Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Logement,relégation et intégration

Arriver et se loger à Lyon aux xixe et xxe siècles : relégation et sélection communales

Olivier Zeller

Texte intégral

  • 1 La synthèse de cette « littérature grise » suivant la problématique de l’hospitalité et une recher (...)

1Quelle que fût l’époque concernée, la préoccupation primordiale de « l’étranger » à son arrivée dans la ville, outre la recherche d’un emploi, consistait à trouver le plus rapidement possible un logement, fût-il provisoire : une quête qui n’était pas sans poser de nombreuses difficultés à ce nouveau venu. À cet égard, le dépouillement des divers travaux menés au Centre Pierre Léon sous la direction d’Yves Lequin1 a permis de reconstituer une typologie des solutions qui s’offraient pour se loger à l’arrivée à Lyon. Il en a été retenu trois :

  • être hébergé par un membre de sa famille, un ami, voire un inconnu ;
  • habiter un logement temporaire (hôtels, auberges, garnis, garages, centres d’hébergement, foyers Sonacotra) ;
  • louer un appartement ou une maison.

2Loin de constituer les termes d’un choix unique et permanent, ces solutions s’enchaînaient volontiers au fil du processus d’intégration des migrants.

Trois cercles : la parentèle, les amis, les compatriotes

3À Lyon comme ailleurs, les solidarités familiales « suscitent et guident le voyage puis fournissent aide et protection en cas de difficultés » (Lequin 1988 : 351) lors de l’établissement des nouveaux arrivants. On discerne des logiques communes à toutes les formes d’entrée en ville, et ce, quelles que soient l’origine géographique des migrants et l’époque étudiée : la mise en jeu des réseaux de parentèle jouait un rôle majeur à la fois dans les logiques des itinéraires migratoires et dans le choix de la ville de Lyon.

4En règle générale, on cherchait à se retrouver entre gens de la même province, du même village et, si possible, de la même famille. Les travaux portant sur les divers groupes « étrangers » établis à Lyon au cours des xixe et xxe siècles fournissent beaucoup d’exemples de ces trajectoires géographiques qui ne cessaient de « s’appuyer sur les liens familiaux qui logiquement coïncident avec les origines ».

5Un exemple marquant est celui des Antillais établis à Vaulx-en-Velin durant la seconde moitié du xxe siècle. Pour beaucoup d’entre eux, le fait d’avoir un parent habitant dans l’agglomération lyonnaise avait déterminé le lieu d’arrivée. Quelle que fût l’ancienneté de leur séjour en France, la plupart des émigrés interrogés semblent avoir bénéficié d’un soutien familial ou amical à l’arrivée. La solidarité familiale avait assuré aux plus favorisés une prise en charge immédiate : « ils ont eu un parent proche qui est venu les attendre à leur arrivée à la gare de Perrache voire à Roissy-Charles-de-Gaulle ou à Orly » (Lemeux 1991 : 57). C’est que, pour ces Antillais comme pour de nombreux autres migrants, les départs ne procédaient guère d’un hasard individuel. Les familles ou les amis présents à l’arrivée « étaient souvent à l’origine du voyage et avançaient parfois la somme d’argent pour le billet d’avion ».

6Pour les Algériens étudiés par Razika Brahmi (1979 : 27), il s’agissait de « départs individuels d’hommes seuls mais qui utilisaient les filières établies par la famille ou les gens du village ». C’est ainsi que la région Rhône-Alpes présenta, dès les années 1960, une forte concentration d’individus d’origine kabyle. Tout comme l’Antillais, le Kabyle fraîchement débarqué dans la métropole lyonnaise « était pris en charge par le groupe jusqu’à ce qu’il trouve du travail et un logement. Généralement le groupe installé utilisait son propre réseau de relations pour trouver un emploi au nouvel arrivant ». Quant aux résultats de l’enquête orale menée par Hacina Ramdani (1990 : 23) auprès d’Algériens de Lyon, ils confirment que le choix « de la future région était fonction des contacts que l’Algérien pouvait avoir sur place ».

7Chez les Espagnols, on retrouve l’intérêt et la force des solidarités familiales et des réseaux des parentèles. Le « bouche à oreille » et la correspondance échangée avec le pays d’origine faisaient circuler l’information et conduisaient à des regroupements sur une base fréquemment villageoise à défaut d’avoir été systématiquement familiale. Au fil de cette immigration espagnole en chaîne, l’ancien migrant servait de relais au nouveau venu (Galan 1997 : 58-59).

8Dans le cas le plus favorable, le précurseur était un membre du premier cercle familial. Tel Algérien « s’est installé près de son frère du côté de Saint-Fons où l’immigration kabyle était assez bien structurée ». Tel autre rapporte : « Mon père s’est installé à Lyon parce qu’il avait déjà de la famille établie dans la commune. Donc, pour lui, c’était plus sûr étant donné qu’il avait un encadrement, un accueil ; en plus c’était de la famille proche, des cousins à nous. » L’exemple des migrants espagnols montre cependant qu’une trajectoire résidentielle liée à l’emploi pouvait s’amorcer à l’issue d’une courte phase d’accueil familial.

