Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Mythes

Presentation

Texte intégral

Pour déjouer l'Origine,
il culture d'abord à fond la nature
Roland Barthes par Roland Barthes.

1Kikendan Ayash atsoke ? (« Connais-tu l’histoire d’Ayash ? ») Kikendan Maag atsoke ? (« Connais-tu l’histoire de Plongeon ? ») Telle est la formule quasi rituelle par laquelle un ancien se propose de raconter un mythe. Il faut bien sûr répondre kawin, « non », invite à la narration. Personne n’est dupe, la question ne porte pas sur le savoir de l’auditeur mais sur son désir d’entendre raconter selon les règles les exploits du fils d’Ayash ou les déboires de Plongeon.

  • 1 Les transcriptions à partir desquelles j’ai travaillé ont trois origines distinctes. Premièrement, (...)

2A l’exclusion de quelques-uns d’entre eux tout ce qu’il y a de plus lapidaires — mais peut-être s’agit-il en l’occurrence de fragments — les récits font preuve d’une grande rigueur de construction. Ils offrent un liminaire, parfois fort bref, un développement de l’intrigue selon un schéma tantôt binaire, tantôt ternaire et une clôture, aussi brutale qu’elle puisse nous paraître. C’est en comparant des variantes de longueur différentes d’un même récit que l’on s’aperçoit le mieux des préoccupations stylistiques qui accompagnent leur narration. Si, d’un côté, toutes ces variantes s’accordent du point de vue logique, s’opposant en bloc aux versions racontées dans les groupes voisins, d’un autre côté chacune d’elles aménage l’intrigue de façon à constituer une unité narrative accomplie. Mais je n’insiste pas sur cet aspect des mythes pas plus que sur les modalités de leur énonciation. Je ne parle pas suffisamment le dialecte ojibwa de Big Trout Lake pour pouvoir, à l’écoute d’un narrateur, à la fois saisir précisément le sens de son récit et la qualité de son style oratoire. J’ai donc travaillé à partir de transcriptions en anglais — à partir de textes donc — établies avec l’étroite collaboration de jeunes Indiens bilingues qui, tous, ne maîtrisent pas pareillement aussi bien leur langue maternelle que leur seconde langue, l’anglais1. En reprenant ces transcriptions en anglais pour les rendre en français, j’ai essayé d’être le plus fidèle possible aux textes, sacrifiant l’élégance au profit d’une sorte de garantie eu égard au sens.

3J’aime à imaginer toutefois que, par-delà deux traductions successives, les lecteurs arriveront quand même à goûter un peu du subtil mélange d’humour et de tragique, de poésie aussi, dont sont tissées toutes ces histoires. Cette voix qui les porte jusqu’à nous, malgré les inévitables altérations qu’a entraînées sa transformation, sa mise en texte, pour cause d’acclimatation, reste celle des Indiens eux-mêmes. Eux-mêmes ne peuvent la trahir. Quand elle ne le leur sera plus « parlante », ils l’oublieront purement et simplement ; ils la perdront comme, plus au sud, nombre de leurs pareils ont perdu la leur, puis leur langue. Au reste, chez les Indiens de Big Trout Lake, le processus est déjà amorcé.

4C’est parce que les matériaux que j’ai recueillis me paraissent contenir l’essentiel de la tradition mythique de Big Trout Lake que j’ai pu concevoir le projet qui est le mien ici. Il est évident que des morceaux de cette tradition m’ont échappé, rebelles à mes efforts d’investigation ou déjà irrémédiablement perdus. Maintenant, savoir si ce sont des pans entiers de la tradition mythique ou seulement des fragments de moindre importance qui sont restés inaccessibles, il est aujourd’hui impossible d’en décider. A mon sens, l’essentiel nous est parvenu.

5Pour des raisons éditoriales il est impossible de publier les matériaux recueillis dans leur intégralité. J’ai voulu toutefois que la sélection reste la plus représentative possible. Pratiquement tous les mythes recueillis sont donc inclus ; lorsqu’il y a plusieurs variantes d’un même mythe ou motif, seule la plus longue a été retenue. Si nécessaire des indications, voire parfois des extraits, des variantes sont adjoints à ce texte de référence (on remarquera avec amusement que la version féminine d’un même récit se montre en général beaucoup plus pudique que la version masculine). Dans la même perspective, certaines unités narratives, comme les épisodes les plus banals des aventures du décepteur, font juste l’objet d’un résumé. Enfin, il existe dans la tradition orale de Big Trout Lake un très long récit, une sorte de geste qui a pour héros Kayahna, le libérateur des Indiens. Cette geste puise ses éléments constitutifs dans les variantes courtes des aventures du même personnage ou même dans les intrigues mythiques racontées à Big Trout Lake et ailleurs. Cela étant, par l’accumulation, par la réitération des motifs, la geste appartient à un genre distinct du mythe stricto sensu, elle le dépasse, ouvrant la voie au romanesque (Lévi-Strauss 1968 : 69-106). Aussi, autant pour ces raisons que pour des raisons pratiques, cette geste a-t-elle été exclue du présent recueil.

6Encore un dernier point à signaler : la syntaxe des langues algonquines ignore la différence des sexes ; elle implique, en revanche, une classification des êtres et des choses en deux catégories que les linguistes conviennent d’appeler l’animé et l’inanimé, division qui, à bien des égards, fonctionne comme un genre grammatical. L’animé comprend les humains, les animaux mais aussi les arbres, la pierre, des phénomènes astronomiques mais aussi un certain nombre d’objets usuels tels que casserole, pipe, allumettes, etc. Ainsi lorsque, pour chaque action ou état verbal, le sujet n’est pas nommé — procédé narratif courant — à quel genre doit-on mettre le pronom ? Ce problème prend un relief particulier dans le cas des espèces animales. En effet, en français, nous disons le loup, la loutre et, au-delà de la nécessité grammaticale, ces indications de genre possèdent des connotations qui peuvent être malencontreuses. Les interprètes ojibwa/anglais ont toujours la possibilité de se dérober en ayant recours au neutre (it), solution qui nous est interdite. J’ai opté pour l’emploi systématique du mot ojibwa qui désigne l’espèce animale et pour l’accord des pronoms s’y rapportant au masculin (ayant valeur de neutre) à moins que ne soit spécifié le caractère féminin du personnage auquel le mythe prête les traits de tel ou tel animal. Un tel parti présente, en outre, l’avantage de rétablir l’ambiguïté déictique, mais l’évidence mythique, entre le caractère qu’une intrigue assigne à une espèce donnée et celle-ci dans son ensemble.

Notes

1 Les transcriptions à partir desquelles j’ai travaillé ont trois origines distinctes. Premièrement, il y a les récits à la narration desquels j’ai assisté. Deuxièmement, quelques textes sont le produit d’une initiative du conseil de bande de Big Trout Lake qui avait organisé une collecte de matériaux mythiques au début des années 1980. Troisièmement, il y a des récits recueillis, traduits et transcrits durant la décennie précédente à l’occasion d’un programme mis en place par le Pr. Greenwood de l’université Lakehead à Thunder Bay. Jimmy Morris, l’un des principaux traducteurs de cette série de textes, en a été le dépositaire au profit de la Wawatay Native Communication Society qu’il fonda à la même époque. Collection d’une valeur inestimable car, elle porte le témoignage d’une génération de narrateurs qui, déjà au moment de mes séjours, était évanouie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540