Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre V - Réflexions pour aujourd'hui et demain

Postface. Une souveraineté à inventer

Michèle Pierre-Louis

Texte intégral

1Haïti est aujourd’hui un pays fragilisé qui arrive au bout de toutes ses échéances. Pays d’ouragans et de failles telluriques, qui au moindre souffle, à la moindre secousse, expose sa vulnérabilité environnementale et met à nu son incapacité à y faire face. Dysfonctionnement voire effondrement de ses institutions, extrême dépendance économique, espaces publics inexistants ou mal gérés, population laissée à son propre compte lorsqu’elle n’est pas, dans ses poches les plus fragiles, instrumentalisée à des fins politiciennes. La société haïtienne ayant raté sa transition démocratique à la chute de la dictature des Duvalier, l’État haïtien connaît pour la première fois de son histoire une totale incapacité dans l’exercice de ses champs de souveraineté. Pas de puissance publique capable de contrôler le territoire. Pas de systèmes de santé et d’éducation susceptibles de faire face aux épidémies qui déciment la population et aux défis d’un monde moderne en pleine mutation.

2Comment donc habiter ce pays « au temps du choléra » ? Quelles forces mettre en mouvement pour que l’État exerce à nouveau ses fonctions régaliennes ? Quel discours, quelles valeurs et quelles pratiques adopter afin de provoquer un effort de transcendance et porter à un changement de paradigme ? Comment maîtriser notre espace-temps et faire en sorte que cette citoyenneté qui se cherche, dans un pays où l’énergie créatrice force l’admiration, cesse d’être contrariée par de faux-semblants et de médiocres simulacres, et finisse par s’instaurer dans sa pleine dignité ? Comment inventer une souveraineté qui soit à la hauteur des idéaux de justice et de liberté de ceux qui, il y a plus de deux cents ans, ont placé Haïti au cœur du monde moderne en « criant leur humanité » face aux « assassins de l’aube » selon les mots d’Aimé Césaire ?

3Autant de questions qui se posent aujourd’hui dans le hic et nunc de l’après-séisme et auxquelles ont tenté de répondre plus d’une trentaine d’intellectuels, universitaires, professionnels, hommes et femmes de terrain, Haïtiens et étrangers, en exposant les problématiques liées à leurs champs respectifs d’intervention et aux cadres conceptuels qui guident leur réflexion. Dans ce qu’elles offrent de prospectif, certaines analyses légitiment dans le même temps le titre de l’ouvrage qui nous est présenté ici, Haïti : réinventer l’avenir.

4« L’avenir est notre extérieur, nous dit Jean-Pierre Dupuy, le levier qui doit nous permettre de nous élever au-dessus de nous-mêmes et de découvrir un point de vue d’où nous pourrons contempler l’histoire de notre espèce et, peut-être lui donner sens. L’avenir est notre sacré : il peut être bon ou mauvais, sans que nous puissions le prévoir, et nous devons avoir pour lui les mêmes prévenances, la même dévotion que le sacré primitif en avait pour ses divinités. » (Dupuy, 2005.) « L’avenir est notre sacré ! » Exigence de transcendance et de sens traitée par certains auteurs avec force et conviction. Cependant, ce qui semble dominer la trame du livre de manière obsédante reste la question de l’État, puisqu’elle est au cœur de tout projet de refondation ou de reconstruction du pays. La référence à l’État haïtien est omniprésente, à ses faiblesses, son absence, ses déficiences, ses racines historiques, mais aussi à son impérieuse nécessité comme garant de la souveraineté et de l’intérêt général. Et cela passe également par l’exercice d’une réflexion profonde sur le politique et sur l’ébranlement actuel des fondements de l’État moderne dans un monde globalisé en crise de valeurs. La réflexion sur l’État se pose donc comme une exigence. Cela ne veut nullement dire que les autres acteurs sociaux et politiques n’ont pas un rôle important à jouer, bien des auteurs l’ont souligné, mais il est en même temps démontré que la société civile dans toutes ses composantes hétérogènes et ses intérêts particuliers, et les partis politiques dans leur diversité idéologique ne se justifient que par rapport à l’État. Que ce soit en complémentarité, en substitution, en compétition ou en opposition, leur raison d’être renvoie à l’État, dans sa définition large comme constitutive de l’organisation de la société, ou à ses appareils. C’est l’État qui, en principe, élabore les politiques publiques qui affectent la vie nationale ; dès lors qu’elles sont antidémocratiques, inadéquates, voire inexistantes, c’est l’organisation de la société tout entière qui en ressent le poids, le déficit ou l’absence avec des conséquences allant de la violence au délitement du lien social.