9Tout différent fut le lent processus du « regroupement familial ». L’immigration des travailleurs nord-africains concernait surtout des hommes célibataires qui, après avoir accompli un séjour de plusieurs années, retournaient en Algérie et s’y mariaient. Mais il s’écoulait ensuite jusqu’à huit années avant que les pères des interviewés ne fissent venir leur famille en France. « Mon père est venu avant ma mère en France. Mon père est venu en 1955, ma mère l’a rejoint en 1961. Donc, ce n’était pas une émigration familiale au début. »

10D’autres filières, extra-familiales cette fois, reposaient souvent sur une même origine villageoise. L’un des témoins interviewés par Hacina Ramdani rappelle la vigueur de ces solidarités : « Mon père avait déjà de la famille à Lyon, tout un village à l’étranger, ça peut faire partie de la famille. Si vous voulez, il y avait déjà pas mal de gens du village qui avaient émigré. » L’instrumentalisation de liens d’amitié recouvrait souvent la même réalité : ainsi, la plupart des Espagnols arrivés à Oullins entre 1940 et 1968 bénéficièrent de l’aide d’amis : « On est venus à Lyon parce qu’un de mes amis qui était installé depuis plus de dix ans a proposé de nous héberger et de nous trouver du travail. » L’accueillant ne se bornait pas à héberger, quitte à accepter une grande promiscuité ; il lui arrivait de nourrir ses nouveaux hôtes, voire de leur avancer de l’argent. « A dix, quelquefois douze dans un appartement, ça ne nous faisait pas peur. Ils étaient nourris jusqu’à ce qu’ils trouvent du travail. » Ces témoignages sont d’ailleurs confirmés par un rapport préfectoral de 1925 : « Les Espagnols ont tout d’abord loué ou sous-loué un petit appartement suffisant pour loger les premiers occupants. Mais petit à petit, ils ont reçu leurs compatriotes, parents ou amis, venus après eux et le logement s’est trouvé surpeuplé. » La simple relation de rue suffisait à la reconnaissance entre compatriotes et à l’agrégation à un groupe de cohabitation : « Sans papier, sans rien du tout, que le passeport, on est arrivés à Lyon avec des amis (en août 1965), et on a commencé à chercher. Pendant quinze jours, j’ai été chez un Espagnol que j’ai rencontré dans la rue. J’ai commencé à travailler quinze jours après sans connaître le français. Un an après, j’ai trouvé un appartement. Je remercie d’ailleurs un Espagnol qui m’a prêté l’argent pour les trois premiers mois de loyer. »

11Il ne faut pourtant pas schématiser à l’extrême. Des migrations ont pu exploiter de simples informations : « Mon père âgé de 40 ans, mes deux frères et mes deux sœurs, on est venus s’installer à Villeurbanne dans le quartier des Poulettes, parce que mon père avait entendu dire qu’il trouverait du travail à Lyon » (Gallego 1989 : 48). Quand l’éloignement est plus important, les solidarités changent d’échelle. Par exemple, celles des Antillais semblent « presque inconditionnelles à l’égard de ceux qui arrivent ». On ne sait malheureusement pas s’il s’agit de relations d’échange antérieures à l’émigration dans lesquelles l’accueil à l’arrivée est un don faisant suite à des contre-dons, ou, au contraire, s’il l’on est en présence d’un « tirage » en blanc sur une chaîne à construire.

12La solidarité familiale connaissait pourtant des limites. Le nouvel arrivant « se rendait compte très vite qu’il gênait les proches parents et amis qui l’avaient accueilli de grand cœur, mais dont les moyens financiers et les capacités de logement étaient limités ». Fabienne Lemeux insiste sur le « choc psychologique » provoqué chez l’Antillais le jour où le milieu d’accueil exprimait cette gêne, provoquant « une remise en cause de tout un système culturel, de tout un mode de vie à l’antillaise dans lequel la loi de l’hospitalité fait patrie de la tradition et même si, le logement est exigu, on s’installe, on s’accommode ». Par conséquent, s’il voyait sa présence devenir pesante, l’émigrant « se sentait rapidement obligé de trouver un logement personnel, même s’il n’était pas encore prêt ». La transformation du modèle originel d’organisation familiale limitait donc le potentiel d’hospitalité.

En quête d’abri

13Garnis, garages, bidonvilles, casernements désaffectés : tels étaient les lieux d’hébergement qui attendaient d’ordinaire le nouvel arrivant. La plupart des témoignages confirment ce passage obligé : « Au début, mes parents habitaient dans un garage à Saint-Fons. Jusqu’en 1966-1967 environ, on vivait à cinq là-dedans, c’était tout petit. Mes patents n’avaient pas les ressources suffisantes pour habiter ailleurs. » « Mes parents ont habité un garni pendant un à trois ans, je ne sais plus. En 1953, mon père a fait l’acquisition d’une maison qui par la suite est devenue un bidonville. » Faute de revenus suffisants, les migrants devaient se contenter de logements généralement insalubres et vétustes situés près du lieu de travail.

Un monde traditionnel : les garnis

14Les études consacrées au xixe siècle soulignent le rôle de « sas » joué de très longue date pat les faubourgs dans les différents modes d’insertion de ces populations étrangères dans l’environnement urbain de la ville de Lyon (Lusset 1971 ; Feroldi 1981 ; Lamy 1994). Une monographie a pris pour objet la rue de Chartres, à la Guillotière (Robert 1979). En 1861 elle était jalonnée de garnis : on pouvait en dénombrer onze dans sept maisons différentes, qui logeaient au total 79 personnes dont 77 hommes ; la majorité étaient des ouvriers du bâtiment (58 maçons, un tuilier, onze journaliers, etc.), comme d’ailleurs les logeurs (neuf sur onze, les deux derniers étant une logeuse et un concierge). Il paraît assez plausible que toute cette main-d’œuvre du bâtiment eût été attifée paf les grands travaux du préfet Vaïsse, dans la presqu’île, mais aussi à la Guillotière par le percement du futur cours Gambetta.

  • 2 Un mode d’habiter identique s’observe dès 1636 pour les compagnons charpentiers de Christophe Mari (...)

15Rien d’étonnant donc de voir ces ouvriers « nomades » recrutés pour l’occasion, se loger dans des conditions assez précaires, sans vraiment s’installer : « En l’occurrence, ils logent chez l’un d’entre eux, peut-être un chef d’équipe, qui ne loge que des maçons et journaliers2, en plus des membres de sa famille (souvent maçons eux-mêmes). » Il s’agissait donc de garnis temporaires, de campements de circonstance, ou plutôt d’affectations de circonstance : « Six de ces onze garnis réapparaissent cinq ans plus tard, toujours tenus par des maçons (les mêmes ; le concierge qui logeait six maçons en 1861 déclare “maçon” comme profession en 1866), mais beaucoup moins peuplés : trois, quatre personnes logées, en général parentes du logeur [...]. » Apparemment, les ouvriers du bâtiment ne frayent pas avec les autres ouvriers : « Dans dix des garnis, on ne trouve qu’eux, et un cordonnier ; le dernier, où habitent douze personnes, est tenu par une logeuse, on n’y trouve pas de maçons, plutôt des ouvriers qualifiés, assez âgés ; une femme, tailleuse, un mécanicien de 26 ans er sa fille de trois ans. En 1866, on a l’impression d’un retour à la normale : moins de monde dans les garnis (38 personnes) er pas seulement des maçons : des célibataires, surtout, mais exerçant des professions assez variées. »

16Ainsi, le logement collectif en garni semblait la réponse aux besoins de deux catégories différentes de la population masculine : les isolés de tout âge, jeunes et moins jeunes, célibataires, veufs ou séparés, qui ne pouvaient trouver à louer un abri à prix modique, constituaient sans doute la clientèle des garnis permanents ; puis venaient des garnis temporaires, correspondant à l’afflux conjoncturel des travailleurs du bâtiment. Ni les uns ni les autres n’auraient pu se loger autrement. Le logement en garni, comme les autres formes de logement des isolés (logement chez l’employeur, association pour louer un appartement, etc.), traduisait non seulement l’entassement général et le prix élevé de l’accès à un espace domestique, mais aussi le souci d’économie des migrants temporaires : il importait de rembourser le plus vite possible l’investissement lié au voyage.

17Face à la crise généralisée du logement du milieu des années 1920, les autorités ne pouvaient que constater l’impossibilité matérielle de se loger, notamment pour les nombreux étrangers fraîchement débarqués à Lyon. Une note envoyée par la préfecture du Rhône, atteste : « La crise du logement, qui depuis la fin de la guerre de 1914-1918 sévit dans tous les centres, s’est particulièrement fait sentir à Lyon. Les nombreux étrangers attirés dans cette ville et dans les communes industrielles de l’agglomération lyonnaise par le développement des diverses branches de l’industrie se sont trouvés dans l’impossibilité matérielle de se loger. Dans le voisinage des usines, tous les locaux disponibles ont été utilisés en guise de logements : hangars et entrepôts ont été transformés en dortoirs » (Baconnier 1969).

18Certains Espagnols issus de la première vague migratoire profitèrent de cette pénurie de logements pour ouvrir des garnis destinés à leurs compatriotes. Dès le quai de la gare, les ouvriers espagnols étaient orientés vers leurs garnis, souvent insalubres. Les rapports soulignent unanimement l’absence de tout confort et de l’hygiène la plus élémentaire. Or les propriétaires résistaient d’autant plus facilement aux injonctions des municipalités que les procédures pouvaient constituer une menace pour les locataires : il arrivait que les autorités françaises utilisassent les mauvaises conditions de logement comme prétexte à l’expulsion.

19L’établissement de ces garnis était largement perçu comme une source de difficultés par les communes, comme à Saint-Didier-au-Mont-D’Or où cette population hétéroclite logée dans des meublés était jugée comme une source intarissable d’ennuis de toutes sottes. Excipant de motifs d’ordre hygiénique, la municipalité de Lyon fit évacuer en priorité ceux des garnis qui hébergeaient des ressortissants étrangers. Ces logements constituaient de véritables foyers de maladies, et les inquiétudes des pouvoirs publics n’étaient pas infondées : une lettre du préfet du Rhône, adressée à la commission sanitaire de l’arrondissement de Lyon, « note l’existence d’un meublé situé au numéro 8 de la tue de la Gare à Oullins, signalé verbalement comme insalubre, dans lequel se sont déclarés plusieurs cas de typhoïde au cours d’une récente épidémie ». Le rez-de-chaussée était occupé par des commerçants et les trois étages étaient habités en grande partie pat des étrangers. Dans les caves, « logeaient, il y a quelque temps, des ouvriers pour la plupart de nationalité espagnole qui ont évacué les lieux à la suite de suintements provenant d’une fosse d’aisance fissurée ».

20Il semble que la raison qui permettait à ces célibataires de tolérer des conditions de logement particulièrement difficiles tenait au fait qu’ils considéraient leur séjour en France comme temporaire ; c’est du moins ce qui ressort des entretiens menés pat Stéphanie Galan. Le très faible nombre de garnis déclarés dans les années 1920 et 1930 tend à démontrer le caractère à la fois éphémère et quasi clandestin de ces établissements. Ce ne fut qu’en 1965, au titre de la « lutte anti-garnis insalubres », que le Service de liaison et de promotion des migrants s’intéressa à ce type de logement jusqu’alors sous le coup d’une réglementation floue. Cette intervention s’insérait dans le cadre plus général du programme de lutte contre l’habitat insalubre, d’une part, et de rénovation et de réhabilitation urbaine, d’autre part. Jusqu’à la réglementation de 1972, les garnis étaient rattachés à la catégorie des hôtels ; par conséquent leurs occupants ne signaient pas de bail avec le propriétaire er n’avaient aucun droit de maintien dans les lieux, ce qui les plaçait dans une situation relativement précaire. En 1967, 223 garnis furent recensés dans l’agglomération lyonnaise, ce qui est un chiffre à considérer comme un minimum. Ils hébergeaient un total de « 5070 individus, dont 4192 Algériens (82,7 %), 373 Tunisiens (7,3 %), 23 Marocains (0,45 %) et 619 individus d’autres nationalités (12,2 %) ». Pour ce qui était des conditions d’hygiène, elles étaient jugées satisfaisantes dans 47,5 % des cas. La densité moyenne d’occupation reste beaucoup plus révélatrice en ce qui concerne les conditions d’exploitation. On dénombra « 11,5 chambres et 27,5 personnes par garni, ce qui correspond à une moyenne de 2 à 3 personnes par chambre ». Il semble que l’on puisse établir une corrélation entre la capacité totale du garni et le nombre d’individus par pièce : plus le garni était important, plus la promiscuité était marquée. À partit de 55 individus, l’occupation moyenne par chambre se situait entre sept et dix personnes. L’un des témoins interrogés par Hacina Ramdani pouvait dépeindre des conditions de vie dans les garnis lyonnais de la fin des années 1960 rappelant celles du xixe siècle : « Mes patents avaient des problèmes d’argent pour se loger. Ils ont été logés dans un garni à la Croix-Rousse, ils y sont restés assez longtemps. Dedans, il y avait de tout, des ouvriers, des familles. Nous, on avait deux pièces. Il n’y avait pas de salle de bains, les toilettes étaient collectives, c’est-à-dire qu’elles éraient dans la cour. Elles étaient utilisées par tous les habitants. On allait prendre nos douches dans les douches publiques. »

Hébergement collectif, hébergement précaire

21Les centres d’hébergement lyonnais ont été étudiés par Juliette Leplomb. Ils étaient théoriquement destinés à pallier la situation catastrophique du logement des travailleurs immigrés en garnis, en baraquements ou en bidonvilles, ainsi qu’à héberger provisoirement en dortoirs des travailleurs d’origine étrangère célibataires ou vivant en célibataires. Ils constituent le premier type de structure d’hébergement collectif mis en place par les pouvoirs publics, apparu et se développant dans les années 1950, période où, de fait, l’immigration était majoritairement masculine. Ils logeaient un nombre important d’individus. L’exemple le plus significatif reste celui du centre du quartier de la Part-Dieu ; à partir de 1945, face à l’afflux croissant des Nord-Africains et aux difficultés qu’ils rencontraient pour trouver un logement par leurs propres moyens, fut envisagée la création d’un centre d’accueil, à la demande de diverses associations et sut l’initiative du préfet Grégoire. Cette structure fut effectivement créée en 1946 dans les anciennes écuries de la caserne de la Part-Dieu. Elle était alors dépourvue de statut légal défini et connut divers modes de gestion. Mais son budget se révéla rapidement déficitaire, faute de ressources suffisantes et de gestion réelle. En 1948, fut donc créée l’Association pour le logement et l’hébergement des Nord-Africains (ALHNA), dont l’un des objectifs consistait à financer et réaliser les travaux les plus élémentaires nécessaires à l’amélioration des conditions de vie et d’hygiène des salariés. Il s’agissait ici de construire un tout-à-l’égout et des toilettes. On ne prévoyait d’installer des douches qu’en 1954. En fait, des subventions permirent d’accélérer l’amélioration des conditions de vie. Les couchettes en bois furent remplacées par des couchettes doubles en métal ; furent installés une cantine, un café maure, une épicerie et un salon de coiffure, ainsi qu’un tout-à-l’égout, des toilettes, des cabines de douche, des lavoirs. Tout cela restait toutefois insuffisant face à l’énorme capacité d’accueil du centre : 1 600 personnes.

22En 1953, la création de la Sonacotral, branche lyonnaise de la Sonacotra, organisme semi-public, permit au mouvement de construction des centres, dont la conception même évoluait, de prendre une tout autre ampleur. Les centres se multiplièrent et il est intéressant de constater un déplacement dans l’espace du centre, de l’agglomération (centre de la Part-Dieu, centre de la Doua) vers sa périphérie (Gerland, Montplaisir, Vaise, Oullins, Bron-Parilly, par exemple). La pénurie foncière dans le centre de l’agglomération a été invoquée. Les centres étaient aussi de plus en plus proches des lieux de travail. Dès 1962, les statuts changèrent : sous le nom de Sonacotra, l’organisme fut désormais chargé de loger non seulement les travailleurs étrangers, mais également les Français à revenus modestes. Cela n’empêcha pas le communautarisme de se manifester : en général, les foyers abritaient plusieurs communautés étrangères dont chacune occupait un territoire bien marqué et se faisait représenter par un chef de communauté et par un délégué. Ces derniers participaient à un conseil qui était chargé de régler les problèmes importants : bagarres, refus de paiement, insalubrité... Un mode important de transgression du règlement consistait à habiter sans titre régulier : ces résidents sans chambre ni lit étaient appelés les « clandestins ». Plusieurs des Antillais interviewés par Fabienne Lemeux ont exprimé leur dégoût envers la chambre Sonacotra : « c’est horriblement sale, on n’a aucune intimité, c’est très petit ». Si l’on essaie de dresser un portrait type du foyer, on découvre généralement un immeuble qui, jusque-là, constituait le foyer-hôtel traditionnel : des cellules de 4,5 m2 regroupées autour d’un espace collectif vide : une cuisine avec juste le minimum, des placards, des sanitaires sommaires. En dépit de leurs inconvénients, les centres d’hébergement, puis les foyers Sonacotra, s’imposaient au migrant hors réseau. Ils n’étaient pourtant perçus qu’en tant que pis-aller. À la première occasion, « on essayait de trouver un autre logement ». Quitter le foyer, c’était aussi quitter un espace peu valorisant. II est clair que la qualification de l’individu par son habitat jouait ici très défavorablement.

23Par les conditions de vie imposées, les cantonnements d’entreprises représentaient un type de logement assimilable au type du foyer d’hébergement, bien que les bâtiments utilisés pussent être de qualité inférieure : simples aménagements de hangars, de vieilles usines, pavillons Algeco, etc. Dans la majorité des cas, l’hébergement en cantonnements avait lieu sur le site même de l’usine. Bien qu’aux portes de la ville, les migrants réduits à leur seul état de travailleurs ne pénétraient pas véritablement dans l’espace urbain, soumis qu’ils étaient à une véritable relégation.

Un toit bien à soi

24Le plus souvent, le caractère collectif et impersonnel de ces conditions d’hébergement, les obligations qui en découlaient en termes d’horaires et de règlements déplaisaient aux migrants qui changeaient de mode d’hébergement aussitôt qu’ils le pouvaient. Cettes, le logement loué à titre individuel reste peu étudié ; il est permis de penser qu’il s’agissait d’un mode de logement rarement pratiqué pour une entrée en ville, ne fût-ce qu’en raison du refus quasi systématique des propriétaires privés lyonnais de louer un logement à un migrant célibataire d’origine étrangère. Par ailleurs, la recherche d’une location imposait de longs délais peu compatibles avec les impératifs immédiats auxquels le migrant se voyait confronté. Pourtant, l’accès au logement individuel salubre est un indicateur majeur de l’insertion dans l’espace social de la ville et de l’entrée sur le marché du logement ordinaire.

Un premier chez-soi : les lotissements sauvages

25Le logement des familles était plus difficile encore que celui des célibataires. Les naissances ne faisaient qu’aggraver la situation. À l’insalubrité et l’inconfort venait s’ajourer une promiscuité assez pressante pour peser sur la composition même du groupe familial : « On habitait dans une chambre qui était au-dessus d’un café, c’est ce que ma mère m’a dit. C’était tout petit, ils vivaient à quatre là-dedans, et c’était tellement petit, que quand je suis née, on m’a placée parce qu’il n’y avait plus de place » (Hassen 1982).

26De son côté, l’immigration espagnole massive de l’après-guerre conduisait les Espagnols à se rassembler aux alentours de l’agglomération lyonnaise. Les diverses situations familiales des immigrés espagnols correspondaient à deux types de logements : les garnis pour les hommes célibataires et les quartiers de baraquements où s’entassaient les familles. Partout où ils étaient en nombre important, ils se concentraient dans un quartier rapidement abandonné par l’élément français qui l’habitait auparavant. Ce fut le cas à Saint-Fons, Oullins, Villeurbanne et même Lyon où ils investirent tout un quartier à Gerland. Dans ces quartiers, si l’on peut considérer les garnis comme des signes d’une immigration individuelle, la plupart des familles habitaient des baraques.

27Dans le paysage urbain, ces regroupements engendraient des quartiers espagnols plus ou moins bien délimités. Cette répartition géographique particulière participait au changement de dénomination : de « communauté espagnole », on passa progressivement à l’expression « colonie espagnole ». A Oullins, en 1934, on comptait deux mille étrangers dont 1227 Espagnols (soit la première communauté étrangère d’Oullins), presque tous groupés dans le quartier de la Saulée. À Vénissieux, s’il était des Espagnols dans toute la ville, une forte communauté était rassemblée autour des rues Paul-Bert, du Château-d’Eau et au Charréard. Dans cette dernière rue, on recensait déjà plus de 70 Espagnols en 1926. Enfin, Villeurbanne jouait un rôle primordial dans les processus d’accueil et de regroupement des ménages de nationalité espagnole : en 1934, la population de Villeurbanne était composée de 15 % d’étrangers, dont les Espagnols représentaient la deuxième communauté.

28Sur le terrain, l’établissement de ces familles immigrées paraît désordonné. Bâti à la lisière de la grande ville, l’habitat des immigrés espagnols est volontiers décrit comme un taudis alliant promiscuité et insalubrité. Souvent construit par l’immigré lui-même, le logement apparaît sous la forme de petits cabanons sur des zones encore vierges de toute construction, des terrains vagues ou précédemment livrés à la culture. Dans un rapport daté du 2 février 1928, le maire de la ville de Lyon constate « la multiplication de baraques soit en bois, soit en matériaux provenant de démolitions, construites dans la banlieue industrielle ». Ces logements précaires se développaient entre autres dans la commune de Villeurbanne et dans le quartier de Gerland. À Villeurbanne, les constructions en bois ou matériaux de récupération, les abris de jardin devenus habitations furent particulièrement nombreux. Dénommés « villages nègres », ces constructions étaient implantées « rue du Quatre-Août ainsi qu’à l’ouest du chemin des Buers ». C’était donc là que les différents rapports des services municipaux localisaient les Espagnols dans des lotissements sauvages qui occupaient parfois des superficies étendues (lotissement Teillon, lotissement rue de Barcelone). Le développement du quartier Château-Gaillard, aux Buers, se trouva fortement lié à l’établissement anarchique d’une population étrangère, en majorité espagnole. Au début des années 1920, à l’ouest du chemin des Buers, on longe quelques hectares de cultures maraîchères. De petites maisons basses s’alignaient le long des rues Renée et Octavie qui étaient transformées en marécages les jours de pluie. En 1927, cette même rue Renée voyait s’achever des constructions faites de bric et de broc, les propriétaires s’entraidant les samedis et dimanches pour avancer les travaux. Généralement, deux à trois ans étaient nécessaires pour construire sa propre maison : on a vu certains Espagnols construire par leurs propres moyens et en communauté, chacun se chargeant de la partie se rapprochant le plus de son métier. Mme A***, habitant aux Buers depuis 1921, se souvient que « ces logements étaient souvent miséreux : la base des maisons était construite en moellons. Il n’y avait pas l’eau à la maison, on installait souvent un poulailler pour les œufs ». Les migrants de nationalité espagnole modelaient le paysage urbain en construisant des maisons aux couleurs méditerranéennes. Un témoignage atteste de la prégnance d’une culture espagnole : « Rue Voltaire, rue Bertheley, place Anatole-France et rue Victor-Hugo, il y avait beaucoup de locations à l’époque. C’était un peu délabré, mais ils ont occupé toutes ces locations. Il y avait pratiquement huit familles espagnoles pour deux françaises. Ils blanchissaient les murs à la chaux, cela je m’en souviens bien : blanc en haut, bleu clair ou vert clair dans les soubassements. »

29La multiplication de ces « lotissements sauvages » n’était que l’une des conséquences de la crise du logement et, surtout, de l’interdiction faite aux étrangers d’accéder aux Habitations à bon marché. Néanmoins, les autorités municipales s’appliquaient à diaboliser ces lotissements. C’est que les vues hygiénistes de la fin du xixe siècle inspiraient encore leur politique : « L’attention de Monsieur le Maire et des services municipaux a été appelée à différentes reprises sur les dangers que font courir à la santé publique un certain nombre de baraques et d’habitations précaires, élevées sur le terrain d’autrui, dépourvues de toutes installations sanitaires et répandant dans le voisinage des immondices, des odeurs et des germes morbides. Le caractère précaire de ces habitations, l’insolvabilité de leurs occupants, qui d’ailleurs changent souvent, empêchent de les atteindre directement et de les obliger personnellement à prendre les précautions sanitaires indispensables. Hanté par une population d’indésirables, monsieur le Maire a promis d’intervenir énergiquement pour faire cesser cet état de choses et d’envisager au besoin la création d’un service spécialisé, si les difficultés s’avéraient par trop grandes au cours de la réalisation. »

30Le plan d’action administrative se subdivisait en quatre phases successives : d’abord, l’établissement de plans parcellaires du quartier à assainir, suivi de la recherche des propriétaires réels des terrains insalubres. Ensuite, le Bureau d’hygiène devait dresser des rapports circonstanciés. Alors seraient pris les arrêtés d’interdiction d’habiter. Scrupuleusement appliqué, le programme permit aux services du Bureau d’hygiène de dénombrer dans un périmètre compris entre la rue des Culates à l’ouest, la rue de Gerland à l’est, l’avenue Debourg au nord et la rue Challemel-Lacour au sud, « dix-sept parcelles recouvertes de constructions insalubres [...], soixante-deux autres baraques recouvrant une étroite superficie, dans lesquelles habite une population qui à certains moments s’est élevée jusqu’à 285 âmes ». Une fois les populations d’« indésirables » expulsées des baraquements illégaux, le souci des autorités se résuma à garder ces terrains vierges de toute autre construction insalubre : « Si on laisse des éléments de baraques sur place, de nouveaux venus s’en emparent et reconstruisent de nouvelles masures ou bien ceux qui sont demeurés, agrandissent à l’aide de ces trouvailles l’enclos ou la remise établie autour de chaque habitation. Plusieurs ont été invités à déguerpir de masures qu’ils avaient réoccupées à la suite d’un abandon de la part d’étrangers retournés en Espagne. »

31Les rapports du Bureau d’hygiène retrouvés par Stéphanie Galan fournissent de précieuses indications concernant les occupants de ces baraques : des immigrés de fraîche date en étaient les principaux locataires. Quant aux membres de la vieille communauté espagnole lyonnaise, ils tiennent souvent le rôle du logeur. M. A*** D*** se souvient que « ses parents possédaient cinq à six baraques à Gerland qu’ils louaient aux nouveaux Espagnols ». Pour ces derniers, la baraque constituait le premier logement indépendant : « Dans les premiers temps, on logeait les Espagnols de la famille, chez nous, dans notre maison à Vaulx-en-Vélin, après, dès qu’ils trouvaient du travail, mon père s’arrangeait pour leur trouver une baraque. »

32La lutte systématique contre l’habitat insalubre ne débuta qu’en 1958-1959 au niveau local, les mesures alors décidées étant appelées à être complétées par un appareil législatif national. La loi Debré de 1964 engagea la lutte contre les bidonvilles er obligea les HLM à mettre 6,5 % du parc à la disposition des personnes issues de l’habitat insalubre. La loi Vivien de 1970 vint affiner ces dispositions en visant un triple objectif : faire condamner plus lourdement les marchands de sommeil, faire cesser l’habitation de locaux insalubres au fur et à mesure du relogement des occupants et faire exécuter les travaux par les propriétaires. D’après un rapport de la CIMADE couvrant une période allant de juillet 1966 au 31 décembre 1975, « 330 garnis ont été fermés au titre du programme de résorption de l’habitat insalubre (sur 5600 occupants, 4100 ont accepté d’être relogés en foyers, 112 en cités de transit, 110 en HLM) et 35 bidonvilles ont été supprimés (abritant 4823 individus, familles et célibataires confondus) ».

33Les bidonvilles formaient une large part de l’habitat insalubre. Il s’agissait d’un type de logement caractéristique des familles immigrées. En effet, celles-ci ne pouvaient guère se tourner vers les foyers, les cantonnements ou même beaucoup des garnis, davantage adaptés aux célibataires. Juliette Leplomb explique la formation des bidonvilles de l’agglomération lyonnaise par « un débordement du garni » : à l’arrivée de leur famille, les hommes ne pouvaient les accueillir dans la chambre qu’ils partageaient généralement avec des compatriotes et se trouvaient dans l’obligation, notamment par souci d’économie, d’aller s’installer dans les baraques des bidonvilles. Sous cette forme le bidonville s’affirme comme le plus marginal et le plus précaire des types d’habiter, qui possédait pourtant sa propre dynamique : dans une lettre adressée au préfet, un propriétaire d’un petit bidonville explique qu’au départ il a construit pour lui-même et pour sa famille une baraque sur un terrain dont il est le propriétaire. Par la suite, des membres de sa famille sont arrivés en France et il n’a pas pu leur refuser la permission de s’installer eux aussi dans les baraques autoconstruites. Les témoignages recueillis évoquent souvent la honte d’habiter au bidonville, trahie par la boue que l’on n’arrive pas à enlever de ses chaussures et de ses vêtements. L’ennemie quotidienne restait l’eau, trop rare quand il s’agissait d’aller la tirer au puits, mais ruisselant à l’intérieur des baraques aussitôt qu’il pleuvait.

34Pourtant, les conditions de logement tendirent à s’améliorer parallèlement à l’amélioration de l’intégration des migrants. Les membres de la première vague migratoire quittèrent progressivement les « lotissements sauvages » pour s’établir dans des maisons « en dur ». A la question : « Quels types de logements avez-vous occupés ? », deux témoins insistent sur le fait que leurs parents étaient propriétaires d’une « maison construite en dur ». Les grands-parents de Mme T***, arrivés d’Espagne en 1924, « ont acheté un terrain en zone inondable. Ils avaient déjà une maison dans le quartier de la Rize, Vaulx-en-Velin ». Autre témoignage, concernant les parents de M. F***, qui avaient immigré en France dès la fin de la Première Guerre mondiale et acheté un refrain à Villeurbanne. « Ils avaient emprunté de l’argent : en fait une hypothèque. En raison de leur caractère inondable, les terrains n’étaient pas chers, 50 centimes le mètre carré. » Cette première vague migratoire semble donc avoir bénéficié des opportunités foncières du début du siècle pour s’installer dans des petits pavillons. Malgré une autoconstruction sur des espaces dévalorisés (terrains vagues, terres inondables, etc.), devenir propriétaire de sa maison était un élément majeur de l’enracinement.

Une dissuasion ? La politique d’attribution des HLM

35La construction des HLM eut un fort impact sut l’habitat des migrants. Par exemple, la plupart des familles étudiées par Hacina Ramdani trouvèrent enfin des logements plus convenables à des prix accessibles : « En 1957, on a trouvé un logement dans un HLM, à Bron. Les ensembles venaient d’être construits et on est parti habiter là-bas. » Les démarches pour trouver un logement étaient parfois très éprouvantes pour le migrant. Ce dernier ne pouvait éviter de se tromper, de tâtonner, de perdre du temps et, par-dessus tout, de se soumettre aux décisions des sociétés HLM et d’essuyer les refus des propriétaires privés. Dans ces conditions, les choix résidentiels restaient très limités.

36Pour ce qui est des difficultés plus directement liées aux politiques des Offices publics d’HLM, l’un des exemples les plus complets est fourni par l’étude de Patrick Chaloyard (1998) sur la politique du logement social dans l’agglomération lyonnaise menée par l’Office public communautaire d’HLM de la Courly entre 1974 et 1986. Cet Office était confronté à un dilemme fort délicat : choisir entre « une gestion efficace et rationnelle capable de concurrencer le secteur privé et supposant une relative sélectivité dans le choix des locataires ainsi qu’une politique différentielle au niveau des loyers, et affirmer sa vocation sociale, sans évincer les locataires les plus démunis et sans perdre les ménages les plus aisés ». Or, l’augmentation de la vacance et des impayés posait de sérieux problèmes de gestion tandis que s’affirmait le « désengagement de l’État tant sur le plan financier que social ». Un tel contexte dicta une stratégie pragmatique face aux immigrés : éviter les mauvais payeurs, maintenir la composition sociale des groupes immobiliers qui fonctionnaient correctement, stabiliser les maisonnées en graves difficultés. Il est donc difficile de mettre en évidence ce qui aurait pu être des critères d’attribution objectifs et constants.

37Mais l’Office n’est pas le seul à désirer maîtriser l’attribution de ses logements. Il était en concurrence avec d’autres adversaires ou partenaires :

  • les administrations locales (DDASS, préfecture, CAFAL) dont le désir était de loger les populations sans domicile tout en veillant à la bonne utilisation des ressources publiques ;
  • les travailleurs sociaux chargés de faciliter l’insertion des individus et des familles ;
  • les collectivités locales (Courly et diverses municipalités), dont la principale préoccupation semble s’être résumée à une volonté tenace de ne pas accumuler sur leur territoire les catégories de populations jugées indésirables.

38La multiplicité des acteurs et des intérêts aboutissait à une gouvernance floue. Pourtant, le « mouvement HLM » définit en 1985 lors du congrès de l’Union nationale des fédérations d’organismes HLM toute une série d’objectifs en matière d’attribution de logements sociaux : « l’attribution de logements doit éviter les cohabitations difficiles, accroître la diversité des habitants, accompagner les investissements des habitants de résultats urbains ». En pratique, peu de choses semblent avoir évolué depuis les années 1930, où les listes de postulants étaient préparées à l’aide d’enquêtes sur l’honorabilité et la solvabilité des demandeurs, ainsi que la tenue de leur ancien logement selon un système d’enquête appelé à se maintenir jusqu’en 1985 sous une forme plus élaborée. Les demandes étaient donc examinées pat une commission des attributions qui se réunissait tous les mois. Son travail s’effectuait à partir des dédits et les logements étaient attribués en fonction de l’ancienneté de la demande et de la situation de la famille (Berthet 1993).

