Puis, à toute vitesse, il s’en retourna vers les profondeurs. Dans son sillage, les eaux écumaient. Ayash parvint à terre. Il se retourna et vit Kinebik qui se dressa au milieu d’éclaboussures d’eau et de sable et se tortillait tout en nageant : il était en flammes.

4Ayash pleura, debout sur la rive. Il marcha un peu de-ci, de-là. C’est à ce moment qu’il vit le sang qui s’adressa à lui : « Noses, je suis mort je t’avais dit de me dire si les Penesewuk s’approchaient. Je ne t’aurais jamais fait une défaveur. » Ayash savait que Kinebik l’aurait débarqué au large s’il lui avait dit que les Penesewuk approchaient. « Tu n’as qu’à suivre les traces de sang. » Il suivit les gouttes de sang et peu après il vit un petit tipi. Il s’en approcha et jeta un œil à l’intérieur. Il vit une vieille femme qui passait son temps dans son tipi. Elle avait des cheveux blancs et était de la taille d’un enfant. « Eh, Noses, tu es arrivé comme cela avait été dit. » C’était là où elle dormait. Puis la vieille femme sortit une toute petite casserole et deux tranches de viande. Une n’était que gras et l’autre était maigre. Ces deux tranches tenaient à peine dans cette minuscule casserole. Et voici ce qu’il disait : « Je n’aurai jamais suffisamment à manger avec ces deux tranches de viande. » C’est à ce moment que la vieille femme déclara : « Noses, ne refuse pas ce que je t’offre, car personne jusqu’à maintenant n’a jamais été capable de manger tout. Cependant si tu arrives à manger tout ce que je te donne, alors tu parviendras là où tu dois te rendre. »

5La vieille femme lui tendit une petite assiette et une petite tasse. Après qu’il eût bu, elle était toujours pleine. Puis elle lui donna les deux tranches de viande. Il mangea tout mais déjà deux autres tranches se trouvaient dans son assiette et ce, à chaque fois qu’il mangeait jusqu’au moment où il se sentit rassasié et commença à s’inquiéter. « Mon estomac devrait être aussi grand qu’un cratère », pensa Ayash comme il se sentait prêt à caler. Et même il pensa : « Je suis exactement comme Mahikan (loup) qui, tandis qu’il mange, ne sait jamais s’arrêter. » A la fin il pensa : « J’aimerais que mon estomac soit aussi grand qu’un petit lac car je suis vraiment plein. » Il continua à manger et il allait exploser quand, tout d’un coup, toutes les tranches et la boisson disparurent. Il chercha s’il en restait mais toute la nourriture avait disparu. Il interpella sa grand-mère : « Nokom (ma grand-mère), j’ai tout mangé ! — Eh, tu arriveras là où tu dois te rendre ! » Puis il s’allongea, malgré le feu, il pouvait difficilement tenir dans le petit tipi. Quand il se coucha et s’endormit, cette petite casserole était suspendue au-dessus du petit feu par un morceau de bois.

