Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

I - Jakabish

Texte intégral

1Jakabish vivait avec sa sœur. Elle s’occupait fort bien de lui. Très souvent Jakabish allait à la chasse et s’en revenait bredouille ; il allait à la chasse et ne rapportait rien du tout. Par deux fois il ramena des écureuils, mais ce n’était pas de petits écureuils ; c’était des écureuils géants. Ainsi elle le surveillait de près. Il demanda à sa sœur un jour s’ils avaient des parents et sa sœur dit : « Oui, ils existaient. » Il ajouta : « Eh bien, que leur est-il arrivé ? » Elle avait toujours essayé de ne pas en parler, elle ne voulait pas qu’il sache tout ce qu’il leur était arrivé car il avait toujours tendance à chercher les ennuis. Mais cette fois-ci, elle lui rapporta comment les ours — les ours qui sont plus durs que la pierre — les avaient tués.

2Bien après que sa sœur lui eût raconté cela, il décida d’essayer de faire quelque chose à propos de ces trois ours. Il confectionna trois flèches, trois flèches très solides. Sa sœur lui dit : « Je ne veux pas que tu ailles ennuyer ces ours... car ils vont te tuer ! » Il se contenta de l’ignorer. Il dit : « Non, je n’ai rien à faire avec eux. » Et il fit semblant de partir dans une direction en chantant et en sifflant jusqu’à ce qu’il ne soit plus possible de l’entendre, puis il contourna le camp et alla là où se trouvaient les ours. Quand il arriva dans les parages de l’endroit où se trouvaient les ours, il entendit des bruits semblables à des coups de tonnerre. Il y avait trois ours. Dès qu’un ours sut qu’il arrivait, il se rendit à sa rencontre. Il le tua avec sa flèche, la flèche qu’il avait emmenée avec lui, puis il tua le second de la même façon. Le troisième lui échappa pendant un certain temps mais il finit par le piéger et par le tuer à son tour.

3Après avoir tué les trois ours, il les éventra et y chercha les traces de ses parents. Il trouva un tout petit peu de cheveux et aussi un petit morceau de doigt, une phalange. Il trouva donc cela qu’il enveloppa dans une pièce d’écorce de bouleau. Il s’en retourna. A peu de distance du camp, il cacha ce paquet en hauteur, accroché dans un arbre. A son retour, sa sœur lui demanda : « Où étais-tu ? As-tu rapporté quelque chose ? — Non, dit-il, je me suis juste promené de-ci, de là. » Puis il ajouta : « Je crois que je vais kosakwadan (ériger et opérer le rite de la tente tremblante). » Ainsi allait-il pratiquer le rite de la tente tremblante. « Bien, je vais me préparer, édifier la tente. Je vais d’abord essayer pour voir si ça marche. » Et il ajouta : « Dès que je t’appellerai je veux que tu apportes le petit paquet que je t’ai montré. » Il entreprit le rite et chantait et ça marchait bien. Alors il donna le paquet à sa sœur et lui dit : « Ne regarde pas dedans, n’en regarde pas le contenu ! Quand tu entendras des voix provenant de l’intérieur de la tente tremblante, je t’appellerai et tu me le donneras. » Tout marchait très bien, Jakabish entra dans l’édifice et commença à chanter. Peu après, elle entendit des voix, des gens qui parlaient d’eux, les voix de leurs parents. Elle était effrayée au sujet de ce paquet. Elle le prit et regarda ce qu’il contenait. Alors comme il avait entendu les voix pendant un moment, Jakabish dit : « Bien, retire la couverture maintenant ! » Alors elle la retira et elle ne vit rien du tout. Jakabish lui dit : « Bon, tu as dû faire quelque chose que tu n’aurais pas dû faire. » Il ajouta : « Nous allons essayer une fois encore, mais cette fois-ci, ne retire pas la couverture avant que nous ayons entendu les voix pendant longtemps. » De nouveau il était à l’intérieur et il reprit son chant. Il chantait très fort et peu après la sœur entendit de nouveau les voix. Ils pouvaient entendre les voix de leurs parents parlant et riant. Jakabish continua pendant longtemps et pendant longtemps, ils parlaient à l’intérieur. Enfin Jakabish dit : « Maintenant, retire la couverture. » Quand elle retira la couverture, elle ne vit rien. Jakabish dit : « Tu as regardé ce que je t’avais dit de ne pas regarder. Si tu n’avais pas regardé dedans, nos parents auraient été là et auraient été vivants comme ils l’ont été. Mais comme tu as regardé, ils ne vivront pas de nouveau. Mais c’est aussi bien ainsi car sinon cela aurait été une erreur. Si nous avions été capables de ressusciter nos parents, les gens auraient été capables, eux aussi, à l’avenir, de ressusciter leurs morts à n’importe quel moment, quand ils l’auraient voulu. »