39Il existait des régimes spéciaux. La loi Loucheur du 13 juillet 1928 prévoyait une réservation de 10 % des logements à l’intention des fonctionnaires civils et militaires. L’État, les collectivités territoriales et leurs établissements publics, les chambres de commerce, les organismes à but non lucratif et certains employeurs disposèrent ensuite d’un contingent de logements réservés. Par exemple, la préfecture se réservait 30 % des locations au titre des personnes prioritaires, dont 5 % au bénéfice des agents civils et militaires de l’État. Une des principales évolutions consista dans l’instauration de quotas d’immigrés. L’Office se vit imposer un pourcentage de familles étrangères fixé à 15 %. La multiplication des exceptions et des dispositions particulières, ainsi qu’un étroit contrôle du respect de ces quotas tendirent à alourdir singulièrement la gestion du parc HLM de l’Office. Finalement, la difficulté majeure résida dans la répartition équitable des familles étrangères sur l’ensemble du patrimoine HLM. Leur intégration à la société française devenant l’une des priorités des pouvoirs publics, il devint difficile pour l’Office de justifier leur mise à l’écart sur des territoires spécifiques, au risque d’être accusé de participer au développement d’une ségrégation spatiale.

Conclusion : la spécificité de l’habitat des migrants

40L’importance des solidarités dans le fonctionnement des filières migratoires n’est plus à démontrer. Elle est de tous les lieux et de toutes les époques. L’exemple lyonnais des xixe et xxe siècles montre à la fois les limites et les spécificités de leur impact en matière d’aide au logement. Le célibataire, l’« ouvrier nomade » recourent au parc de garnis, qui n’est en rien une structure d’accueil rigide, mais dont la souplesse s’adapte aux variations de la demande. La famille échoue plus souvent dans un habitat insalubre, pouvant aller jusqu’au bidonville ou au logement autoconstruit en zone insalubre. Cependant, les récits de vie recueillis par les enquêteurs montrent l’amélioration du logement au fil de l’intégration, de la baraque ou de la caserne vers le logement exigu, puis vers le HLM ; mais il ne s’agit que d’habitants restés stables, et l’on ne sait malheureusement rien des intégrations manquées, ni de l’impact dans ces échecs de l’impossibilité de se loger.

41Il fut pourtant des conjonctures migratoires où la somme des bricolages individuels se révéla incapable d’absorber les flux d’arrivants et où l’intervention des institutions devint nécessaire : tel fut le cas de l’arrivée massive de Maghrébins dans les années 1950, puis celui du refuge massif des rapatriés de 1962. Depuis, les politiques d’attribution des logements sociaux déterminent très fortement la géographie socio-migratoire de l’agglomération lyonnaise. Il est clair que la réticence des bailleurs privés et l’exclusion réglementaire des HBM n’appartiennent pas à un passé complètement révolu. Le déficit d’image, le faible niveau de revenu et les difficultés d’ordre culturel continuent de fournir les arguments de stratégies locatives défavorables à l’Autre.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Baconnier, Gérard. 1969. Une entreprise industrielle dans un quartier en expansion. Essai de monographie industrielle sur la Société Paris-Rhône. Mémoire de maîtrise de Géographie. Lyon, Faculté des lettres.

Berthet, Claire. 1993. Naissance d’un quartier : les États-Unis de Lyon (1930-1980). Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 3 volumes et annexes.

Brahmi, Razika. 1979. Essai de mémoire collective des immigrés algériens résidant en France pendant la Guerre d’Algérie. Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Chaloyard, Patrick. 1988. La politique du logement social dans l’agglomération lyonnaise : l’Office public communautaire d’HLM de la Courly (1974-1986).

Feroldi, Vincent. 1981. Le quartier Saint-Louis de la Guillotière (1851-1876). Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 2 volumes, annexes.

Galan, Stéphanie. 1997. Les Espagnols dans l’agglomération lyonnaise (1914-1939). Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 2 volumes.

Gallego, Nicole. 1989. L’immigration espagnole à Oullins (1940-1968). Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 2 volumes, annexes.

Hassen, Abdelhamid. 1982. Les immigrés d’un village du sud tunisien « Methouia » dans l’agglomération lyonnaise. Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Lamy, Hervé. 1994. Débits et débitants de boissons croix-roussiens entre 1830 et 1880. Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 2 volumes et annexes.

Lemeux, Fabienne. 1991. L’émigration antillaise à Vaulx-en-Velin. Lyon, Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Leplomb, Juliette. 1998. Les logements des Nord-Africains à Lyon de 1946 à 1974. Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Lequin, Yves, La mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration en France. Paris, Larousse, 1988.

Lusset, Éric. 1971. La population des faubourgs de Lyon au milieu du xixe siècle. Centre Pierre Léon, Université Lyon II, 2 volumes.

Noiriel, Gérard. 1992. Population, immigration et identité nationale en France, xixe-xxe siècles. Paris, Hachette Supérieur.

Ramdani, Hacina. 1990. Comment la reproduction n’a pas eu lieu : de l’immigration à l’intégration. Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Rigot, Philippe. 1993. Aspects et diversité de la communauté immigrée italienne à la Guillotière à la Belle Époque, Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Robert, Vincent. 1979. Les classes populaires et leur logement. Un exemple : la rue de Chartres, à la Guillotière (1840-1870). Centre Pierre Léon, Université Lyon II.

Notes

1 La synthèse de cette « littérature grise » suivant la problématique de l’hospitalité et une recherche originale sur les garnis ont été menées à bien par deux membres de l’équipe « Histoire des villes », Carlos Carracedo et Alexandre Nugues-Bourchat. Cette contribution, d’ampleur nécessairement limitée, ne s’appuie que sur une partie du travail considérable qu’ils ont réalisé.

2 Un mode d’habiter identique s’observe dès 1636 pour les compagnons charpentiers de Christophe Marie venu construire un pont à Lyon.

Auteur

Université Lumière Lyon II — Centre d'études démographiques

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540