6Le lendemain matin, il se réveilla dans un immense tipi. Et il y avait une casserole géante. « Tu as mangé tout le contenu de cette casserole ! » lui dit la vieille femme. Cette casserole était aussi grande qu’une maison. La vieille lui donna un peu de cuir pour des mocassins, une pierre, une lime et une hache, une peau de vison. Puis il partit avec son seau. D’abord il tomba sur une personne infectée, qui avait des croûtes aux genoux. Tous ceux qu’il rencontrait cherchaient à le tuer, pas seulement celui qui suintait de pus. Il parvint alors au tipi de la personne infectée. Il s’assit au fond du tipi. Jambes-sanieuses s’assit lui aussi à l’intérieur. Il tournait le dos à Ayash, mais Ayash le vit prendre une assiette. Maintenant, Jambes-sanieuses lui tendait cette assiette qui était pleine de pus. Il porta l’assiette à sa bouche puis sortit une peau de renard. La peau de renard mangea le pus en faisant grand bruit. « J’ai tout mangé, tiens voilà ton assiette ! » Et il lui lança l’assiette. Puis ils allèrent se coucher et il s’endormit. Alors le vieil homme lui parla : « Noses, n’as-tu pas des problèmes digestifs après ton repas ? — Je me sens bien ! » dit Ayash. De nouveau, un peu plus tard, le vieil homme demanda : « Noses ? » Mais il ne répondit pas. Il pouvait entendre le vieil homme ramper vers lui. Il avait un peu de pus qu’il avait pris sur ses jambes et il voulait intoxiquer Ayash avec. Quand il fut très près de lui, c’est à ce moment-là qu’Ayash toucha sa fourrure de renard et que la fourrure l’attaqua. « Rappelle ton chien, il est en train de mordre mes croûtes ! » cria le vieil homme. Makese (renard) le tua. Ayash coupa ses croûtes et le fit ressemblant, avec une vraie peau, une peau comme celle que nous possédons, et dit : « C’est ainsi que seront les êtres humains dans le futur... ! » Et il partit. Le vieil homme parla encore une fois pour dire : « Pourquoi Noses (mon petit-fils) me fit-il cela ? »

7Ensuite Ayash tomba sur Ceux-aux-coudes-affûtés. C’est ainsi qu’ils étaient appelés car ils avaient de longs coudes comme des couteaux. Ils se tenaient des deux côtés de l’entrée quand il pénétra discrètement dans leur tipi. Ils étaient à genoux, penchés en avant. Il s’assit au fond du tipi. Kitjikaneshish (mésange) se mit à chanter. L’homme aux coudes affûtés releva la tête et dit : « Ma belle-sœur, Kitshikaneshish annonce que c’est déjà le soir, il est temps de préparer la casserole. » Elle répondit : « Nous allons préparer du bouillon. » Elle sortit un peu de viande et la mit dans la casserole d’eau bouillante. Et c’est à ce moment-là qu’Ayash piqua la viande dans la casserole avec un petit bâton. Quand elle pensa que la viande était cuite, elle retira la casserole du feu, et quand il estima le bouillon un peu refroidi il s’en servit une bolée. Alors il dit : « Ma belle-sœur, mon bouillon est bien clair, on dirait qu’il n’y a rien dedans. — Le mien de même !... dit-elle. — Cela doit être le fils d’Ayash qui nous joue un de ses tours. Ils disaient qu’il passera par ici », dirent-ils. Elle ramassa une broche à rôtir avec laquelle elle sonda le tipi autour d’elle. Ils étaient aveugles. Bien qu’il essayât d’éviter la broche, la vieille femme finit par le repérer. Elle lui demanda alors qu’il était au bout de son bâton : « Es-tu le fils d’Ayash ! — Oui, c’est moi ! » répondit-il. « Eh, nous allions crever de faim, dis-le-nous lorsque tu nous quitteras. » Voilà ce qu’ils lui dirent encore. Au début de son voyage, on l’avait aussi muni d’une peau de caribou. Il s’apprêta à sortir et leur dit : « Je m’en vais maintenant ! » Et il tenait devant lui sa peau de caribou, entre l’homme et la femme aux coudes affûtés. Alors qu’ils s’attaquèrent à la fourrure de caribou, l’homme dit : « Ma belle-sœur, l’as-tu frappé ? » L’autre dit (la peau de caribou était déjà percée de toute part) : « Empale-le plus profondément ! » Ils criaient ensemble. Ayash se demandait comment ils ne se blessaient pas l’un l’autre mais ils étaient justement en train de se percer mutuellement les poumons tant ils se frappaient l’un l’autre. Ils se percèrent mutuellement la poitrine. A la fin, l’homme s’arrêta et dit : « Ma belle-sœur, je crois que tu m’as accidentellement frappé. — Toi aussi », répondit-elle, et ils moururent... Alors Ayash coupa leurs coudes allongés puis polit l’endroit et dit : « C’est à cela qu’ils ressembleront quand ils commenceront à apparaître dans le futur ! »

8Puis, il arriva chez les femmes qui ont des dents aux fesses. Alors qu’il s’approchait de leur campement, il vit les femmes aller vers un gros arbre. Il vit l’arbre tomber tandis qu’elles remuaient leur cul contre lui. Car elles l’avaient rongé. Il se dirigea vers le tipi et quand il y pénétra, la vieille femme s’exclama : « Koooh, mon beau-fils, tu es arrivé comme ils l’avaient prédit ! » Elle se précipita dehors et appela : « Mes filles, mes filles, venez ici, quelqu’un est arrivé, quelqu’un qui veut devenir votre mari. » Elles revinrent et s’installèrent de chaque côté de lui. Puis ils allèrent se coucher. Il dormait entre les deux femmes. Il pouvait sentir leur corps lascif comme s’il était avec des femmes normales. Enfin, la plus jeune commença à déplacer ses fesses en sa direction. Alors Ayash lui enfonça un caillou dans le cul. Elle entama à peine le caillou avant de mourir. Il poussa alors le caillou vers l’autre. Elle abîma à peine le caillou avant de mourir. La vieille femme parla : « Mes filles, c’est le moment ! » Ayash lui dit : « Elles dorment. — Je me demande pourquoi elles dorment, elles ne dorment jamais quans elles ont des hommes avec elles ! » dit-elle. Alors elle se mit à manœuvrer ses fesses vers l’endroit où il se tenait. Ayash lui poussa un caillou dans le cul. Elle le rongea presque à moitié avant de mourir. Ayash coupa les dents de leur trou du cul avec la hache qui lui avait été donnée. Après cela, il polit soigneusement les trous du cul et dit : « C’est ainsi que le futur être humain sera ! » Puis il sortit et au loin entendit les femmes dire : « C’est vraiment le fils d’Ayash, celui qui nous a fait cela ! »

9Maintenant, il y avait ces omoplates suspendues qui formaient une ligne à travers la chaîne de montagne. Mais exactement au milieu, il y avait un passage au milieu duquel pendait un crochet. Le crochet était lié à une corde qui pendait d’en haut. Alors la peau de vison qu’on lui avait donnée au début de son voyage creusa un tunnel à travers la chaîne de montagne. Quand la peau de vison eut achevé le tunnel, Ayash s’approcha du crochet. Puis il s’accrocha aux omoplates, il lança une souche d’arbre sur le crochet et courut dans le tunnel. Alors quelqu’un se mit à crier dans le ciel : « J’ai tué quelqu’un ! » La souche fut hissée, celle qu’Ayash avait jetée sur le crochet. Il vit la souche. « Ah, c’est une souche d’arbre. Ayash a fait ça. Ils disaient qu’il passerait par ici. Il s’en retournera quand il verra mon chien ! » Ayash entendit le chien céleste aboyer. On l’appela. La terre trembla quand le chien atterrit. Ayash sauta dans le tunnel et le chien fut présent presque instantanément. Le chien aboyait en direction du tunnel et son propriétaire arriva. « Kuh, je pensais qu’il aboyait après quelque chose, mais il ne s’agit que d’un vieil arbre », dit le propriétaire. « Non, j’aboie après lui ! » dit le chien céleste. Il regarda de nouveau et ne vit qu’une vieille peau de vison. « Je ne vois personne », dit le propriétaire. Alors ils rentrèrent chez eux et Ayash pouvait les entendre parler pendant qu’ils s’éloignaient de leur côté. C’est une autre des choses que fit le fils d’Ayash, lancer une vieille souche d’arbre au crochet. Enfin il passa et se dirigea vers son père.