5Notre propos n’est pas de passer en revue tous les textes qui nous sont présentés ici, mais il n’est pas superflu de revenir sur certaines analyses, telle, par exemple, celle de Suzy Castor qui a posé en historienne les difficultés auxquelles l’État haïtien a dû faire face pour assurer et assumer sa souveraineté dans un climat international hostile et au sein des contradictions héritées de la période coloniale. Comment en effet ce nouvel État, absolument singulier et dans une certaine mesure iconoclaste, constitué par d’anciens esclaves et descendants d’esclaves, ayant adopté dès son indépendance le seul régime qu’il connaissait à l’époque, le régime militaire, allait-il traiter des grandes questions qui se posaient à l’époque, issues des Lumières et des révolutions américaine et française : le droit et les droits, la liberté et la justice, la démocratie et la citoyenneté, la science et la technique, le grand commerce international et la souveraineté ? Le défi était de taille car même les pays d’Europe et d’Amérique d’où sont venus ces concepts avaient du mal à leur donner réalité et consistance. Par ailleurs, faut-il rappeler qu’Haïti est le seul pays de la région, Amérique et Caraïbes, où d’anciens esclaves sont devenus chefs d’État, dans un moment d’épiphanie unique au monde, mais bien dans le monde ?

6Suzy Castor nous a donc montré que la vulnérabilité de notre pays va naître des difficultés inhérentes à ce moment historique particulier. En continuités et ruptures, au cœur de projets de société irréconciliables, de luttes de pouvoir fratricides, de contradictions irrésolues, va surgir une société caractérisée par une dichotomie sociale, économique, culturelle et religieuse, marginalisant la majorité de la population. Pour paraphraser Michel-Rolph Trouillot, dès le départ l’État et la nation partent dans des directions opposées.

7L’analyse de Suzy Castor nous rappelle que le repli sur la petite propriété va créer des espaces d’évitement de l’État et c’est la famille, non le secteur public, qui prendra en charge tous les besoins de l’individu de la naissance à la mort. L’un des éléments de la crise de la société actuelle est justement l’impossibilité pour la famille d’assumer comme elle a pu le faire par le passé, dans la précarité certes, l’ensemble des besoins de ses membres. La demande d’État s’est alors manifestée de manière pressante, urgente.

8L’exacerbation des contradictions héritées de la période coloniale marquera par des moments forts tout le XIXe siècle et, au début du xx e, aboutira à l’occupation américaine de 1915 qui nous conduira droit vers nombre de coups d’État et dictatures. C’est dire que nous n’avons jamais pu instituer le champ du politique dans son autonomie et ses prérogatives souveraines. En lieu et place nous avons sombré, avec des complicités internes et externes, dans la délinquance d’État. La transition postdictature verra l’irruption des masses populaires sur la scène politique et leur corpus de revendications politiques et sociales qui, aujourd’hui encore, tardent à s’inscrire dans les politiques publiques. Malgré l’énergie, la créativité, le courage des organisations de femmes, de paysans, de jeunes, d’artistes et d’artisans, la transition démocratique est en panne de leadership politique national et de légitimité populaire susceptibles d’infléchir les tendances actuelles.

