Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Logement,relégation et intégration

Figures de l’immigré à Nanterre : d’un habitat stigmatisé à l’autre

Anne Steiner

Texte intégral

Les traces du bidonville

Les Algériens de Nanterre : une présence ancienne et marginalisée

1Très proche de Paris, Nanterre a connu une évolution semblable à celles de nombreuses communes limitrophes de la capitale mais suivant un rythme légèrement décalé : bourgade rurale puis commune ouvrière, beaucoup de ses nouveaux habitants appartiennent aujourd’hui à la nébuleuse des classes intermédiaires. Sa population hétérogène se répartit dans des îlots cloisonnés à l’image de cette banlieue ouest contrastée où se côtoient communes ouvrières et communes résidentielles. Comme d’autres villes de la périphérie, Nanterre a accueilli des vagues successives d’immigrés, parmi lesquels des Maghrébins, pour la plupart algériens, dont la présence ancienne sur la commune se manifeste surtout à partir de la fin des années 1950 où l’on comptait, d’après Abdelmalek Sayad, une arrivée par semaine (1995). Faure de possibilités d’accès au logement dans des conditions normales, cette population a été reléguée dans un habitat précaire et insalubre, contrôlé au départ par les patrons kabyles des cafés-hôtels-meublés qui ont construit les premières baraques. Habitat qui s’est développé à un rythme tel qu’il s’est rapidement émancipé de ces premiers promoteurs. Une telle extension a été favorisée par l’existence de terrains industriels vacants ou immobilisés en l’attente d’opérations d’aménagement urbain et par la passivité des pouvoirs publics qui n’ont pas tenté de l’enrayer. Cette association bidonville/immigrés confère à l’immigration algérienne de Nanterre un caractère particulier. Elle a pu apparaître aux yeux des autochtones comme invasive, incontrôlable et surtout non conforme à l’urbanité, comme semble l’indiquer le discours sur la boue et l’eau dans les propos recueillis par Abdelmalek Sayad.

2L’éradication progressive des bidonvilles, suivie du relogement de leurs habitants dans des cités de transit vite dégradées avant un accès relativement tardif au logement social standardisé, est récente et l’on peut se demander si la mémoire de ces habitats stigmatisés n’a pas exercé une influence durable sur la perception locale de la population d’origine maghrébine à Nanterre ainsi que sur la représentation actuelle de certains des grands ensembles où elle réside aujourd’hui.

Une source majeure : le bulletin municipal

3Pour reconstruire l’évolution de cette représentation, nous avons eu recours à un corpus d’archives (la collection complète du bulletin municipal de 1945 à 1999) et à une série d’entretiens avec des élus municipaux, des responsables associatifs, d’anciens habitants des quartiers jouxtant le bidonville. Si l’examen systématique du bulletin municipal s’est présenté à nous comme une entrée possible, c’est que nous supposions que pouvait s’y retrouver l’écho des préoccupations ou revendications des habitants et que s’y dévoilait l’image de la politique municipale en matière d’immigration que les élus voulaient présenter à leurs administrés. À titre de comparaison, nous avons consulté également, mais sur une période plus restreinte (1978-1982), les bulletins municipaux des villes d’Ivry et de Vitry, communes dirigées de longue date par des maires communistes et qui ont fait beaucoup parler d’elles au début des années 1980 lorsque leurs élus se sont illustrés par des actes ou des prises de position publiques contre l’accroissement, à leurs yeux trop important, de la population immigrée dans leur ville.

4La convergence des discours et représentations que laissent transparaître ces documents était si frappante qu’il apparaissait indispensable de les mettre en perspective avec le discours du parti communiste français pendant la même période, ce qui nous a conduit à examiner de près les comptes rendus des divers congrès à travers Les Cahiers du communisme et les procès-verbaux des réunions du bureau politique de la fin de la guerre jusqu’à aujourd’hui. Il s’agissait de vérifier si l’attitude de la municipalité de Nanterre vis-à-vis de sa population immigrée ne faisait que découler de la ligne suivie par les instances centrales du Parti ou si elle était surdéterminée par l’histoire très particulière de l’implantation de cette population au niveau local.

Nanterre : ville d’accueil forcé

La municipalité face à la croissance d’un habitat invasif et non conforme

5De 1945 à 1954, on ne relève aucune allusion à l’immigration dans le bulletin municipal de Nanterre qui est pour l’essentiel consacré au thème du logement. C’est en avril 1954, dans le supplément au n° 423 du journal L’Eveil, qu’il est fait pour la première fois mention du bidonville. Le nombre d’immigrés en logement insalubre résidant sut Nanterre et Gennevilliers est estimé à 10 000, dont 2 500 dans le bidonville du Petit Nanterre. La moitié d’entre eux seulement auraient un emploi dans la ville, principalement aux Papeteries de la Seine, aux usines Simca, Willème et Dinin, avec des salaires inférieurs à ceux des travailleurs français. Les conditions de vie des habitants des bidonvilles sont décrites comme épouvantables et les marchands de sommeil qui perçoivent des loyers jugés exorbitants pour des taudis exigus sont dénoncés. Déjà, la présence de ces immigrés sur la commune de Nanterre est présentée comme le résultat d’un complot anticommuniste émanant du gouvernement qui chercherait à déstabiliser la municipalité en dressant contre elle la population française confrontée à une promiscuité non choisie. En tant que produit de la misère engendrée par le colonialisme, l’immigration doit être combattue au nom même de l’internationalisme prolétarien par les travailleurs immigrés et français unis contre le patronat. On voit déjà apparaître la revendication d’une répartition plus équitable de la population immigrée sur l’ensemble du département, revendication qui sera le leitmotiv des municipalités communistes jusqu’au milieu des années 1980. Par ailleurs, le bulletin, qui accorde une large place, outre le thème du logement, à la politique municipale en faveur de l’enfance, signale l’ouverture des colonies de vacances aux enfants des travailleurs immigrés du bidonville s’ils sont employés pat les entreprises situées à Nanterre.

6En novembre 1955, un long article est encore consacré au bidonville, qui abriterait environ 4 000 travailleurs algériens et marocains. Si une autre politique était menée en Algérie, ces travailleurs pourraient repartir dans leur pays d’origine pour participer à sa reconstruction, d’où l’importance de combattre la politique coloniale française, comme le fait le parti communiste français. En attendant, des foyers décents doivent être construits pour les travailleurs. Les familles sont, elles, délibérément ignorées par les rédacteurs du bulletin, bien qu’elles représentent déjà à l’époque une part importante des habitants du bidonville.

7Dans ce même numéro, on affirme que tous les Nanterriens mal logés devraient être prioritaires pour l’accès aux nouveaux logements sociaux qui s’érigent sur le territoire de la commune, revendication qui court dans tous les bulletins depuis 1945, mais la nouveauté consiste dans l’avancée d’un seuil de 15 % pour le relogement des familles du bidonville de Nanterre, preuve, s’il en était besoin, que les habitants du bidonville ne sont pas considérés comme des Nanterriens à part entière. La thèse du complot se poursuit : la police est accusée de conduire nuitamment sur le site du bidonville des immigrés expulsés de leurs logements parisiens insalubres en leur conseillant de construire une baraque là où ils peuvent.

Une population indésirable à répartir équitablement

8Dans les années qui suivent, jusqu’en 1962, il est fait régulièrement mention de la population dite nord-africaine résidant à Nanterre, essentiellement pour signaler que les dispensaires médicaux, les bains douches, les cantines scolaires, le patronage (ancienne dénomination des centres de loisirs) et les colonies de vacances leur sont ouverts, même s’ils habitent le bidonville, et que des cours du soir sont proposés aux adultes.

9Le gouvernement est accusé d’avoir fait venir ces travailleurs en France sans se soucier de leurs conditions de vie, d’avoir encouragé le développement d’un habitat précaire et illégal et de retarder désormais son éradication. La municipalité préconise de ne pas reloger les familles en ordre dispersé mais de procéder tranche par tranche pour pouvoir faire table rase à chaque étape, faute de quoi les partants sont immédiatement remplacés par de nouveaux habitants, ce qui met le bidonville en état d’autoreproduction permanente. D’autre part, la municipalité se félicite de la construction d’un foyer de 8 000 chambres en bordure du camp de la Folie. Il faut d’ailleurs souligner que les travailleurs célibataires sont, moins souvent que les familles, présentés comme indésirables et que leur relogement sur le territoire de la commune se heurte à moins d’obstacles. Pendant quelques années, il n’est plus fait mention du bidonville, et il faut attendre 1968 pour que le thème apparaisse à nouveau. Alors que la municipalité se félicite de la construction de plus de 1 800 logements sut le territoire du Petit Nanterre et exalte les réalisations urbanistiques gigantesques qui voient alors le jour, elle s’oppose, au nom d’un nécessaire brassage des populations, au relogement de plus de 15 % des habitants du bidonville dans les immeubles récemment construits. En accusant à nouveau la police parisienne d’avoir favorisé l’implantation des familles expulsées de leur logement parisien pendant toute la durée de la guerre d’Algérie, le caractère illégitime de leur présence dans la ville est réaffirmé et la municipalité est exonérée de toute responsabilité quant à leur relogement.

  • 1 Nanterre Info, mai-juin 1971.

10En juin 1970, la presque totalité du bulletin municipal est consacré aux bidonvilles de Nanterre dont la résorption a commencé. Avec la destruction des baraques des Pâquerettes, la population immigrée vivant en bidonville est passée de 18 000 à 12 000 habitants selon les estimations de la municipalité, dont 8 000 dans la zone de l’Établissement public d’aménagement de la Défense (EPAD). Une convention signée entre le conseil municipal, la préfecture, la Sonacotra et la Logirep stipule que, conformément aux souhaits des élus, 15 % des familles des bidonvilles, pas davantage, seront relogés dans les mille logements neufs du quartier Voltaire-Arago. On bute sans cesse sur ce seuil fatidique de 15 % et la municipalité s’en explique ainsi : « Il faut en finir avec les bidonvilles sans créer de nouveaux ghettos d’immigrés et respecter un équilibre de population normal à Nantette1. » À cette époque, la destruction des bidonvilles est bien avancée et les derniers habitants sont accueillis dans les cités de transit du Pont de Bezons et de Gutenberg, solution provisoire dénoncée par la municipalité qui prévoit une dégradation rapide de cet habitat et préférerait que les habitants des bidonvilles soient relogés d’emblée en logement social dans des communes voisines du département. En juin 1972, il est à nouveau question des opérations de relogement et la ville de Nanterre souhaite désormais ne pas accueillir plus de 10 % des familles pour respecter un équilibre des populations favorable à l’intégration. Il n’y a pas un mot d’explication pat rapport à ce brusque abaissement du taux défini par la municipalité pour le relogement des familles.

Réduire l’accueil pour mieux intégrer

  • 2 Entretien avec Alain Bocquet, responsable des affaires scolaires et président de la société histor (...)

11Ces taux avancés de façon récurrente dans chacun des articles traitant du relogement des familles du bidonville, puis du logement des immigrés en général, et c’est un glissement d’importance, font implicitement référence à la notion de seuil de tolérance, aujourd’hui très négativement connotée. Interrogés sur ce point, les élus communistes et les responsables associatifs proches de la municipalité ont argumenté en mettant en avant la vocation de ville d’accueil forcé de Nanterre qui a dû, selon eux, durant ces années, reloger bon gré mal gré la plus grande partie des habitants du bidonville : « À mon avis, c’est du verbe, tous les gens de Nanterre savent bien que, dans la réalité, on a toujours relogé tout le monde. On ne voulait pas mais on l’a toujours fait. Donc, la réalité, c’est que Nanterre a toujours été, sûrement, malgré elle et comte son gré, une ville d’accueil massive, tout le temps au final. C’est quand même elle tout le temps qui a participé à la résolution du problème qui lui était ou qu’elle ressentait comme imposé de l’extérieur. Donc voilà, on a ce phénomène massif de populations qu’on amène à Nanterre de façon délibérée sans que Nanterre, en tout cas les gens de Nanterre aient voulu ça. Vous n’avez pas eu de manifestations des gens de Nanterre demandant à accueillir des immigrés. C’est une population arrivée clandestinement, logée clandestinement, dans des lieux de non-droit, de statut foncier indéterminé2. »

  • 3 Ibid.

12Selon Alain Bocquet, la fixation de ce taux de 15 % est le résultat de la partie de bras de fer qui s’est jouée entre différents pouvoirs lors du relogement des familles du bidonville, conflit comparable à ce qui est en jeu lors de la construction d’un parc ou d’une route. Qui paie ? Dans quelles proportions ? Ce qui compte, c’est que dans les faits Nanterre a relogé la presque totalité de cette population. Mais lorsqu’on lui objecte que l’argument majeur avancé par la municipalité pour justifier ce taux n’est pas d’ordre financier, qu’il est surtout question de cohabitation et d’intégration, de lutte comte la formation de ghettos, il n’hésite pas à défendre la pertinence de la notion de seuil de tolérance : « On est bien placé pour savoir que c’est quelque chose qui correspond à une réalité. Alors, on ne veut pas ou on ne veut plus dire des choses comme celle-là mais pourtant, ça correspond à une réalité très claire. [...] Aujourd’hui, on a des centaines de logements vacants dans les touts Aillaud, il y a des centaines et des centaines de logements vacants. Les gens n’en veulent pas, même ceux qui ont des revenus très modestes, personne n’en veut. Ça ne peut pas fonctionner, il faut les raser ces tours, ça ne peut pas fonctionner avec des gens qui ne travaillent pas, avec des gens qui ont beaucoup d’enfants, avec des gens qui n’ont pas de revenus, enfin tous les critères qui avaient été repérés et face auxquels on construisait ces tours sont absents, donc la tour ne fonctionne pas. [...] C’est comme si on disait dans l’eau, il ne faut mettre que des gens qui savent nager, et qu’on dise c’est interdit de dite ça parce que c’est de la ségrégation, faut dite dans l’eau, tout le monde peut y aller. Bien entendu, on ne dirait pas ça. Donc, il est raisonnable de dire que, dans certains endroits, il ne faut mettre que des gens qui correspondent à l’endroit, ou alors il faut changer l’endroit3. »

13C’est parce qu’elle n’aurait pas rempli et ne remplirait toujours pas un certain nombre de critères vis-à-vis du travail, des revenus, de la taille des ménages que la population immigrée se serait vu limiter l’accès au parc HLM de la ville. Mais de quels immigrés parle-t-on ? Des familles vivant actuellement dans les logements sociaux ou de celles qu’on refusait de reloger à l’époque ? La majorité des chefs de famille des bidonvilles travaillaient et leurs salaires joints aux allocations familiales leur permettaient tout à fait de payer le loyer d’un appartement HLM, les arguments avancés ne vaudraient donc guère que pour le nombre d’enfants.

  • 4 Ibid.

14Si les familles des bidonvilles ne correspondaient pas à l’endroit, comme il est dit, n’est-ce pas plutôt parce qu’on les estimait incapables d’accéder à un logement moderne et d’en faire un usage conforme aux normes urbaines, qu’on les estimait incapables de vivre en bon père de famille comme le stipulait le bail des logements HLM ? Qui ne se souvient de ces fantasmes de moutons dans les salles de bains ? Le passage par les cités de transit dans lesquelles chaque famille ne devait pas séjourner plus de deux ans était d’ailleurs présenté par les organismes chargés du relogement des habitants du bidonville comme une nécessaire phase d’apprentissage préalable à l’accession définitive à un logement. La métaphore des nageurs et des non-nageurs semble se rapporter directement à ce type de représentation. Hier comme aujourd’hui, il y a un verdict porté sut cette population : celui d’une incapacité à habiter ces lieux, lieux dont on soupçonne peut-être un peu tard qu’ils sont de toute façon inhabitables : « Dans la mesure où l’on crée des tours à Nanterre, on crée des tours HLM, c’est une conception de l’habitat qui correspond à des gens qui travaillent, donc qui n’ont besoin que d’un endroit pour dormir, qui repartent le lendemain, donc la tour peut fonctionner. Mais si dans ces tours, on met beaucoup de gens qui ne sont pas dans le créneau pour laquelle la tour a été construite, alors ça ne fonctionne pas4. » Conception on ne peut plus minimaliste de l’habitat ouvrier qui n’aurait pour fonction que de permettre au travailleur de récupérer sa force de travail. Ce que l’entretien laisse aussi entendre, c’est que la présence de cette population non conforme agirait comme repoussoir pour d’éventuels candidats au logement social comme le montrerait l’exemple des touts Aillaud, dont une grande partie des logements restent vacants faute de preneurs.

15Il y a là, sous-jacent, un constat d’échec de la municipalité par rapport aux choix qu’elle a opérés en matière d’urbanisme : la construction de grands ensembles totalement inadaptés aux nouvelles conditions de vie. Et ce sont précisément les Maghrébins qui, aujourd’hui, sont majoritaires dans ces lieux et se trouvent condamnés à y vivre, nouvelle déclinaison de l’habitat stigmatisé, une fois de plus associé à leur présence.

  • 5 Entretien avec Jacques Guevel, responsable de l’association Vivre au Petit Nanterre, juin 1999.
  • 6 Entretien avec Alain Bocquet, précité.
  • 7 Ibid.

16M. Guevel, responsable de l’Association Vivre au Petit Nanterre, évoque lui aussi la vocation de ville d’accueil forcé de Nanterre : « Moi, je serais incapable de dire pourquoi il y avait ce seuil qui avait été fixé. On pourrait dire que c’était peut-être le seuil qu’on était capable d’accueillit dans l’état du patrimoine à l’époque. Mais c’est vrai qu’en même temps, depuis cette période, ça n’a pas arrêté de construire, on a eu pratiquement en permanence besoin de logements sociaux. Il y a un autre aspect aussi, en tout cas sur Nanterre, c’est que Nanterre a servi de, je pourrai utiliser le mot poubelle, et c’est un peu ça en fait, la poubelle de Paris5. » Avec ces 15 %, il s’agissait aussi de ne pas entériner un état de fait, car la présence du bidonville sur Nanterre est présentée dans le discours des élus comme dans le bulletin municipal comme le résultat d’un complot de la droite, visant à déstabiliser les municipalités communistes en leur imposant une population qui serait inévitablement mal tolérée par la population locale. C’est ce qu’exprime très clairement Alain Bocquet à trente années de distance lorsqu’il déclare que Nanterre n’est pas devenue par hasard terre de bidonvilles : « Faut pas rêver quand on allait chercher les gens au Maghreb, on leur disait pas d’aller où ils voulaient. On leur indiquait des lieux, Nanterre, il y a de la place, Saint-Denis, il y a de la place, des lieux proches du lieu de travail la plupart du temps mais enfin ce n’est pas le hasard. Qu’est-ce qui fait que le soleil de Nanterre serait plus chaud que celui de Suresne ou de Rueil ? L’office départemental HLM présidé par Balkany a délibérément décidé quand ils ont rasé Levallois, quand ils ont décidé de faire de Levallois un xviie arrondissement bis, ils ont délibérément relogé dans le quartier du Parc à Nanterre, puisque le maire de Levallois était président de l’office HLM, par milliers, des gens de Levallois, pour débarrasser Levallois de ces gens-là et pour bien emmerder le maire de Nanterre puisque cela ferait sûrement monter les réactions6. » Reloger les habitants du bidonville sur le territoire de la commune, c’était rentrer dans le jeu de la droite et risquer de faire basculer la municipalité, car il y aurait « des réactions normales, enfin prévisibles de gens qui vont dire la municipalité ne nous défend pas et donc on va voit si d’autres nous défendent mieux parce qu’ils vont parler de police municipale, et de 0 % d’immigrés, 0 % et pas 15 %7. »

Du seuil au quota : petite histoire d’une notion idéologique promue au rang de concept

  • 8 La Cohabitation des familles françaises et étrangères dans les immeubles HLM à Nanterre Les Canibo (...)

