Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre V - Réflexions pour aujourd'hui et demain

L’éducation pour tous : priorité des priorités1

Jean-Joseph Moisset

Texte intégral

  • 1 Le texte de cet article est le produit d’une réflexion et d’une recherche amorcées depuis un certa (...)

1La problématique du développement durable d’Haïti, puisque c’est de cela qu’il s’agit, est à l’ordre du jour du gouvernement et du peuple haïtiens ainsi que des « amis » de la communauté internationale depuis plusieurs années déjà, bien longtemps avant le tremblement de terre qui a terriblement frappé le pays le 12 janvier 2010. Un plan avait même été élaboré sous l’égide de Jean-Max Bellerive, alors ministre de la Planification et de la Coopération externe, et publié en 2007 sous le titre Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté (DSNCRP). Plusieurs observateurs et analystes soulignent même que ces initiatives et mesures avaient commencé à donner des résultats positifs : une sécurité publique améliorée mais encore fragile, une croissance significative du PIB (2,5 %), un taux de change plus ou moins stabilisé entre la devise haïtienne (gourde) et les devises étrangères, etc. Sauf que ce tremblement de terre est arrivé, accroissant le degré de difficulté et l’immensité de la tâche à accomplir pour relever les défis titanesques qu’implique le développement du pays dans une perspective durable.

2Cette contribution soutient que, dans une telle perspective, l’éducation pour tous est la priorité des priorités. Elle s’articule autour des quatre points suivants : quelques aspects conceptuels et axiologiques du développement ; un bref état des lieux du secteur de l’éducation ; le quoi, le pourquoi et le comment relativement à la rétrospective de l’éducation comme facteur majeur et incontournable de la reconstruction d’Haïti et, en termes prospectifs, les démarches et actions prioritaires en éducation et formation pour ce développement durable du pays.

Quelle vision du développement ?

3Même si la situation catastrophique dans laquelle se débat aujourd’hui Haïti après le terrible séisme qui l’a frappée (choléra, effets du cyclone Tomas, sans compter les vicissitudes de la vie politique) réclame beaucoup plus d’action que de théorie, il n’en reste pas moins utile d’apporter au préalable quelques éléments permettant de bien cerner le concept de « développement » et certaines précisions concernant la « vision » du pays à construire ou reconstruire.

4À la base et aux fins du développement, il y a l’être humain, avec ses besoins, liés à des faits de nature et de culture et donc au milieu et à l’époque dans lesquels il vit. De manière simple, le développement d’un pays est largement conditionné par sa croissance économique. Ce double phénomène est le résultat des interventions de l’ensemble des membres d’une collectivité nationale qui, exploitant les ressources et opportunités de leur environnement, aussi bien internes qu’externes, parviennent à créer, sur des bases stables et durables, les conditions leur permettant de satisfaire de plus en plus et de mieux en mieux leurs besoins individuels et collectifs, très diversifiés par ailleurs. Dire que le développement repose sur une production adéquate de produits matériels, de produits immatériels ou de services est une condition nécessaire à sa compréhension mais non suffisante cependant.

5En ce sens, un pays riche n’est pas forcément un pays développé. En effet, une production même massive de biens et de services découlant d’une croissance économique auto-entretenue, non accompagnée d’une répartition équitable de la richesse créée entre l’ensemble des membres de cette société, n’est pas un véritable développement. Une croissance économique qui ne met pas les plus démunis au centre de ses préoccupations n’est pas le développement qui a pour fondement le respect inconditionnel de la dignité et des droits des êtres humains, en commençant par le droit à la vie, le droit à l’éducation et le droit à la santé, pour en citer les plus importants. Voilà les bases d’un réel développement et d’une vraie démocratie.

6Par rapport à cette vision du développement, même brièvement esquissée, qu’en est-il de la situation d’Haïti ? Les faits touchant les conditions d’existence de la population haïtienne et sur la base des indicateurs des Nations unies montrent qu’elle fait partie des pays les moins avancés (PMA) des Amériques et de la Caraïbe voire du monde. Notamment en ce qui concerne le niveau d’éducation et l’état de santé de la population. Même si ces faits sont largement connus et reconnus, il peut être utile de rappeler, en guise d’état des lieux, quelques faits marquants du système éducatif national, avant d’entreprendre une tentative de diagnostic du sous- et du mal-développement du pays et de considérer de possibles alternatives de changement pour une vie meilleure.

L’état des lieux de l’éducation avant et après le 12 janvier 2010

7La population haïtienne, suivant les projections faites à partir des résultats définitifs du 4e recensement effectué par l’Institut haïtien de statistique et d’informatique (IHSI) en 2003, était de 7 205 000 habitants en 2005 et d’un peu plus de 10 millions en 2010 dont 40 % – soit un peu plus de 3,5 millions – ne savent ni lire ni écrire. De manière générale et à quelque niveau auquel on se situe, la demande d’éducation est très élevée et n’arrive pas à être satisfaite par une offre historiquement et globalement faible dont les établissements du secteur non public représentent moins de 90 %. Près d’un demi-million d’enfants en âge d’être scolarisés (6-12 ans) ne fréquentent pas l’école faute de places disponibles. Et cette insuffisance de l’offre des services d’éducation et de formation se vérifie aussi au troisième cycle de l’enseignement fondamental, aux niveaux de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur, autant dans le secteur de la formation générale classique que dans le secteur de la formation technique et professionnelle. Ainsi plusieurs milliers de jeunes sont inscrits dans des universités étrangères, dont plus de 20 000 en République dominicaine.

8Cette offre insuffisante est en outre inégalement répartie entre les milieux urbains et ruraux, au détriment de ces derniers, et entre les différents départements géographiques au bénéfice du département de l’ouest et au détriment à l’autre extrême des départements du centre et du nord-ouest. En outre la qualité de la formation dispensée laisse nettement à désirer, les ressources humaines (enseignants et cadres scolaires) étant en grande partie faibles au double plan quantitatif et qualitatif, les infrastructures et les équipements pas toujours adéquats et les ressources didactiques et pédagogiques insuffisantes. Avec, comme conséquence, des taux élevés de redoublement, d’abandon et d’échec scolaire. Il faut y ajouter la non-adaptation des programmes et curricula aux spécificités de l’environnement et aux besoins de la société du pays, et enfin la faiblesse de l’État et de la gouvernance, non seulement dans le secteur de l’éducation mais dans l’ensemble des secteurs de la vie nationale.

9Des efforts ont pourtant été consentis au cours de ces deux dernières décennies, sans lesquels la situation serait sûrement plus grave. Certes, l’élitisme qui a traditionnellement caractérisé le système éducatif national s’est atténué de manière significative pour faire place à une certaine démocratisation de l’enseignement. Il n’en reste pas moins qu’il y a encore beaucoup à réaliser, si l’on tient véritablement à faire de l’éducation un outil voire un facteur déterminant du développement du pays.

10Comme on peut le deviner, la situation s’est lourdement aggravée à la suite du tremblement de terre qui a frappé le pays le 12 janvier 2010. Destruction massive d’infrastructures scolaires, du préscolaire à l’enseignement supérieur universitaire en passant par les niveaux fondamental et secondaire. Même constat en ce qui concerne le système de la formation technique et professionnelle, sans compter les nombreuses pertes en vies humaines, élèves et étudiants, enseignants et professeurs, cadres de gestion scolaire en exercice et en cours de formation. Ce qui entraîne une recrudescence des besoins pourtant déjà criants en matière de ressources humaines qualifiées dans le secteur de l’éducation.

L’éducation, facteur incontournable d’une politique de développement

Le quoi

11La finalité essentielle de l’éducation est de rendre l’homme plus humain, ou en termes plus concrets, de lui permettre de développer toutes ses dimensions et ses potentialités, en particulier économiques et sociales. Il s’agit d’assurer d’une génération à l’autre la transmission des savoirs, des savoir-faire et des savoir-être accumulés au fil du temps. Voilà pourquoi l’éducation constitue le principal facteur de l’épanouissement des individus mais aussi ce par quoi une société peut maintenir une certaine cohésion et assurer son développement. Un « trésor y est caché », véritable « véhicule des cultures et des valeurs, construction d’espace de socialisation et creuset de projet commun », pour reprendre les termes de Jacques Delors (1996 : 51).

12En ce sens générique, le concept de l’éducation interpelle en fait tout le monde, au sein de la société : les individus, les familles, les institutions et bien entendu l’État, et donne lieu à des activités de toutes natures, se déroulant tout au long de la vie. Bien que reconnaissant l’importance fondamentale de l’éducation abordée sous cet angle, c’est cependant à l’éducation formelle que l’on prêtera ici attention, c’est-à-dire l’éducation telle qu’entendue dans les expressions courantes de « système d’éducation », « système d’enseignement », « système de formation ». On est alors en face d’ensembles articulés de ressources ou de moyens mis en place et en œuvre en vue d’assurer la formation et le développement d’êtres humains.

13Cette éducation se présente sous de multiples facettes, générale quand elle apporte à ses bénéficiaires les connaissances de base (savoir lire, savoir écrire, savoir parler, savoir compter, etc.) ; spécifique ou professionnelle quand elle transmet des qualifications et compétences particulières dans un domaine ou un secteur donné de savoir ou d’activité. Elle peut aussi être examinée sous l’angle du moment auquel se déroule cette formation, initiale ou continue ; ou du niveau de la formation : éducation préscolaire, enseignement primaire, enseignement fondamental, enseignement secondaire, enseignement supérieur (postsecondaire), enseignement universitaire. Quel que soit l’angle sous lequel on l’examine, l’éducation constitue un facteur clé de la vie et de l’évolution des individus et des sociétés. En ce sens, « elle n’est plus aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, l’affaire des seuls éducateurs » (Moisset, 1983 : 203). Cela est encore plus vrai dans le contexte des pays sous-développés en général et d’Haïti, en particulier

Le pourquoi

14Pourquoi l’éducation est-elle si importante et quel(s) rôle(s) pourrait-elle jouer dans le cas spécifique d’Haïti ? À cette double question tout à fait légitime, une réponse lapidaire a été apportée par le père de la théorie moderne du capital humain, Theodore Schultz (1983) : il n’y a de richesse que d’hommes. Deux siècles auparavant, un autre père, celui-là de la science économique classique, Adam Smith (1776) disait voir dans l’homme instruit, plus que dans les coûteuses machines, le facteur de la richesse des nations. La liste est longue des économistes qui se sont penchés depuis sur l’éducation comme capital humain. Cette question du « pourquoi » mérite donc que l’on s’y arrête.

15Ce n’est pas une simple coïncidence que, pour montrer l’importance de l’éducation, les théoriciens aient choisi de la désigner sous la dénomination de « capital humain ». L’on sait que, dans son sens générique, un capital est un bien qui a été produit et qui est utilisé dans le cycle de production d’autres biens et services. L’on sait également que, dans la science économique, la théorie classique et néoclassique fait du capital le facteur de production majeur de l’entreprise et de l’économie globale, à travers le stock des investissements accumulés. Et dans le langage courant, en raison sans doute d’une certaine auréole accolée à ce concept, on qualifie de « capitaliste » la personne dont la situation semble être durablement prospère. Sans en être l’élément exclusif, l’éducation est au cœur du capital humain, entendu comme étant, sur la base du potentiel de chacun, l’ensemble des connaissances, des habiletés, des attitudes et des valeurs que les membres d’une société acquièrent et développent tout au long de leur existence. Bengt-Äke Lundvall et Björn Johnson (1994) donnent une définition opérationnelle du capital humain, base de « l’économie du savoir ». Ces auteurs, cités par l’OCDE (2001 : 19), classent le savoir en quatre catégories : 1) le savoir quoi : c’est la connaissance des faits ; 2) le savoir pourquoi : c’est la connaissance des principes et des lois auxquels obéissent la nature, l’intelligence humaine et la société ; 3) le savoir comment : il s’agit là des qualifications – autrement dit, les aptitudes à effectuer des tâches ; 4) le savoir qui : c’est-à-dire l’aptitude à coopérer et à communiquer avec différents types de personnes.

16Tout en étant de caractère immatériel, ce capital, à la fois stock et vecteur de qualifications et de compétences chez les individus, n’en intéresse pas moins l’activité économique. Il est même un bien économique capital, autant pour les individus qui en sont porteurs que pour la société dont ils sont membres. Les contributions concrètes de l’éducation en tant que capital humain sont multiples, et il convient de les analyser de manière systématique selon qu’elles sont reliées aux individus, aux entreprises, à l’État et à la société.

17C’est d’abord par les avantages qu’elle procure aux individus, ses bénéficiaires directs, que le capital humain joue son rôle le plus important. En effet, le volume et la qualité des compétences acquises par les personnes formées contribuent à l’augmentation de leur performance au travail. Une main-d’œuvre instruite et bien formée est généralement plus productive. À cette productivité accrue sont associés des niveaux de rémunération plus élevés suivant le slogan « qui s’instruit s’enrichit ». Mais au-delà des performances professionnelles améliorées et des différentiels de gains monétaires, l’éducation apporte à ses bénéficiaires de meilleures perspectives d’emploi, diminuant à l’inverse, dans les conjonctures économiques difficiles, les risques de chômage. Il faut cependant reconnaître que cette plus grande employabilité des gens bien formés, accompagnée d’une mobilité plus grande peut devenir un risque pour les pays faibles, à travers le phénomène qualifié d’« exode des cerveaux ». Le phénomène, loin de se résorber, risque d’aller en s’amplifiant avec la mondialisation des échanges, et Haïti en a été elle-même suffisamment affectée, particulièrement au cours des quatre dernières décennies, pour que l’on y prête bien attention.

18À ces effets bénéfiques de l’éducation pour les individus, on associe souvent certains comportements, à cheval sur divers plans, comme par exemple des habitudes de consommation plus avisées, des modes de vie plus favorables à la santé, des préoccupations et une capacité supérieures pour l’encadrement et la formation des enfants, un sens et une aptitude plus élevés d’engagement dans la communauté, aux points de vue économique, politique, social, culturel, etc. Les porteurs de ce capital humain l’ont non seulement personnellement, pour la vie, mais ils en font aussi bénéficier leur famille, d’autres personnes et instances autour d’eux.

19C’est ainsi le cas des entreprises et des organisations où ils travaillent. Il n’y a pas de doute en effet que celles-ci tirent des gains découlant du fait d’avoir des employés compétents et performants. De nombreuses enquêtes montrent qu’il y a une corrélation entre la productivité du personnel d’une entreprise et son niveau de rentabilité. Non seulement les entreprises ont intérêt à embaucher du personnel bien formé mais elles ont aussi avantage à investir dans la formation continue de leurs employés. Par ailleurs, dans le contexte d’un pays comme Haïti, des avantages encore plus importants – tant au plan quantitatif que qualitatif – pourraient être obtenus d’un véritable partenariat à instaurer ou à consolider entre le secteur des entreprises et le secteur de la formation professionnelle. On parle alors de qualité améliorée de la formation, d’une meilleure adéquation de la formation à l’emploi et de tous ces autres bénéfices découlant de l’harmonisation des plans et des stratégies entre les deux secteurs. Cette observation mène aux avantages de caractère macrosocial du capital humain.

20En commençant par ceux qui vont à l’État, comme les impôts additionnels payés aux gouvernements par les contribuables dont les niveaux de revenus sont plus élevés, compte tenu de leur meilleure formation. Cela implique évidemment que le pays dispose d’un régime fiscal équitable, donc de caractère progressif et surtout respecté. Outre ces gains monétaires, une meilleure éducation de la population active présente aussi pour l’État l’avantage de réduire les sommes consacrées aux couches défavorisées et aux marginaux de la société, à travers les multiples programmes sociaux. Des études réalisées dans les pays avancés montrent, même en matière de dépenses de santé, qu’en moyenne les gens instruits coûtent moins cher à l’État que les autres. À cela, il faut ajouter les avantages directs que les gouvernements obtiennent de politiques et programmes publics destinés à l’accroissement et à l’amélioration du capital humain de la nation.