9Comment dire la souveraineté dans une telle histoire ? Quel sens lui donner en regard de ce parcours qui s’inscrit dans une logique de dépendance et de survie ? Les champs d’exercice de la souveraineté se définissent pourtant par une prise en charge par l’État, sur le plan politique – c’est-à-dire sur le plan de l’intérêt collectif et du bien commun –, en premier lieu de la sécurité des habitants et de leur mode de vivre-ensemble sur le territoire, ce qui pose d’emblée la question de la citoyenneté ; en second lieu de la sécurité du territoire par la maîtrise et la gestion de l’espace territorial dans lequel vivent ces habitants ; et en troisième lieu des relations internationales basées sur le respect mutuel et la solidarité.

10Bien que ces trois éléments soient liés, considérons d’abord la question de la citoyenneté, le monde commun de la population sur le territoire. Les textes qui viennent d’être lus nous ont signalé que malgré la pulsion citoyenne qui s’exprime de différentes manières depuis plus de vingt ans, les couches populaires historiquement marginalisées n’ont toujours pas trouvé un ancrage d’où elles pourraient vaincre l’exclusion et les préjugés, et accéder au bien-être qu’elles réclament de manière collective, mais auquel elles n’ont toujours pas droit. La myopie et l’entêtement des dirigeants ont conduit droit au dérèglement et au désordre de la cité. Il existe une profonde déconnexion entre les aspirations sociales et, par exemple, les politiques monétaires, de stabilisation des prix, de libéralisation commerciale qui asphyxient encore davantage une économie atrophiée, freinent l’émergence d’une classe moyenne – il faut dire aussi que la mobilité sociale n’a jamais été pensée dans ce pays puisque nous sommes restés figés dans une relation élites-masses – et maintiennent la majorité de la population dans le cercle vicieux de la pauvreté, et pour citer André Corten, reprenant lui-même Hannah Arendt, dans la désolation la plus inhumaine.

11Alors que la paysannerie constitue le segment démographique le plus important – bien que tous les auteurs ne s’entendent pas sur les données statistiques – et est trop souvent victime de crises qu’elle ne provoque pas, tout en prenant des risques qui ne sont nullement garantis, les propositions de politiques agricoles soumises par les organisations de la société civile travaillant dans le secteur tardent à susciter la volonté politique nécessaire à leur prise en compte dans le budget de la République. La paysannerie en crise depuis plus de cinquante ans, depuis que l’équilibre population-ressources a été rompu, se déverse dans la capitale et toutes les villes du pays, sa seule échappatoire semblant être l’exode face à une terre de plus en plus improductive et des bouches de plus en plus nombreuses à nourrir. Les bidonvilles colonisent de manière anarchique les espaces urbains cristallisant les vulnérabilités sociales dont a parlé Ernst Mathurin en regard des crises structurelles du pays sur les plans écologique, démographique et économique, toutes conduisant à une insécurité grandissante.

12Si la postdictature et les luttes sociales et politiques de l’époque ont permis, dans une large mesure, la conquête de droits civils et politiques, l’État haïtien est encore loin d’être en mesure de garantir les autres droits constitutifs d’une citoyenneté pleine et entière. Et en ce sens les textes de Thomas Calvot et ses collègues, Philippe Desmangles, Guichard Doré, Jean-Joseph Moisset, Jean Eddy Saint Paul et Édith Kolo Favoreu en donnent de judicieuses analyses.

13La situation est encore plus alarmante sur le plan de la sécurité du territoire, fonction régalienne par excellence puisqu’elle renvoie au système judiciaire, à la puissance publique et au monopole de la violence et de la fiscalité par l’État. Si jusqu’à Duvalier, l’occupation de l’espace territorial haïtien était dominée par une armée largement répressive, depuis 1992 le pays a reçu sept missions militaro-civiles des Nations unies, sans compter les 20 000 marines américains qui ont ramené le président Aristide au pouvoir en 1994. L’abolition de l’armée d’Haïti par celui-ci en 1995 – quelle qu’ait été par ailleurs la raison d’être d’une telle décision – a créé un vide qui n’a pu être comblé jusqu’ici. L’espace territorial haïtien est maintenant ouvert à tous les trafics liés au crime organisé international (drogue, armes, contrebande de toutes sortes) et l’État haïtien en a littéralement perdu le contrôle. La question de la justice, du système judiciaire dans toutes les composantes de la chaîne pénale – police, tribunaux, prisons – n’a pas été largement traitée dans l’ouvrage sinon par allusions dans l’excellent texte de Marie Redon sur la question foncière et celui de Jean-Claude Fignolé sur la décentralisation ; mais peut-il y avoir reconstruction si la question de la justice n’est pas pensée dans toute sa complexité pour garantir les droits, poser le cadre du système juridico-politique du pays, combattre l’impunité en exerçant les sanctions dès lors qu’il y a transgression et se porter garante de l’autorité morale du système ?

14Cette perte des champs d’exercice de la souveraineté a aussi des conséquences dans le déséquilibre des relations internationales caractérisé par une asymétrie et une dépendance grandissante. Si Haïti demeure un pays souverain au sein des instances internationales dans le sens où sa représentation en terre étrangère est reconnue en qualité d’État indépendant, et que dès lors elle peut voter à part entière dans les délibérations internationales, l’exercice de cette souveraineté reste, de manière tout à fait paradoxale, atrophié à l’intérieur du pays. Et ce phénomène prendra toute son ampleur au moment du séisme.

15Car justement, ce dernier va mettre à nu les faiblesses structurelles de l’État et exposer encore davantage sa perte de souveraineté. Avec le tremblement de terre, comme il a été souligné par de nombreux auteurs dans cet ouvrage, l’on assiste à un effondrement quasi total de l’État. En provoquant le désordre physique de la ville, l’écroulement du Palais national, des édifices publics et de quartiers entiers, le séisme a également heurté l’ordre symbolique, politique, social, institutionnel, international dans leurs formes et leurs relations.

16La catastrophe, on l’a dit, est l’une des plus importantes du monde moderne, car, comme me l’indiquait le géographe Gérard Souria, 300 000 morts en 35 secondes sur un périmètre de 35 km2, on n’a jamais vu cela. Et dire que les statistiques n’expliquent pas la dimension humaine du drame comme le disent les textes de Philippe Chanson, Edelyn Dorismond et Laënnec Hurbon… Ils ont tous insisté sur le rapport entre la perte de sens ressentie par la population et la gestion de la catastrophe par les religions. Mais quelles que soient les différences entre le traitement fait par les catholiques, les pentecôtistes et les vodouisants, le fait de n’avoir pas pu enterrer ses morts, de n’avoir pas retrouvé les corps, de n’avoir pas exercé le rituel dû aux morts, donc de n’en avoir pas fait le deuil est un élément perturbateur de la psyché qui aura des retombées certaines sur le vivre-ensemble. Marjory Clermont Mathieu et ses collègues ont bien montré comment la somatisation de ce mal-être se loge dans le corps des vivants devant l’horreur des corps morts. Cela est peut-être plus vrai encore pour les vodouisants, le culte des morts ayant pour eux une importance capitale puisqu’il permet de reprendre la chaîne symbolique entre la vie et la mort afin de retrouver son humanité.

17Par ailleurs, le vide créé par les faiblesses institutionnelles de l’État au moment et après le séisme a été comblé par la myriade d’organisations nationales et internationales de toutes sortes venues à la rescousse d’une population en détresse. L’aide humanitaire indispensable dans cette première phase des actions postséisme a été dispensée sans coordination, dans le désordre provoqué par l’absence de leadership national. La communauté des bailleurs s’est imposée, préparant ses rapports d’évaluation des besoins après désastres (« Post-Disaster Needs Assessment »), animant des clusters, organisant conférence sur conférence. Beaucoup de promesses des gouvernements, peu de décaissements. La population, elle, déboussolée, hébétée, attendait que le jour même du séisme, le chef de l’État parle, réconforte, donne l’espoir. Car, dépositaire de la souveraineté obtenue grâce au vote populaire, nul autre que le président de la République ne pouvait rétablir les fonctions symboliques de l’État dans ce moment dramatique. Les témoignages à cet égard sont particulièrement poignants.

18Ce moment exigeait pourtant une transcendance, une capacité à s’élever au-dessus des contingences du quotidien, des luttes stériles et des considérations partisanes pour voir le peuple qui souffre et le pays quasi détruit puisque sa capitale et ses villes environnantes l’ont été. Et cette exigence de transcendance est encore à l’ordre du jour aujourd’hui, au moment où, en plus de toutes les crises dont nous avons parlé, le pays vit dans l’anticipation d’une nouvelle donne politique dont nul ne connaît encore le dénouement, mais qui laisse supposer un retour en force de pratiques politiques de l’ère duvaliérienne que l’on croyait abolies.

19Haïti est aujourd’hui un immense laboratoire qui devrait offrir d’abord aux Haïtiens d’importants champs de recherche dans les domaines scientifiques tels que proposé par Nathalie Barrette et Laura Daleau ainsi que Jean-Jacques Wagner, mais aussi dans le domaine social, économique, médical et dans la réflexion philosophique sur le devenir du pays. Le temps zéro postséisme auquel il a été fait allusion par certains auteurs devrait être un temps de fertile fermentation, le tremblement de terre représentant une césure sociale symbolique, temps même de la transcendance.

20Alors dans ce contexte, en prenant la mesure des pesanteurs historiques et des défis de l’avenir, comment inventer une souveraineté qui soit l’expression d’une « volonté générale », pour citer Jean-Jacques Rousseau ?

21La reconstruction d’Haïti passe nécessairement par la prise en compte par les citoyennes et les citoyens du pays, les organisations et institutions locales, les médias, les partis politiques, celles et ceux qui aspirent à occuper des fonctions politiques au sommet de l’État, mais aussi par les organisations internationales solidaires d’Haïti, de la nécessité d’un changement de paradigme et d’une trêve politique. L’agenda politique devra nécessairement s’inscrire dans une dynamique qui cible prioritairement :

  • l’aménagement du territoire. Il est temps de faire les études de risques qui permettent le zoning susceptible de délimiter les terres attribuées à l’agriculture, au logement, aux infrastructures (aéroports, ports, etc.), aux espaces publics (marchés, gares routières, églises, temples, places publiques). L’aménagement du territoire devrait ouvrir le champ à la décentralisation et au développement local nécessaire aussi à la constitution d’une classe moyenne qui peut projeter et inscrire son avenir dans le pays. Et pour reprendre Marie Redon, cela passe par une sérieuse prise en charge de la question du foncier sur tout le territoire.
  • l’état civil. Il est inacceptable qu’aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle, la moitié de la population haïtienne n’existe toujours pas légalement. L’état civil est un droit et est affaire de citoyenneté et de dignité.
  • la justice. L’importance de la justice dans la reconstruction a déjà été soulignée. Il faut ajouter qu’elle est nécessaire au traitement de deux questions fondamentales qui ont traversé l’histoire du pays et qui attendent des solutions politiques : la nationalité et la propriété, et dans les deux cas leurs implications pour la diaspora haïtienne.
  • l’économie. Comment repenser les politiques économiques pour qu’elles stimulent l’économie, favorisent la création d’entreprises et d’emplois, augmentent les recettes de l’État, ouvrent le crédit et permettent l’inclusion des citoyens ?
  • l’éducation et la santé. Ces deux secteurs ont été, pour des raisons historiques, confiés d’abord à des institutions religieuses puis à toute une série d’intervenants souvent mercantiles. Aujourd’hui se pose la nécessité d’une réelle reprise en main par le secteur public en tant qu’organe régulateur, susceptible de contractualiser des partenariats productifs avec le secteur non public, lequel se trouve être à maints égards le pilier des systèmes éducatifs et sanitaires, afin que ceux-ci soient eux aussi vecteurs d’une croissance harmonieuse des ressources humaines dont a tant besoin le pays. Et là, comme pour la question de l’identification nationale, les nouvelles technologies peuvent permettre des raccourcis intéressants.

22De telles transformations présupposent un nécessaire changement de paradigme afin de passer :

  • d’une pseudo-démocratie, laquelle se résume à un kit importé qui nie en substance les présupposés les plus fondamentaux, à un véritable système démocratique. Lorsque l’État et les gouvernements se renouvellent par cooptation, lorsque les médiations institutionnelles n’existent pas, lorsque la déconnexion entre le politique et le social est totale, les gouvernants du haut en bas de l’échelle sociale finissent par « manger l’État » – l’expression est du sociologue Thierry Michalon –, le dépecer littéralement, lui enlever toute substance.
  • d’une culture politique fondée sur le népotisme, le clientélisme, une administration publique bureaucratique et inefficace, une utilisation de la violence politique à des fins partisanes, à une culture politique fondée sur le service public, la confiance des citoyens, la construction ou le renforcement des institutions, la lutte contre la corruption.
  • d’une économie de rente reposant sur les privilèges, le manque de vision, la dépendance, l’assistance étrangère conditionnelle et exigeante, les deals, l’évasion fiscale et le refus de la compétition à une économie qui comprend le rôle du capital humain formé, des compétences techniques, du risque et des investissements producteurs de richesse.
  • de relations internationales qui privilégient l’action humanitaire désordonnée et inefficace, à une solidarité internationale qui accepte l’investissement productif et l’appui aux objectifs nationaux publics et privés. Pierre Salignon a formulé le vœu de sortir le pays de la dépendance humanitaire et de faire en sorte que les organisations de la société civile des pays amis portent leurs gouvernements respectifs à être responsables des engagements pris envers Haïti. Puisse-t-il être exaucé !
  • d’une société cloisonnée où on ne discute et ne se reconnaît qu’entre pairs, société fondée sur l’exclusion sociale, à l’équité, la lutte contre la pauvreté et le développement d’une classe moyenne éduquée, susceptible de mettre en valeur la richesse culturelle et historique du pays.
  • du cynisme politique à l’éthique, la dignité et l’engagement public accompagné d’une volonté de débattre partout, surtout avec les jeunes, et de communiquer une parole vraie. C’est Platon qui nous enseigne que « la perversion de la cité commence par la fraude des mots ».

23Il n’est peut-être pas superflu de reprendre notre interrogation première : n’avons-nous pas le devoir d’inventer une souveraineté qui soit à la hauteur des idéaux de liberté et d’égalité de ceux qui, il y a plus de deux cents ans, ont placé Haïti au cœur du monde moderne en « criant leur humanité » face « aux assassins de l’aube » ? Car, et c’est Césaire que nous citons encore pour conclure, « il n’est pas question de livrer le monde aux assassins de l’aube ».

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Dupuy, Jean-Pierre, 2005, Petite métaphysique des tsunamis, Paris, Seuil.

Trouillot, Michel Rolf, 1986, Les racines historiques de l’État duvaliérien, Port-au-Prince, Éditons Henri Deschamps.

Auteur

Présidente de la fondation connaissance et liberté (FOKAL), l’une des ONG haïtienne les plus importantes, elle a occupé la fonction de Première ministre en 2008-2009. Professeure d’histoire et d’économie de la Caraïbe et des grandes civilisations à l’université Quisqueya de Port-au-Prince, elle est professeur invitée à l’université d’Harvard. Ses recherches et réflexions portent principalement sur les inégalités socio-économiques et la problématique de la citoyenneté et de l’État de droit. Depuis le séisme, elle attire l’attention sur la nécessité de repenser l’aménagement du territoire haïtien. mpierrelouis@fokal.org

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540