17Il se trouve que la notion de seuil de tolérance a été utilisée en France pour la première fois en 1964, dans une étude sociologique réalisée à la demande de la Logirep8, société d’économie mixte chargée du logement HLM dans la région parisienne, après qu’un certain nombre d’incidents se sont produits dans de grands ensembles où venaient d’emménager des familles du bidonville de Nanterre, des familles françaises et étrangères venues d’immeubles insalubres parisiens et des familles de rapatriés. Les auteurs du rapport évoquaient dans leur conclusion un seuil de tolérabilité des populations allogènes variable en fonction des contextes locaux et faisaient référence à des programmes d’aménagement urbain de la ville d’Oran conçus dans les années ayant précédé l’indépendance. Bien avant cet usage hexagonal, cette notion de seuil apparaissait dans des travaux de chercheurs américains de l’école de Chicago sur la ségrégation urbaine : il s’agissait alors de déterminer le « tipping point », seuil critique à partir duquel la présence de la population noire dans un quartier entraînait le départ de la population blanche, phénomène générant la création de nouvelles poches de ségrégation et entravant la mobilité résidentielle des Noirs américains.

18En 1971, puis en 1974, deux enquêtes de l’INED sut les attitudes des Français à l’égard des étrangers ont tenté de déterminer ce qu’Alain Girard nomme alors le « seuil de tolérance », c’est-à-dire « la proportion d’étrangers dans une région ou un secteur au-delà de laquelle l’accommodation se fait difficilement, provoquant des risques de tensions » (Populations 1971 : 850-852). La conclusion de ces enquêtes fut qu’il n’existait aucune corrélation de nature statistique entre les sentiments exprimés par les Français vis-à-vis des étrangers et le nombre de ceux-ci dans la commune ou le quartier. Les problèmes de cohabitation n’étaient pas plus aigus dans les zones où la part de la population étrangère était plus importante, ce qui a amené les chercheurs à remettre en cause la validité du concept.

19Cette notion, déclarée inopérante pat les spécialistes des sciences sociales et abandonnée depuis pat eux, était cependant promise à un bel avenir : les médias, les pouvoirs publics, les élus locaux s’en emparèrent et en firent un large usage. Elle s’imposa par la force de l’habitude, accréditant l’idée qu’au-delà d’un certain seuil de présence et de visibilité de la population étrangère surgiraient inéluctablement des problèmes d’adaptation appelant en réponse des réactions de rejet et des manifestations d’allergie. C’est au nom de ce seuil, présenté toujours comme une donnée scientifiquement établie, que des pratiques discriminatoires pour l’accès au logement social furent justifiées et, sur le plan de la politique locale, les élus de gauche comme de droite s’y référèrent constamment pour exiger une stabilisation du nombre d’immigrés dans leur commune.

20Cette revendication d’une répartition équitable des familles immigrées sur l’ensemble des communes du département qui s’exprime de façon lancinante dans le bulletin municipal de Nanterre des années 1950 aux années 1980 est sous-tendue par une conception dangereuse des rapports interethniques : il y a l’idée que, au-delà d’un certain seuil qui va s’abaisser jusqu’à 7,5 % en 1981, on ne peut plus rien garantir, on crée des ghettos, des zones de non-droit. Le discours municipal est sur ce point en phase avec l’opinion publique française, exprimée pendant la même période dans les médias, dans les discours politiques et même dans les propos d’un certain nombre d’intellectuels émus par la flambée de violence raciste qui marque le début des années 1970. Yvan Gastaut cite dans son ouvrage des personnalités, telles que François Jacob déclarant en 1973 dans Le Nouvel Observateur : « À partit d’un certain seuil, un groupe majoritaire devient hostile au minoritaire et commence à le violenter », et Pierre Viansson-Ponté, qui écrivait le 28 août 1973 dans l’éditorial du Monde : « Que la présence d’étrangers en trop forte proportion dans un quartier, un atelier ou un chantier -les sociologues parlent d’un seuil de tolérance – engendre des réactions xénophobes est un fait connu et indiscutable. »

21Le recours au seuil de tolérance permet in fine de justifier le racisme, y compris sous ses manifestations les plus violentes, en le décrivant comme un phénomène quasi naturel. On retrouve d’ailleurs fréquemment dans les articles qui recourent à cette notion des métaphores relatives aux greffes d’organe et aux réactions de rejet immunitaire que les biologistes commencent tout juste à appréhender.

Les communistes et l’immigration

Nanterre Info : la ligne dure des années 1980

22En avril 1976, la municipalité accuse l’office HLM des Hauts-de-Seine et la Sonacotra d’avoir favorisé la concentration de la population étrangère dans les villes communistes et d’être responsable de la création de véritables ghettos, en particulier dans les quartiers du Petit Nanterre et des Provinces Françaises. De nouveau, la dispersion de cette population sur l’ensemble du département et de la région est préconisée. Mais dans le même numéro, la municipalité affirme son soutien aux habitants des foyers-hôtels de la Sonacotra et de l’Adef qui sont en grève des loyers pour protester contre les augmentations et pour obtenir de meilleures conditions de logement, soutien qui sera réaffirmé au fil des mois.

23Dans le numéro de janvier 1977, la municipalité se prononce pour l’arrêt complet de la politique d’immigration du fait du chômage. Un an plus tard, à nouveau, la ghettoïsation est dénoncée. On estime que le seuil normal, permettant une intégration réussie, a été dépassé. Il faut absolument reloger rapidement les gens des cités de transit, revendication déjà ancienne, mais en dehors de Nanterre. Parallèlement, le conseil municipal, faisant référence à l’assassinat de Laïd Sebaï, gardien du local de l’Amicale des Algériens en Europe, déclare vouloir faire obstacle au racisme et la municipalité s’engage à veiller aux conditions de sécurité des travailleurs étrangers résidant sur le territoire de la commune.

24En janvier 1979, l’accès de Marc Saudmont, maire de Nanterre, à la présidence de l’office HLM est salué comme une victoire : cette élection met fin à la présidence du préfet des Hauts-de-Seine, qualifiée d’antidémocratique, qui durait depuis 1971. Elle devrait permettre à la municipalité de conduire enfin une autre politique en matière de logement social.

25En décembre 1979, plusieurs pages sont consacrées à l’immigration. Le dossier commence par un constat : 23,7 % des Nanterriens sont immigrés, ce qui place la commune au deuxième rang dans le département des Hauts-de-Seine après Gennevilliers qui compte 27,2 % d’immigrés. La municipalité dénonce les conditions de vie subies par cette population : logement en cité de transit ou habitat insalubre, tracasseries administratives, persécutions policières et enfin travaux non qualifiés et pénibles du fait du faible niveau d’instruction. Dans certaines écoles, comme l’école La Fontaine, on compte 63 % d’enfants d’immigrés, la moyenne étant de 30 % pour l’ensemble des écoles de la ville. Ils seraient durement touchés par l’échec scolaire, conséquence de la situation de ghetto qui renforce les inégalités, et leur difficile accès au marché du travail favoriserait la délinquance. Pour la première fois, l’association entre échec scolaire, délinquance et immigration est établie. Ce bilan, négatif sut tous les plans (logement, travail, scolarité), serait la conséquence inéluctable de la trop grande concentration d’immigrés sur la commune, en particulier dans certains quartiers. Cela justifierait la lutte engagée depuis plus de vingt ans par la municipalité contre le préfet, la direction départementale des HLM et la Sonacotra pour une répartition plus équilibrée de cette population sut l’ensemble des villes de la région parisienne et pour l’application d’un quota de 15 % de familles immigrées par bâtiment sut lequel ces différents partenaires s’étaient engagés. Enfin, la municipalité s’inquiète de la baisse constante de demandes de logements sociaux, sous-entendu de la part des nationaux, du fait de la dégradation des immeubles.

  • 9 Nanterre Info, décembre 1980-janvier 1981.

26Un an plus tard, la préfecture des Hauts-de-Seine est encore rendue responsable de la dégradation du quartier du Petit Nanterre dans la mesure où elle n’aurait cessé de favoriser l’accueil par la Logirep des plus pauvres, des immigrés et des cas sociaux, en particulier dans la cité des Pâquerettes. Enfin, le bulletin de décembre 1980-janvier 1981 se conclut par une condamnation de l’immigration qui se fait comme toujours sur le registre de la compassion et non sur celui de la haine : « L’immigration, c’est le déracinement, la solitude loin de la terre natale, un cruel exil que le ghetto ne fait qu’aggraver9. »

27En mai 1981, la gauche a obtenu 64,48 % des voix à Nanterre, dont 79 % aux Pâquerettes et 75 % aux Provinces Françaises. La population de ces quartiers espère, selon le bulletin, une meilleure répartition de la population immigrée et la fin des ghettos. Les numéros suivants insistent toujours sur le souhaitable relogement des familles des cités de transit hors de Nanterre pour endiguer la formation des ghettos et la montée prévisible de l’hostilité de la population française puisque le seuil fatidique de 15 % est largement dépassé. La municipalité refuse d’être mise en accusation alors qu’elle n’a pas la complète responsabilité de l’attribution des logements, du fait du quota préfectoral et du 1 % patronal. La destruction totale des dernières cités de transit devient urgente, ces lieux étant devenus aujourd’hui le refuge des trafiquants de drogue et des délinquants en tout genre. Dans le numéro de février 1983, apparaît brusquement un nouveau seuil : 7,5 % de logements seulement doivent être réservés aux immigrés dans le parc déjà construit, 10 % dans les logements en construction. Notons qu’il n’est plus désormais question de la population des bidonvilles mais des immigrés en général. Il faut absolument empêcher que ces derniers soient rejetés des communes de droite vers les communes de gauche comme cela se produit couramment lors de certaines opérations de rénovation urbaine. Pour cela, le préfet doit refuser d’inscrire sur le fichier des mal-logés les immigrés d’autres départements, en particulier de Paris, et il faut absolument développer les logements sociaux, en partenariat avec la Sonacotra, dans les villes où il n’y en a pas ou peu. Dans presque tous les numéros des années 1983 er 1984, il est question du relogement des familles des cités de transit qui doit impérativement se faire hors de Nanterre et de la rénovation entreprise dans certains quartiers devenus, au dire du bulletin, de véritables ghettos sur le plan racial et social.

28Jamais le ton du bulletin n’a été aussi intransigeant que pendant la période précédant le relogement des dernières familles passées du bidonville à la cité de transit. Mais il faut resituer ce discours dans le contexte de l’intensification de la campagne menée par les élus communistes contre la concentration des populations étrangères dans les municipalités qu’ils dirigent.

L’offensive des maires communistes

  • 10 Communes aujourd’hui, premier trimestre 1977, déclaration des maires communistes, « Pour un règlem (...)

29En effet, à partir de la fin des années 1970, l’exaspération des élus communistes de plusieurs municipalités croît et se manifeste dans un certain nombre de déclarations communes protestant comte les charges insupportables pour le budget social des villes d’accueil et attirant l’attention sur les problèmes de cohabitation : « Les habitudes de vie, les coutumes varient d’un peuple à l’autre. Nous sommes, nous communistes, respectueux du sentiment national des travailleurs immigrés et de leurs familles, de leurs traditions et de leurs coutumes ; mais dans le même temps nous nous adressons à leur compréhension pour que ce respect soir réciproque. Des mesures d’urgence s’imposent dans les conditions d’accueil et d’habitat des immigrés, qui permettent ainsi une cohabitation plus harmonieuse10. »

  • 11 Hier, aujourd’hui, demain, bulletin municipal de Vitry, octobre 1980.
  • 12 Ivry ma ville, décembre 1980.

30La thèse du complot orchestré par la droite pour affaiblir les municipalités communistes en organisant le transfert des populations immigrées sut leur territoire se retrouve dans les colonnes des bulletins municipaux des communes de Vitry er d’Ivry qui n’ont pourtant pas été confrontées aux mêmes problèmes que Nanterre mais qui ont vu croître la part de la population d’origine maghrébine dans des proportions comparables du fait des vastes opérations de rénovation urbaine entreprises par la Ville de Paris, en particulier dans le xiiie arrondissement. L’existence d’un vaste parc de logements vétustes dans le quartier du port a favorisé l’implantation de cette population à Ivry tandis que de micros bidonvilles se formaient à Vitry, ville disposant par ailleurs de nombreux logements sociaux neufs auxquels cette population a pu avoir accès lorsqu’elle remplissait les critères. Guy Martin, maire adjoint de Vitry, déclare en 1980 : « Il y a eu et il y a encore aujourd’hui accord du gouvernement et de différents milieux politiques pour concentrer les immigrés dans les municipalités comme la nôtre. [...] Résultat : certains quartiers de Vitry comptent aujourd’hui jusqu’à 30 % d’immigrés. Ils ont utilisé toutes les ficelles pour créer de véritables ghettos. [...] De manière générale, que ce soit sur le plan du logement, de l’école, de l’utilisation de certains équipements sociaux, ce déséquilibre rend difficile la cohabitation. Finalement personne ne se sent à l’aise, ni les étrangers qui savent qu’ils ne sont pas chez eux, ni les Vitriots de nationalité française qui ont le sentiment de ne pas l’être non plus et ont quelquefois tendance à en rendre responsables les immigrés, voire la municipalité, alors que c’est le pouvoir qui a créé cette situation11. » Un certain nombre de mesures sont annoncées comme celle de ne reloger les familles immigrées que dans les appartements laissés vacants par d’autres familles étrangères et même de ne plus en reloger du tout dans certaines cités. Au même moment, la mairie d’Ivry prenait un certain nombre de mesures qui étaient exposées aux administrés dans le bulletin municipal de décembre 1980 par Pierre Clorennec, adjoint au maire chargé des questions d’immigration : attribution prioritaire des logements aux familles d’Ivryens, en particulier aux jeunes, application d’un quota de 15 % d’enfants d’origine étrangère dans les différents séjours de vacances, ventilation des enfants d’immigrés dans l’ensemble des vingt-trois écoles de la commune pour éviter une trop forte concentration, emploi de personnel communal uniquement titularisable, donc français. Et pour parer à toute accusation de xénophobie, il déclarait en conclusion : « Nos propositions sont autant d’objectifs de lutte contre le racisme, pour les droits sociaux, pour la dignité, pour le respect des libertés individuelles et collectives. Du succès de ces luttes, les travailleurs immigrés et français seront ensemble les bénéficiaires12. »

31Par ailleurs, les propositions formulées par Marcel Rosette, élu communiste, sénateur du Val-de-Marne et conseiller municipal de Vitry, pour rétablir « un juste équilibre des populations » étaient rappelées. Il s’agissait essentiellement de supprimer les contingents préfectoraux (35 %) du parc HLM, d’octroyer aux communes un droit de regard sur le 1 % patronal et sut l’activité de relogement de la Sonacotra et de l’Adef, et de donner aux maires les moyens d’exercer le droit de préemption pout l’acquisition des immeubles anciens. De quoi barrer aux immigrés toute possibilité d’accès au logement dans les communes qui jugeraient leur présence indésirable.

32Cette montée de l’exaspération des élus communistes face à l’accroissement de la population immigrée dans leurs communes allait atteindre son paroxysme avec les affaires de Vitry et Montigny-les-Cormeilles. Rappelons les faits :

33Le 24 décembre 1980, pour protester contre le transfert organisé par l’Adef de 300 travailleurs maliens d’un foyer de Saint-Maur à un foyer de Vitry malgré l’opposition du maire, une cinquantaine de personnes parmi lesquelles plusieurs élus et employés municipaux saccagent méthodiquement les locaux à l’aide d’un bulldozer, rendant les lieux provisoirement inhabitables alors qu’ils venaient d’être rénovés par l’Adef. Dans les jours qui suivirent, les journaux consacrèrent une large place à cet événement et les condamnations furent unanimes dans l’ensemble de la classe politique. L’attitude de l’équipe municipale suscita des controverses au sein même du PCF, certains militants désapprouvant les méthodes utilisées.

34À quelques mois des élections présidentielles de 1981, la municipalité et de façon plus générale le parti communiste sont accusés de flatter les tendances xénophobes de l’électorat populaire. Georges Mercieca, maire de Vitry, soutenu pat les instances nationales du Parti et par l’ensemble des élus communistes, réagit en retournant l’accusation de racisme contre ses détracteurs. On ne devrait pas selon lui parler de l’« affaire de Vitry » mais de l’« affaire de Saint-Maur », commune dont proviennent les Maliens dans laquelle on recense 2 000 logements vacants qui auraient pu accueillit ces travailleurs. Des cartes de soutien au maire « injustement calomnié » sont distribuées aux administrés qui seront 9 000 à la retourner signée.

35Moins de deux moins plus tard, d’autres incidents se produisirent à Montigny-les-Cormeilles, ville administrée par le communiste Robert Hue. Ce dernier, le 2 février 1981, à l’occasion d’une conférence de presse sur la répression de la toxicomanie dans sa ville, accusa nommément une famille marocaine de fournir de la drogue aux jeunes. Une manifestation de militants communistes fut organisée devant le domicile de cette famille quelques jours plus tard tandis que le maire appelait ses administrés à la délation, mot d’ordre qui laissait planer de forts soupçons sur la population immigrée en tant que pourvoyeuse de drogue.

36Là encore, les réactions furent très vives et la droite ne se priva pas de donner des leçons d’antiracisme au parti communiste français. Ce fut un tollé plus grand encore qu’à la suite de l’affaire de Vitry dans toutes les formations politiques de l’extrême gauche jusqu’à la droite devant ce nouveau visage xénophobe montré pat les élus communistes, liant dans leurs discours immigration, chômage, délinquance et échec scolaire.

37Ces incidents ne sont pas des dérapages, ils s’inscrivent dans un contexte d’offensive généralisée des maires communistes face au problème de la répartition des immigrés, peut-être parce que les échéances électorales sont proches et qu’ils craignent d’être sanctionnés pour une politique de l’immigration dont ils se défendent d’être responsables par des électeurs en proie à des difficultés de cohabitation, réelles ou imaginaires.

La prise en compte d’une nouvelle génération : un changement radical d’attitude

  • 13 Nanterre Info, novembre 1985, mars 1987.

38Après la destruction des dernières cités de transit de Nanterre en 1985, on assiste cependant à une décrispation du discours municipal par rapport à l’immigration. Ce changement se manifeste déjà dans l’iconographie, on remarque de plus en plus de photographies d’enfants d’immigrés pour illustrer les articles consacrés à la vie scolaire, au sport, aux loisirs, à la politique de l’enfance. Alors que la figure de l’immigré dans le bulletin municipal s’est longtemps confondue avec celle du travailleur, silhouette solitaire sur fond d’habitat insalubre, à certains moments désormais, on frise même l’esthétique Benetton avec des clichés représentant côte à côte enfants d’origines maghrébine, africaine, asiatique et française. Des articles entiers sont consacrés à de jeunes sportifs ou à de jeunes artistes issus de l’immigration comme Samir Ben Farès, habitant du quartier Chemin-de-l’île-Acacias, recordman de France du 800 m d’athlétisme cadet, ou Miloud Rezzag, champion régional de cross junior13. La génération des pères est aussi représentée avec le portrait de travailleurs, militants syndicalistes, se battant contre les licenciements.

  • 14 Entretien avec Alain Bocquet, précité.
  • 15 Ibid.

39En juin 1987, sont créés les carrefours de l’immigration, lieux de débats entre population française et population immigrée. Jean-Pierre Campos, nouveau maire adjoint chargé du dossier de l’immigration, constate la bonne intégration des Polonais et des Italiens et les difficultés rencontrées par les populations plus récentes du fait de la crise du système économique qui touche le logement, l’emploi et l’avenir des jeunes. Enfin, une fête est organisée pour célébrer le 25e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie avec concert de Raï, exposition et films. Cette prise en compte de l’aspect positif de l’apport migratoire à travers les réalisations de la deuxième génération se poursuit au cours des années suivantes dans le bulletin qui rappelle régulièrement la composante algérienne de la population de Nanterre. Les élus municipaux interviewés estiment, eux, qu’il y a encore beaucoup à faire pour une véritable intégration des jeunes Maghrébins de Nanterre : « Je n’ai pas le sentiment que la population maghrébine ait eu jusqu’à ce jour un parcours tel qu’elle puisse se sentir le droit de revendiquer une appartenance. J’ai quand même le sentiment qu’on est toujours dans une phase d’accueil et non pas dans une phase d’être. Tant qu’on ne laissera pas passer le temps ou tant qu’on ne donnera pas le droit de vote aux immigrés, ça ne peut pas se régler14. » Même s’il y a aujourd’hui quelques élus maghrébins à la municipalité, la participation de la population maghrébine à la vie politique locale n’est pas à la mesure de son poids démographique dans la population ; elle est, par exemple, massivement absente dans les conseils de quartier. Les jeunes peuvent être acteurs dans la vie sociale, 60 % à 70 % des animateurs des centres de loisirs seraient maghrébins selon Alain Bocquet, mais ils ne manifestent pas encore la volonté d’être acteurs dans la vie politique de sorte qu’on voit pointer une forme de déception et le sentiment d’une urgence : « S’ils ne se mobilisent pas pour repérer les valeurs qui font qu’ils aiment Nanterre, parce qu’il faut qu’ils les dénichent ces valeurs et ensuite les défendre, les prendre à leur compte parce qu’il y a une course de vitesse qui est engagée, parce que l’autre mouvement fort sur Nanterre, c’est la proximité de Paris et donc le renchérissement des terrains, des maisons. Aujourd’hui, un promoteur vous dirait qu’il est rentable de raser les touts et de les remplacer par des logements de standing, et à Nanterre, on a des maisons qui se vendent deux millions, trois millions. C’est ce qui pend au nez de Nanterre si on n’y prend pas garde15. » Nanterre perd sa spécificité ouvrière, et ce qui est ici reproché aux jeunes immigrés, mais non aux jeunes d’origine populaire dans leur ensemble, c’est un manque d’identité politique, c’est l’impuissance à faire contrepoids au processus d’« embourgeoisement » de la ville.

  • 16 Entretien avec Jacques Guevel, précité.

40En revanche, Jacques Guevel, responsable de l’association Mieux vivre au Petit Nanterre, notait, lui, un engagement important des jeunes Maghrébins au niveau associatif, un fort sentiment d’appartenance au quartier et la volonté de se réapproprier une mémoire, celle du bidonville et des cités de transit : « On a cette population de 18-20 ans, enfin une partie parce qu’il ne faut pas non plus généraliser, qui a envie de construire des choses avec le souci de ne pas se faire récupérer, de rechercher leurs origines, leur histoire, mais ça reste vraiment leur histoire, on a du mal en fait à dépasser l’histoire de l’immigration. Alors que le quartier ne s’est pas construit qu’avec ça même si c’est une part importante. [...] Ils sont surpris quand ils voient les photos, le film tiré du roman de Brahim Benaïcha a aussi servi de détonateur, le film a conforté la démarche qu’on avait initiée au début de l’année, ce travail sur la mémoire du quartier Ils ont en fait besoin de se retrouver des racines, ce qui est vrai aussi avec d’autres générations, le retour à la terre, le retour en province, les gens ont besoin de se créer des racines parce que dans les grandes agglomérations tout est dilué, les réseaux disparaissent. Moi, je suis très confiant dans l’avenir, à condition bien sût que les conditions économiques ne se dégradent pas16. »

41Ce responsable associatif signale, pat ailleurs, que les jeunes subissent le racisme latent de la population française, ils sont facilement victimes d’amalgames et tout rassemblement, tout détournement des espaces collectifs est criminalisé. Le personnel de l’Éducation nationale ne serait pas non plus exempt de préjugés racistes et les jeunes s’occupant de soutien scolaire auraient beaucoup de mal à se faire reconnaître : leurs activités seraient disqualifiées car on les accuserait de faire de la propagande islamiste sous couvert de soutien scolaire.

42Dans toutes les années qui suivent, il ne sera plus jamais question de seuils ou de quotas dans Nanterre Info. L’immigration, dont on reconnaît désormais pleinement la dimension familiale, est présentée comme une richesse possible pour la ville de Nanterre, et le bidonville est revendiqué comme part du patrimoine historique de la commune.

Nanterre : un discours en phase avec celui du Parti

43Il nous a semblé intéressant de vérifier si la périodisation observée dans le discours municipal avec ce brusque infléchissement au milieu des années 1980 se retrouvait au niveau des instances nationales du parti communiste français. La lecture systématique des Cahiers du communisme apporte déjà sut ce point un éclairage intéressant. C’est à partit du dix-septième congrès, en 1964, au moment où le patronat accentue encore sa politique de recours à la main-d’œuvre étrangère et élargit ses zones de recrutement, que le thème de l’immigration est régulièrement abordé : l’importance numérique des travailleurs immigrés non originaires d’Europe dans les entreprises et dans les communes ouvrières est constatée. Leur surexploitation, la précarité de leurs conditions de vie sont dénoncées sans relâche. Ils sont utilisés par le patronat comme concurrents des nationaux pour faire pression sur les salaires et comme boucs émissaires pour détourner la colère des travailleurs des véritables objectifs de lutte. L’immigration est donc condamnée globalement en tant que fléau engendré par le capitalisme et l’impérialisme, mais la solidarité avec les travailleurs immigrés, au nom de l’internationalisme prolétarien, est constamment réaffirmée. Pour mettre en échec la stratégie du patronat, il convient d’organiser syndicalement er politiquement ces travailleurs pour qu’ils obtiennent les mêmes droits sociaux que les Français. Le racisme et la xénophobie qui, selon les délégués syndicaux et les élus municipaux, remontent de la base et s’expriment dans l’entreprise comme au sein des communes ouvrières doivent être combattus.

  • 17 « Français et immigrés : différenciation et intérêts communs », Les Cahiers du communisme, février (...)

44Pendant longtemps, au-delà même de 1980, l’immigré est toujours décrit comme un travailleur qui a vocation à retourner dans son pays d’origine, et il est très peu question des familles. C’est la raison pour laquelle le Parti se prononce avec vigueur pour le respect de l’identité et de la spécificité culturelle de l’immigré et s’oppose au droit de vote des étrangers, y compris aux municipales. Accorder le droit de vote, c’est aller dans le sens d’une assimilation forcée que le Parti réprouve. On peut lire dans Les Cahiers du communisme en 1977 : « Les immigrés sont citoyens d’un pays où ils aspirent à retourner et où sont en vigueur des droits civiques qui les concernent17 » et dans France Nouvelle en 1979 : « Les immigrés dans leur majorité ne réclament pas le droit de vote municipal en France, notre parti non plus. Comme eux, nous considérons que ce droit implique des devoirs qui poussent à l’intégration forcée des immigrés et par conséquent qui portent atteinte à leur personnalité nationale. Nous ne sommes pas des assimilationnistes. » Position qui est en phase avec celle du gouvernement algérien de l’époque qui considère les immigrés comme des citoyens ayant vocation au retour et susceptibles de construire l’Algérie nouvelle.

  • 18 « La solidarité des travailleurs immigrés et français », Les Cahiers du communisme, mars 1968.

45Par rapport au problème de la répartition géographique de la population, il y a eu peu de prises de position au niveau national, mais on peut citer Georges Marchais qui déclarait en 1968 : « Nous sommes contre la concentration massive de travailleurs immigrés dans une même commune. L’intérêt des travailleurs immigrés n’est pas d’être rassemblés dans de véritables ghettos et ce n’est pas non plus l’intérêt des populations locales18. »

46En 1985, on observe un impressionnant changement de cap par rapport au droit de vote des immigrés, sous-tendu pat une nouvelle représentation de l’immigré qui est désormais pris en compte dans sa dimension de pète, d’époux autant que de travailleur et dont on estime qu’il a construit quelque chose dans le pays d’accueil. Le Parti prend acte de l’enracinement des immigrés dans la société française. Dans une brochure de 1985, intitulée Le Parti communiste et l’immigration, on peut lire : « Le PCF s’est récemment et nouvellement prononcé pour le droit de vote aux élections municipales. Quelles sont les raisons de cette prise de position ? Tout montre que les évolutions de la société font venir cette question du droit de vote des immigrés peu à peu à maturation. [...] En fait, la plupart des immigrés travaillent et vivent en France depuis de longues années. La grande majorité d’entre eux y demeurera. » En 1988, le groupe communiste déposa à l’Assemblée nationale un projet de loi sur le droit de vote des immigrés aux élections locales, prud’homales et européennes.

47Ces revirements se situent quelques années après l’avènement de la gauche au pouvoir, au moment où le parti communiste, déjà en perte de vitesse, est écarté du gouvernement. C’est aussi le moment où le Front national enregistre ses premiers succès tandis que les enfants d’immigrés manifestent avec éclat leur présence en France à travers la première « marche des Beurs ». Le parti communiste reprend alors le flambeau de l’antifascisme er de l’antiracisme, une posture qui n’est guère compatible avec les discours et les actes des années précédentes. On peut observer par ailleurs que le discours ouvriériste se fait moins prégnant et qu’il devient alors possible d’aborder autrement la question de l’immigration. Une évidence s’impose : les enfants d’immigrés ne repartiront pas au pays de leurs pères, beaucoup d’entre eux sont citoyens français et ils constituent désormais une fraction importante de la jeunesse des municipalités administrées par les communistes, jeunesse avec laquelle il va falloir compter et qu’on doit pouvoir mobiliser autour d’un certain nombre d’enjeux.

48Contrairement à ce que nous supposions au départ, il est difficile de repérer une spécificité nanterrienne dans le traitement de l’immigration. On peut seulement constater que la présence du bidonville a conduit la municipalité à s’exprimer précocement sur cette question et à adopter une ligne dure par rapport au problème de la répartition de la population étrangère en région parisienne. Mais un certain nombre d’élus communistes dans des municipalités qui n’ont pas été confrontées à un problème d’accueil forcé de même ampleur l’ont fait de manière bien plus spectaculaire, bien plus agressive. S’il existe bien une mémoire du bidonville, qui est même aujourd’hui entretenue par la municipalité à travers un certain nombre de célébrations, il n’est pas certain qu’elle ait contribué à la construction d’une représentation particulièrement négative de l’immigration.

Bibliographie

SOURCES

Bulletin municipal de la ville de Nanterre, supplément au journal L’Éveil puis Nanterre Info, 1945-1995.

Bulletin municipal d’Ivry-sur-Seine, Ivry ma ville, 1978-1982.

Bulletin municipal de Vitry-sur-Seine, Hier Aujourd’hui Demain, 1978-1982.

Cahiers du communisme, à partir de 1964.

France nouvelle, à partir de 1964.

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Benaïcha, Brahim. 1992. De l’oasis au bidonville. Paris, Desclée de Brouwer.

Gastaut, Yvan. 2000. L’immigration et l’opinion publique en France sous la Ve République. Paris, Seuil.

Medhi, Lallaoui. 1993. Du bidonville aux HLM. Paris, Syros.

Périn, Yann, et Sebille, Pascal. 1997. Petit Nanterre, un quartier à part ? Une étude socio-démographique locale. Nanterre, CRPS-Université Paris X.

Populations. 1971 (septembre-octobre).

Sayad, Abdelmalek. 1995. « Un Nanterre algérien, terre de bidonvilles », Autrement, série « Monde », 35, avril.

Segalen, Martine. 1990. Nanterriens, les familles dans la ville. Toulouse, Presses universitaires de Mirail.

Notes

1 Nanterre Info, mai-juin 1971.

2 Entretien avec Alain Bocquet, responsable des affaires scolaires et président de la société historique de Nanterre, juillet 1999.

3 Ibid.

4 Ibid.

5 Entretien avec Jacques Guevel, responsable de l’association Vivre au Petit Nanterre, juin 1999.

6 Entretien avec Alain Bocquet, précité.

7 Ibid.

8 La Cohabitation des familles françaises et étrangères dans les immeubles HLM à Nanterre Les Canibouts, Fontenay Le Fleury et La Cure (9 tomes), cité par Yvan Gastaut (2000).

9 Nanterre Info, décembre 1980-janvier 1981.

10 Communes aujourd’hui, premier trimestre 1977, déclaration des maires communistes, « Pour un règlement juste et équitable des problèmes de l’immigration dans nos communes ».

11 Hier, aujourd’hui, demain, bulletin municipal de Vitry, octobre 1980.

12 Ivry ma ville, décembre 1980.

13 Nanterre Info, novembre 1985, mars 1987.

14 Entretien avec Alain Bocquet, précité.

15 Ibid.

16 Entretien avec Jacques Guevel, précité.

17 « Français et immigrés : différenciation et intérêts communs », Les Cahiers du communisme, février 1977.

18 « La solidarité des travailleurs immigrés et français », Les Cahiers du communisme, mars 1968.

Auteur

Université Paris X Nanterre – Département de sociologie

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540