10La vieille femme d’Ayash pleurait toute seule dans la brousse. Ayash gardait une seule femme, la nouvelle. Tout d’un coup, Kitshikaneshish (mésange) lui parla : « Ton fils est de retour. — Eh, tu ne fais que m’attrister davantage avec tes dires ! » dit-elle. Soudain un homme marcha vers elle : « Eh, ma mère, je suis arrivé ! » s’exclama-t-il. En l’embrassant elle dit : « Eh, mon fils, tu es vraiment de retour. — Mais pourquoi es-tu ainsi, brûlée de toute part ? » demanda-t-il. « C’est ton père qui fait ça. Chaque fois que je veux tenir dans mes bras son fils, il dit à ta belle-mère de ne pas me laisser car je pourrais le contaminer. Puis il ramasse les cendres dans le feu et me les jette dessus. C’est pourquoi je suis toute brûlée », lui dit sa mère. Alors il dit à sa mère : « Retourne au camp et mets du bois dans le feu ; et demande ensuite à tenir le bébé dans tes bras. »

11Elle retourna et mit du bois dans le feu et dit : « Laisse-moi tenir ton bébé dans les bras. — Ne lui donne surtout pas ; elle va le souiller ! » dit le père. « Laissez-le moi je veux l’embrasser ! — Donne-le lui, laisse-la le salir ! » Alors elle lui donna l’enfant. Elle s’agenouilla et se mit à jouer avec lui. Elle le fit danser, prétendant l’aimer. Puis, brusquement, elle jetta le bébé la tête la première dans le feu et s’enfuit du tipi.

12Ayash cria : « Elle a brûlé mon bébé ! » La femme s’était précipitée dehors. Ayash, d’abord, attrapa son fils et le jeta hors du feu. « Où est ma hache, celle avec la grande lame ? » dit-il. Il dut la chercher pendant un certain temps. Quand il la trouva, il s’en empara et partit à la poursuite de sa femme. Quand il la vit, il cria : « C’est ça, va retrouver ton fils, c’est là où tu cours ! — C’est exact, c’est là-bas que je l’ai vu », répondit-elle. Il était sur le point de la rattraper quand, soudain, son fils surgit sur son chemin, un immense couteau à la main. Son fils pensait : « Il ne vivra pas s’il tue ma mère ! » Ayash dérapa presque en s’arrêtant et s’écria : « Mon fils est de retour, apporte les fourrures ici ! » Bientôt on lui apporta ses fourrures. « Mets-les là où il va marcher », dit-il. Mais son fils donna des coups de pied dans les fourrures pour les dégager de son passage en disant : « J’ai beaucoup marché sur cette terre et pourquoi devrais-je marcher là-dessus maintenant ! — Eh, mon fils, tu es en colère ! » Son fils répondit : « Tu serais en colère si on t’avait laissé poiroter sur une île et si tu avais eu une longue marche à faire pour t’en retourner. » Il le frappa presque à ce moment là. Ainsi il rentra chez sa mère.

13Ayash ne put pas sauver l’enfant qui avait été lancé dans le feu avant tout cela. Désormais, ils vivaient tous ensemble. Soudain, son fils lui dit : « Mon père, pendant que je dormais, j’ai eu un rêve : l’eau et la terre étaient en feu. Mais si tu donnes une fête durant laquelle tu distribues ta graisse d’ours, ma vision ne se réalisera pas. — Eh, mon fils, moi aussi j’ai eu le même rêve, mais ce n’est pas vrai ! » Il dit : « Tu peux vivre là, nous allons construire un autre tipi. » Le fils d’Ayash sortit et alla construire un tipi à proximité. Quand il eut fini, il tourna autour du tipi et alla assez loin et dit : « C’est là que sera le feu. » Puis il fit un arc. Il peignit sa flèche en rouge vif, de même que son arc.

