Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

VI - Les filles de Wemeshos épousent des étoiles

Texte intégral

1Wemeshos avait deux filles. Un soir, elles contemplaient les étoiles. Et chacune se demandait laquelle elle aimerait épouser. L’une désignait une brillante, l’autre une moins brillante. Sur ce, elles s’endormirent. Le lendemain matin, elles se réveillèrent au ciel, C’était un espace plat, et chacune avait pour mari l’étoile qu’elle avait montré du doigt la veille.

2Cependant, sur terre, deux Indiens qui étaient amoureux des deux filles, voulaient les récupérer. Ils se rendirent auprès d’un petit arbre qui avait la forme d’un nid, mesurant trois pieds de haut. Ce petit arbre était magique. Le maître de l’arbre se tenait auprès de l’arbre. Il le frappait et l’arbre grandissait. Il pouvait aussi faire cela par le rêve, à distance, sans avoir besoin d’être auprès de l’arbre. Les deux frères demandèrent à l’arbre ou à son maître de grandir. L’arbre grandit jusqu’au ciel, les deux filles embarquèrent dans le nid et l’arbre rapetissa jusqu’à cent pieds, puis cinquante pieds, puis dix pieds et enfin... ce fut alors fini.

3Le lendemain, on avait dit à Kigahoke (glouton) de ne pas s’approcher de l’arbre magique. Evidemment il y alla. Il se retrouva au ciel. Il y passa trois nuits à errer et enfin put redescendre.

4Wemeshos, le beau-père irascible, est un caractère très populaire dans la mythologie locale. J’ai donc recueilli de nombreuses versions de ses aventures. Mais, en règle générale, toutes ces versions, plus ou moins développées, sont contenues dans la très longue version présentée ci-dessus (IV), à l’exception du court récit sur Wemeshos dénicheur inaccompli (V). J’ai reproduit aussi le récit autonome consacré aux filles de Wemeshos, épouses des étoiles (VI) car il diverge sensiblement de la séquence équivalente de la version longue.

5L’épisode de cette dernière le plus souvent repris par les autres versions recueillies est celui de l’échange des mocassins et des raquettes, puis, dans les versions plus étendues, l’ensemble des séquences rapportant les affrontements directs de Wemeshos et de son gendre. Quelques détails, absents ici, ressortent de ces autres versions, tel le fait que lorsque Wemeshos fut emporté par l’orage et se noya, il ne disparut pas pour autant ; il se métamorphosa en un insecte aquatique, que l’on peut identifier comme la larve de la phrygane ou une forme similaire. Cet insecte se remarque car il est toujours associé à une sorte de fourreau de sa fabrication, composé de diverses particules agglutinées, qu’il traîne avec lui et où il se réfugie à l’occasion, évocation concrète du canot magique de Wemeshos. De même, une autre version indique en ouverture que Wemeshos avait déjà marié sa fille aînée dix fois et que par dix fois il avait tué son gendre. Enfin, il est une version qui raconte de façon plus explicite et plus poétique que ne le fait la version longue, la séquence où Wemeshos emmène son gendre récolter des œufs d’Oiseaux-Tonnerres ou d’aigles. Voici l’extrait en question :

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540