21Sur la base de ce qui précède, on admet du coup que le capital humain est bénéfique pour l’ensemble de la société. En effet, celle-ci, étant l’ensemble de ses membres individuels et de ses composantes organisationnelles et institutionnelles, bénéficie de tous les effets directs de l’éducation analysés plus haut et associés aux individus, aux entreprises et aux gouvernements, qu’il s’agisse de la contribution de l’éducation à la productivité, à l’emploi et à l’activité économique de manière plus large, à la nutrition et à l’alimentation, aux conditions de santé et à une démographie équilibrée, aux valeurs, attitudes et comportements, bref à tout ce qui marque l’existence des individus et leurs relations. De la même manière que la satisfaction de ce besoin suprême des individus qu’est la réalisation de soi exige un bagage minimum de savoir et de culture, le développement d’une société est inséparable de la double notion de modernité et de progrès, lesquels sont étroitement liés à l’éducation, capital humain et capital social.

22L’argumentaire développé jusqu’ici concernant l’importance de l’éducation pourrait être qualifié à juste titre de théorique. Mais, à la vérité, il peut être conforté par nombre d’observations empiriques tirées de l’histoire et de la géographie du développement des pays. Il est certes frappant de constater que le développement socio-économique des pays, sans être un phénomène linéaire, a été marqué, partout où cela s’est produit, par un accroissement continu des pourcentages de leurs populations disposant d’un niveau élevé de revenus et parallèlement ayant accès à l’éducation.

23Les multiples nomenclatures existant de par le monde et notamment celles des Nations unies, classant les pays – développés, sous-développés, émergents, en développement, du tiers-monde, du quart-monde, etc. –, montrent, à n’en pas douter, qu’il y a une étroite corrélation entre le niveau de formation des populations et le niveau de développement de leurs pays. Développement qui signifie certes une croissance économique globale mais aussi une répartition de plus en plus équitable des fruits de cette croissance et une consolidation des valeurs et des mœurs démocratiques. Aujourd’hui et tout au long de l’histoire de l’humanité, la géographie du développement s’est révélée solidaire de la géographie de l’éducation et à l’inverse, la géographie du sous-développement et de tous les maux qui y sont associés recoupe celle de l’analphabétisme et de la sous-éducation. Cette dernière équation s’applique bien au cas d’Haïti reconnue comme l’un des pays les moins avancés du monde, avec une majorité de sa population adulte ne sachant ni lire ni écrire et environ un tiers de ses enfants de 6 à 11 ans non scolarisés. Sur la base des autres indices associés au bien-être des individus et des peuples, à l’alimentation, à la nutrition, à la santé, au revenu per capita, la situation du pays n’est guère plus réjouissante. Point n’est besoin de surcharger cet article de données statistiques illustrant ce fait bien connu.

24Pour l’ensemble des raisons analysées ici, l’on admettra volontiers que tout projet de développement d’Haïti doit accorder une priorité quasi absolue à l’éducation de la population, ce qui amène à la question du comment.

Le comment

25Accorder la priorité à l’éducation en Haïti signifie concrètement d’abord pour l’ensemble des acteurs impliqués dans le secteur de l’éducation, et en particulier les responsables aux différents niveaux où ils opèrent, de procéder à un inventaire systématique des problèmes et des besoins en vue d’y apporter les réponses adéquates. À cet égard, un pas important a été franchi dans cette direction, voilà déjà longtemps, dans le prolongement de la réforme Bernard, alors ministre de l’Éducation nationale, initiée vers la fin des années 1970.

26Il existe en effet depuis 1997 un Plan national d’éducation et de formation (PNEF) qui, malgré ses faiblesses, offre une vision, un programme et une stratégie faisant suite à un diagnostic éclairé et sans complaisance découlant d’un processus systématique de réflexion, de recherche et de débats initiés en 1993 et culminant avec les États généraux de l’éducation en 1996. Cela a été le résultat d’un travail colossal impliquant notamment les acteurs œuvrant dans le secteur de l’éducation et l’ensemble des représentants de la société civile haïtienne en général, accompagnés de chercheurs nationaux et de l’assistance technique internationale, sous l’égide successive de quatre ministres de l’Éducation. Fait important à souligner, depuis sa finalisation en 1997 et sa publication (MENJS, 1998), le document du PNEF est resté la référence, la boussole, guidant et encadrant les diverses actions et interventions dans le secteur. Au-delà d’une actualisation et de certains réajustements nécessaires après un bilan de ce qui a pu être réalisé, et particulièrement depuis les conséquences désastreuses du séisme du 12 janvier 2010, les axes prioritaires et stratégiques d’intervention identifiés par le PNEF restent toujours valables. Ils sont au nombre de quatre et ont été du reste repris par les pactes, plans et programmes les plus récents élaborés en vue des actions concrètes à entreprendre ou, mieux, à poursuivre et à consolider.

1) Amélioration de la qualité de l’éducation

27En vue de contrer les phénomènes d’échec et de déperdition scolaires, toute une série articulée d’actions est envisagée ou déjà en cours visant à l’amélioration de la qualité de l’éducation. On retient parmi les plus importantes :

  • des programmes de formation continue des enseignants et des directeurs d’établissement scolaire en vue de l’amélioration de leurs qualifications académiques et professionnelles ;
  • la revalorisation du statut d’enseignant par l’amélioration des conditions de travail et des salaires notamment ;
  • la révision des programmes et curricula aux niveaux préscolaire, fondamental et secondaire et des programmes spéciaux pour les élèves les plus âgés ;
  • la production de ressources d’enseignement et d’apprentissage et la distribution de manuels et fournitures scolaires aux élèves ;
  • des cantines scolaires pour les élèves, notamment dans les milieux défavorisés.

2) Expansion de l’offre scolaire

28La demande sociale d’éducation en Haïti est particulièrement élevée, compte tenu de la structure et de la croissance démographique du pays, dont la population est jeune et en expansion rapide. Des efforts très importants sont déjà consentis par l’État et surtout par les particuliers (familles et instances du secteur non public) à l’éducation. Mais l’écart reste béant entre la demande et l’offre scolaires. L’on comprend ainsi le bien-fondé d’accorder une haute priorité à toute action contribuant à accroître la capacité d’accueil des établissements scolaires, tant du secteur public que du secteur non public. Au nombre de ces actions, mentionnons :

  • la construction de nouveaux établissements scolaires pour les deux premiers cycles du fondamental, correspondant au primaire traditionnel ;
  • la construction d’établissements scolaires comportant les trois cycles de l’enseignement fondamental ;
  • la réhabilitation des établissements mal en point du réseau et l’ajout de nouvelles classes du troisième cycle à celles des écoles primaires traditionnelles ;
  • la dotation en mobilier scolaire des établissements en quantité et qualité respectables.

29Il est opportun d’insister ici sur le rôle fort important que joue le secteur non public dans le réseau scolaire haïtien où il représente, on l’a dit, plus de 85 % des établissements. C’est une donnée qui doit se refléter à travers toutes les actions envisagées pour le développement et la modernisation du système éducatif national. À cet égard, le partenariat public/non public déjà envisagé, appuyé sur une loi adoptée et publiée, doit être rapidement mis en œuvre. Dans ce cadre, un système de bourses ou de subventions, en vue d’accroître l’offre scolaire et l’amélioration de la qualité de l’enseignement au niveau des trois cycles de l’éducation fondamentale, doit être progressivement généralisé.

3) Accroissement de l’efficacité externe de l’éducation

30S’il est très important d’accroître les taux de scolarisation et de réussite scolaire, indicateurs majeurs de l’efficacité interne des systèmes d’enseignement, il est également de la plus haute priorité, surtout dans les pays en développement, comme Haïti, de s’assurer que la formation dispensée, à tous les niveaux, rende son bénéficiaire apte à apporter la contribution la plus utile possible à la société où il vit, au plan économique, aussi bien que politique, social, culturel, etc. C’est cette dimension qui est considérée dans ce troisième axe prioritaire d’actions, sous la dénomination d’« accroissement de l’efficacité externe de l’éducation ». À cet égard, « la révision et la mise à jour des programmes et curricula », mentionnée plus haut, peuvent être reprises ici. Concrètement, il s’agira, dans le cadre de cette opération, de trouver une méthodologie pour une meilleure adaptation des curricula aux réalités locales et aux processus de production aux niveaux régional et national.

31De manière encore plus directe, il faudra développer et améliorer les initiatives et actions portant sur le système de formation professionnelle. Elles convergent en effet vers un réaménagement et une consolidation des infrastructures des établissements de formation technique et professionnelle existants. Tout cela en vue du renforcement de la capacité du système en termes de réponses aux besoins de développement économique et social du pays. Mentionnons quelques-unes des actions envisagées à ce chapitre :

  • la réforme du système de formation professionnelle incluant la restructuration de l’Institut national de formation professionnelle (INFP) et la réhabilitation ou consolidation des établissements du réseau ;
  • la création de centres régionaux d’enseignement supérieur technique, connus maintenant sous la dénomination d’« universités publiques régionales » ;
  • la réalisation d’un inventaire des besoins prioritaires de formation professionnelle et l’élaboration de mécanismes adéquats pour leur mise à jour périodique ;
  • la mise en place d’un programme alternatif non formel d’habilitation des adultes ;
  • le renforcement du niveau d’enseignement supérieur, universitaire et technologique.

32Ici encore, au plan stratégique, un partenariat entre le secteur public et le secteur privé d’entreprises se révèle souhaitable voire indispensable pour la réussite de ces actions.

4) Renforcement institutionnel et de la gouvernance

33Les actions à entreprendre ou à poursuivre visent ici à accroître la capacité du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle en termes de planification, de gestion administrative, de gestion pédagogique et d’application des cadres normatifs. Dans une large mesure, les interventions pour le renforcement institutionnel constituent des conditions nécessaires sinon suffisantes du succès de tout plan de modernisation du système d’éducation et de formation. Quelques actions importantes à cet effet :

  • réaménagement/actualisation du cadre légal, réglementaire et normatif du système éducatif à ses niveaux central, décentralisé et déconcentré ;
  • adoption formelle et diffusion, dans ses grandes lignes, d’une loi d’orientation de l’éducation ;
  • mise en place d’un système approprié d’information et de gestion pour le ministère et ses composantes départementales ;
  • amélioration des infrastructures et équipements des unités centrales du MENJS et de ses composantes départementales ;
  • formation et perfectionnement du personnel de gestion.

Perspectives

34Ces quatre axes prioritaires d’actions concernent, en vérité, l’ensemble des composantes du système éducatif. Il est heureux de constater que le Pacte national sur l’éducation et la formation (PANEF), publié en janvier 2011 et valable pour les vingt prochaines années découlant des consultations, recherches et travaux du Groupe de travail sur l’éducation et la formation (GTEF), le Plan d’opérationnalisation, élaboré par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP, 2010) pour la période allant de 2010 à 2015 et le plan de développement du système éducatif haïtien dans le cadre du projet global de la Construction d’une Haïti nouvelle (Pierre, 2010) ont repris ces axes d’actions en les actualisant et en les consolidant. Neuf parmi les principales recommandations du PANEF ont en effet été retenues comme grands axes prioritaires d’actions pour la modernisation du système national d’éducation et de formation.

Perspective à court et moyen termes

35Pour un coup d’œil prospectif sur ce que pourrait être l’avenir, voici ces neuf grandes recommandations du PANEF :

  • amélioration de la gouvernance du système d’éducation et de formation ;
  • restructuration des programmes et des curricula en prévoyant une place de choix pour l’éducation à la citoyenneté ;
  • formation des diverses catégories de personnel (cadres, enseignants, personnel de soutien) ;
  • obligation et gratuité scolaires (petite enfance, préscolaire, élèves des trois cycles de l’enseignement fondamental) ;
  • mise en place de l’enseignement secondaire de quatre ans avec un seul baccalauréat ;
  • restructuration et consolidation de la formation technique et professionnelle ;
  • réforme de l’Université d’État d’Haïti et renforcement de l’enseignement supérieur ;
  • réhabilitation et renforcement de l’éducation spéciale ;
  • alphabétisation (des 15 à 50 ans).

36Le cadre de cet article et de l’ouvrage collectif dont il fait partie ne permet pas d’entrer dans une description même sommaire des divers projets reliés à ces neuf recommandations dont le lecteur intéressé pourra prendre connaissance dans les deux rapports précédemment cités et figurant en références à la fin de cette contribution.

37Reste maintenant à mettre en œuvre de manière cohérente et efficace l’ensemble des actions articulées autour de ces axes prioritaires, ce qui aurait le maximum d’impact sur le vaste programme de reconstruction et de développement du pays. La disponibilité des ressources s’avère primordiale. Or on sait que les ressources humaines et financières du pays sont très limitées.

38Il n’empêche qu’accorder la priorité à l’éducation pour le développement d’Haïti – ce sur quoi il semble y avoir un très large consensus dans le pays et dans la diaspora – devrait se traduire concrètement par un relèvement significatif du pourcentage du budget national qui y est consacré. À se fier aux données les plus récentes disponibles, il faut reconnaître que l’État haïtien a franchi, depuis quelques années, des pas significatifs dans cette direction. Ainsi, le budget 2004-2005 de la République (Le Moniteur, 2004) a attribué un crédit de plus de 3 milliards de gourdes au secteur de l’éducation, à comparer au un peu plus de 1,7 milliard en 2003-2004, soit une hausse d’environ 80 %. Notons que ce crédit représente 10,7 % environ du crédit total alloué à l’ensemble des secteurs (environ 18,4 milliards en 2004-2005).

39Malgré ces efforts, il faut encore souhaiter que l’État puisse faire passer graduellement ses apports à la hauteur des sommes importantes consenties par les familles haïtiennes pour la formation de leurs enfants et ce, souvent sans obtenir des services éducatifs adéquats. Cela indique aussi sans aucun doute qu’il faudra compter avec l’apport de la coopération internationale et celui de la diaspora haïtienne et une amélioration significative de la gouvernance du système, en vue d’une exploitation efficiente des ressources mobilisées.

40La deuxième chose à souhaiter, dans ce monde loin d’être idéal, c’est que parmi toutes les actions présentées ici, la priorité soit accordée à l’éducation de base, voire aux trois cycles de l’enseignement fondamental, et à la formation professionnelle et technique, tout en essayant d’établir une égalité des chances entre les enfants issus des milieux favorisés et ceux des milieux défavorisés. Ce qui ne veut pas dire l’abandon à sa situation de détresse actuelle du système d’enseignement supérieur qui, somme toute, reste le principal responsable de la formation de l’ensemble des gestionnaires et agents éducatifs des autres niveaux du secteur de l’éducation et des ressources humaines qualifiées dont tous les autres secteurs de la vie nationale ont cruellement besoin.

Perspectives à long terme

41Mais le développement durable d’Haïti nécessitera plus que les bénéfices de l’instruction formelle, c’est-à-dire des compétences en termes de savoir (connaissances) et de savoir-faire (habiletés). Bien au-delà, la modernisation du système formel d’éducation devra intégrer les préoccupations relatives à de nouveaux savoir-être (attitudes et comportements) à créer ou à développer et donc certains aspects d’une mentalité (manières de penser et d’agir) à changer. Certes le savoir-être et la mentalité, éléments majeurs inhérents à la culture, ne sont pas sans liens avec les conditions d’existence matérielle des individus et le niveau de vie et de bien-être des populations. On sait en même temps que ce sont les éléments les plus difficiles à faire bouger, tout changement significatif dans ce domaine exigeant beaucoup de temps. À cet égard, le romancier poète Dany Laferrière a raison de dire que « quand tout tombe, il reste la culture » (2010), socle dont l’éducation au sens générique du terme est un élément central et sur lequel devra s’appuyer le développement durable d’Haïti. Il n’est qu’à observer ce qui se passe au pays depuis le « Goudougoudou » pour s’en rendre compte. Raisons pour lesquelles il importe d’en être conscient et de s’y atteler sans tarder.

42Dans cette optique, l’éducation jouera d’autant plus et d’autant mieux son rôle de facteur clé du développement durable d’Haïti si les préoccupations qui suivent, sans souci d’exhaustivité ou d’ordre de priorité, sont intégrées dans les programmes et curricula de l’enseignement fondamental et secondaire et deviennent des objets de campagnes systématiques de sensibilisation de la population.

1) Sensibilisation aux problèmes démographiques et familiaux

43Dans la perspective de la reconstruction du pays, de multiples programmes et projets visent à accroître et à diversifier la production nationale, base du développement durable, à travers la création de nouveaux emplois et l’élévation progressive du niveau des revenus. Même les meilleurs résultats de ces actions ne seront pas en mesure d’améliorer significativement les conditions d’existence de la population, si la croissance démographique continue à galoper à des taux supérieurs à ceux de la croissance économique. Une condition nécessaire sinon suffisante du succès de ces programmes et projets est la sensibilisation de la population, les hommes autant que les femmes, à l’importance et aux bienfaits de comportements nouveaux à adopter en matière de sexualité et plus largement d’une nouvelle conception à développer quant à la famille et aux relations entre ses membres. Ce sera le résultat, en plus de ces campagnes de sensibilisation, d’une formation intégrant les préoccupations liées à un nécessaire contrôle des naissances et plus largement à l’éducation familiale et au sens des responsabilités parentales.

2) Sensibilisation aux problèmes de l’environnement

44La problématique de la dégradation de l’environnement en Haïti est grave et complexe à travers ses multiples dimensions. Mais ces problèmes sont bien connus parce que quasi séculaires et résultant de comportements insouciants s’étendant sur plusieurs décennies. La déforestation combinée avec l’érosion des terres arables, les deux visages les plus notoires de cette dégradation de l’environnement, ont des conséquences néfastes sur la production agricole et pour le monde rural.

45Comment amener les paysans à ne plus exploiter de n’importe quelle manière les arbres des forêts ? Les clients de ces paysans, notamment les blanchisseries et les boulangeries, à trouver des produits substituts du charbon de bois ? Les compagnies de construction et les particuliers, à ne plus exploiter les carrières de sable et de pierres n’importe comment, à ne plus construire les immeubles et les maisons d’habitation dans le non-respect le plus total des règlements et normes d’urbanisme ? Les réponses à ces questions ne sont pas simples. Mais il n’y a pas de doute que l’éducation pourra contribuer à sensibiliser les citoyens à cet important enjeu et amener les divers acteurs à adopter des comportements plus conscients et respectueux de l’environnement. Démarche accompagnée d’une application sérieuse des règlements en vigueur, assortie au besoin de sanctions ou amendes appropriées, quant aux infractions à ces règlements, après les avertissements d’usage des agents responsables.

3) Sensibilisation aux problèmes sanitaires et d’hygiène publique

46Le capital humain, principale ressource d’un pays, est une population bien formée, mais c’est aussi une population en bonne santé. S’il est vrai que « prévenir vaut mieux que guérir », l’éducation a un rôle important à jouer dans la santé, à travers la sensibilisation, dès le plus jeune âge, aux problèmes d’hygiène corporelle individuelle et d’hygiène publique, et à l’importance d’attitudes et de comportements appropriés à développer à cet égard. D’abord à l’école pour ceux qui y ont et y auront de plus en plus accès, devenant à leur tour des agents multiplicateurs des bénéfices reçus auprès de leur entourage, mais également par des campagnes utilisant les mass media en vue d’atteindre toutes celles et tous ceux, jeunes et adultes, qui n’ont pas été ou ne sont pas scolarisés. L’impact de ces actions risque évidemment d’être fort limité, si l’État, via notamment le réseau des collectivités territoriales, et les instances nationales dont ces collectivités relèvent ne jouent pas correctement leur partition dans ce domaine.

4) Éducation à la citoyenneté

47La dernière mais non la moindre préoccupation est la citoyenneté, entendue comme la manière dont les personnes appartenant à une société se comportent dans l’exercice de leurs droits mais aussi dans l’accomplissement de leurs devoirs, ce sur quoi l’éducation peut influer de manière significative. Il convient de souligner que, si le fonctionnement et le développement d’un pays relèvent d’abord et principalement de l’État, des institutions qui l’incarnent et de leurs dirigeants, ses citoyens et citoyennes y ont aussi leur large part de responsabilité. Encore faut-il que les uns et les autres soient bien imbus autant de leurs droits que de leurs devoirs et conscients de l’impact que leurs attitudes et leurs comportements sont susceptibles d’avoir sur le bien-être collectif. À ce double égard, et davantage en ce qui concerne les devoirs, la formation à la citoyenneté s’avère très importante. Le dispositif à mettre en place dans cette perspective devra être diversifié et aller au-delà de ce qu’a pu apporter aux jeunes du pays le « petit manuel d’instruction civique ».

48Cette formation à la citoyenneté contribuera en outre à l’émergence d’un leadership national, incarné au sommet, aux échelons intermédiaires et au niveau local, dans des entités institutionnelles nouvelles ou rénovées des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, un leadership basé sur une vision partagée et l’harmonisation des rapports entre les grandes composantes sociales d’une nation haïtienne réconciliée avec elle-même, faisant une large place à sa diaspora, mobilisée pour être à la hauteur des défis à relever. Un leadership donc qui ne pourra faire l’économie d’une opération « vérité » et d’un réel dialogue social destinés à la réalisation d’une véritable « refondation » de l’État et au rétablissement des liens de confiance entre la société haïtienne en reconstruction et ses dirigeants, entre les administrations publiques et les administrés.

49Cette gouvernance renouvelée sera articulée autour de pouvoirs partagés entre les instances du niveau central et celles des collectivités territoriales, une place importante étant dévolue aux acteurs institutionnels majeurs de la société civile. Elle sera encadrée par le principe effectif du respect réciproque des responsabilités des uns et des autres, des règles de la démocratie et de l’éthique, sa boussole étant la recherche du bien commun.

Conclusion

50Quel que soit notre degré de conviction concernant le caractère de l’éducation comme bien public et comme facteur majeur du bien-être des individus et du développement des peuples, quelle que soit la qualité des programmes d’action élaborés pour le secteur, l’on risque fort de passer à côté des cibles visées si ces programmes ne sont pas solidement arrimés à un projet global de société, traduit dans un plan d’ensemble, et mis en œuvre à partir d’une stratégie axée sur le respect, par un État à refonder, de la personne et de ses droits fondamentaux, la participation de l’ensemble des citoyennes et citoyens conscients de leurs devoirs (l’éducation est l’affaire de toutes et de tous !) et la mise en place de conditions pour une indispensable stabilité politique et une paix sociale même relative. Projet de société qui devra assurer que les bénéficiaires du plan de modernisation du système d’éducation et de formation, particulièrement au niveau supérieur, ne quittent pas le pays pour des cieux meilleurs.

51Idéal voire utopique, diront certains, mais c’est le chemin long, ardu et malaisé par lequel il faudra passer pour qu’en Haïti, les lendemains qui tremblent deviennent des lendemains qui chantent.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Delors, Jacques, 1996, L’éducation, un trésor est caché dedans, rapport à l’Unesco de la Commission internationale sur l’éducation pour le XXIe siècle, Paris, Odile Jacob.

Document de stratégie nationale pour la croissance et la réduction de la pauvreté, Port-au-Prince, Ministère de la Planification et de la Coopération externe, consultable en ligne : http://www.mpce.gouv.ht/dsrp.htm

GTEF, 2007, 2008, 2009, 2010, Divers documents produits dans le cadre de la préparation du Pacte national sur l’éducation et la formation (PANEF), Port-au-Prince, Groupe de travail sur l’éducation et la formation.

— 2011, L’éducation par-dessus tout : pour un Pacte national sur l’éducation et la formation en Haïti, Port-au-Prince, Groupe de travail sur l’éducation et la formation, janvier.

Laferrière, Dany, 2010, Tout bouge autour de moi, Montréal, Mémoire d’encrier.

Le Moniteur, 2004, « Budget 2004-2005 », numéro spécial, 26 octobre.

Lundvall, Bengt-Äke et Johnson, Björn, 1994, « The Learning Economy », Journal of Industry Studies, vol. 1, n° 2, p. 23-42.

MENFP, 2010, Plan d’opération des grandes recommandations du Groupe de travail sur l’éducation et la formation (GTEF), Port-au-Prince, ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle.

MENJS, 1998, Le Plan national d’éducation et de formation (PNEF), Port-au-Prince, ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports, Imprimeur II.

Moisset, Jean, 1983, « L’école comme agent économique », in R. Cloutier, J. Moisset et R. Ouellet, Analyse sociale de l’éducation, Montréal, Boréal Express.

Moisset, Jean-Joseph, 2006, « Éducation et développement en Haïti : quelques réflexions et pistes d’action », in Actes du Colloque sur l’économie de l’éducation, Port-au-Prince, Association haïtienne des économistes (AHE) et ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP).

— 2010, « Les enjeux de la reconstruction d’Haïti après le séisme du 12 janvier 2010 », Maturité, bulletin trimestriel de l’Association internationale francophone des aînés (AIFA), vol. 20, n° 2.

OCDE, 2001, Du bien-être des nations : le rôle du capital humain et social, Paris, Organisation de coopération et de développement économiques.

Pierre, Samuel, 2010, Construction d’une Haïti nouvelle. Vision et contribution du GRAHN, Montréal, Presses internationales Polytechnique.

Schultz, Theodore William, 1983, Il n’est de richesse que d’hommes : investissement humain et qualité de la population, Paris, Bonnel, coll. « Économie sans rivage ».

Smith, Adam, 1776, The Wealth of Nations, livre II, Londres, Routledge.

Notes

1 Le texte de cet article est le produit d’une réflexion et d’une recherche amorcées depuis un certain temps déjà (Moisset, 2006 ; 2010).

Auteur

Spécialiste en économie, planification et gestion de l’éducation, il a assumé, entre autres, les fonctions de professeur, de chef du département d’administration et politique scolaire ainsi que de vice-doyen à la recherche à la faculté des sciences de l’éducation de l’université Laval dont il est aujourd’hui professeur émérite. Migrant haïtien au Canada, il a entrepris plusieurs missions pour des institutions internationales auprès du gouvernement haïtien. Il est l’un des membres fondateurs de l’université Quisqueya de Port-au-Prince où il a assumé à l’occasion des tâches d’enseignement et de planification stratégique. Ses travaux de recherches et publications portent principalement sur les dimensions socio-économiques et la gouvernance des systèmes éducatifs. Jean-Joseph.Moisset@fse.ulaval.ca

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540