Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

III - Jakabish

Texte intégral

1Je vais vous raconter l’histoire de Jakabish, celui qui vivait avec sa sœur. Jakabish avait été prévenu par ses parents de ne pas se rendre dans le pays lointain où demeuraient les géants. Jakabish n’écoutait jamais ce qu’on lui disait. Ainsi, cette fois-ci, il décida de s’en aller voir ces géants.

2Il s’en alla pour s’approcher du camp des géants et là il vit cet immense tipi dressé de l’autre côté du lac. Il s’approcha de ce tipi où ces gens nous gardaient comme esclaves. Un des humains sortait justement, il vit Jakabish et le prévint qu’ils étaient forcés de rester dehors et que certains ne reviendraient jamais. Parfois on leur donnait un petit peu de nourriture mais c’était tout. Le lendemain matin, Jakabish était sur les lieux ainsi qu’un géant qui allait chercher un des humains. Jakabish savait par celui du tipi qu’ils étaient vraiment les géants et qu’ils viendraient ici pour chercher leur nourriture qui était les êtres humains. Alors l’un des géants arriva au tipi, regarda dedans et dit : « Je veux me mesurer avec ce visiteur ! » Alors Jakabish sortit du tipi et alla à la rencontre du géant. Voilà le lac où il allait avoir à se mesurer avec eux ; le perdant serait irrémédiablement tué. Quand Jakabish s’approcha du lac, ils annoncèrent qu’ils allaient jouer à une sorte de jeu qui consistait à pousser quelque chose à travers le lac et celui qui parviendrait le premier de l’autre côté serait le gagnant. Jakabish prit immédiatement la tête de la course. Les géants essayaient de le rattraper ; ils y parvinrent presque mais Jakabish arriva quand même le premier et gagna.

3La course à pieds était l’épreuve suivante au programme. Alors ils s’alignèrent pour le départ et les voilà partis. Les géants rattrapent Jakabish pour la première fois. Alors il crie et les géants tombent par terre. Jakabish les rattrape et de nouveau mène en tête. Alors les géants font de même, ils crient mais Jakabish continue de courir ; il est loin devant maintenant. Cela fait deux concours en sa faveur...

4Et maintenant le concours suivant... Et ce concours se devait d’être le dernier. La règle consistait à exhiber son pénis. Ils commencent donc. Jakabish a un pénis minuscule. Il use d’un bâton pour le faire grandir. Il ne fallait pas beaucoup de temps à Jakabish pour qu’il fasse vraiment grandir son pénis. Et les géants se mirent à pousser des cris devant un tel adversaire. Un des géants prit la parole pour dire : « Le pénis de Jakabish est petit et le mien est grand ! » Et ils se mettent à utiliser des bâtons eux aussi afin de l’avoir un peu plus grand. Jakabish avait désormais un pénis énorme et les géants commencèrent à réaliser qu’ils étaient en train de perdre le concours.

5Alors ils voulurent un dernier affrontement. Ils défièrent Jakabish d’enlever tous ses vêtements et de se tenir ainsi au milieu du lac alors qu’il gelait très fort. Ils se rendirent au milieu du lac. Ils restèrent là, assis, toute la nuit exposés aux températures les plus extrêmes. Et ils s’assirent au milieu du lac. Un géant dit : « As-tu froid, Jakabish ? » Et Jakabish de répondre : « Je suis presque mort tant j’ai froid ! » De nouveau il demanda à Jakabish s’il était en train de mourir de froid. Jakabish ne répondit rien... Puis ce fut le tour de Jakabish d’interpeller les géants et de leur demander s’ils mouraient de froid. D’après le ton de leur voix, Jakabish savait qu’ils étaient presque morts, congelés. Il demanda une nouvelle fois s’ils avaient froid. Et il le demanda encore une fois, la dernière. Il n’y eut pas de réponse. Alors il se leva, s’approcha des géants et les examina. Les géants étaient gelés de toutes parts, complètement congelés jusqu’à la mort.

6Ainsi les géants furent battus dans chacun des affrontements avec Jakabish. C’est tout ce que je sais de cette histoire mais ces gens étaient contents car Jakabish avait entrepris tout ça pour les aider.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540