Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sous le signe de l'ours

 | 
Emmanuel Désveaux

Remerciements

Texte intégral

1Je tiens à remercier les Namekosipikwininiwuk, « ceux de Big Trout Lake » et ceux des communautés avoisinantes, notamment de Kaponanik (Long Dog Lake), pour m’avoir accueilli et fait partager leur existence pendant de nombreuses saisons. Ma reconnaissance va tout particulièrement aux informateurs et conteurs de mythes suivants : Joseph Morris, Jeremiah Winter, Fred Duncan, Daniel Nanokeesic, Jeremiah Nanokeesic, Allan et Mary-Jane Crowe, Charlie Oskeenegish, Mary McKay, Katie Barkman, Allan Hartley, Mary Chapman, Ellen McKay, Peddy Tait, Sally McKay, John Hudson, Angus Brown, Jimmy Brown, Jeremiah McKay, Marianne Anderson, Henry Frogg, Henry Cutfeet, Norman Cromarty, Joseph Sakakeep, Rubina Chapman, George Ducan.

2Sans l’aide d’interprètes appartenant à la jeune génération, assistants qui furent eux aussi, à leur façon, de précieux informateurs, les paroles des anciens me seraient restées largement hermétiques. Je dois donc beaucoup à Allan Nanokessic, à Allan Brown, à Stewart Nanokeesic, à Jimmy Morris, à Charles Morris, à Rudy Morris, à Jerry McKay, à Sarah Anderson, à Frank et Jean Sainnawap, à Simon Frogg, à Saggius Frogg, à Bruce Frogg, à Mark Chapman, à Steven Chapman, à Luke Beardy, à James Chapman, à Bruce Sakakeep, à Frank McKay et à tous les autres.

3Je rends hommage à la mémoire de Stevens Hartley, David Morris, John-George Morris, Solomon Begg, Isaiah McKay, Albert Sainnawap, Jerry Frogg et, enfin, à celle de Alec Hartley dit The Claw.

4Je remercie les chefs et les conseils de bande de chacune des communautés où j’ai séjourné (Big Trout Lake, Long Dog Lake, Kasabonika, Wapakeka, Bearskin Lake et Sachigo). Par ailleurs, il me faut remercier chaleureusement Garnet Angeconeb directeur de la Wawatay Native Communication Society, sise à Sioux Lookout. Garnet m’a laissé explorer les archives de la société et m’a donné toute liberté pour en utiliser les matériaux.

5Je remercie enfin les Fondations Fyssen et Singer-Polignac, le Centre coopératif de recherche et de diffusion en anthropologie et la Fondation Fritz Thyssen ainsi que M. Clemens Heller, sans lesquels ce livre n’existerait pas.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540