14Tôt le matin, il tira une flèche au loin, en direction de l’eau, Quand la flèche toucha le lac, l’eau s’enflamma. Puis il tira une flèche en direction de la brousse et immédiatement de la fumée s’éleva des arbres. Les flammes s’approchaient à grande vitesse vers le rivage et le feu arrivait en craquant parmi les arbres. Il entra dans son tipi. Soudain Ayash, le vieil homme, entendit le ronflement du feu. Il sortit. Le feu s’approchait de la rive. Il regarda vers la forêt, il entendait le ronflement du feu qui avançait très vite. Il courut au tipi de son fils. « Mon fils, l’eau et la terre sont en feu. Laisse-moi donner une fête avec ma graisse d’ours ! — C’est trop tard pour avoir une fête. Je t’avais prévenu plus tôt qu’il fallait en faire une ! » lui dit son fils. « Mais que va-t-il arriver à tes frères et sœurs ? — Mets-les dans ta graisse d’ours et laisse leur tête dépasser. — Et que va-t-il nous arriver, à ta belle-mère et à moi ? — Vous pouvez vous mettre dans la graisse d’ours, vous aussi ! — Et que va-t-il vous arriver, à toi et à ta mère ? — Nous allons rester dans le tipi. » Maintenant le feu était là où Ayash se tenait. Ses pieds s’illuminèrent pendant qu’il pataugeait dans la graisse qui s’était enflammée instantanément. Quand le feu s’apaisa puis s’éteignit, le fils d’Ayash se rendit là. Il ne restait que les os, blancs et brillants. « Eh, j’ai été trop cruel avec mon père pour l’avoir tué ainsi ! » pensa-t-il. Il récolta les os et les lança dans l’eau où ils se transformèrent en wapiisewuk. (cygnes siffleurs). Il dit : « Laissons-le avoir une descendance afin qu’il ne disparaisse pas totalement. » Voilà pour Ayash. Puis il dit à sa mère : « Tu seras Amek (castor). Si quelqu’un rêve d’une femelle, c’est Amek. Je serai Moos (élan). Moos sait toujours quand il est chassé. Et je le saurai quand quelqu’un m’approchera », ajouta-t-il. On doit toujours penser à l’élan comme à un être humain quand on rêve de lui. Et quand on rêve d’un animal quelconque, on doit le penser comme un humain car l’animal le sait toujours lorsqu’on le chasse.

15J’ai recueilli cinq versions du mythe d’Ayash que les narrateurs désignent parfois de kinebik atsoke, ce qui signifie « mythe du serpent ». Il n’y a pas de divergences majeures entre toutes ces versions tant du point de vue formel que de celui du contenu. Certes les métamorphoses finales dont font l’objet les restes calcinés d’Ayash et des siens d’une part, le fils d’Ayash et sa mère d’autre part, donnent toutefois lieu à de légères variations des wapashipuk, des « canards blancs » (garrots à l’œil d’or ou garrots albéoles) pouvant remplacer les cygnes. De même, au lieu de devenir castor et élan, la mère et le fils se transforment respectivement en mésange et en merle d’Amérique. Selon certains encore, le fils d’Ayash se métamorphoserait plutôt en quiscale rouilleux. Merle d’Amérique et quiscale rouilleux sont deux espèces à la robe noire rehaussée de rouge, sur le poitrail pour le premier, sur les ailes pour le second. Rouge et noir, les deux couleurs emblématiques de l’incendie généralisé que le fils d’Ayash commande.

16Quelques détails apparaissent dans les autres versions qui méritent d’être rapportés. Ainsi c’est en reconnaissant le paysage que le fils d’Ayash sait qu’il parvient au terme de son voyage. En effet, selon un narrateur, il se dit à ce moment : « Je ne dois plus être très loin du campement de mon père car le paysage commence à m’être familier. » Enfin, les autres versions se montrent en général plus explicites au sujet de la séquence initiale. Voici donc une autre façon (VII’) de rapporter la chasse aux gélinottes en compagnie de la marâtre, source de toutes les épreuves du jeune héros.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540