4Le soir suivant, sa sœur lui dit : « Je ne veux pas que tu cherches des ennuis de nouveau car toutes sortes de choses pourraient t’arriver, et des choses dangereuses. » Ainsi tout était parfait, et le jour suivant, il partit très loin. A chaque fois qu’il sortait en brousse il allait toujours plus loin... Cette fois-ci, il tomba sur une piste, la piste de quelqu’un, c’était vraiment une belle piste. Ignorant à qui appartenait cette piste, il rentra. Ce soir-là, il questionna sa sœur : « J’ai suivi une piste. C’était une belle piste, mais je ne sais pas à qui elle appartient. » Sa sœur lui dit : « Ne t’en occupe pas, tu sais, laisse tomber car c’est la piste de quelqu’un. Laisse tomber ! » Parfait. Le lendemain matin, avant de partir, il dit qu’il voulait une ficelle. Alors elle lui donna une ficelle. « Non, ce n’est pas à cela que je pensais. — Quelle sorte de ficelle veux-tu ? » Il continua à demander une ficelle. Enfin il dit : « Il faut que j’aille là-bas. » Il ajouta finalement : « Ce que je veux, c’est une ficelle faite avec tes poils pubiens. » Alors elle lui donna ses poils pubiens. « Qu’est-ce que tu veux faire avec ? » dit-elle. Il répondit qu’il voulait s’en servir pour transporter quelque chose. Puis il la quitta et il fit un collet pour Kisikapisoom (le disque du jour : soleil) sur cette piste, car c’était celle du soleil. Les poils pubiens devaient être très solides. Voilà ce qu’il fit, à la suite de quoi il rentra.

5Cette nuit-là, la lumière ne pointa pas. La nuit continuait à durer et à durer. A la fin sa sœur demanda : « As-tu posé un collet sur la piste que tu avais découverte ? — Oui, répondit-il. — C’était, dit-elle, le chemin de Kisikapisoom, tu sais, et tu l’as attrapé et c’est pourquoi l’obscurité régnera pour toujours à moins que, d’une façon ou d’une autre, tu ne le délivres. » Alors il retourna là-bas et demanda de l’aide à Abookshish (souris), celui qui a des dents pointues, le nez pointu et, aussi, les dents marron. Il finit par le délivrer.

6Le soir suivant, sa sœur dit : « Tu sais, je t’ai dit de ne pas ennuyer le soleil, je t’avais dit de ne pas lui poser un collet, de ne pas faire des choses comme ça qui causent des ennuis. Il y a plein de choses qui pourraient te tuer si tu t’entêtes à leur propos, comme, par exemple, ces femmes géantes, c’est à ce type-là « de géantes auquel je pense en ce moment, si tu essayes de les ennuyer, elles vont te tuer. »

7Alors le jour suivant, le matin, il sortit à la recherche de ces femmes et espionna l’endroit qu’elles fréquentaient. Elles étaient en train de tanner des peaux au moment où il découvrit leur repère. Cette nuit-là, il retourna chez lui et sa sœur lui demanda : « Alors ne reviens-tu pas avec quelque chose ? As-tu rencontré quelqu’un ? — J’ai rencontré des gens, mais je ne sais pas de qui il s’agit, — Ce sont les géantes dont je t’avais parlé, dit-elle. Je ne veux pas que tu leur cherches des noises, car si tu le fais, elles vont te tuer, si ce sont celles auxquelles je pense. — Bien, ne t’inquiètes pas », répliqua-t-il. Mais quoiqu’il en soit, le lendemain matin, il retourna là où il avait découvert les géantes. Tout le jour durant, il les nargua et s’en moqua. L’une d’entre elles le remarqua. Elle était en train de tanner et, tu connais ces trous à travers la glace, eh bien il faisait sortir son pénis à travers ces trous pendant qu’elle tannait sa peau. Enfin une d’elles l’identifia et le localisa. Elle frappa et elle tua Jakabish. Et celle qui était le chef dit : « Je sais quoi faire, nous allons le faire bouillir. » Alors elles le mirent dans une grande casserole ; elles devaient posséder une grande casserole parce qu’il était assez grand à ce moment. Il était en train de bouillir dans cette grande casserole et pendant qu’il bouillait, son pénis commença à entrer en érection. Il bandait et tandis qu’il bouillait, son pénis émergea, toutes les femmes étaient là, à le regarder. Et quand elles furent vraiment très près, il les éclaboussa toutes de sa propre graisse, leur brûla les yeux et les tua toutes. Puis il rentra ce soir-là sa sœur lui dit : « Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui ? — Oh, j’ai découvert quelques personnes là-bas et je les ai toutes tuées. Je crois que c’était celles auxquelles tu pensais. »

8Les géantes, voilà ce qu’il leur a fait.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable