Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

II - Jakabish

Texte intégral

1Cette histoire est celle de Jakabish, ce qui signifie « petit homme ». Jakabish et sa sœur vivaient ensemble. Jakabish était quelqu’un de petit qui aimait beaucoup voyager de-ci, de-là. Jakabish vivait avec sa sœur car ils n’avaient pas de parents.

2Un soir, Jakabish revenant d’une de ses sorties dit à sa sœur qu’il avait entendu des bruits étranges quelque part dans la brousse. La sœur de Jakabish le prévint de ne pas s’approcher de l’endroit d’où venaient ces bruits. Elle raconta alors que des géantes tannaient une peau de castor géante et ajouta : « Si tu vas là-bas, ces femmes vont te jeter dans leur casserole à bouillir, car elles font bouillir les déchets de cette peau et elles vont sans aucun doute te jeter dedans avec. » Quoi que sa sœur put lui dire, Jakabish répondait : « Ma sœur, tu essayes de me faire peur ! »

3Le jour se leva et Jakabish s’apprêta à sortir de nouveau. En général, lorsqu’il sortait il déclarait : « Ma sœur, je m’en vais de ce côté » et sa voix s’éteignait au fur et à mesure qu’il s’éloignait. Cette fois-là, il prit un autre chemin, celui qui menait là où les géantes tannaient leurs peaux. Jakabish s’approcha discrètement des femmes qui étaient en train de travailler leur peau, il parvint à elles et commença à les exciter en faisant des trous dans la peau avec sa flèche. Les femmes entrèrent dans le tipi pour mettre les déchets de la peau dans la casserole bouillonnante. De l’intérieur du tipi, elles voyaient cet oiseau juste au seuil de l’entrée du tipi et elles disaient : « C’est Jakabish qui, déguisé en oiseau, se moque encore de nous. » Elles réussirent à s’emparer de l’oiseau assis là et le jetèrent dans une casserole. L’oiseau était toujours vivant. Avant de quitter sa sœur, Jakabish lui avait emprunté sa poche pleine de gras de poisson et l’avait cachée sous son aisselle. Les femmes regardaient Jakabish déguisé en kwikwiche (geai du Canada) en train de bouillir dans l’eau. Soudain, l’eau devint toute graisseuse. Les femmes savaient que c’était Jakabish, il adorait jouer des tours aux gens. Dans la casserole Jakabish remuait beaucoup. Les géantes se penchaient pour mieux observer Jakabish quand, brusquement, il jaillit hors de la casserole, aspergea d’eau bouillante les géantes et, de cette façon, leur brûla les yeux. A la suite de quoi Jakabish rentra chez lui. Les femmes, elles, restaient là, par terre, les yeux brûlés.

4Quand les hommes furent de retour, les femmes leur racontèrent comment Jakabish leur avait brûlé les yeux. Les hommes s’en allèrent attaquer la demeure de Jakabish. Jakabish était très petit. En voyant ces hommes arriver, sa sœur demanda : « Es-tu allé là où ces femmes tannaient leur peau ? » Jakabish ne dit rien, prit son arc et ses flèches, courut vers une coquille et se cacha dessous. Les hommes entrèrent et demandèrent : « Où est Jakabish ? » La fille répondit : « Il se cache sous la coquille. » Les hommes se rendirent à la coquille mais ils ne pouvaient pas la déplacer car Jakabish était dessous. Deux d’entre eux essayèrent de la soulever une fois encore mais ils échouèrent une fois encore. Jakabish se mit à taper le dessous de la coquille avec sa flèche. Les hommes, à la fin, abandonnèrent et s’accordèrent entre eux pour emmener, à défaut de Jakabish, sa sœur. Peu après, comme il n’entendait plus rien, Jakabish sortit de sa coquille et découvrit l’absence de sa sœur. Il court vers le tipi et aperçoit les hommes qui emmènent sa sœur avec eux. Jakabish prend sa flèche et lui dit : « N’atterris pas sur la tête de ma sœur ! » Il ajuste la flèche, bande l’arc et tire. Il touche un des hommes et le tue. Jakabish prend une autre flèche et s’adresse à elle dans les mêmes termes qu’à la première. Il l’ajuste, tire, touche et tue l’autre homme. Il a sauvé sa sœur, elle se retourna et rentra avec lui.

5Un jour, la sœur de Jakabish lui recommande de ne pas aller à la rivière car elle a aperçu cette énorme créature qui nage dans la rivière. « Ne va jamais nager, lui dit-elle, car le poisson géant t’avalerait ! Jakabish se promenait et tirait à l’arc. Une de ses flèches finit sa course dans la rivière. Il se dévêt et va pour la récupérer et voici qu’arrive cet énorme poisson qui l’avale.

