Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

VI’ - Wemeshos

Texte intégral

1Le gendre, qui sait tout des intentions de Wemeshos, dit : « J’ai faim, j’ai envie de manger des œufs. » Wemeshos dit : « Je sais où trouver des œufs. » Ils partent ensemble sur l’océan. Ils atteignent une île où se trouvaient les œufs d’aigles. Ils sont là dans un nid, lui-même dans un arbre, mais le nid est très bas, on peut prendre les œufs sans grimper à l’arbre. C’est ce que le gendre s’apprête à faire lorsque Wemeshos lui dit : « Non, non, moi j’utilise la marche qui est taillée dans le tronc pour attraper les œufs. » En fait, il y a trois marches. Le gendre grimpe sur la première marche et Wemeshos frappe l’arbre de sa hache. L’arbre grandit un peu à sa base. Mais le gendre peut toujours atteindre les œufs. Wemeshos dit : « Non, non, moi j’utilise la deuxième marche. » Et, de nouveau, il frappe l’arbre de sa hache qui grandit encore plus cette fois-ci. Le gendre peut toujours attraper les œufs mais Wemeshos lui dit : « Non, non, moi j’utilise la troisième marche. » Et il frappe l’arbre encore une fois avec sa hache. L’arbre grandit encore et atteint les nuages avec le gendre, désormais perché dans le nid. Wemeshos saute dans son canot pour rentrer chez lui en criant : « Mikese (aigle), mangez, je vous donne mon gendre à manger ! » Les oiseaux arrivent au nid ; ils sont trois. Le gendre s’adresse à eux ; il demande au premier : « Quel est ton nom ? — Je me nomme Miskonik (Nuage rouge). » Il pose la même question au second, lequel répond : « Je m’appelle Kaishbish (Assieds-toi en arrière.) — Montre-moi ça », dit alors le gendre et Mikese s’assoit sur le rebord du nid. Alors l’arbre commence à rapetisser et à reprendre sa taille originelle. Il demande au troisième oiseau : « Quel est ton nom ? — Ils m’appellent Kakanowash (Cache). — Montre-moi ça », dit alors le gendre. L’oiseau arrache alors une plume de son aile droite (le narrateur mime), il met le gendre à l’extrémité de la plume et la réenfonce à sa place. Enfin le gendre demande aux oiseaux de le ramener chez lui. Ils acceptent et s’envolent en direction de la terre ferme. Ils survolent Wemeshos qui lui aussi est en train de retourner chez lui. Wemeshos dit en les voyant : « Ils ont dû avoir un bon repas ! » Le gendre rapporte avec lui trois œufs. De retour, il les prépare et les donne à ses enfants en leur disant : « Allez manger cela sur le rivage en attendant votre grand-père. » Ils font comme on le leur a dit. Wemeshos débarque et dit : « Où avez-vous trouvé cela ? — Notre père nous les a ramenés. — Non, c’est impossible, votre père est mort. — Ah, vraiment ? Va voir dans le tipi », disent les enfants. Wemeshos court vers le tipi et y entre. Il est effaré de voir son gendre vivant. Il le fixe des yeux. Une des filles lui dit alors : « Pourquoi fixes-tu ton gendre ainsi ? — Je ne suis pas en train de le fixer, mais je fixe l’énorme insecte qui rampe en travers de son front. » En fait, il n’y avait rien qui rampait sur le front du gendre de Wemeshos, il s’agissait là d’une excuse.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable