Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

L'accueil municipal de la solidarité nationale

SDF à Nanterre : des hommes ni d’ici ni d’ailleurs Chronique d’une construction discursive de l’extraterritorialité1

Claudia Girola

Texte intégral

  • 1 Je remercie Pascale Pichon, Agnès Clerc-Renaud et Anne Gotman pour leur relecture attentive de ce (...)
  • 2 Les hommes sans-abri sont prédominants sur la voie publique. Les femmes, de plus en plus nombreuse (...)
  • 3 Sans domicile fixe, catégorie politico-administrative qui désigne les personnes sans résidence sta (...)
  • 4 Ainsi en 1995, le refus du maire du xviie arrondissement de Paris de voir implanter un centre d’hé (...)

1Explorer l’interaction dans laquelle les personnes sans abri développent leurs pratiques quotidiennes à travers le discours des acteurs politiques et des habitants permet de rendre compte des effets de leur présence dans l’espace public urbain, celle-ci comprise entre occupation et appropriation et se déclinant jour après jour en différentes attitudes et actions de résistance ou d’adaptation – dévoiler sa biographie privée pour quémander et troubler le passant, encombrer les lieux de passage ou se recroqueviller silencieusement dans un coin, ouvrir la porte du supermarché (Pichon 1995 ; Girola 1993, 1995, 1996 ; Lanzarini 1998). L’homme2 à la visibilité déterminée par le manque d’espace à soi, par des conditions d’extrême précarité et surtout par l’absence de reconnaissance sociale de droit est en effet exposé au regard normatif et parfois inquisiteur de ceux qui habitent la ville et l’investissent. Toujours à la recherche de solutions de vie, ceux que l’on nomme les SDF3 imposent leur présence ou, plus discrètement, marquent de leur passage l’espace de la ville en provoquant une diversité de réactions entre apparente indifférence, compassion ou rejet. Plus largement, depuis le début des années 1990, ces réactions sont justifiées par le souci de l’intérêt public, comme le démontrent les débats et les actions conduites face à une actualité souvent perçue et vécue comme inquiétante4.

  • 5 La Maison de Nanterre est actuellement l’un des centres d’accueil les plus anciens et les plus imp (...)

2La polémique centenaire autour de l’existence « dérangeante » voire indésirable de la Maison de Nanterre, établissement de l’époque du grand enfermement et de la répression des mendiants et vagabonds qui accueille aujourd’hui des personnes en grande difficulté et sans logement, constitue un cadre de débats privilégié pour explorer les arguments à l’œuvre tant du côté des autorités locales que des habitants5, compte tenu de la présence nombreuse et de l’inscription ancienne de ses pensionnaires dans les rues du quartier adjacent, dit « le Petit Nanterre », où ces derniers sont parvenus à construire un territoire de sécurité à la fois utilitaire et identitaire (Girola 1993).

  • 6 Une panoplie de stratégies d’indifférence ou au contraire d’extrême intégration se mettent en plac (...)
  • 7 Les établissements pénitentiaires (Combessie 1996) ou les centrales atomiques (Zonabend 1993) génè (...)

3Les expressions de refus de la Maison de Nanterre n’ont pas cessé depuis son installation, et émergent avec une intensité particulière du discours de l’ensemble des acteurs (Bernand 1978 ; Girola 1993). Toujours d’actualité et quasi obsessionnelle, cette réaction constituera le point de départ du questionnement anthropologique dans la mesure où elle défie le processus habituel de banalisation6 qui généralement s’opère, après une première période, vis-à-vis d’institutions ressenties au départ comme redoutables du fait des « hôtes » accueillis et des « nuisances » provoquées7. On peut dès lors se demander si les raisons du refus sont uniquement liées au public accueilli ? Certes, les personnes prises en charge dans les centres d’hébergement portent habituellement le poids des figures typifiées du « pauvre extrême », sujet sans lien, à la bordure du social, d’une altérité radicale, incontrôlable et contaminant (Bordreuil 1993 ; Girola 1996, 2000 ; Pichon 1995 ; Takahashi 1998). Plus encore, contrairement aux reclus des prisons, ces personnes qui échappent à l’enfermement et au contrôle de leurs actes quotidiens réactivent ces stéréotypes (Simmel 1989) par le rapport de proximité qu’elles instaurent dans les rues de la cité. Le pauvre institutionnalisé mais libre de ses mouvements est ainsi perçu comme une menace, symbolique ou concrète, et semble empêcher le travail d’« oubli » de sa présence. Les expressions de refus peuvent également s’appuyer sur des raisons d’ordre juridique et politique, telles la non-domiciliation des personnes sans abri dans la commune, ou la décentralisation et la distribution des compétences entre collectivités qui se renvoient la responsabilité de la prise en charge du pauvre, toutes raisons qui s’inscrivent elles-mêmes dans des confrontations d’ordre racial, ethnique ou social.

  • 8 Les SDF sont ainsi placés au centre de problèmes d’aménagement, d’hygiène, qui seraient en fait à (...)

4Ces explications, qui contiennent de manière sous-jacente mais structurante les premiers signes de la production de l’étranger, constituent des pistes initiales de réflexion sur les processus de déterritorialisation juridico-politique et de mise en frontières symboliques d’une catégorie sociale. Elles posent toutefois deux problèmes. D’une part, elles placent les personnes sans abri à l’origine des expressions de refus en leur faisant porter le stigmate et en les assignant au manque de « civilité urbaine » susceptibles de provoquer l’autre. D’autre part, elles avalisent la vulnérabilité des personnes sans abri qui ne répondent pas aux exigences normatives de la citoyenneté, et les placent en position de non-reconnaissance sociale. Par ailleurs, ces explications s’épuisent d’elles-mêmes pour n’être pas mises en perspective avec l’histoire locale, en particulier avec la genèse du refus de l’établissement. Sorties de tout contexte, elles affaiblissent leur capacité explicative, substantialisent l’explication du refus et naturalisent le refus lui-même en l’autonomisant des réseaux de significations locales. Or, la construction de l’altérité irréductible des sans-abri est toujours la production sociale d’acteurs précis dont les croyances, les ambiguïtés et les représentations sont prises dans des enjeux locaux de pouvoir8, dans l’espace de la ville, de la politique et de l’histoire de la commune.

  • 9 L’hypothèse retenue pour l’analyse de cette production discursive est que le refus d’une catégorie (...)

5Pour dévoiler la signification locale de cette construction temporelle et l’implication généalogique de chacun des acteurs, l’analyse des images et des représentations des personnes sans abri sera particulièrement attentive à la logique discursive des locuteurs – autorités municipales et habitants – et à l’enchaînement du discours9. Pour élucider le détail des enjeux communaux liés à cette construction identitaire, le point de vue des acteurs politiques locaux sera toutefois privilégié dans la mesure où la logique politique imprègne le discours des habitants qui, se trouvant au plus près de la population SDF et ayant directement à supporter les tensions identitaires, parviennent toutefois à s’en démarquer.

La logique explicative des acteurs politiques

Une séparation toujours annoncée

6L’analyse des discours publics réalisée à partir du dépouillement des revues et des actes municipaux de 1870 à nos jours (Girola 2000) montre que les représentations contemporaines du refus de la Maison de Nanterre et de ses pensionnaires, tant de la part des acteurs sociopolitiques locaux que des habitants du quartier du Petit Nanterre, sont en grande partie tributaires d’un « récit public » qui s’est structuré entre la fin du xixe siècle, époque de l’installation de l’établissement (en 1873), et les années 1980-1990. Matrice première des discours actuels, ce récit laisse apparaître un double mouvement de partage entre populations, présenté comme « nécessaire » : séparations internes au-dedans de l’institution à travers les catégorisations des pensionnaires ; séparations externes entre les personnes hébergées et les habitants.

  • 10 Initialement, la Maison de Nanterre a été créée en remplacement de la prison de Saint-Denis. En 18 (...)
  • 11 Dans l’acte municipal du 7 avril 1872 traitant du transfert à Nanterre de la Maison de la Répressi (...)

7Ce récit matriciel intègre les débats nationaux qui se sont succédé depuis un siècle sur l’assistance et la répression des pauvres, leur classement (mendiants-malades, dignes-indignes, valides-non valides), er leur relégation dans la ville. À en juger par les débats suscités par son lieu d’implantation et par sa fonction hygiéniste et sécuritaire initiale10, la Maison de Nanterre, en tant qu’institution d’accueil des plus démunis, soulève une série de craintes allant de la peur de la contamination11 au risque de dépréciation des terres communales. Ces discussions sont traversées par des redéfinitions constantes de frontières politico-administratives pendant une période qui voit se redessiner le territoire de l’ancien département de la Seine, la question étant pour les représentants locaux de tracer la limite entre l’habitant-contribuable et l’extracommunal afin d’établir la responsabilité de prises en charge, notamment des pauvres.

8Dès l’arrivée des communistes aux affaires en 1935 et les années suivantes, se pose de façon significative le problème des statuts respectifs du vagabond, de l’indigent, de l’ouvrier et plus tard de l’étranger-immigré devenu « l’habitant ». Chacun de ces nouveaux arrivants sera d’abord perçu comme expulsé de son territoire d’origine et identifié au regard de l’idéologie politique de la majorité municipale : l’État, Paris, les riches, le patronat, qui se débarrassent de « leurs » pauvres et de « leurs » travailleurs immigrés. Contester la présence d’une Maison qui sert de refuge à des extraterritoriaux sera dès lors la preuve du « combat des communistes » de Nanterre.

9À l’époque de son installation, la Maison de Nanterre dépendait du département de la Seine. En 1964, elle passe sous la tutelle de la préfecture de Paris. À la fin des années 1980, elle est déclarée « Établissement public autonome à caractère sanitaire et social » et change de nom pour devenir « Centre d’accueil et de soins hospitaliers » (CASH). Cependant, les dix-neuf hectares où se trouve située l’institution demeurent la propriété de la Ville de Paris. Ces changements d’appartenance politico-juridictionnelle ont toujours placé la Maison de Nanterre dans une situation d’extraterritorialité et contribuent encore aujourd’hui à renforcer l’idée d’une présence « intruse » dans la commune, qui plus est, imposée par les opposants traditionnels de la majorité municipale.

10Avec la crise socio-économique des années 1980-1990, fortement ressentie dans la commune, les discours actuels, sans annoncer de rupture, proposent de nouveaux arguments centrés sur le rôle des hébergés de la Maison de Nanterre en tant qu’acteurs symboliques (Althabe 1998) de l’identité communale. Plus englobant, éloigné de références précises à une appartenance politique et idéologique trop évocatrices de catégories aujourd’hui en perte de signification telles que le prolétaire ou la classe ouvrière, ce récit convoque moins un rejet des SDF qu’un besoin de tracer le territoire du « Nous Nanterriens ». Un Nous qui ne semble pourtant pas délimité par les mêmes frontières chez les représentants locaux et chez les habitants.

  • 12 Ce sont pour la plupart des adjoints au maire, des chefs de projet de ville et des responsables as (...)

11Le discours des élus et des représentants locaux « proches de la majorité12 », ainsi qu’ils se sont définis lors de nos rencontres, suit un ordre séquentiel récurrent périodisé, étayé sur l’accueil forcé des pauvres, la vocation hospitalière d’une commune ouvrière et le traitement humanitaire extraterritorialisé des personnes sans abri.

Acte fondateur et « tache identitaire »

  • 13 Bulletin municipal, 1913.

12Toujours à la recherche d’une singularité identitaire territoriale qui les distingue de ce qu’on appelle légèrement ou gravement « l’englobant banlieue » (Rey 1990 : 105), les autorités municipales replacent le problème de la présence des hébergés dans ce qu’ils nomment l’« historique » du quartier du Petit Nanterre. Il apparaît dans ce contexte que malgré la vision négative de la Maison de Nanterre, celle-ci constitue un acte fondateur du quartier et l’axe organisateur de l’espace social et urbain. Elle est néanmoins présentée comme une « tache identitaire » imposée qui inaugure la politique de placement d’office pratiquée par les « puissants » d’autres collectivités, désireux de rejeter ceux qui, à leurs yeux, ne relèvent pas de leur administration. Cette institution qui n’a pas de racines locales serait ainsi une greffe sans succès que l’on essaie de faire prendre depuis cent ans. À l’appui de cette thèse, on n’oublie d’ailleurs jamais de rappeler les manifestations d’opposition des habitants et des autorités locales déployées contre le projet d’installation en 1860, même si les documents montrent qu’il y a eu plutôt négociation qu’affrontement. En effet, ces mouvements ne contestaient pas tant l’installation de l’établissement à Nanterre que son emplacement à proximité des habitations (réclamation reconnue comme « juste » par le Conseil général de la Seine13). Finalement, comme le décrit un journal de l’époque, la Maison de Nanterre occupera « ce terrain maudit situé à l’extrémité orientale de la commune ». Du compromis dont résulte sa relégation, plus personne ne se souvient et, devenue le symbole des impositions arbitraires venues de l’extérieur, la Maison de Nanterre sert l’évocation d’une population nanterrienne combative et héroïque. Quoique les acteurs datent avec précision l’implantation de l’institution, une certaine atemporalité est perceptible : « On a la sensation qu’elle a toujours été là, c’est en quelque sorte le monument du quartier. » Malgré sa présence imposée, la Maison de Nanterre concourt à construire le mythe d’origine du quartier et comme telle s’inscrit hors du temps ou dans « un autre temps ».

  • 14 « Dès la seconde moitié du xixe siècle, le vieux fonds agricole nanterrien est en mutation : les a (...)

13Dans la démarche de restitution historique, le cadre départemental des Hauts-de-Seine est également mis en avant pour opposer le « Sud riche » au « Nord industriel et prolétaire », qualifications clés du clivage identitaire fondateur. « Nous sommes de la boucle Nord », soulignent les représentants politiques, qui établissent ainsi un premier socle d’appartenance toujours recentré sur le territoire de Nanterre et enracinent dans le début du xxe siècle, le temps où cette zone marécageuse puis rurale aux habitations dispersées fut investie par les « bourgeois » de Paris à la recherche de « plaisirs champêtres », mais aussi par les agriculteurs provinciaux qui « naturellement » deviendront des Nanterriens : « Ça fait partie d’une logique de peuplement, c’est naturel. » Il n’est jamais omis de signaler qu’au cours des années de l’entre-deux-guerres l’activité agricole disparaît presque définitivement au profit d’une activité industrielle14 ; ce qui établit sans conteste les racines sociologiques légitimes de la commune et sa « vocation ouvrière » confirmée par la référence à la présence des communistes au pouvoir municipal depuis 1935. Territoire et appartenance politique se confondent ici comme autrefois, octroyant une marque identitaire à la commune.

« [...] la municipalité eut gain de cause pour la question de l’emplacement, et c’est bien, en effet, à l’extrémité orientale de son territoire que s’élève la Maison départementale, à l’écart des habitations... »
(Séances du conseil municipal de Nanterre, 1878).

De l’imposition à l’accueil de l’étranger nanterrien

  • 15 Le quartier du Petit Nanterre concentre l’histoire de l’urbanisation périphérique et du logement s (...)

14L’histoire récente offre pourtant de nouvelles ressources narratives avec l’arrivée des populations étrangères dans le cadre de l’industrialisation et du front d’urbanisation des années 1940-19 50. Bidonvilles, cités et HLM sont alors présentés comme de nouveaux temps « fondateurs », et le quartier du Petit Nanterre fait figure de précurseur : « Historiquement le Petit Nanterre est plus dans l’identité de Nanterre que les autres par l’histoire de son peuplement, par son histoire urbaine » (maire adjoint délégué à la vie de quartier). Ce quartier, toujours décrit comme un exemple de la logique de « production urbaine de quartier », devient ainsi l’élément emblématique de la ville15.

  • 16 Mme Valérie Méot, tuée lors de l’attaque de la mairie de Nanterre, le 27 mars 2001. Sa mort violen (...)

15Il n’en fut pourtant pas toujours ainsi. À en juger par les documents de l’époque, la présence des immigrés renvoyés à leur condition d’allogènes était alors pensée en termes nationaux (Althabe 1993 ; Steiner 2000). Aujourd’hui, les immigrés font partie « du paysage nanterrien, plus que cela, ils constituent une des substances de notre population, ce sont nos ouvriers », dit une conseillère municipale16 en concédant aux « migrants » une appartenance de classe incorporée à l’histoire sociale de la commune. L’accent mis sur le fait que cette population a été imposée à la ville permet de souligner la dimension altruiste d’une politique communale accueillant de bon gré les « victimes » de puissances qui les dépassent. Tous les clivages traditionnels réémergent intacts à cette étape du discours comme base structurante et explicative de l’imposition : ville/banlieue ; droite/gauche ; État/commune ; communes riches/communes ouvrières...

  • 17 Nanterre Info, 24 décembre 1999.

16La mention de ces clivages introduit l’image d’une ville d’accueil. « Ville d’accueil, ville de solidarité, ville de fraternité », écrit le maire de Nanterre dans l’éditorial de la revue municipale en décembre 199917, selon une figure toujours affichée, cependant ambiguë. Faut-il, en effet, comprendre que ces qualités résultent d’un fait accompli (la relégation des populations extraterritoriales) ou bien d’une volonté préalable ? En tout état de cause, l’hospitalité revendiquée pour les nouveaux venus, parmi les plus démunis, étrangers ou non, fait partie d’une identité fédératrice démontrée a posteriori par les actions municipales. Nanterre se serait ainsi construite en grande partie sur ce « terreau » de gens venus d’ailleurs : paysans des provinces, Italiens, Espagnols, Polonais, et enfin Nord-Africains dont l’altérité extra-territoriale contribue, au moins dans cette phase du récit, à l’identité de la ville : « C’est l’ailleurs qui fait la richesse de Nanterre surtout au Petit Nanterre », précise un ancien chef de projet du quartier. L’accueil en effet ne se limite pas à l’acte de recevoir mais intègre le double sens du don et du contre-don. « Pour nous, explique une conseillère municipale, le fait de les accueillir c’est une manière de renforcer une identité, un profil de notre commune, des personnes qui méritaient une reconnaissance par leur statut de travailleurs, des résistants qui ont su lutter pour leur pays. » Replacés dans la filiation idéalisée des valeurs socio-historiques et politiques de la commune, les immigrés manipulés par les intérêts du « grand capital », combattants des puissances coloniales capitalistes, métallos de la banlieue rouge devenus l’OS étranger enrichissent l’image ouvrière des premiers temps.

  • 18 À l’époque des bidonvilles et de la guerre d’Algérie, nombre de membres du FLN habitaient au Petit (...)

17Parallèlement, le lien de continuité territoriale et culturelle est affirmé entre ici et « là-bas », incarné par la présence de groupes nationaux ayant puisé leurs formes de sociabilité dans des trajets de vie et de mémoire communs : « Il ne faut pas oublier qu’une grande partie de la Guerre d’Algérie s’est aussi passée au Petit Nanterre18 [...]. Ici se sont retrouvées des personnes qui habitaient peut-être dans le même bled en Algérie. On pourrait dire que Nanterre qui était vécu comme une terre de passage est devenu leur lieu de vie, là où ils ont eu leurs enfants, là où ils racontent leur vie à leurs enfants, entre leur pays et Nanterre. Finalement on pourrait dire qu’il y a plus de continuité que de rupture », affirme le chef de projet du quartier. Tout en restant étrangères, ces personnes peuvent être accueillies et reconnues à Nanterre en raison de leur histoire propre mais aussi commune, et ainsi entrer positivement dans le récit reconstruit par ces « entrepreneurs d’identité » de la ville.

18Ce détour par « l’histoire de Nanterre » s’inscrit en fait dans la recherche d’un positionnement spécifique vis-à-vis des étrangers-nationaux. Ni fortuites ni arbitraires, ces évocations introduisent un classement interne implicite entre l’étranger nanterrien, ouvrier migrant intégré et l’étranger non nanterrien, pensionnaire de la Maison de Nanterre toujours « hors sol ».

Entre norme et dérogation : « On est des humains quand même »

  • 19 La domiciliation assure l’ouverture des droits sociaux et donne accès aux aides municipales. Voir (...)
  • 20 La décentralisation confère les obligations concernant les populations dites « en difficulté » à l (...)

19Bien que « d’un autre temps », la Maison de Nanterre qui continue à s’imposer comme un monument institutionnel « où rien n’a bougé » est en effet directement projetée dans l’actualité mais décrite, quant à elle, uniquement à travers la lecture « objective » des normes en vigueur. À commencer par son extraterritorialité historique : « Il y a des lois que nous ne pouvons pas négliger à l’égard des personnes sans abri qui viennent à la Maison de Nanterre et qui dépassent la spécificité nanterrienne », explique l’adjoint délégué à l’habitat. La domiciliation, mise en avant comme critère objectif incontournable, permet de clarifier l’appartenance communale et de justifier, le cas échéant, l’exemption de la prise en charge des personnes hébergées19 ainsi que la distance qui en résulte : « On n’a pas à s’occuper des hébergés sur le plan juridique, financier, c’est malheureux de parler comme ça, mais depuis la loi de décentralisation20 c’est comme ça, c’est un problème » (maire adjoint délégué à l’action sociale). Les règles en vigueur dispensent les responsables communaux de toute velléité d’action et renforcent le sentiment de non-obligation vis-à-vis des hébergés, SDF enkystés dans leur catégorie politico-administrative, figures désincarnées et globales énoncées comme un problème : « Ici les règles pour une fois sont claires : les hébergés sont des SDF, alors ils ne relèvent pas de notre compétence, c’est au département, alors tout ce qu’on peut faire c’est de l’ordre du politique » (ibid).

20Enfermés dans des critères « objectifs » d’appartenance administrative, les SDF échappent ainsi à la ligne argumentative initiale de la production de l’« être nanterrien ». Sans liens familiaux ni professionnels dans la commune, ceux-ci exigés pour être résident – des critères qui ne coïncident pas toujours d’un interlocuteur à l’autre pour déterminer l’appartenance communale —, ils ne sont plus éligibles à cette catégorie d’ayants droit. Seuls certains sont reconnus comme « clairement nanterriens », notamment « les expulsés » : « Les expulsés on les connaît, ils font partie de notre patrimoine », dit l’adjoint à l’action sociale. « Ce sont nos SDF », est-il répété. Il semblerait donc que Nanterre ne puisse avoir, paradoxalement, que des SDF nanterriens. L’introduction de « critères dérogatoires » permet néanmoins aux acteurs municipaux de se libérer de cette première position « objective » : « On est des humains quand même [...]. On est sensible à des situations particulières », s’exclame un responsable associatif, ex-élu communiste. « En principe le cas des personnes de la Maison n’est pas de notre ressort, affirme à son tour le chef de projet de ville, c’est pas à la ville de le régler mais à la fois on fera tout pour aider, c’est notre tradition d’accueil très forte, on trouve toujours un interstice dans la loi. »

21Se dévoile ainsi un discours humaniste construit sur l’impossibilité d’ignorer la situation des ressortissants de la Maison de Nanterre au nom du respect des droits des hommes et de la lutte contre les inégalités. Le propos universel veut montrer une conscience citoyenne respectueuse des droits. Pourtant, c’est bien souvent à travers l’étude dépolitisée du « cas par cas » individualisant qui se substitue au droit général que se règlent les demandes d’aide. La dénomination politico-administrative de SDF n’a dès lots plus lieu d’être. Ceux-ci sont assimilés aux « pauvres », catégorie recouvrant toutes les personnes en situation de grande précarité socio-économique, éligibles à l’aide sociale. Ainsi dépouillés de leur spécificité mais dotés d’une appartenance universelle, ils sont « éthiquement » et politiquement « integrables ». « Il faut distinguer l’aspect social et de justice de l’aspect politique », affirme un élu. Entre discours universaliste et traitement social du cas particulier des sans-abri, les acteurs locaux du Petit Nanterre retrouvent la cohérence politique du récit matriciel qui participe une nouvelle fois à la construction de l’identité communale.

Nanterre, une tradition hospitalière : « Un seuil de tolérance à l’inverse »

22Si les personnes sans abri ne relèvent pas de la municipalité et ne font pas partie de « ses problèmes », sinon qu’ils risquent de mettre à l’épreuve les principes de solidarité affichés, subsiste une question de seuil. L’argument, développé en d’autres circonstances par d’autres hommes politiques, est repris ici à travers le thème de la « non-supportabilité » : « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. » Cette phrase, tel un leitmotiv, permet paradoxalement d’exciper de la tradition hospitalière de la commune avec « ses bidonvilles et ses pauvres souvent envoyés de Paris », « tous les étrangers accueillis depuis des temps » (chef de projet de ville du Petit Nanterre) pour en fixer les bornes. « Il y a des limites, ville d’accueil d’accord, mais il y a des moments où cela pèse : SDF, gens sortis des quartiers restructurés des villes de droite ; et nos problèmes ? » s’interroge l’adjoint au maire délégué à la vie de quartier. Même sous sa formulation inverse, la logique du « seuil de tolérance » continue de faite sens : « Ici on peut pas parler de seuil de tolérance, à Nanterre c’est l’inverse, c’est la tolérance extrême et c’est aussi inquiétant parce que la concentration génère parfois une tension insupportable. » « Nanterre est très gentil avec les pauvres », ajoute en souriant l’adjoint au maire délégué à l’action sociale, qui poursuit : « De Levallois une fois on m’a envoyé des personnes sans abri et ils m’ont dit “vous savez faire”. La Maison de Nanterre c’est le symbole de l’abus des autres. »

23Associé à l’imposition toujours vécue comme pression de l’extérieur, le renvoi à la tradition d’accueil joue donc un rôle moins coercitif que libérateur, cependant gros de menaces pour les principes de l’hospitalité : les Nanterriens ont toujours eu la volonté d’accueillit mais la Maison de Nanterre et ses pensionnaires représentent le « trop ». Or, celui qui accueille ne doit pas se sentir sous pression, sous réserve de perdre son pouvoir de maître de maison, car, comme l’affirme Pitt Rivets, « libéré de tout devoir moral, au lieu de s’honorer par sa charité il se déconsidérerait [...]. La libre volonté est la condition première de l’honneur » (1967 : 240).

Maintenir les frontières entre habitants et SDF

  • 21 Le discours des habitants est traité comme une médiation transparente. Combien de fois ai-je enten (...)

24C’est alors que les habitants sont convoqués en renfort. « Il y a des limites, c’est eux [les habitants] qui décident dans leur territoire aussi », explique le chef de projet de ville. « Nous sommes obligés de les écouter. Parfois ils peuvent en rajouter et même inventer mais c’est leur ras-le-bol, eux ils se trouvent aussi dans une situation difficile, il faut les comprendre. Ce n’est pas facile d’accepter la misère à tes fenêtres », confirme son prédécesseur. Se faisant leurs porte-parole, les acteurs politiques reproduisent les images et descriptions présentées par les habitants à travers les lettres et les rencontres personnelles, sans interprétation aucune. Il ne s’agit donc pas uniquement d’une « tolérance institutionnellement et politiquement dépassée », mais de celle d’habitants eux-mêmes en situation sociale vulnérable qui disent vivre mal la présence des personnes hébergées21. Il est souligné à l’appui de cette vérité que les habitants du quartier et les SDF n’ont rien de commun. « Ce sont des mondes séparés. Il ne faut pas forcer quelque chose de naturel [...]. Ça se voit, il n’y a rien entre eux, c’est comme la tour de Babel, ils ne peuvent pas se comprendre et ils sont obligés de cohabiter » (chef de projet). À noter que la grille de lecture pauvre méritant/non méritant n’opère même plus dans ce clivage, dans la mesure où « il n’y a rien à classer ». La différence est tout simplement naturalisée. Le rapport à l’altérité culturelle produit un effet de contraste suffisant : « Ce n’est pas la même chose qu’avec des familles étrangères, après un temps même s’il y a des différences culturelles vous arrivez finalement à communiquer, c’est ce qui est arrivé entre les Français et les familles étrangères ici à Nanterre, finalement il y a eu intégration. Ce n’est pas le cas avec les SDF. Le paradoxe avec les SDF c’est qu’ils sont français mais il y a quelque chose qui ne se passe pas, c’est ce décalage qui génère une violence, c’est une population particulière » (chef de projet de ville). Avec les SDF, toujours qualifiés par le manque, en situation de liminarité généralisée (Girola 1996) et renvoyés à une altérité irréductible, la communication est d’avance vouée à l’échec.

  • 22 Le nombre des pensionnaires est cependant toujours en diminution.
  • 23 Dans les années 1990 le taux de chômage dans ce quartier représente le double de la moyenne nation (...)
  • 24 Nanterre Info, octobre 1995.
  • 25 Nanterre Info, octobre 1998.

25Comme toujours, ce n’est pas l’un mais le nombre qui fait problème, le nombre envahissant des SDF22 dans le quartier qui offrent le spectacle de la déchéance et de la pauvreté extrêmes : « Je n’ai rien contre ces gens particulièrement », entend-on dire. Perçues comme une souillure, ces images pourraient intensifier la souffrance sociale d’habitants eux-mêmes en difficulté. « Finalement il faut reconnaître qu’eux aussi ce sont des pauvres », explique une conseillère municipale. « Le problème des habitants n’est pas forcément la présence réelle des SDF mais la crainte de se retrouver dans cette situation-là, ça renvoie à une image de ce qu’on peut devenir très rapidement. Il faut savoir que dans ce quartier il y a des personnes qui sont à la marge, qui sont à la frange23. On peut même dire qu’il y a des habitants qui côtoient les hébergés » (responsable associatif, ex-élu communiste). « Ils [les habitants] se disent qu’à tout moment ils peuvent être en bas comme eux, ils savent qu’ils sont dans une cité très fragile et que la Maison de Nanterre pourrait être leur refuge... » (chef de projet de ville). L’argument de la séparation « naturelle » s’inverse ainsi en peur de l’identification et de l’effet miroir. Le développement discursif se cristallise sur la crainte du brouillage des frontières entre les habitants et les SDF. Si le quartier du Petit Nanterre représente un fragment exemplaire de l’identité de la commune, il ne doit pas en devenir un symbole négatif : « Il est vrai que le Petit Nanterre historiquement est plus dans l’identité de Nanterre que les autres quartiers par son histoire, mais ça c’est de l’histoire, aujourd’hui ça reste symbolique comme un symbole blessé. Il faut empêcher ça » (maire adjoint délégué à la vie de quartier). « Ça reste un quartier fortement marqué comme négatif et ça ce n’est pas possible, ça ne correspond pas à l’idée que nous nous faisons de notre ville. Il doit y avoir la place pour tous, il faut aider pour que le quartier reste attaché à la ville », renchérit un ex-élu communiste de Nanterre, responsable d’une association du Petit Nanterre. Les lettres du maire adressées aux habitants dans l’hebdomadaire municipal Nanterre Info ne disent pas autre chose : « Nanterre c’est une ville de la banlieue parisienne où chacun peut trouver sa place quels que soient ses revenus, ses origines24 », ou encore : « Nanterre est une famille vraiment nombreuse, personne ne doit rester à l’écart25 ». Comment, dès lors, concilier cet impératif avec l’exclusion de fait des SDF ?

Un regard humanitaire : « Les hommes ni d’ici ni d’ailleurs »

26Si la production de l’identité négative des SDF se met en place, elle n’apparaît pas sous la forme attendue du refus ou de la stigmatisation, mais dans le registre humanitaire, voire compassionnel : « La relation qu’on a avec eux, avec les SDF, c’est plus les droits de l’homme, j’allais dire presque de la compassion, je sens la chose comme ça » (maire adjoint délégué à la vie de quartier). L’appel discursif à la reconnaissance et au respect de la condition humaine déjà présent en 1936, « à l’époque de Barbet », premier maire communiste de Nanterre, marque au demeurant l’attachement aux principes idéologiques et au « combat des communistes » initié depuis plus de 40 ans : « Nous n’abandonnons pas nos revendications par rapport aux conditions de vie des personnes hébergées, mais il faut reconnaître que les choses ont beaucoup changé ces derniers temps dans l’établissement » (chef de projet de ville).

27L’humanité de ces « malheureux » devient pourtant dans le récit proposé une figure abstraite, de plus en plus détachée du monde social, sans racines : ils n’ont pas de territoire reconnaissable ou si vaste, du fait de leur rattachement à l’État. Saisis en dehors des rapports de médiations sociales, soustraits à toute appartenance territoriale, ces individus doivent désormais compter avec une appartenance nationale qui justifie l’impuissance locale : « Objectivement ils sont ailleurs. Il y en a quelques-uns qui sont inscrits dans le bureau de vote, il y en a même quelques-uns qui votent, d’ailleurs c’est émouvant, c’est un lien avec la société pour eux. Mais ils ne sont pas attachés véritablement à une ville, alors ils sont toujours d’ailleurs » (maire adjoint délégué à la vie de quartier). Dépouillés de leur appartenance de classe, les SDF ne sont pas non plus éligibles à la solidarité de proximité. « Ces personnes sont la manifestation du délitement de la société, leur passé n’est pas celui d’une appartenance de classe [...]. Ce sont des gens actuellement à part. » En conclusion : « De toute manière, l’essentiel c’est que ces personnes ne sont ni d’ici ni d’ailleurs. » Le couronnement de la désaffiliation sans retour est accrédité. Sans marques d’origine, l’humanité qui nous est présentée se situe en dehors du monde. « Ce n’est pas comme les personnes issues de l’immigration au Petit Nanterre, elles ont des souvenirs, un passé, elles sont un peu de là-bas, un peu d’ici, elles entrent dans votre vie. Les SDF ne peuvent pas rentrer dans votre vie... comment ? » (chef de projet de ville du quartier). La comparaison avec la population du quartier revient sans cesse dans les discours pour indiquer que les SDF n’ont pas même cette qualité d’étrangers, car ils ne peuvent rendre compte d’une inscription originelle, d’une appartenance « ailleurs ». Une façon de signaler également qu’être étranger à Nanterre n’est pas un critère d’exclusion. La tradition hospitalière de la commune est sauvegardée, dans la mesure où, comme l’énonce le chef de projet du Petit Nanterre : « Il n’est même pas question d’hospitalité, plutôt d’humanité, les SDF ont plutôt besoin d’une prise en charge, ce n’est pas le cas lorsqu’on accueille quelqu’un par hospitalité. Accueillir quelqu’un c’est un signe d’acceptation, de respect, d’amitié, de reconnaissance mais pas forcément de prise en charge. Lorsqu’on accueille on se met dans une position active et au service de l’autre mais on attend aussi de l’autre une certaine réciprocité. Ce sont des personnes qu’on accueille parce qu’elles ont des ressources, un passé encore vivant, une appartenance à une autre histoire. Ce n’est pas le cas pour des personnes comme les SDF qui ne peuvent pas toujours répondre, parce qu’elles n’ont même pas de réponses pour elles-mêmes. »

  • 26 Les termes se sont succédé depuis quarante ans : petites structures dispersées (1940-1960), décent (...)

28Comment dès lors héberger cette humanité sans territoire et sans appartenance ? La réponse réside dans la prise en charge humanitaire. Ce qui se dit sans détour : « On ne peut pas les balancer dans la rue comme un paquet, il faut gérer la frontière entre le dedans et le dehors de l’institution, même étant dehors il faut penser comment les accompagner, car elles n’ont pas un lieu de vie, c’est pour ça qu’on pense à des unités plus humaines, avec une dimension humaine, pour qu’elles ne soient plus dans cette immense Maison26. Et je dis qu’il faut gérer le dehors, parce que ce sont des personnes qui seront toujours regardées comme étrangères à la ville, c’est difficile de changer ça » (adjoint délégué à l’habitat et aux personnes âgées).

29Il ne semble donc pas que puisse s’ouvrir un droit de cité pour ces personnes, d’autant que l’action participative avec les habitants pour surmonter l’identification négative avec les SDF n’est plus envisageable : le fait que « le militantisme d’autrefois s’est fragilisé » apparaît comme un constat à décharge. Toutes les propositions d’aide sont dès lors conçues au « dedans » de l’institution, ce qui renforce l’extériorité « naturelle » des hébergés : « La Maison de Nanterre est un no man’s land alors ceux qui sont là sont toujours d’une manière ou d’une autre extérieurs à la ville [...]. Je légitime la coupure entre la Maison de Nanterre et le quartier. Les habitants ont besoin de se sentir de la ville, de sentir que ce ne sont pas eux les étrangers. Si nous effaçons ces frontières entre ces deux espaces, c’est clair que ça ne va pas aider l’image des habitants » (adjoint délégué à l’action sociale). L’adjoint délégué à la vie de quartier abonde dans le même sens : « La séparation, pour moi ce n’est pas un discours, la séparation elle est bien réelle. Et on peut comprendre les habitants. Eux aussi ils ont besoin de se sentir chez eux. Ils se sentent envahis. Vouloir se différencier pour eux c’est une manière de dire qu’ils sont de ce côté, ils sont de Nanterre. Ils ne sont pas la même chose, je le dis avec respect mais on oblige les habitants à se confronter à ces personnes qui sont comme nues, sans attaches, sans qu’on puisse dire “il est comme ça”, “il vient de...”. »

30Le principe de la « ville d’accueil » atteint ici ses limites. La logique du récit commun dessine le portrait d’un intrus dans la ville qui n’incarne même pas la forme de l’étrangeté mais plutôt celle d’une humanité trop généralisée, non identifiable dans ses particularités, installant une sorte de vide identitaire. Si cette vision des SDF, en tant qu’autre absolu, entre en collision avec les valeurs de l’hospitalité, leur séparation apparaît comme la condition sine qua non de la protection, non des SDF, mais d’une hospitalité fondée sur le pouvoir de choisir, de sélectionner, et surtout de tracer les frontières entre « l’être ensemble-nous » et l’autre (Derrida et Dufourmentelle 1997 : 51).

  • 27 D’après le recensement de 1990, le Petit Nanterre comptait 2 223 étrangers sur un total de 9 352 h (...)

31Cette mise en frontière de la Maison de Nanterre renvoie en dernier ressort au travail de promotion identitaire de la commune mené par les élus face à la situation socio-économique difficile des années 1980-1990. Insuffisante pour conjurer les fragilités sociales de plus en plus manifestes, la dimension politique de l’identité communale semble en effet être plus ou moins tombée en désuétude. À l’inverse, la qualité de nanterrien renforce, et plus que cela, reconstruit, un sentiment d’appartenance communale dans lequel l’identité d’étranger, dominante dans le quartier (relativement aux autres quartiers de Nanterre27), est convoquée et valorisée comme force d’inclusion er d’« intégration ». Face à lui, l’édification d’un nouveau sujet, celui de l’« étranger à la ville », placé par ces acteurs politiques aux frontières du champ social, assure au moins symboliquement aux habitants du quartier « près des marges » une appartenance locale et une place dans la ville, moyennant l’entretien d’une frontière avec les « autres » véritables de la Maison de Nanterre.

L’expérience d’un refus partagé

32Qu’en est-il de la logique discursive des habitants du quartier ? Initialement on retrouve le même récit du rejet « naturel » des SDF proposé par les acteurs politiques et institutionnels : « Ce sont des mauvais exemples pour les enfants », « Ils sont partout, perdus toujours avec leurs bouteilles », « Ils ont perdu leurs repères, ils sont là à rien faire. » Ces jugements et qualifications négatives ont pour la plupart comme origine les rumeurs de voisins, les images de la presse et expriment beaucoup plus rarement une expérience directe du contact prolongé. Ainsi le discours sur les personnes elles-mêmes s’épuise-t-il rapidement et se focalise-t-il sur l’institution dont la présence troublante homogénéise l’image de l’autre dans un cadre et une logique communs. Son caractère est figé, anachronique, elle figure l’absolu du dépôt de mendiants. Ce discours sur l’institution dévoile la peur de la contagion, de la géographie concentrationnaire, suggère le spectre de l’indicible et de l’extrême, la peinture d’une ville qui déborde : bien que surdimensionnée (« la Maison est comme une ville », « comme une usine »), l’institution ne suffirait pas en effet à contenir sa population – manière d’éviter, face à un observateur extérieur, le marquage social stigmatisant renvoyé par la visibilité et la proximité de la pauvreté extrême. De fait, ce sont surtout les SDF qui débordent dans l’imaginaire des habitants.

33Pourtant, ce récit du rejet de l’autre est immédiatement accompagné d’un sentiment d’humanité et de culpabilité : « On n’aime pas voir ces clochards mais on n’est pas des monstres », « les voir dehors au froid ça fait mal, on sait pas quoi faire », répètent sans cesse les voisins du quartier, confrontés à une responsabilité trop lourde à porter, dès lors renvoyée à la seule compétence de responsables publics soupçonnés de ne pas être suffisamment actifs. Un sentiment d’identification fugace se libère – « On sait aussi ce que c’est que d’avoir des problèmes. Nous, nous avons aussi les nôtres, vous savez, les jeunes, la drogue, le chômage » –, l’évocation des conditions de précarité autorisant les habitants à délivrer un récit autobiographique dans lequel ils s’instaurent à leur tour comme protagonistes de l’histoire du quartier. Une mémoire individuelle et collective se fait jour : « Les bidonvilles, là où ont vécu nos parents », « là où on a construit la France », « c’est notre quartier, nous ne voulons pas vivre envahis ». Dans le même mouvement – « nous ne sommes pas naïfs », disent-ils – chacun se souvient que, malgré l’attachement au quartier, il y habite en raison de sa propre précarité. À travers des stratégies discursives de distinction, et tout en voulant éviter un rapprochement avec les SDF d’aujourd’hui, les riverains confient : « Nous sommes tous considérés comme des pauvres ici, quand mes parents me racontent les bidonvilles, c’était la même chose qu’avec les SDF, on ne voulait pas de nous. »

34Le processus d’identification avec ces « malheureux » propose une trame narrative efficace qui trace une filiation d’ordre social et délimite un territoire commun d’appartenance. Le « nous » passé entre en résonance avec cet autre actuel – le sans-abri de la Maison de Nanterre – et l’incorpore positivement dans l’expérience du refus partagé. Cette zone de similitude sociale, malgré les différences de condition, se renforce vis-à-vis de « ceux du centre ville », c’est-à-dire les pouvoirs publics : « Finalement s’ils nous ont installés ici c’est parce qu’ils nous ont vus toujours comme des pauvres. » Se reconnaissant eux aussi comme les intrus d’un territoire de mémoire et d’expérience, les habitants réhabilitent les appartenances cachées, vécues souvent comme honteuses dans l’expérience quotidienne.

35Lorsque, en effet, le chercheur quitte le plan discursif et observe les interactions quotidiennes entre habitants et pensionnaires de la Maison dans l’espace du quartier, d’autres frontières et d’autres territoires apparaissent, qui sont tout autant du registre de la différenciation et de la dispute que de la reconnaissance de l’autre : territoires de sociabilité, d’échanges de services, d’hébergement chez l’habitant, d’amitiés anciennes (certains vivent à la Maison depuis dix-quinze ans, d’autres sont d’anciens habitants du quartier), territoires de souvenirs, de transactions, de conflits. Interactions et récits inscrivent finalement les hébergés de la « Maison » dans le territoire et la mémoire du quartier. Le récit initial de la séparation naturelle vole en éclats et remet en question la condition humaine « sans limites » et sans attaches attribuée aux SDF. Surtout, il met en évidence que les frontières tracées par les différents acteurs de cette histoire ne sont que des manières d’établir des espaces d’appartenance socialement valorisés sur un territoire, tel le quartier du Petit Nanterre, qui a d’emblée et toujours été pensé comme un espace de relégation. Par l’expérience du refus social transmuée en identité reconnue et conflictuellement valorisée, les riverains remettent en question leur propre enfermement dans une appartenance socio-territoriale commune de « Nanterrien », qui finalement les retranche d’une appartenance sociale plus universelle, celle de pauvres d’hier, celle de pauvres d’aujourd’hui.

Conclusion

36La reconstruction du processus narratif des acteurs sociaux et politiques de la ville, premiers producteurs de ce discours, atteste de l’effacement identitaire des SDF hébergés dans la Maison de Nanterre. Cet effacement a fini par produire l’image achevée et paroxystique de la condition de l’exclu, parvenu au terme du processus de désaffiliation (Castel 1995), déterritorialisé parce que perçu en déplacement chaotique, à la dérive, sans frontières, sans origines... Cette image, largement construite par le sens commun comme par un certain regard savant, est tributaire en premier lieu de la figure du vagabond d’antan représenté comme asocial et surtout sans attaches qui, ici, s’étaie sur le passé de la Maison de Nanterre et l’ancien Dépôt de mendicité. En second lieu, cette image résulte de l’argumentation juridique proposée par les responsables municipaux pour déterminer et délimiter des catégories du droit communal, indépendamment des biographies singulières. Ce qui exclut, de fait, les personnes hébergées dans la Maison de Nanterre d’une reconnaissance locale.

37Ces deux ressources discursives contribuent à renvoyer la figure d’un individu sans lien à l’universalité et à l’impersonnalité des lois comme unique forme de reconnaissance sociale. Face à ce qu’elles ressentent comme nudité identitaire d’un corps humain dépourvu d’histoire et d’appartenance sociale, les autorités municipales rangent les pensionnaires de la Maison de Nanterre dans un monde indifférencié d’individus qui aboutit, paradoxalement, à une forme de sélection et d’anonymisation terminale. Saisis hors du temps et de l’espace, les hébergés de la Maison de Nanterre que rien n’enracine traverseraient les territoires sans laisser de traces. Demeure le sentiment universaliste face à l’humaine condition dont, forts de la tradition hospitalière locale, les acteurs de la ville se réclament. La ville peut accueillir et réintégrer ces « malheureux » à condition qu’ils occupent un territoire sans particularisme ni marquage local – dans l’espace de l’anonymat institutionnel –, mais les verrait mieux encore « loin dans la campagne » ou dans « l’harmonie de la nature », au-delà du monde actif, là précisément où la règle universelle peut régner sans distinction. Ces représentations naturalisées ne peuvent toutefois se comprendre indépendamment de la volonté municipale de fonder une « communauté » de Nanterriens à laquelle sont désormais rattachés les immigrés, aujourd’hui électeurs et contribuables, dont les filiations culturelles et mémorielles contribuent à ancrer la ville dans une histoire locale singulière. Face à ce discours séparateur, celui des habitants du quartier dévoile la place des résidents de la Maison de Nanterre dans le récit fondateur du Petit Nanterre. Rappelés à l’expérience passée de leur propre relégation par la présence de ces voisins ignorés, ils se sentent également proches des destinées incertaines dans lesquelles ils pourraient basculer, tout en cultivant la distance rassurante que leur autorise une position sociale meilleure.

38Dans cette chronique, les SDF sont les révélateurs d’un processus social en amont et en aval de leur propre présence. Leur extraterritorialité apparaît à certains égards exemplaire des enjeux identitaires et sociaux qui se jouent au cœur même de l’espace communal.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Althabe, Gérard. 1998. « Production de l’étranger et xénophobie », in Gérard Althabe et Monique Selim, Démarches ethnologiques au présent. Paris, L’Harmattan : 49-65.

– 1993. « La résidence comme enjeu », in Gérard Althabe, Christian Marcadet, Michèle de la Pradelle et Monique Sélim, Urbanisation et enjeux quotidiens. Terrains ethnologiques dans la France actuelle. Paris, L’Harmattan : 13-69.

Bernand, Carmen. 1978. Les vieux vont mourir à Nanterre. Paris, Le Sagittaire.

Bordreuil, Samuel. 1993. « Hommes à la rue. La crise des infrastructures de la ville », Annales de la recherche urbaine, 57-58 : 135-146.

Castel, Robert. 1995. Les métamorphoses de la question sociale, une chronique du salariat. Paris, Fayard.

Combessie, Philippe. 1996. Prisons des villes et des campagnes. Paris, Les éditions de l’atelier, Champs pénitentiaires.

Derrida, Jacques. 1997. « Question d’étranger : venue de l’étranger », in Anne Dufourmantelle, Anne Dufourmantelle invite Jacques Derrida à répondre De l’Hospitalité. Paris, Calmann-Lévy.

Daadouch, Christophe. 2000. « Le domicile comme condition d’accès aux services publics locaux », in Violaine Carrère, Christophe Daadouch, Claudia Girola et Anne Steiner, Les limites de l’hospitalité communale : discours et réglementations. L’exemple de Nanterre. Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement-PUCA-GISTI : 68-178.

Elias, Norbert, et Scotson, John L. 1997. Logiques de l’exclusion. Traduit de l’anglais par Pierre-Emmanuel Dauzat. Paris, Fayard.

Girola, Claudia. 1993. Une approche de l’étude des personnes sans abri dans le département des Hauts-de-Seine. ALISA et DASS des Hauts-de-Seine (Ronéo).

– 1995. Les personnes SDF sur le quartier du Petit Nanterre. Entre un espace d’enfermement et un territoire de mémoire. DASS des Hauts-de-Seine (Ronéo).

– 1996 « Rencontrer des personnes sans abri. Une anthropologie réflexive », Politix (« L’exclusion. Construction, usages, épreuves »), 34 : 87-98.

– 2000. « Chronique d’une séparation toujours annoncée. La présence problématique des personnes sans abri dans l’espace public : le cas du Petit Nanterre », in Violaine Carrère, Christophe Daadouch, Claudia Girola et Anne Steiner, Les limites de l’hospitalité communale : discours et réglementations. L’exemple de Nanterre. Ministère de l’Équipement, des Transports et du Logement-PUCA-GISTI : 179-269.

Jodelet, Denise. 1989. Les représentations sociales de la folie. Paris, PUF.

Joly, Henri. 1992. La question des étrangers. Paris, Vrin.

Lanzarini, Corinne. 1998. Un autre monde. Situations extrêmes et tactiques de survie des sous-prolétaires à la rue. Thèse de doctorat de sociologie. Saint-Denis, Université Paris VIII.

Périn, Yann, et SEBILLE, Pascal. 1997. Petit Nanterre, un quartier à part ? Une étude socio-démographique locale. Nanterre, CRPS-Université Paris X.

Pichon, Pascale. 1995. Survivre sans domicile fixe, étude socio-anthropologique sur les formes du maintien de soi. Thèse de doctorat. Lyon, Université de Lyon II.

Pitt-Rivers, Julian. 1967. « La loi de l’hospitalité », Les Temps modernes. 253, 22 : 2153-2178.

Rey, Henry. 1990. « Dire le local en banlieue », Mots/Les langages du politique, 25 : 105-108.

Segalen, Martine. 1990. Nanterriens. Les familles dans la ville. Une ethnologie de l’identité. Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Simmel, Georg. (1908) 1984. « Digressions sur l’étranger », traduit par Philippe Fritsch et Isaac Joseph, in Yves Grafmeyer et Isaac Joseph, L’Ecole de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine. Paris, Aubier : 53-59.

Takahashi, Lois M. 1998. Homelessness, AIDS, and Stigmatization. The Nimby Syndrome in the United States at the End of the Twentieth Century. New York, Oxford, Oxford University Press.

Zonabend, Françoise. 1993. « Au pays de la peur déniée », Communication (« Peurs »). 57 : 121-129.

Notes

1 Je remercie Pascale Pichon, Agnès Clerc-Renaud et Anne Gotman pour leur relecture attentive de ce texte.

2 Les hommes sans-abri sont prédominants sur la voie publique. Les femmes, de plus en plus nombreuses dans cette population, empruntent des circuits de précarité sociale plus invisibles (centres d’hébergement pour mères célibataires) ou spécifiques (prostitution).

3 Sans domicile fixe, catégorie politico-administrative qui désigne les personnes sans résidence stable et généralement sans domicile de rattachement.

4 Ainsi en 1995, le refus du maire du xviie arrondissement de Paris de voir implanter un centre d’hébergement Emmaüs dans sa circonscription. De même, le maire des Lilas (Seine-Saint-Denis) n’a cessé, depuis novembre 1993, de combattre le projet de rachat d’un ensemble immobilier par l’Armée du Salut pour héberger les personnes sans abri. Sans parler des arrêtés de mendicité pris par différentes communes, tandis qu’instances et services publics (ministère de l’Équipement, RATP, SNCF) poursuivent leurs réflexions sur l’espace public et les SDF.

5 La Maison de Nanterre est actuellement l’un des centres d’accueil les plus anciens et les plus importants de France en terme de nombre de personnes et de par la polyvalence complexe des prises en charge.

6 Une panoplie de stratégies d’indifférence ou au contraire d’extrême intégration se mettent en place pour maîtriser les réactions à la présence de ce que l’on craint (Jodelet 1989).

7 Les établissements pénitentiaires (Combessie 1996) ou les centrales atomiques (Zonabend 1993) génèrent des attitudes semblables.

8 Les SDF sont ainsi placés au centre de problèmes d’aménagement, d’hygiène, qui seraient en fait à situer en amont de leur présence.

9 L’hypothèse retenue pour l’analyse de cette production discursive est que le refus d’une catégorie sociale se construit au moins initialement à partir des représentations et des images que s’en font les accusateurs et de la place symbolique supérieure qu’ils s’octroient face à elle (Althabe 1993 ; Elias 1997).

10 Initialement, la Maison de Nanterre a été créée en remplacement de la prison de Saint-Denis. En 1887, ses 400 détenus, la plupart désignés comme vagabonds et mendiants, ont été conduits dans ce nouvel établissement.

11 Dans l’acte municipal du 7 avril 1872 traitant du transfert à Nanterre de la Maison de la Répression de Saint-Denis, le président du conseil municipal souligne la nécessité de créer un cimetière spécialement destiné à l’inhumation des personnes décédées dans le nouvel établissement. Celui-ci devra être « éloigné du village [...] au milieu d’une plaine non habitée, ne pouvant par conséquent nuire à qui que ce soit ». Il est par ailleurs signalé plus loin que l’agrandissement du cimetière communal serait une mauvaise opération car les « terrains voisins du village ont une valeur triple de celle des terrains [attribués à l’établissement] ».

12 Ce sont pour la plupart des adjoints au maire, des chefs de projet de ville et des responsables associatifs dont le discours diffère sur certains points mais dont on soulignera ici les traits communs, largement dominants.

13 Bulletin municipal, 1913.

14 « Dès la seconde moitié du xixe siècle, le vieux fonds agricole nanterrien est en mutation : les agriculteurs deviennent maçons, artisans, carriers » (Segalen 1990 : 50).

15 Le quartier du Petit Nanterre concentre l’histoire de l’urbanisation périphérique et du logement social avec les bidonvilles des années 1950-1960, les programmes d’autoconstruction des Castors, les HLM de 1960-1970, la réhabilitation des années 1980, les DSQ et le contrat de ville.

16 Mme Valérie Méot, tuée lors de l’attaque de la mairie de Nanterre, le 27 mars 2001. Sa mort violente et profondément injuste accompagne l’écriture de ce texte.

17 Nanterre Info, 24 décembre 1999.

18 À l’époque des bidonvilles et de la guerre d’Algérie, nombre de membres du FLN habitaient au Petit Nanterre.

19 La domiciliation assure l’ouverture des droits sociaux et donne accès aux aides municipales. Voir la contribution de Christophe Daadouch dans le présent volume.

20 La décentralisation confère les obligations concernant les populations dites « en difficulté » à l’État qui doit les concrétiser à travers l’impulsion, la coordination et le financement d’actions publiques.

21 Le discours des habitants est traité comme une médiation transparente. Combien de fois ai-je entendu dire chez les élus et les responsables municipaux : « Ce que les habitants nous disent c’est du concret, il n’y a plus rien à dire. » Représenter les gouvernés revient ici à reproduire leurs propos à la lettre.

22 Le nombre des pensionnaires est cependant toujours en diminution.

23 Dans les années 1990 le taux de chômage dans ce quartier représente le double de la moyenne nationale : 24,57 %.

24 Nanterre Info, octobre 1995.

25 Nanterre Info, octobre 1998.

26 Les termes se sont succédé depuis quarante ans : petites structures dispersées (1940-1960), décentralisation de la Maison (années 1980), éclatement en petites unités (années 1990).

27 D’après le recensement de 1990, le Petit Nanterre comptait 2 223 étrangers sur un total de 9 352 habitants, soit 15 % du total de Nanterre (14 452 habitants) (Perin et Sebille 1997).

Table des illustrations

Légende « [...] la municipalité eut gain de cause pour la question de l’emplacement, et c’est bien, en effet, à l’extrémité orientale de son territoire que s’élève la Maison départementale, à l’écart des habitations... »(Séances du conseil municipal de Nanterre, 1878).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/851/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 782k

Auteur

Université Charles-de-Gaulle Lille III

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540