6La sœur de Jakabish commence à s’inquiéter pour son frère. Elle part donc à sa recherche. Elle arrive à la rivière et découvre les vêtements de Jakabish. La sœur fabrique un hameçon et le laisse s’enfoncer dans l’eau dans l’espoir d’attraper le poisson qui a avalé son frère. Très tôt, le lendemain matin, Jakabish dit au poisson : « Approchons de la rive, comme ça nous aurons un peu plus chaud. » Alors que le poisson nageait le long de la rive, Jakabish remarqua l’hameçon, mais le poisson n’avait pas envie de mordre car il avait déjà Jakabish dans l’estomac. Le poisson nageait autour de l’hameçon, quand, tout à coup, Jakabish attrape l’hameçon lui-même et le plante dans l’estomac du poisson. La sœur vient pour relever sa ligne et, bien entendu, elle a attrapé un énorme jaobish (brochet). Elle prend le brochet et s’apprête à en découper les viscères quand elle entend une voix qui dit : « Vas-y doucement, ma sœur, ne me découpe pas en morceaux. » C’était son frère, alors elle éviscéra le poisson très soigneusement et en retira Jakabish. Ensuite elle le nettoya et le baigna car il avait passé toute la nuit à l’intérieur de l’estomac du brochet. Enfin, elle le ramena à la maison.

7Jakabish ne pouvait s’empêcher de se promener toute la journée jouant des tours aux gens ou aux animaux car il n’avait de respect pour personne. Au retour d’une de ses tournées, il dit à sa sœur : « J’ai découvert une grande colline avec une piste. » Sa sœur le prévint une fois encore : « Ne va pas là-bas, car c’est le parcours du soleil ! » Jakabish ne dit rien mais il demanda à sa sœur un de ses cheveux. Elle lui demanda pourquoi, il répondit : « Contente-toi de me le donner ! » En réalité, sa sœur devait vraiment avoir de très longs cheveux. Elle lui en donna un.

8Le lendemain Jakabish partit toute la journée. Avant de quitter sa sœur, il lui dit : « Ma sœur, ma sœur, je m’en vais de ce côté ! » Et il partit pour la journée entière. Le matin suivant, Kisikapisoom (soleil) ne brillait pas vraiment ou plutôt ne se levait pas, même un tout petit peu. La sœur réveilla Jakabish et lui dit que le soleil ne bougeait pas. A la fin, elle demanda : « Qu’as-tu fait avec mon cheveu ? As-tu posé un piège ou un collet là où tu avais vu le chemin sur la colline ? » Il répondit : « J’ai posé un piège. » La sœur dit à Jakabish qu’il avait piégé le soleil et que c’était pour cela qu’il ne brillait pas. Jakabish et sa sœur se rendirent à l’endroit où il avait posé le piège et, bien entendu, il avait pris Kisikapisoom dans son piège. Mais il ne pouvait rien faire car il était trop chaud. Jakabish aperçut Abookshish (souris) et lui dit de venir à lui. Jakabish lui ordonna alors d’aller ronger le cheveu afin de délivrer Kisikapisoom. Abookshish fit de nombreuses tentatives et enfin, dans un ultime effort désespéré, réussit. Abookshish revint vers Jakabish pour se rafraîchir de la chaleur, il avait le visage brûlé et c’est pourquoi la souris est plus ou moins marron sur la figure aujourd’hui ; c’est à cause de la faveur qu’il accorda à Jakabish. Après avoir été libéré, le soleil se remit à briller.

9Une autre fois, il était assis dans le tipi et c’était la nuit. Sa sœur lui demanda alors d’aller lui chercher de la neige, ainsi elle pourrait préparer le thé pour le lendemain matin. Jakabish ne s’agita pas beaucoup puis, finalement, il prit sa cuillère et son seau et s’en alla récolter de la neige. Sa sœur lui recommanda : « Surtout ne regarde pas Tipikapisoom (le disque de la nuit : la lune) ! » Jakabish demanda pourquoi et elle lui répondit : « Si tu fixes Tipikapisoom, il va t’attraper. Le risque est encore plus grand lorsque, comme ce soir, c’est la pleine lune ! » Jakabish se contenta de répondre : « Ma sœur, tu me fais peur ! » Et il sortit pour aller chercher un peu de neige. Peu après comme il ne revenait pas, sa sœur sortit à son tour et suivit ses traces. Elles s’arrêtaient juste à quelques pas du tipi. Immédiatement la sœur tourna les yeux vers Tipikapisoom et, bien évidemment, elle remarqua son frère, là-haut sur la lune, tenant sa cuillère à la main et son seau de l’autre. C’est ainsi que Jakabish se débarrassa de lui-même car il n’écoutait personne et n’eut jamais de respect pour quiconque.

10Une variante de ce récit (II’) très similaire à la séquence où Jakabish se fait dévorer par le brochet puis s’en fait extraire par sa sœur, se montre toutefois plus précise sur un point :

11« Quand elle le délivra (du ventre du brochet) il ressemblait à un poisson qui avait été mangé par un poisson ; son corps n’était qu’une souillure luisante. Elle commença à gratter les débris intestinaux qui lui recouvraient le corps. Il lui dit : « Ma sœur, ne me nettoie ni la tête, ni le pubis, comme cela les gens auront, à l’avenir, des poils à ces deux endroits. »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable