Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre V - Réflexions pour aujourd'hui et demain

Créer des emplois et promouvoir de nouveaux métiers

Guichard Doré

Texte intégral

  • 1 Les effets du séisme sont énormes selon Radio Métropole. Dans le département de l’ouest, par exemp (...)

1Haïti connaît une situation difficile. Les effets du séisme du 12 janvier joints à l’expansion de l’épidémie du choléra mettent à nu la faiblesse de l’expertise nationale dans différents métiers intellectuels et manuels. Le potentiel de formation dans un pays dont plus de la moitié des habitants a moins de 25 ans fait craindre des problèmes majeurs dans un futur proche1. Les risques écologiques et sanitaires ajoutés aux problèmes engendrés par des décennies de mauvaise gouvernance, elle-même aggravée par des offres de formation ne prenant pas en compte les tables de correspondance d’emploi, occasionnent souvent des difficultés en termes d’insertion professionnelle pour l’individu et de perte de gains et d’efficacité économique pour la collectivité.

2Aujourd’hui, peu de familles de métiers sont présentes dans l’Haïti postsismique alors que la reconstruction du pays exige des professionnels de différents niveaux dans tous les domaines d’activité. La mobilisation des compétences professionnelles est une condition de la réussite de l’entreprise de reconstruction. Une formation pour exercer des métiers et occuper des emplois ne devrait-elle pas être l’idée directrice de la nouvelle stratégie de la politique de formation professionnelle ? La création d’un espace de rencontre entre les acteurs de la formation, de l’économique, du social et de la gouvernance n’est-elle pas nécessaire pour bâtir un consensus national sur les métiers de la reconstruction ? Le séisme n’a pas modifié les contraintes inhérentes au marché du travail. Au contraire, il les a renforcées. Les difficultés d’accès à l’emploi sont toujours présentes pour les jeunes issus des familles socialement et économiquement défavorisées. Dans cette situation, comment développer une approche-métier en vue de permettre au pays de réussir l’entreprise de reconstruction ? Comment accompagner le pays à développer des métiers globaux et transversaux afin de mobiliser et d’articuler des compétences individuelles et collectives pour réussir l’entreprise de la reconstruction ? Quels sont les nouveaux métiers de la reconstruction ?

L’environnement socio-économique des métiers de la reconstruction

3L’environnement socio-économique qui devrait inciter les acteurs de la formation à mieux circonscrire et dresser la cartographie des métiers des entreprises n’est pas reluisant. Les demandeurs de formation ne sont pas toujours bien conseillés dans le choix de leur filière de formation. Les échanges entre les employeurs, les institutions de formation et les organismes d’insertion dans une démarche d’accompagnement à l’emploi, de reconversion professionnelle et de capitalisation des expériences sectorielles au bénéfice des demandeurs d’emploi font jusqu’à présent défaut. Cet éloignement entre le monde de la production et le monde de la formation nuit à la réactivité et à la conclusion des partenariats formalisés entre les entreprises et les centres de formation dans une perspective d’animation économique du territoire. Les jeunes n’ont pas une meilleure lisibilité des emplois et des secteurs d’avenir. Comparativement aux autres pays de la région, Haïti a accumulé un retard considérable pour ce qui est de la rationalisation des branches professionnelles. Jusqu’à présent, la formation professionnelle est réservée aux élèves qui n’ont pas réussi dans le système classique. Les métiers d’aujourd’hui et de demain sont mal connus par la plupart des jeunes. Les rares centres de conseil et d’orientation qui existent ne sont pas accessibles à tous. La géographie des structures de conseil et d’orientation fait apparaître un déficit de ces centres dans les villes de province et dans les zones rurales.

4La reconstruction d’Haïti nécessite l’émergence de nouveaux métiers et des techniciens qui respectent les normes établies. Elle ne peut pas se réaliser dans un contexte macroéconomique difficile. Le marasme économique actuel est nuisible à l’éclosion de nouvelles activités, donc de nouveaux métiers. Le démarrage des chantiers de reconstruction ne peut faire l’économie de la mise en œuvre des stratégies susceptibles d’améliorer la situation et les tendances macroéconomiques, qui se caractérisaient par un taux de croissance de -5,4 % en 2010.

5Sur une population estimée à un peu plus de 10 millions d’habitants en 2010, plus de la moitié a moins de 25 ans2, ce qui indique qu’il y a une forte demande sociale pour l’éducation et la formation. En dépit d’un accroissement rapide de la population de l’ordre de 2,5 % entre 1982 et 2003, la construction de centres de formation professionnelle et d’enseignement technique ne constituait pas une priorité des pouvoirs publics pour la période considérée. Le désintéressement pour ce secteur est criant. Le dernier texte législatif sur la formation professionnelle remonte à 1985. En outre, la désuétude de la législation sur la formation aux métiers, la prédominance du secteur informel dans les activités économiques qui se caractérisent par des PME peu diversifiées et concentrées dans les zones urbaines ont entraîné le développement des petits métiers informels dans les zones urbaines sans une reconnaissance sociale du maître d’apprenti (appelé mochòkèt). Ce qui peut être un obstacle à la constitution d’une alternative sérieuse pour la modernisation du système de formation professionnelle. En milieu rural, les effets accrus de la mondialisation et de la libéralisation du commerce extérieur, en dehors d’une planification stratégique, sont néfastes pour les métiers traditionnels.

6C’est dans ce contexte marqué par des crises à facettes multiples que le pays aborde la reconstruction. Il est évident qu’une bonne partie de la population appréciera les efforts de la reconstruction s’ils parviennent à améliorer le marché du travail qui se signale par un taux de chômage de l’ordre de 60 % chez les jeunes de 15-19 ans et de 50 % chez les jeunes de 20-30 ans. L’augmentation du chômage chez les jeunes diplômés, jointe à un temps de transition formation/insertion professionnelle trop long, constitue un sérieux handicap pour les nouveaux apprentis. Comment résoudre ce problème quand le taux de la population active occupée qui détient un titre ou un diplôme professionnel est de l’ordre de 6 % (MENJS, 2004) ? Aujourd’hui, le déséquilibre structurel entre l’offre et la demande d’emploi a tendance à se détériorer avec la pression démographique ajoutée aux effets nocifs du séisme. En 1971, l’agriculture employait 80 % de la population active et représentait 50 % du PIB, alors qu’en 1999, 44 % des emplois provenaient du secteur agricole qui ne représentait plus que 12 % du PIB (Doré, 2010 ; PNUD : 1999).

7Dans l’Haïti postsismique, il est urgent de mettre tout en œuvre afin d’assurer l’identification des besoins du marché du travail qui se caractérise par des statistiques insuffisamment fiables et irrégulières. Les informations sur l’emploi sont fragmentaires et peu pertinentes. On constate que les employeurs sont réticents voire peu intéressés à participer aux enquêtes sur l’emploi, ce qui nuit à la fiabilité et à la qualité des statistiques produites. Quant à celles concernant le secteur informel, elles sont imprécises alors que ce dernier est le plus grand pourvoyeur d’emplois en Haïti au regard des données publiées en 1999 par l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI). L’établissement d’un système de collecte des données pourrait permettre aux demandeurs d’emploi d’avoir à leur disposition des informations fiables sur les emplois et sur les secteurs qui recrutent.

Agir sur les difficultés du système de formation

8Les efforts de la reconstruction devraient permettre aux acteurs institutionnels de disposer des moyens et de la latitude pour agir sur le système de formation professionnelle et d’enseignement technique. Aujourd’hui, la faiblesse des dispositifs d’orientation et de conseil aux demandeurs de formation est l’une des caractéristiques de ce système. Il y a lieu de mettre tout en œuvre afin que les demandeurs de formation puissent disposer d’informations fiables leur permettant d’adapter leurs choix de formation en vue de garantir leur employabilité et, en particulier de tirer le meilleur profit des modules de formation à la carte développés par d’autres institutions non conventionnelles. Au niveau du pouvoir central, les départements ministériels et les directions déconcentrées intervenant dans le champ de la formation professionnelle, de l’enseignement technique et de l’emploi devraient bénéficier d’un réseau d’informations fiables nécessaire à l’élargissement de leur expertise.

Un secteur socialement peu valorisé

9La formation aux métiers est considérée comme étant socialement dévalorisée, donc peu attractive et réservée aux élèves qui ont échoué dans la voie classique. Outre ce manque d’engouement de la part de certains jeunes pour les métiers manuels, les entreprises sont quasi absentes dans le financement de la formation continue des salariés. Le patronat et les partenaires sociaux n’influencent pas la politique nationale de formation professionnelle et d’enseignement technique. Ils ne participent pas à l’identification des besoins de formation ni à l’élaboration des programmes et des curricula de formation. Il n’y a pas de Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) pour les entreprises du secteur privé. Le secteur public n’a pas à sa disposition de Répertoire interministériel des métiers de l’État (RIME). La législation sur la formation continue, les métiers et les branches professionnelles est obsolète. Réussir la reconstruction dans le champ de la formation aux métiers, c’est réviser l’armature juridique sur la formation, les professions et les métiers. Réussir la reconstruction dans le secteur des métiers, c’est développer les capacités institutionnelles de la Chambre de métiers et de l’artisanat afin de mieux accueillir et informer les maîtres d’apprentissage.

10Sur le plan macro-institutionnel, pour donner de la lisibilité et de la cohérence à la politique de l’emploi dans le cadre de la reconstruction, le ministère chargé de l’Emploi devrait établir un ROME. Le ministère chargé de la Formation devrait créer un répertoire de la certification et de la qualification. Le pouvoir central devrait se doter d’un RIME. Le ministère de l’Intérieur et des collectivités territoriales devrait constituer un Répertoire des métiers territoriaux (RMT).

Un secteur sous-financé

11Le système de formation professionnelle se caractérise par une contribution financière ponctuelle des bailleurs de fonds internationaux. L’enveloppe budgétaire que l’État consacre à la formation professionnelle en 2010 se monte à 7 339 324 dollars US. La part des collectivités territoriales dans le financement de la formation aux métiers est quasiment inexistante. Certains employeurs des PME n’ont pas la capacité financière suffisante pour prendre en charge le coût de la formation de leurs salariés. Sur le plan institutionnel, il n’y a pas de fonds patronal structuré venant en appui au développement de la formation professionnelle continue. Aucun effort n’a été déployé pour créer un organisme paritaire collecteur agréé répartissant et prenant en charge le coût de la formation continue des salariés des entreprises. Alors, comment pérenniser les investissements consentis dans le cadre de la reconstruction sans un appui financier à la formation continue ?

Circonscrire les emplois, les formations et les métiers émergents

12Les nouvelles filières de formation et la famille des métiers émergents en lien avec la reconstruction postsismique d’Haïti sont globalement méconnues par les jeunes. Pour réussir, la reconstruction postsismique du pays a besoin de corps de métiers qui ne pourront être adéquatement formé que grâce à une mise en réseau efficace des acteurs de la formation. Au niveau institutionnel, les structures gouvernementales et les collectivités territoriales qui sont impliquées dans la définition des stratégies et des politiques de formation professionnelle et d’emploi devraient mieux appréhender les changements à opérer en disposant des informations pertinentes afin de soutenir leurs prises de décision. Les acteurs économiques et les entreprises devraient s’impliquer et devenir de véritables interlocuteurs dans les négociations collectives préalables à la définition de la politique de formation professionnelle et d’enseignement technique. Pour soutenir l’entreprise de la reconstruction, il devient impérieux que les entreprises comprennent la nécessité de constituer des données statistiques fiables sur l’emploi et sur la formation de leurs salariés. Cette action des entreprises renforcera les efforts de structuration des corps de métiers tout en les incluant dans un processus de revitalisation du tissu économique et social.

13La conduite de la reconstruction ne saurait faire l’économie d’une campagne auprès des collectivités territoriales afin qu’elle participe à la structuration de l’offre des programmes de formation professionnelle et de l’enseignement technique. De même que la reconstruction d’Haïti ne peut faire l’économie d’un fonds patronal pour la formation continue des salariés. Un prélèvement de 1,5 % du coût total la masse salariale des entreprises qui serait reversé aux organismes paritaires collecteurs agréés de la branche professionnelle correspondant aux activités de l’entreprise ne serait-il pas l’une des stratégies susceptibles de constituer ce fonds patronal ? Haïti peut-elle sortir de la crise postsismique sans l’adoption d’une loi d’orientation de la formation professionnelle tout au long de la vie et sans une révision de la législation sur les métiers et les professions ? La reconstruction du pays n’exige-elle pas que les pouvoirs publics disposent d’un système de formation fiable sur le marché du travail afin de mieux identifier les besoins en compétences des entreprises ?

14La transparence dans les politiques de recrutement des entreprises et le contact entre les demandeurs d’emploi peuvent contribuer à fluidifier le marché du travail. N’est-il pas important de créer des partenariats entre les centres de formation et les entreprises en vue de rapprocher l’enseignement technique et la formation professionnelle des besoins du marché du travail ? La reconstruction réclame des efforts d’orientation et de valorisation des métiers afin de permettre aux jeunes de faire des choix réalistes en termes de filière professionnelle. Face à la crise de l’emploi, il est nécessaire que les pouvoirs publics promeuvent et accompagnent la formalisation des entreprises informelles afin de systématiser les savoir-faire et de développer la taille des entreprises dans une optique de rentabilité économique et de création d’emploi.

Les nouveaux métiers de la reconstruction

15Les métiers qui vont créer des emplois dans le cadre de la reconstruction se situent dans le secteur du bâtiment et des travaux publics, dans celui de l’environnement et du développement durable. Les métiers de la défense et de la sécurité publique composés essentiellement de fonctionnaires pourraient connaître un bond en avant avec la création de la nouvelle force de défense nationale. Les emplois pourraient progresser dans les familles de métiers du patrimoine, de la restauration d’œuvre d’art et du tourisme avec la stabilité politique et les investissements directs étrangers dans ces secteurs d’activité. Les métiers de la gouvernance, d’administration publique dans un contexte de redéploiement de l’État, de décentralisation et de renforcement des capacités institutionnelles des collectivités territoriales pourraient recruter puisque les services publics territoriaux sont en sous-effectif. Les métiers de l’agriculture et du textile seront à l’honneur et créeront des emplois avec le projet de loi sur la double vacation dans les entreprises et sur l’aménagement du temps du travail. La pression démographique entraîne de forts besoins de recrutement des enseignants tant au niveau des écoles classiques qu’au niveau des centres de formation professionnelle. Donc, les métiers de l’éducation et de la formation auront des postes à pourvoir. L’attractivité des métiers sera plus ou moins forte selon les opportunités d’investissement et les priorités arrêtées par l’État et les collectivités territoriales.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Doré, Guichard, 2010, Politique de formation professionnelle et d’emploi en Haïti. Le cas du secteur du tourisme, thèse de doctorat en sciences de l’éducation, Université Paris-Est.

— 2011, Socio-économie de l’éducation, de la formation et de l’emploi. Le cas de l’industrie haïtienne du tourisme, Port-au-Prince, Éditions de l’Université d’État d’Haïti.

IHSI, 2011, Statistiques économiques. Informations sur les variations de l’activité du secteur réel de l’économie nationale, Port-au-Prince, Institut haïtien de statistique et d’informatique, document consulté en ligne le 26 juin 2011 : http://www.ihsi.ht/produit_economie.htm

MENJS, 2004, Le développement de l’éducation. Rapport national d’Haïti, Port-au-Prince, ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports.

PNUD, 1999, Bilan économique et social d’Haïti 1999, New York, Programme des Nations unies pour le développement, document consulté en ligne le 26 juin 2011 : http://www.ht.undp.org/_assets/fichier/publication/pubdoc20.pdf

Notes

1 Les effets du séisme sont énormes selon Radio Métropole. Dans le département de l’ouest, par exemple, 57 % des écoles publiques et 26 % des écoles privées ont été détruites. Les statistiques du ministère de l’Éducation nationale prouvent que 52 % (2 394) des écoles privées sont très endommagées. Elles ne peuvent pas accueillir des enfants. Le directeur général du ministère de l’Éducation, Pierre Michel Laguerre, a révélé que seulement 58 écoles publiques et 929 écoles privées, représentant 20 % du nombre total d’établissements scolaires, sont intactes après le tremblement de terre. En ce qui a trait aux pertes en vies humaines, les responsables du ministère de l’Éducation ont rapporté que 3 951 élèves, 541 enseignants et 189 fonctionnaires ont été tués. Les statistiques des disparus n’ont pas été communiquées par la commission d’évaluation.

2 « Perspective monde », université de Sherbrooke. Consultable sur http://perspective.usherbrooke.ca

Auteur

Conseiller du président de la république d’Haïti, il a enseigné à l’université Paris-Est Créteil, à l’université Quisqueya de Port-au-Prince et à l’Université d’État d’Haïti. Directeur du CEFIE-CONSEIL, il est l’auteur de plusieurs articles portant sur le développement économique et les politiques publiques en Haïti. Principal rédacteur du Plan stratégique de sauvetage national, ses recherches portent actuellement sur les politiques de formation professionnelle et d’emploi. cfiedore@yahoo.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540