Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

IV - Wemeshos

Texte intégral

1En ce temps-là, il y avait un homme qui vivait avec ses deux très jeunes fils et sa femme. Il éprouva un sentiment étrange à l’égard de sa femme car à chaque fois qu’elle allait chercher du bois, elle n’emmenait pas ses fils. Sa femme devint même enceinte, Or, il ignorait de qui.

2Un matin, l’homme s’en alla espionner sa femme pendant qu’elle allait chercher du bois. Il la vit se diriger vers un petit lac marécageux, portant quelque chose enveloppé d’un tissu. « Je t’ai apporté une pipe et du tabac », dit-elle en les lançant dans la mare. Peu après Kinebik (serpent) sortit la tête de l’eau. Il était furieux, arborant des cornes. Il était comme humain, ce serpent. L’homme s’en retourna après avoir vu cela. Il s’en alla chasser très loin de son camp et il tua un élan. Il suspendit l’élan et rentra. Tard, ce soir-là, quand il entra chez lui, il dit à sa femme : « Demain tu peux aller chercher la viande et moi, je resterai ici. » Très tôt le matin, dès que sa femme fut partie, il habilla ses enfants et leur dit de s’en aller. En indiquant la direction qu’ils devaient prendre, il leur dit : « Si vous entendez votre mère vous crier d’arrêter, n’écoutez pas et continuez d’avancer ! » Puis il donna à l’aîné des choses à laisser tomber le long de son chemin, et lui expliqua ce qu’il devrait faire avec. Ensuite les fils partirent.

3Enfin l’homme s’en alla pour se rendre à l’endroit où sa femme récoltait le bois. « Je t’ai amené ta pipe et ton tabac », dit-il. Kinebik sortit la tête de l’eau. D’un seul coup, l’homme le décapita. Il recueillit un peu de sang du serpent mort et le mit dans sa poêle à frire. Puis il le rapporta et le fit cuire pour sa femme. Alors qu’il s’affairait à ces activités culinaires, il se souvenait avoir dit à ses fils : « Quand les nuages seront rouges, vous saurez que votre mère m’aura tué. » Sa femme rentra. Il lui donna le sang qu’il avait cuit. Elle le prit et le but lentement. L’homme dit : « Peux-tu dire ce que tu es en train de boire ? — Je n’ai pas le temps d’apprécier ta cuisine, dit la femme, je dois aller chercher du bois. — C’était le sang de ton homme que tu buvais », dit l’homme. La femme sursauta. « Je vais bien voir ! » dit-elle et elle courut où se trouvait Kinebik. Le corps de Kinebik était découpé en petits morceaux. La femme retourna en courant au tipi et se précipita à l’intérieur. Il y eut un dur combat. L’homme pouvait facilement battre la femme, mais il ne le fit pas d’abord car elle était trop stupide. Il avait un couteau et lui coupa la tête. La tête roulait partout par terre cherchant sa victime. Tout en roulant, elle suivait la trace de ses deux garçons. La tête criait : « Attends, je dois bercer ton petit frère ! » Pendant ce temps-là, l’homme se battait avec le corps sans tête. Il coupa le corps au bon milieu. De petits serpents en sortaient. Et puis les parties supérieure et inférieure continuaient à le combattre et finalement, elles le tuèrent. Le soleil se couchait et les nuages étaient rouges. C’est à ce moment-là que l’aîné des fils dit : « Notre père vient d’être tué par notre mère. »

4Les garçons marchaient quand ils entendirent quelqu’un crier : « Attends-moi, je dois bercer ton petit frère. — Ne l’écoutons pas ! » dit l’aîné. Les cris approchaient de plus en plus. L’aîné, alors, laissa tomber par terre une lime et des épines poussèrent instantanément. La tête fut prise dans les épines. Elle ne pouvait pas passer, il y en avait même dans sa bouche. La tête allait et venait dans tous les sens, essayant de s’en sortir mais elle n’y arrivait pas. Peu après, la tête entendit quelqu’un mâchonner. C’était Abookshish (souris). « Rongeras-tu un passage de tes dents pour que je puisse passer ? dit la tête. — Comment cela se fait-il que tu n’aies que la tête ? demanda Abookshish. — Voici mes yeux, mon nez, ma bouche et mes oreilles », dit la tête. Abookshish commença immédiatement à couper un passage. Quand il eut terminé, la tête tua Abookshish. Puis elle reprit la poursuite.

5Les garçons entendaient crier derrière eux : « Attends-moi. Il faut que je berce ton petit frère, rien qu’un instant ! » Cri qui s’approchait de plus en plus. L’aîné laissa tomber par terre un pic à glace. « Elève du sol un mur de glace », dit-il et immédiatement il y eut un mur de glace. Maintenant la tête est : au pied du mur de glace et ne peut aller plus loin. Bientôt, elle entendit quelqu’un ronger sur la glace. C’était Wajask (rat musqué). Elle s’adressa à lui en ces termes : « Si tu ronges un passage pour moi, je me marierai avec toi. » Wajask demanda : « Comment cela serait-il possible ? Tu n’es rien qu’une tête ! — J’ai des yeux, un nez, une bouche, des oreilles », répondit la tête. Wasjak rongea un passage pour elle. Quand il eut terminé, la tête le tua. Et, de nouveau, elle reprit la poursuite. Les garçons pouvaient entendre ses cris de plus en plus proches. L’aîné laissa tomber la dernière chose qu’il possédait, une dent de castor. « Chausse-trape et souche d’arbre ». dit-il et ainsi fut-il. La tête continuait à avancer et tout d’un coup elle ne put aller plus loin car des branches s’étaient coincées en travers de sa gorge. Entre-temps, les garçons qui avaient un peu d’avance parvinrent à un lac. Leur père leur avait dit qu’il y aurait un être dans le lac qui les transborderait de l’autre côté. « Passe-nous de l’autre côté, dirent-ils, quelqu’un veut nous tuer. » La créature émergea et les transporta de l’autre côté. Il s’agissait de Kwokwokwo (hibou). La tête, pendant ce temps-là, entendit quelqu’un ronger, C’était Amek (castor). Elle dit à Amek : « Vas-tu me découper un passage à travers ça. Si tu le fais, je me marierai avec toi. » Amek répondit à l’instar des autres : « Comment cela se pourrait-il ? Tu n’es qu’une tête. » Elle répondit : « Tu peux me posséder par n’importe laquelle des différentes ouvertures de ma tête. » Quand Amek eut fini, elle le tua et continua à pourchasser ses enfants. Bientôt elle arriva au lac où Kwokwokwo se trouvait. Se tenant au bord, elle interpella Kwokwokwo : « Tu as probablement passé mes fils de l’autre côté du lac. — Je n’ai jamais vu qui que ce soit que j’aurais pu transporter sur l’autre bord, dit Kwokwokwo. — Si tu me passes de l’autre côté, je me marierai avec toi, dit la tête. — Cela ne marchera jamais, dit Kwokwokwo, car tu n’es qu’une tête. — Ma tête compte de nombreuses ouvertures », dit-elle. Kwokwokwo nagea vers la tête. « Assieds-toi là, dit Kwokwokwo, assieds-toi sur mon cou ». Kwokwokwo, alors, entreprit la traversée du lac. Comme ils s’approchaient du milieu du lac, Kwokwokwo se rétracta et la tête roula dans l’eau. Kwokwokwo s’enfuit rapidement à la nage. La tête faisait écumer l’eau en tournoyant sur elle-même. Finalement sa chevelure s’abîma dans toutes les directions et, quelques secondes après, elle se noyait elle-même.

6Pendant ce temps-là, les deux fils étaient en sécurité de l’autre côté du lac. Le plus jeune des frères se mit à pleurer car il avait besoin de quelque chose pour s’amuser. L’aîné entendit un groupe d’oiseaux s’approcher. Les oiseaux les survolèrent en cherchant à se poser. L’aîné leur arracha les ongles. Il enfila les ongles sur deux ficelles et les donna à son jeune frère qui les fit tournoyer dans l’air.

7Wemeshos était allongé dans le fond de son bateau quand il entendit le bruit des ongles tournoyant dans l’air. Il frappa son canot pour le faire avancer et il ne tarda pas à apercevoir les deux garçons courant sur le sable et jouant avec les ongles d’oiseaux, Wemeshos accosta et se dit : « Je souhaite que ces ongles atterrissent dans mon bateau. » Soudain les ongles atterrirent dans son bateau. Le plus jeune garçon se mit brusquement à pleurer et c’est à ce moment que l’aîné aperçut Wemeshos. « Qu’as-tu fait de ce jouet ? demanda-t-il. — Il est là, dans mon bateau, répond Wemeshos. — Rapporte-le ici. Pourquoi l’as-tu pris ? demanda le garçon. — Eh bien, viens le chercher ! » dit Wemeshos. Dès qu’il posa le pied dans le bateau, Wemeshos frappa le bateau et le bateau prit le grand large. Le plus jeune frère commença à se rouler dans le sable tant il pleurait. « Prends mon frère avec moi, dit le plus âgé des garçons. — Non, non. je ne veux emmener que toi », dit Wemeshos. Bientôt Wemeshos arriva chez lui. Comme ils entraient, il « dit : « Mes filles, je vous ai ramené un homme. — Nous espérions qu’il ressemblerait à quelque chose », dirent-elles quand elles virent le plus âgé des garçons. « Il a pleuré. Lavez-lui le visage », dit Wemeshos. Alors elles lui lavèrent le visage et il était beau. Désormais, Wemeshos avait un gendre.

8Ce gendre dit : « Je me demande où les namewuk (esturgeons) frayent, j’ai envie de manger de l’esturgeon ! » Wemeshos dit : « Mes filles, que dit-il ? — Il se demande où frayent les esturgeons. Il veut manger de l’esturgeon, répondirent-elles. — J’allais les chercher là-bas, les esturgeons, si jamais j’en voulais », dit Wemeshos. Ils embarquent dans le canot et vont là où Kitshi-Name (esturgeon géant) fraye. « Mets-toi debout sur le banc de nage du canot et harponne-les », dit Wemeshos. Dès que son gendre fut debout, Wemeshos fit pencher le canot ce qui déséquilibra le garçon et le fit tomber dans l’eau. Wemeshos cria à Kitshi-Name : « Je te nourris avec mon gendre, toi qui veut toujours quelqu’un ! » Kitshi-Name, sous l’eau, approcha du jeune homme. « Aie pitié de moi », dit le jeune homme à Kitshi-Name qui le ramena chez lui. Quand ils accostèrent, le jeune homme assomma Name et le traîna jusque chez lui. Puis ses femmes firent cuire l’esturgeon. Il dit à ses fils : « Prenez cette viande d’esturgeon et courez à la plage. Votre grand-père va bientôt arriver. » Wemeshos arriva peu après et vit ses petits-enfants courir sur la plage avec la chair d’esturgeon. Lorsqu’il demanda d’où provenait cette chair, on lui dit que son gendre l’avait rapportée. « Mon gendre ! dit Wemeshos, les Kitshi-Namewuk (esturgeons géants) doivent être en train de roter ce qu’il reste de lui. — Une chose est sûre, notre père est assis à l’intérieur de notre tipi », répondirent les enfants. Wemeshos sauta hors de son canot : « Laissez-moi voir ça ! » Il entra dans le tipi et là, à sa grande surprise, était assis son gendre.

9Quelques minutes plus tard, le gendre dit : « Je me demande où les Penesewuk (Oiseaux-Tonnerres) ont construit leur nid. Je voudrais aller chercher des plumes. » Wemeshos parla de nouveau : « Mes filles, que dit-il ? — Il voudrait savoir où les Penesewuk ont construit leur nid car il veut quelques plumes », répondirent les filles. Une fois encore, il s’en allèrent en bateau. Wemeshos frappa son canot et, en un instant, ils étaient rendus là où il y avait les Penesewuk. « Est-ce que c’est ceux-ci ? » demanda le jeune homme. « Non, ils avaient de plus belles plumes, ceux que j’allais chercher un peu plus loin ! » dit Wemeshos. Peu après ils aperçoivent un Kitshi-Penese (Oiseau-Tonnerre géant) qui ressemblait à une île escarpée. « Sont-ce ceux là ? » demanda-t-il à Wemeshos. « Oui, ce sont ceux-là », telle fut sa réponse. Les nids étaient placés aux nœuds des arbres. « Nous allons faire tomber les nids des arbres pour en prendre les œufs, dit le jeune homme. — Non, monte sur les nœuds pour prendre les œufs ainsi que j’avais l’habitude de faire », dit Wemeshos. Alors le jeune homme monta sur le nœud de l’arbre. Wemeshos se mit immédiatement à frapper l’arbre. Après qu’il l’eut frappé deux fois, son beau-fils décolla en l’air. « Kitshi-Penesewuk, je vous donne à manger mon gendre car vous demandiez toujours quelqu’un », dit Wemeshos. Peu après, un Penese atterrit à côté du jeune homme. « Que veux-tu faire, veux-tu me ramener chez moi ? » demanda-t-il. Et il ajouta : « De toute façon je te connais. » Puis il s’accrocha au cou de l’oiseau qui le ramena chez lui par la voie des airs. Dès qu’il eut atterri, il lui cassa le cou et le tua. Le jeune homme le ramassa et le balança à l’intérieur du tipi. Il donna quelques plumes à ses enfants et leur dit d’aller s’amuser sur la plage avec. Bientôt Wemeshos arriva et vit les enfants jouer avec les plumes. « Mes petits-enfants, où avez-vous trouvé ces plumes ? demanda-t-il. — Notre père est revenu avec, répondirent-ils. — Votre père ! Les Penesewuk doivent avoir dans leur bec ce qui fut votre père », cria Wemeshos. Et il sauta hors de son canot. « Laissez-moi voir ça ! » cria-t-il et il se précipita dans le tipi. Son gendre était assis là ; Wemeshos le fixa tant il était abasourdi.

10Un peu plus tard, le jeune homme prit la parole : « Je me demande où est-ce que Kiyask (goéland) a construit son nid, j’aimerais tant manger quelques œufs. — Mes filles, qu’est-ce qu’il raconte ? » dit Wemeshos. Sa fille répondit : « Il demande où les goélands ont construit leur nid, car il veut manger quelques œufs. » Wemeshos dit : « J’allais prendre des œufs là-bas, à chaque fois que j’en désirais. » Ils se rendent au bateau et Wemeshos le frappe pour qu’il glisse sur l’eau. Bientôt ils aperçoivent une bande de goélands, tellement dense qu’on dirait du brouillard. « Sont-ce ceux-ci ? » demanda le jeune homme. « Non, les œufs étaient meilleurs là-bas, un peu plus loin, là où j’avais l’habitude de les récolter. » Des goélands géants apparurent. Ils volaient d’une telle façon qu’ils ressemblaient à d’énormes nuages chargés d’orage. « Sont-ce ceux-là ? » demanda le jeune homme. « Oui, ce sont ceux-là. » Alors il arrêta son bateau et son gendre se mit à récolter les œufs. « Non, dit Wemeshos, tu dois débarquer du canot. » Son gendre débarqua pour ramasser les œufs. A peine eut-il posé pied à terre que Wemeshos s’en alla avec le bateau. Wemeshos cria : « Kitshi-Kiyask (goéland géant), tu peux manger mon gendre car tu as toujours voulu quelqu’un. » Pendant ce temps, le gendre ramassait des œufs ; un goéland géant se posa à côté de lui. Le jeune homme lui dit : « Que veux-tu faire ? Ne devrais-tu pas plutôt me ramener chez moi ? De toute façon, je te connais. » Il attrapa alors Kiyask par le cou et ce dernier le ramena chez lui par la voie des airs. Wemeshos était allongé, chantant quand Kitshi-Kiyask, très rapide, passant au-dessus de lui, lui chia dessus ; et ce copieusement. « Kuh, Kiyask doit avoir mangé mon gendre à l’heure qu’il est », se dit-il. A ce moment, le jeune homme avait déjà été ramené chez lui par le goéland géant. Quand ils atterrirent, le gendre le tua et donna à ses enfants des œufs pour s’amuser avec sur la plage. Wemeshos arriva et vit les enfants en train de jouer avec les œufs. « D’où tenez-vous ces œufs ? » demanda-t-il. « Notre père les a rapportés de sa chasse », répondirent-ils. « Votre père, dit-il, il a dû être dévoré par Kiyask. — Notre père est dans le tipi », répondirent les enfants. Wemeshos se précipita hors de son canot et courut à l’intérieur du tipi. Et, bien entendu, il y avait là son gendre. Un peu plus tard, sa fille dit : « Pourquoi notre père regarde-t-il fixement notre homme ainsi ? » Wemeshos répondit : « J’ai le regard fixé sur cette espèce d’insecte qui lui court sur le front. » Ses filles regardèrent et déclarèrent : « Quelle créature ? Où ça ? — Ça a déjà sauté », leur répondit Wemeshos.

11Bientôt l’hiver gagna leur pays. Un jour, ils étaient à la chasse et bivouaquaient. Dès que le gendre fut endormi, Wemeshos prit ses vêtements, même ses pantalons, et les brûla dans le feu. Le jeune homme se réveilla et trouva ses vêtements brûlés. Alors il chauffa une pierre et la roula devant lui jusqu’à chez lui. Il arriva avant son beau-père.

12Le jour suivant, ils préparèrent une nouvelle chasse. Cette nuit-là, ils suspendirent leurs vêtements pour les faire sécher. Mais le jeune homme les interchangea dans l’espoir de posséder son beau-père. Wemeshos se leva un peu plus tard et jeta les vêtements dans le feu en pensant que c’étaient ceux de son gendre. Peu après, il dit : « Mon gendre, je sens quelque chose qui est en train de brûler. Je pense que ce sont tes vêtements ! — Non, dit le jeune homme, mes vêtements sont ici. » Wemeshos se précipita et essaya de récupérer ses vêtements, mais il était trop tard. Alors il demanda à son gendre : Laisse-moi avoir un peu de vêtements de tes manches, ainsi je pourrai avoir au moins un pagne. » Le jeune homme fit cela à son beau-père et s’en alla pour rentrer chez lui. Wemeshos se noircit les jambes afin de ressembler à Atik (caribou) mais cela ne marcha pas. A la fin, il fit la même chose que son gendre. Il chauffa une pierre et marcha jusque chez lui. Le galet qu’il utilisa se refroidit trop vite et il gela presque à en mourir avant de réussir à rentrer chez lui.

13Le printemps vint et le jeune homme dit à Wemeshos : « Je me demande s’il y a quoi que ce soit pour s’amuser car je m’ennuie. N’y avait-il pas une balançoire avec laquelle je pourrais me distraire ? — Là-bas, il y a ce avec quoi j’avais coutume de m’amuser », répondit Wemeshos. Une fois encore ils embarquent dans le canot et glissent sur l’eau. Ils parviennent à un rocher escarpé. En contrebas, c’était tout blanc d’os. C’est là que Wemeshos avait tué tous ses gendres. Ils se fabriquèrent une balançoire et le jeune homme monta dessus. « Laisse-moi bien m’installer », dit-il. Tandis qu’il s’installait sur la corde, Wemeshos frappa la corde, la faisant vibrer. Son gendre décolla et atterrit là où personne n’avait jamais été tué. « Maintenant, c’est ton tour », dit-il à Wemeshos. Wemeshos hésitait à s’approcher. Comme il était en train d’ajuster ses fesses sur la corde, son gendre frappa la corde. Wemeshos décolla et atterrit sur les rochers qui dépassaient. Ses os craquèrent sous l’impact. Puis le jeune homme alla au canot et rentra chez lui. Arrivé, il attacha le bateau plus haut que le sable de la grève. « Tôt ou tard, mon beau-père finira bien par se tuer », déclara-t-il.

14Soudain il entendit Wemeshos qui criait : « Mon bateau ! » encore et encore. Son canot tirait sur la corde tant et plus qu’il finit par rompre le lien et s’en alla de l’autre côté de l’eau en direction de Wemeshos. Alors Wemeshos arriva, sa tête était toute raccommodée. Une de ses filles lui dit : « C’est la première fois que tu ressembles à cela depuis que tu essayes de tuer nos hommes. — Ne me parle pas ainsi. Crois-tu que je tienne tellement à ce que vous me parliez », répondit-il. Wemeshos était d’humeur à massacrer quelqu’un.

15Entre-temps, son gendre avait construit un bateau. « Je n’aurai jamais un bateau aussi beau que celui-ci », se disait-il. Son canot résonnait. Achevé, le bateau allait deux fois plus vite que celui de Wemeshos et il faisait une sorte de musique semblable à celui d’un tambour lorsqu’il glissait sur l’eau. Wemeshos vit le bateau et le désira. Il le dit à ses filles. Ses filles en parlèrent à son gendre. « Il peut l’avoir s’il le veut. Dites-lui qu’on doit s’allonger dans le fond du canot quand on se promène avec », leur dit le mari. Le matin vint et Wemeshos de sortir avec son nouveau canot. Il se dit que son canot précédent n’était rien, comparé à celui-ci. « C’est mon canot », disait-il. S’éloignant au large en mer, il était couché dans le fond, il regardait le ciel bleu et se mit à chanter. Soudain, il entendit les Penesewuk et, se relevant, il vit une tempête venant du nord. Il s’allongea de nouveau jusqu’à ce que les vents l’atteignent puis s’assit et se mit à frapper son embarcation de plus en plus fort. Alors le canot craqua et la tempête l’emporta.

16Mais, chez lui, le jour suivant, le jeune homme dit : « Votre père n’est pas revenu, il a dû se perdre un peu loin. » Alors le jeune homme s’en alla dans la direction de l’endroit où son petit frère avait été abandonné. Il parvint sans tarder à cet endroit et examina le sable où il avait vu pour la dernière fois son frère. Longeant la rive, il découvrit des traces de loup. En regardant de plus près, il remarqua que certaines étaient d’un demi-loup. Le jeune homme campa et attendit son frère. Enfin, il l’entendit chanter : « Je suis Mahikan (loup). » Il tendit une embuscade à son frère et quand Mahikan passa, il lui sauta dessus et ils se combattirent. « Je suis ton frère », lui dit-il tandis qu’ils se battaient. « Eh, je ne peux pas aller avec toi, mon frère aîné, je suis un demi-loup. » Le frère aîné édifia alors un tipi et eut une vision. Mahikan apparut et il lui demanda alors : « Peux-tu me rendre mon frère ? » Mahikan répondit : « Si une femme ne s’assoit jamais là où il s’assoit, alors il peut vivre avec toi. » A la suite de quoi Mahikan transforma le garçon en être humain.

17Wemeshos avait deux filles et quand les deux frères s’en retournèrent, le plus âgé dit à son cadet de ne jamais aller là où les femmes se trouvaient. Les deux femmes creusèrent une fosse et la recouvrirent pour que, quand le plus jeune frère marcherait dessus, il tombe dedans, ce qui arriva. Elles lui lancèrent alors ses raquettes, son arc et ses flèches. Puis jetant du sable dans la fosse, elles l’enterrèrent entièrement. Comme le soir tombait, l’aîné rentra, il demanda à ses femmes : « Où est parti mon frère ? — Nous ne l’avons jamais vu », répondirent les femmes. Alors il s’adressa à Mahikan et Mahikan se mit à gratter et à fouiller la terre là où les femmes étaient assises. Mahikan continua à tâtonner et, à la fin, les pieds du jeune frère apparurent et on le retira. L’aîné dit à ses femmes : « Pourquoi disiez-vous que vous ne l’aviez jamais vu ? Ne voyez-vous pas ce que vous avez fait à mon frère ? » Les femmes gardèrent le silence.

18Les deux frères partirent ensuite à la chasse. Ils tuèrent un élan et ils se dirent mutuellement : « Allons dire à l’une des femmes de venir chercher la viande. » Ils s’en retournèrent et dirent à l’une des femmes d’aller dans la brousse et de rapporter la viande. Elle s’en alla et cela ne dura pas longtemps avant qu’elle ne fut attaquée et tuée par des loups. Alors l’aîné dit à sa femme : « Ta sœur a des ennuis ! » Puis ils partirent tous les deux et se rendirent au lac. Là, ils virent l’endroit où la bande de loups avait attaqué la femme. Le jeune homme marchait de-ci de-là à sa recherche. Il vit enfin un peu de ses cheveux et leur dit : « Qu’est-ce qui ne va pas ? Êtes-vous à la recherche d’un nouvel homme ? » La femme se releva : « J’ai été attaquée par une bande de loups. » L’aînée des sœurs lui dit : « Nous devrions retourner vers les loups car mon mari finira par nous tuer, Nous avons essayé de tuer son frère ! » Les deux sœurs s’en allèrent.

19Une nuit, comme elles étaient en train de voyager, elles se questionnèrent mutuellement : « Laquelle de ces étoiles aimerais-tu avoir comme homme ? » La sœur cadette dit alors : « J’aimerais celle-ci, celle qu’on peut à peine voir, c’est celle-ci que j’aimerais comme homme. » Puis, elles se couchèrent et s’endormirent. Quand elles se réveillèrent, elles se retrouvèrent dans une sorte de maison où demeuraient les étoiles. La plus âgée des sœurs se réveilla avec un vieil homme et la plus jeune avec un jeune homme. L’aînée n’aimait pas vivre avec un vieil homme, à la suite de quoi les deux sœurs voulurent s’en retourner sur terre. Elles furent attachées à une corde et descendues par ce moyen. « Ne regardez pas en arrière si vous ne voulez pas atterrir sur un nid », leur avait-on dit. Quand la terre devint visible, l’aînée des sœurs regarda en bas et elles atterrirent sur un nid de balbuzard.

20Ojiik (pécan) passait par là tandis qu’elles étaient dans le nid. Alors elles lui dirent : « Aide-nous à descendre et nous nous marierons avec toi. — Eh, dit Ojiik, mon frère arrive au pas de course et il veut tant se marier. » Tous les animaux passèrent par là et tous dirent la même chose quand, tour à tour, ils étaient sollicités. Enfin quelqu’un arriva. Il avait des pantalons trop grands pour lui et portait un vieux chapeau qui lui tombait sur le front. « Peut-être est-ce celui-ci dont parlaient les autres », se dirent-elles. Alors elles l’interpellèrent : « Si tu nous descends, alors nous nous marierons avec toi. » Il se retourna et grimpa à l’arbre. « Tenez-vous à mon cou », dit-il et il les redescendit en une seule fois. Cela ne dura pas longtemps avant que la plus âgée des sœurs ne le déteste. Les deux sœurs s’échappèrent et se cachèrent en appelant : « Par ici », « Par là ». Ce jeu dura tout l’été. Cela ennuya l’homme qui finit par abandonner la partie et s’en aller.

21Les femmes délaissées marchaient dans la brousse quand elles entendirent un enfant qui pleurait. « La première à trouver l’enfant, le gardera pour en faire son homme quand il sera grand ! » se dirent-elles l’une à l’autre. Elles coururent toutes les deux en direction de l’enfant mais l’aînée trébucha et ainsi la plus jeune obtint le petit garçon. Un garçon blanc ? Alors elles élevèrent le garçon. Un jour la plus jeune des sœurs demanda : « Voudrais-tu le surveiller pendant que je vais chercher du bois ? » La sœur aînée fit alors danser le petit garçon sur ses genoux, mais il essaya de la repousser. « Que fait le petit homme ? On dirait qu’il aura de l’expérience très tôt. » Elle riait de lui et sortit. Tout d’un coup elle cria : « Kigahoke (glouton) est en train de me tuer ! » La sœur cadette entendit les cris et se précipita. Le pénis de Kigahoke était en train de manger la femme. Il dévora la femme sauf la peau. La plus jeune sœur attrapa une hache et frappa Kigahoke sur la tête. « Cela ne sert à rien, dit Kigahoke, j’ai toujours ta sœur. » Kigahoke se releva brusquement, roula la peau et s’enfuit. La sœur cadette le suivit de près. Kigahoke finit par arriver à un lac et accrocha la peau à un arbre penché. « Si je reviens ici, dit-il, je veux une pénétration rapide et accomplie. » La sœur cadette suivait les traces de Kigahoke et finit par arriver au lac. Elle vit la peau suspendue à l’arbre et se demanda comment elle pouvait la ramener à la vie. Elle arracha la peau en la prenant par les cheveux et dit : « Que t’est-il arrivé ? Elevais-tu cet enfant parce que tu voulais un homme ? » Alors la plus âgée des sœurs ressuscita.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540