Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et hospitalité

 | 
Anne Gotman

Les municipalités et leurs résidents

La place des miséreux et des malades à Lyon, de l’Ancien Régime à nos jours

Olivier Zeller

Texte intégral

Formes, pratiques et idéologies de l’hospitalité urbaine moderne

La ville-tombeau, ou l’indispensable immigration

1C’est une problématique fondamentale que celle qui porte sur les régulations ayant affecté les flux de population vers les villes européennes de la modernité. En effet, ces courants jouaient un rôle vital, au moins de la fin du Moyen Âge jusque vers 1850, puisqu’un déficit démographique chronique caractérisait la quasi-totalité des grandes villes. Deux explications concourantes ont ici été proposées. Aujourd’hui fortement relativisée (Perrenoud 1982), la théorie de Sharlin décrivait un système auto-entretenu dont les migrants auraient été responsables (1978). La nécessité de recourir à une immigration constante amenuisait la natalité, puisque ceux des nouveaux arrivés qui réussissaient assez leur entrée en ville pour se marier ne convolaient que tardivement, n’engendrant de ce fait que des descendances réduites. On peut également évoquer la surmortalité relative des immigrants, régulièrement mise en évidence. Le second ordre de causalités aujourd’hui privilégié tenait au haut niveau de morbidité du milieu urbain. La ville était à la fois « délétère » du fait de ses pathologies sociales, à l’exemple de l’alcoolisme londonien du xviiie siècle, comme de celui des très graves pollutions (Baríes 1999), liées aux déficiences de l’assainissement, aux pratiques funéraires et aux effluents d’activités dangereuses relies que celles des ranneus, des équarrisseurs, des boyaudiers ou des vidangeurs. Dans les villes densément peuplées, la promiscuité aggravait bien évidemment les effets de cette absence d’hygiène.

2Dans beaucoup de grandes villes françaises, le xviiie siècle vit même le problème du remplacement des effectifs s’aggraver par la banalisation de la mise en nourrice à la campagne. Pour beaucoup des enfants placés par leurs parents, le voyage était sans retour. Quant aux abandonnés relégués au loin par les hôpitaux, leurs chances de survie étaient minimes. On comprend que les villes aient eu absolument besoin de recourir à l’immigration pour conserver leur peuplement, a fortiori pour l’accroître. Mais il ne s’agissait pas pour elles que de combler un déficit démographique. Le turn-over des populations urbaines était extrêmement élevé, en particulier celui des compagnons, des servantes, des domestiques et, plus généralement, des personnes les plus vulnérables socialement. Les villes étaient donc des centres de redistribution qui, à court ou à moyen terme, ne retenaient guère qu’un immigrant sur deux ; cette proportion a notamment pu être établie dans le cas de Rouen au xviiie siècle (Bardet 1983). L’afflux des migrants vers la ville « promise » (Roche 2000) était par là un fait absolument essentiel.

Catégories juridiques et politiques de l’immigration

3Il convient bien évidemment de ne pas s’enfermer dans un cadre monographique, fut-il parisien ou lyonnais, et de replacer l’hospitalité urbaine dans un cadre européen. Dès lors, les enjeux apparaissent comme formant un véritable triangle dont les côtés seraient la volonté de contrôler l’immigration urbaine, celle de réguler l’accès à l’exercice d’une profession, et celle de maîtriser l’assistance aux pauvres, aux infirmes et aux vieillards.

4Depuis longtemps, les historiens ont mis en évidence les catégories mentales définissant l’appartenance à la ville dans la première modernité. Les remparts se dressaient absolument partout, sauf en Angleterre. Ils jouaient non seulement un grand rôle emblématique et juridique ; ils délimitaient un monde de l’entre-soi structuré par des organisations politiques, miliciennes, festives, « corporatives », confraternelles, paroissiales, ou de quartier, sans oublier les structures de sociabilité informelles liées, par exemple, aux réseaux de voisinage. Hors les murs s’étendaient des espaces « étrangers ». L’origine qualifiant l’individu, on distinguait partout l’immigrant de l’indigène.

5De cette dichotomie entre « habitant » et « forain » témoignait le vocabulaire. Toute ville italienne différenciait les cittadini, les abitanti, d’une part, des forestieri, d’autre part. Toute ville allemande avait ses Bürger, bien distingués des Beisassen... Mentalement, le mépris, l’hostilité, à tout le moins la méfiance attendaient tout « étranger » entrant en ville. La xénophobie semble avoir imprégné la culture populaire : lorsqu’une Parisienne du xviiie siècle échange publiquement des insultes avec son mari, elle menace de le tromper (Farge 1986), serait-ce avec un Savoyard !

6Cette perception péjorative de l’altérité se trouvait étayée par l’importance formelle des différents statuts de cohabitation. Le Moyen Âge avait généralement légué des catégories duelles, distinguant des bourgeois participant au pouvoir politique local de simples manants ou habitants tolérés. L’époque moderne connut un double phénomène d’accentuation des ségrégations.

7D’une part, le processus de segmentation du corps social urbain se traduisit par une étonnante démultiplication interne des statuts d’occupation réservant à une minorité l’essentiel des droits politiques et des avantages fiscaux. Par exemple, les Genevois se répartissaient entre des Citoyens et Bourgeois, participant seuls à une vie politique de plus en plus oligarchique, des Natifs, nés dans la ville de parents étrangers, des Habitants, qui avaient acheté des lettres leur permettant de résider, des Domiciliés, immigrants récents admis à partir du xviiie siècle dans le cadre d’un nouveau statut et, au bas de l’échelle, des Sujets, ruraux du petit terroir de la ville (Puiz 1974). De très nombreux cas semblables pourraient être cités, à Hambourg, à Lübeck, à Venise, à Berne, à Amsterdam. .. Cette segmentation, qui alla en se complexifiant, était à la fois l’agent et le miroir de la fermeture sociale observable à peu près partout.

8D’autre part, les exigences de fortune, d’honorabilité, de confession, de naissance et d’origine furent multipliées dans des perspectives d’exclusion. L’histoire des villes modernes est émaillée de cas de xénophobie. Par exemple, Genève rejeta les réfugiés français jusqu’en 1554, la francophobie l’emportant sur la solidarité entre réformés (Monter 1974). Le plus souvent, les villes utilisaient le régime des droits de cité pour mettre en œuvre des exclusives religieuses. Ainsi, l’appartenance à la religion locale était obligatoire dans ce que Mack Walker a pu appeler les German Home Towns, petites villes typiques de l’espace allemand moderne, arc-boutées dans l’intolérance religieuse er la crainte de l’immigrant (1971).

9Dans un registre tout différent, l’existence de véritables droits municipaux du séjour et de l’installation permettait à beaucoup de villes de pratiquer de véritables politiques de régulation de l’immigration, à la fois sur le plan quantitatif et qualitatif. Foncièrement fermées et répulsives, les German Home Towns s’évertuaient non seulement à exclure les juifs, mais aussi à dissuader toute immigration, ce qui supposait, pour ne pas disparaître, qu’elles aient des niveaux de fécondité exceptionnels. Par exemple, en 1579, 9 % seulement des habitants de Nördlingen n’étaient pas natifs de la ville. Bien des villes pratiquaient une politique de sélection qualitative par la fortune, en opposant aux candidats à l’intégration des exigences de richesse. Mais, la plupart du temps, les municipalités voyaient dans leur pouvoir de fixation du montant des droits d’habitation ou de bourgeoisie un sûr instrument de régulation conjoncturelle.

10Autre aspect essentiel, le filtrage professionnel exercé grâce aux conditions requises pour entrer en ville. Les mentalités d’Ancien Régime ignoraient l’idée de concurrence, et les discours sur le laisser faire, laisser passer que produisit le libéralisme économique du xviiie siècle furent très loin d’être partagés par la majorité des populations. Bien au contraire, l’immobilisme était posé en idéal : la situation héritée était supposée être le fruit de la sagesse des ancêtres et des effets de la divine Providence... Au point que, tard dans le xviie siècle, accuser une pratique d’être une novelleté revenait à lui affecter les pires connotations négatives. Ces attitudes marquaient tout particulièrement le monde du travail. Chercher à produire plus, ou plus vite, vendre moins cher, proposer de nouveaux produits, embaucher davantage : autant de procédés jugés déloyaux et immoraux, puisque ne pouvant qu’ôter le pain de la bouche des confrères. L’étroite réglementation pratiquée par les « corporations » s’inscrivait dans un univers mental obsidional que véhiculait d’ailleurs un langage urbain spécifique (Cerutti 1990). La ville était donc une véritable zone de défense contre les productions mettant en péril ses structures internes de production. Partout, la réglementation des marchés limitait au strict nécessaire les possibilités laissées aux forains : par exemple, les boulangers étrangers ne pouvaient venir vendre que des quantités limitées à des jours donnés, afin que, contribuant à l’approvisionnement urbain, ils ne puissent toutefois pas concurrencer les boulangers de la ville.

11L’acquisition du droit de cité était donc rendue extrêmement difficile chaque fois que sa possession était nécessaire pour exercer un métier. On mesure l’extraordinaire pouvoir qui était indirectement conféré aux organisations de métier. Certaines exigeaient, par exemple, d’être issu d’un mariage légitime. À Amsterdam, les « corporations » n’admettaient que des bourgeois statutaires dans leurs rangs. La politique de dévolution du droit de bourgeoisie, le poorterrecht, aboutissait donc à réaliser une véritable régulation du marché du travail (Nusterling 1985). Presque partout, la fermeture à l’étranger se renforça par les stipulations des règlements de métier. Leur évolution tendait à mettre en place une hérédité sociale de fait. Quand le fils du maître voyait les durées de son apprentissage et de son compagnonnage réduites, quand les droits d’accès à la maîtrise étaient pour lui significativement diminués et quand le chef-d’œuvre de réception était réduit à une simple formalité, voire oublié, il jouissait d’une énorme supériorité sut l’impétrant forain qui, de surcroît, ne pouvait compter sur une transmission assurée de la boutique et de l’atelier. Même quand les métiers réglés n’étaient pas en position d’exiger la possession du statut bourgeois, ils ne se fermaient pas moins sur eux-mêmes, renforçant leur cohésion par une homogamie affirmée. À la limite, le contrôle du champ professionnel pouvait à lui seul inspirer toute la politique municipale de l’immigration. Ainsi, lorsque les maîtres des métiers zurichois s’assurèrent une représentation massive au grand conseil de la ville en 1545, ils firent suspendre toute immigration pour éliminer leurs concurrents.

Conditions d’accès à l’assistance

12Malthusianisme professionnel er sélection par la fortune se rejoignaient dans une même préoccupation : celle de ne pas alourdir les charges caritatives de la ville. Énorme sujet de l’historiographie moderne, que cette question de l’assistance, riche de controverses. Il est établi que la ville possédait presque seule des institutions spécifiques vouées à soulager la misère. Des systèmes frumentaires avaient été mis en place à peu près partout au xvie et au xviie siècle. Soit il s’agissait de greniers publics destinés à influencer les cours à la baisse, soit il s’agissait de distributions alimentaires directes. Des hôpitaux accueillaient les malades, les vieillards, les parturientes pauvres, les enfants abandonnés, mais aussi les passants, qu’ils fussent pèlerins, soldats, colporteurs ou mendiants. En temps de crise, les pauvres affluaient vers les villes qui, submergées, leur fermaient leurs portes et plaçaient des chasse-coquins aux endroits stratégiques. Sans beaucoup d’efficacité : par exemple, les misérables s’introduisaient nuitamment à Lyon, durant la pire famine du xvie siècle, en s’allongeant sur des radeaux glissant sous les chaînes censées barrer la Saône. Arriva le temps du grand renfermement cher à Michel Foucault. Ce n’est pas en quelques lignes que peut être retracée l’immense controverse qui naquit de ses travaux. Certes, le retranchement des indésirables ne fut jamais massif, ni durable. Faute de moyens ! Et la leçon de Foucault est à prendre dans le registre de l’histoire des idéologies et des relations sociales. Toute une littérature lénifiante, qui encense la charité chrétienne de jadis, oublie de considérer l’horreur de la réalité – les conditions de vie à l’hôpital de Gênes pouvant inciter au suicide par défenestration –, la mesquinerie des dons – à Lyon, la fondation de l’Aumône générale fut combattue par le clergé er il fallut recourir à la taxation d’office des bourgeois réticents – et l’immense mépris universellement affiché par les élites sociales envers des pauvres assimilés à des oisifs, donc à de dangereux dépravés. Rares furent les villes où, comme à Hambourg, la préoccupation fondamentale était de tenter de faire disparaître le paupérisme par une triple politique d’emploi, de santé et d’assistance (Lindemann 1990).

13C’est donc l’aspect le plus visible et, sans doute, le plus important de l’hospitalité urbaine d’Ancien Régime que cette pratique de l’hospitalisation. De manière générale, la préoccupation des autorités municipales ou hospitalières fut de limiter l’accès à cette assistance. On distingua donc de « bons » et de « mauvais » pauvres. Les uns devaient leur état au malheur : chômage, infirmité, charge de trop nombreux enfants, vieillesse invalidante. Ils devaient être avoués, c’est-à-dire que leur moralité et leur conformité aux normes religieuses locales devaient être reconnues et au besoin attestées par des personnes dignes de foi : bourgeois ou membres du clergé. Être né dans la ville ou pouvoir prouver une grande ancienneté de résidence étaient des arguments capitaux pour accéder à l’assistance. Les autres étaient supposés oisifs, fainéants, et leur mendicité était souvent décrite comme l’exercice d’une véritable profession destinée à émouvoir. Devenus menaçants, les pauvres rebelles étaient traités comme des criminels. L’attitude des villes était donc presque partout la même : en temps de crise, qu’il s’agisse d’une disette, de la menace d’un siège, d’une épidémie ou de tensions sociales graves, elles prenaient des mesures draconiennes d’expulsion des pauvres. Le cas extrême fut celui de l’application des sauvages Poor Laws anglaises, prévoyant la marque au fer rouge des mendiants et leur renvoi dans leur paroisse d’origine avec, pour perspective, le travail forcé dans ces bagnes qu’étaient les workhouses et la pendaison en cas de récidive.

14En temps ordinaire, ces mêmes villes se préoccupaient de limiter les charges caritatives par trois grands procédés. Tout d’abord, elles tentaient de s’opposer à l’installation des simples passants. Les pauvres voyageurs pouvaient recevoir une aumône, une très courte hospitalité, un viatique alimentaire, mais à condition de passer leur chemin. Ils étaient souvent reconduits jusqu’à la porte opposée à celle de leur arrivée.

15Ensuite, elles cherchaient à refouler les immigrants susceptibles de devenir rapidement une charge. A Francfort et à Cologne, le candidat à la bourgeoisie devait jurer qu’il ne solliciterait rien avant un nombre d’années défini (Jütte 1984). À Zurich, il devait déclarer la nature de son métier et le nombre de ses fils (Schmid 1995). À Strasbourg, l’attribution de la bourgeoisie supposait une véritable caution solidaire, celle de la communauté de métier qui, acceptant le nouveau venu dans ses rangs, devrait faire son affaire de le secourir. Et, si Amsterdam possédait un orphelinat modèle, ce n’était que pour garantir la reproduction sociale : il n’était accessible qu’aux enfants d’habitants décédés après avoir joui durant sept années au moins du droit de bourgeoisie (McCants 1997).

16Enfin, les villes s’appliquaient à réduire le plus possible le nombre de bénéficiaires. Les distributions alimentaires pouvaient être refusées après enquête : on craignait que les dons soient revendus par les assistés. Surtout, des clauses d’âge et d’ancienneté de résidence furent très couramment imposées pour retarder, entre autres, l’entrée dans les maisons de vieillards.

Les conditions sociales de l’entrée en ville

17À ces images de fermeture extrême de la ville s’opposent, certes, des contre-exemples. Barricadée contre quiconque prétendait prendre part à la vie professionnelle et politique sans montrer patte blanche, la ville offrait cependant nombre de possibilités d’entrée à la marge des corps officiels. L’impact des réglementations professionnelles était très variable. Ici, un très grand nombre de métiers étaient jurés ; là, quelques-uns seulement, laissant libre un vaste espace d’activité. Il était même des villes qui, par privilège particulier, pratiquaient la liberté du travail, devenant de ce fait particulièrement attractives. Il est vrai que la tendance, dès le milieu du xviie siècle, fut au durcissement des réglementations et à l’encadrement d’un nombre sans cesse croissant de métiers.

18En effet, l’entrée en ville se faisait surtout de deux manières : par l’arrivée en apprentissage ou en compagnonnage, ou par la mise en condition, c’est-à-dire le placement d’enfants comme valet ou servante. Les trajectoires individuelles ainsi lancées pouvaient suivre des cours différents. Une petite minorité se soldait par une mobilité ascendante, ne fût-ce que par l’accession au statut de maître ou par une sûre carrière de domestique fidèle. Une majorité correspondait à la stagnation au niveau de compagnon, d’ouvrier dépendant, ou de serviteur allant de place en place, quand ce n’était pas de ville à ville ou de petit métier à petit métier. L’échec prenait de multiples formes : retour au pays, mort précoce ou déclassement, les femmes tombant dans la prostitution, les hommes dans la délinquance ou la mendicité. Finalement, aux catégories urbaines stables à l’échelle de plusieurs générations, membres de bourgeoisies diverses dont les noms peuplent les actes notariés et les registres paroissiaux, s’opposait un monde de l’extrême mobilité, fait de domestiques, de serviteurs et d’ouvriers domiciliés le plus souvent chez le maître et qui, ne possédant que peu, si ce n’est rien, n’étant pas nés dans la ville, n’y ayant jamais pu convoler en mariage et, souvent, l’ayant quittée avant de mourir, sont les immenses absents des archives, que seule l’opération de recensement, hélas exceptionnelle sous l’Ancien Régime, peut saisir inopinément.

L’exemple lyonnais

Lyon, ville attractive

  • 1 Cette contribution est le fruit d’un travail collectif mené par l’équipe « Histoire des villes et (...)

19Pour mettre en œuvre cette problématique très riche qui est celle des pratiques historiques de l’hospitalité, Lyon sous l’Ancien Régime constitue un terrain d’étude très riche. D’une part, il était peu de villes qui dussent recourir aussi massivement et continuellement qu’elle à l’immigration. Cela tenait à sa singularité fonctionnelle, celle d’être une ville industrielle à une époque où prédominaient plutôt ce que Bernard Lepetit nommait les « villes d’Ancien Régime » fondées sur les fonctions administratives et judiciaires. D’autre part, Lyon était une ville parmi les plus ouvertes. Le droit de bourgeoisie n’était qu’un statut offert aux membres des élites économiques de la région, leur permettant d’échapper à la fiscalité de la taille et de vendre leur vin franc de taxes à leur domicile lyonnais. En revanche, un certain cosmopolitisme était favorisé par les privilèges des foires de Lyon, protégeant en cas de guerre les étrangers – au sens contemporain du terme – des confiscations et des emprisonnements au titre des droits de présailles et de représailles tout en leur offrant des avantages fiscaux recherchés. En dernier lieu, Lyon était une ville dotée de fortes structures d’assistance : Hôtel-Dieu, Aumône générale, Bicêtre, Greniers d’Abondance. C’est ici la richesse de ses archives hospitalières qui a permis la mise en œuvre d’un questionnement portant spécifiquement sur l’hospitalité urbaine1.

Le dispositif d’assistance (xvie-xviiie siècle)

20Le dispositif hospitalier lyonnais a été maintes fois décrit (Gutton 1971). Longtemps, l’Hôtel-Dieu se chargea de l’essentiel en accueillant les pauvres de passage et les malades. Depuis 1478, il était contrôlé par la municipalité. Les confréries et les quelques petits hospices décadents que gérait le clergé participaient de plus en plus médiocrement à l’assistance. Un acte novateur, appelé à être imité, fut donc la création de l’Aumône générale en 1531. Cette institution naquit dans un contexte de très forte tension. Alors que l’activité industrielle et commerciale liée aux foires justifiait une forte expansion démographique, la conjoncture s’était renversée, marquée par la révolte de 1529, la Grande Rebeyne, qui avait tant effrayé les élites bourgeoises et ecclésiastiques. En 1530, les consuls en charge de l’autorité municipale se virent confrontés à la nécessité d’encadrer les nombreuses victimes du chômage. Tant pour réprimer la mendicité que pour mettre les pauvres de force au travail, on recensa les indigents en vue de les nourrir et de les loger. Mais le fardeau excédait les capacités financières de la municipalité qui, dès avril, dur organiser des quarantaines dans l’hôpital Saint-Laurent. En octobre éclatèrent quelques troubles qui furent imputés aux Savoyards arrivés en nombre parmi les 8000 pauvres supposés être entrés dans la ville.

  • 2 AHCL, AG, E 2 (10 avril et 27 novembre 1644).
  • 3 AHCL, AG, E 66 (1649).
  • 4 AHCL, AG, E 3 (25 avril 1660) et E 66 (1661).
  • 5 AHCL, AG, E 2 (13 janvier 1661).
  • 6 AHCL, AG, E 3 (18 juillet 1715).
  • 7 AHCL, AG, E 3 (13 février 1724).

21Cette conjoncture explique la teneur de l’assemblée organisée par le Consulat du 8 mai 1531. Diverses conceptions s’opposèrent. Les uns voulaient aider tous les pauvres, les autres préféraient privilégier les Lyonnais et de ne faire bénéficier les étrangers que des éventuels surplus. Le système finalement retenu centralisait toutes les aumônes entre les mains du Consulat et reposait sur le principe de dons volontaires. Les fonds servirent à distribuer quotidiennement des pains à quelque 8000 assistés, à qui l’on procurait également un abri : les Lyonnais étaient accueillis dans quatre couvents ou hôpitaux, significativement séparés des étrangers renvoyés en périphérie, à Ainay. Le retour de l’abondance entraîna l’arrêt de l’assistance frumentaire le 9 juillet : on intima aux pauvres étrangers l’ordre de quitter la ville, non sans les munir d’un dernier viatique. Pourtant, dès le 25 janvier 1533, l’institution renaquit sous forme définitive. Cette Aumône générale était appelée à se charger des pauvres et des orphelins. Elle jouait un rôle d’hospitalité considérable, prenant en charge la distribution de pain et de monnaie aux pauvres étrangers connue sous le nom de passade. Celle-ci était parfois suspendue pour pallier les abus, surtout en temps de crise frumentaire2 ; au début de celle de 1649, les étrangers furent soupçonnés de « passer et de repasser » à dessein, et plus rien ne fut donné du 1er mai à la Toussaint3. Rétablie en 16604, la passade fut désormais associée à un contrôle des étrangers destiné à les contraindre à quitter effectivement la ville. En 16615, il fut décidé que les passants seraient reconduits aux portes par les Suisses et les bedeaux. Puis, au début du xviiie siècle, l’idée de faire participer les vieillards au contrôle des passants vit le jour6. Les Suisses restaient postés aux portes ; désormais, deux vieillards valides escorteraient les passants tout au long de leur traversée de Lyon. À partir de 17247, les étrangers arrivés après six heures, donc trop tard pour recevoir la passade, furent reçus pour la nuit à l’hôpital du faubourg de La Guillotière, leur passage surveillé dans la ville se trouvant différé jusqu’au lendemain.

22L’Aumône s’était imposée comme institution essentielle dès 1615-1622 en se dotant de l’immense hôpital de la Charité destiné à accueillir les vieillards, à secourir les pauvres, mais également à interner les mendiants, exemple précoce de renfermement. Dès la première moitié du xviiie siècle, cette Charité ne suffit plus. Entre 1745 et 1753, les recteurs de la Charité construisirent le Bicêtre de la Charité qui ouvrit en 1759 et dut être agrandi dès 1777. Ainsi, l’assistance lyonnaise reposait sur un système bicéphale, l’Hôtel-Dieu conservant la charge des enfants abandonnés, des femmes et des filles enceintes et, naturellement, des pauvres malades.

Des mesures de circonstance à la réglementation

  • 8 AHCL, AG, E 6, p. 304.
  • 9 AHCL, AG, E 9, p. 315-316.
  • 10 AHCL, AG, E 6, p. 320.
  • 11 AHCL, AG, E 9, p. 315-316.
  • 12 AHCL, AG, E 7, p. 352.
  • 13 AHCL, AG, E 2.
  • 14 AHCL, AG, G 347-368.
  • 15 AHCL, AG, G 347-360.
  • 16 AHCL, AG, G 347-366.
  • 17 AHCL, AG, G 347-363.

23Une première constatation s’impose : il n’existait pas de ligne politique constante chez les recteurs. Détenteurs d’une part capitale de la gouvernance urbaine, ces derniers arrêtaient le plus souvent des mesures sous la pression de l’événement. Mais leurs décisions ne reflétaient pas nécessairement l’attitude de la population, loin s’en faut. Des résistances à la politique d’enfermement ont été constatées (Gutton 1971) ; d’autres se notent au sujet de l’interdiction de séjour des pauvres étrangers. Ainsi, en 1543 et 15448, les recteurs dénonçaient l’activité des bateliers, qui jouaient le rôle de passeurs au profit de nombreux Savoyards. On édicta un règlement permanent en 1559, interdisant de « mectre sur leurs bateaulx, beches aucun pauvres invallides et mendians pour entrer dans la ville par ruse sur peine du fouët9 ». Par ailleurs, il fallut également réprimer les hôteliers logeant des maraulx...10. Après des actions de circonstance, comme cette descente de bedeaux arrêtant les pauvres et leurs hôtes en 1544. En 1559, les recteurs publièrent une nouvelle ordonnance contre l’accueil des mendiants. L’interdiction de « loger plus hauct d’une nuict » les mendiants étrangers11 s’étendit même aux faubourgs. On relève des indices d’une attitude de la population qui aurait été favorable aux misérables : une délibération de 1550 fait injonction aux bedeaux de ne plus agir qu’en groupe, devant la « grande affluance et habondance de pauvres en ville ayant support du menu peuple12 ». Une délibération de 167313 démontre la permanence de ces solidarités14. Jean-Pierre Gutton (1971 : 358) explique ces réactions de violence collective par le sentiment d’appartenance au même monde que le pauvre que l’on arrête. Il paraît significatif qu’aient été sans cesse réitérées les ordonnances qui interdisaient aux pauvres l’entrée dans la ville15, tout en défendant aux habitants de les loger, de les nourrir ou de leur donner l’aumône16 sous peine de lourdes amendes : 150 livres en 1665. En 1670, on interdisit même aux bateliers d’introduire en fraude des pauvres étrangers en leur prêtant des vêtements pour tromper les gardes17...

De nouveaux discriminants : de l’origine à l’ancienneté résidentielle

  • 18 AHCL., AG, E 5, p. 196-197.
  • 19 AHCL, AG, E 5, p. 265.
  • 20 AHCL, AG, E 10, p. 567, 569 et 584.

24Lors de la rédaction des statuts primitifs de l’Aumône générale, nul critère d’origine ou d’ancienneté résidentielle ne conditionnait explicitement l’accès aux droits, sauf dans le cas de la femme « chargée d’enfants », qui devait « gagner sa vie, pourveu qu’elle soit de la ville ou si elle n’est de la ville, il faut qu’elle s’en aille hors de la ville, et s’en retourne d’où elle est ». Cependant, les recteurs restreignirent très vite les conditions de l’assistance aux adultes, limitant la distribution de l’aumône aux « natifs de ceste ville » dès le 22 juillet 153718 et refusant leur aide aux pauvres étrangers. Ainsi, le 15 juillet 1543, le droit à l’aumône fut dénié à un ladre de la léproserie de la Madeleine, « homme estrangier non natif de la ville19 ». Durant tout le xvie siècle, ce critère semble avoir prévalu, sauf, apparemment, lors de la domination de Lyon par les protestants, période durant laquelle le critère religieux devint, à un certain moment, l’unique discriminant pour l’accès aux aides20.

25Quant à l’usage du critère d’origine, il tenait à la volonté constante des recteurs de réserver l’assistance aux Lyonnais de naissance et, en particulier, de refuser d’aider la population des faubourgs, en mettant toujours en avant les mêmes arguments. L’aumône était destinée « aux pauvres dans l’enclos », elle représentait déjà une charge écrasante et il convenait d’éviter dans les faubourgs un effet d’appel migratoire qui jouerait particulièrement en Savoie et en Dauphiné.

  • 21 AHCL, AG, E 1, p. 384, 9 septembre 1607.
  • 22 AHCL, AG, E 1, p. 496-497, 9 juin 1619.
  • 23 AHCL, AG,– G 347-G 353.

26Au début du xviie siècle, un nouveau discriminant apparut dans les statuts. Désormais, l’institution n’accepterait de secourir que les adultes ayant « demeuré sept ans dans la ville21 ». Assez rapidement, ce critère d’ancienneté résidentielle se combina avec le critère d’origine pour limiter le nombre de personnes à secourir. En 1619, les recteurs décidèrent que « nul ne pourra être receu auxdittes distributions et hopital des enfermés qu’il n’aye demeuré sept ans dans la ville et y faisant actuelle résidance lors qu’il se présentera pour sa réception encor bien qu’il fut natif de cette ville ayant délaissé son habitation en icelle22 ». Cependant, le strict critère d’origine continuait de fonder la distinction classique entre des pauvres reconnus et dignes d’être secourus et des mendiants étrangers considérés comme autant de parasites, marginaux immoraux et dangereux. Ainsi, l’acte du 29 novembre 1622 enjoignit : « a tous feneants vagabons et tous de quelle condition qu’ilz soient sans adveu et a tous mendiantz qui ne sont originaires de la ville ou n’y ont faict leur résidence pendant sept ans, a sortir de ladite ville23 ».

  • 24 AHCL, AG, E 66 (16 août 1626).
  • 25 AHCL, AG, G 347-360 (31 mars 1665).

27Rapidement, les conditions de résidence furent affinées. En 162624, une résolution fut arrêtée au sujet des résidents non originaires. Désormais, ils perdraient tous leurs droits à l’aumône s’ils s’absentaient durant une période excédant deux ans. En pareil cas, il leur faudrait revenir en ville et y résider à nouveau sept années consécutives pour prétendre à l’assistance. A contrario, les natifs de Lyon ayant quitté leur ville natale pourraient toujours la réintégrer et rentrer dans leurs droits. Véritable catégorie juridique, le statut d’originaire exonérait des conditions d’ancienneté et de stabilité résidentielle imposées aux « étrangers ». L’exigence de la « continuelle résidence pendant sept années » fut rappelée en 1665, classiquement associée à l’injonction faite aux pauvres étrangers sans droits de quitter la ville sous vingt-quatre heures25.

  • 26 AHCL, AG, E 67 (23 mai 1666).

28Il semble que la règle des sept années resta en vigueur jusqu’au début du xviiie siècle, non sans subir les habituelles dérogations à la règle. Parce que infirmes, de pauvres étrangers étaient parfois accueillis à l’assistance, bien que ne remplissant pas les conditions d’ancienneté résidentielle. Par exemple David Metia, en 166626, fut reçu au Corps des vieux hommes infirmes « quoyque il ne fuct d’ages compettan ny de quallité par sept années d’habitation dans la ville ayant pour certificat este donné pour luy par personnes de considération ». La caution morale de notables intégrait symboliquement l’étranger dans la communauté.

  • 27 AHCL, AG, E 73 (30 novembre 1757).

29La tendance longue fut à repousser l’âge requis pour prétendre à l’admission en tant que vieillard. En 1622, 60 ans suffisaient. Mais l’âge fut repoussé à 70 ans dès 1716 ; il fallait être né à Lyon, y avoir vécu dix ans sans interruption, s’inscrire trois mois à l’avance, présenter son acte de baptême et faire « confession générale de tous ses péchés ». Celui qui ne satisfaisait pas au critère d’ancienneté résidentielle était refoulé tant qu’il n’atteignait pas 75 ans (Gutton 1988 :105). Consentant une exception en 1757, le bureau stipula27 que plus aucun étranger ne serait admis « au préjudice des citoyens » et « qu’à l’avenir ne sera accepté quiconque n’ayant résidé dix ans dans la ville ». Ce passage de sept à dix ans de l’ancienneté résidentielle requise témoigne d’une politique de limitation du nombre des éventuels bénéficiaires. Resserrer les mailles du filet permettait de contrebalancer les effets de l’expansion démographique de la ville ; mais cela accentuait nettement l’inégalité objective entre population stable et population mobile.

  • 28 AHCL, AG, E 2 (5 juin 1644).
  • 29 AHCL, AG, E 3 (25 mars 1706).
  • 30 AHCL, AG, E 67 (29 août 1665).
  • 31 AHCL, AG, E 70 (23 mai 1715).
  • 32 AHCL, AG, E 70 (7 avril 1697 et 25 juin 1711).
  • 33 AHCL, AG, E 89 (10 mai 1742).
  • 34 AHCL, AG, E 77, p. 120 (27 mai 1789).

30Il en alla de même en ce qui concerne l’adoption des enfants abandonnés. Dès 1639, un principe fut posé : si l’enfant était né à Lyon de parents lyonnais, il pouvait être recueilli à la Charité dès l’âge de trois ans, l’Hôtel-Dieu se chargeant des petits étrangers jusqu’à sept ans28. Le principe de l’exclusion des étrangers fur confirmé en 170629, le Bureau rappelant que tout enfant adopté devait être de Lyon, de parents pauvres et résidant dans la ville, excluant les faubouriens au prix de multiples précautions administratives : le dossier d’adoption devait comporter l’acte baptistaire de l’enfant, le certificat de mariage des parents et leurs certificats de sépulture30. Au fil du temps, l’hôpital continua à produire des règlements limitant de plus en plus les entrées. En 1715, le Bureau renforça le contrôle en exigeant que l’on se renseignât auprès « des curés et vicaires par qui ils paraîtront avoir esté signé de la vérité de leurs signatures, au bas desquels extraits, on fera signer le principal des parents, qui présenteront lesdits enfants pour certifier lesdits extraits véritables31 ». Les enfants refusés à l’adoption étaient renvoyés dans le « Corps des Passants32 ». Ces mesures furent renouvelées en 174233, Toutefois, en 178934, une délibération leva une part des exclusions ; les habitants du faubourg Saint-Just et Saint-Irénée étant soumis depuis les années 1740 aux mêmes impositions que les Lyonnais, leurs enfants devinrent éligibles à l’adoption.

  • 35 AHCL, AG, E 89 (21 août 1755).
  • 36 AHCL, AG, E 89 (30 décembre 1759).

31Le critère d’origine jouait aussi un rôle considérable dans l’admission de personnes âgées à l’hôpital de la Charité. La délibération du 21 août 175535 rappela le règlement d’admission : il fallait être né à Lyon et avoir résidé dans la ville durant au moins dix ans. En cas d’absence durant ces dix années, la personne devrait exposer les motifs de cette absence afin qu’ils soient étudiés par les recteurs, et que ces derniers pussent permettre l’admission. Enfin, les distributions de pain opérées par l’Aumône générale ne bénéficiaient pas aux étrangers, à moins qu’ils demeurent, là aussi, depuis au moins dix ans à Lyon36. Ainsi acheva de se généraliser l’exigence d’une ancienneté résidentielle décennale.

La domiciliation : facteur discriminant d’accès aux droits

  • 37 AHCL, AG, E 66 (4 juillet 1626, 31 janvier 1627, 4 février 1629, 2 décembre 1630).

32L’application du critère de domiciliation comme discriminant fut largement employée pour distinguer les habitants de la ville de ceux des faubourgs. Ces derniers, à plusieurs reprises, furent refusés à l’adoption et à l’aumône puisque n’étant pas considérés comme habitants de la ville même, mais comme venant d’au-delà des remparts. Il existe toute une série de délibérations exposant des demandes d’adoption et d’aumône dans les années 1625-163037. L’exemple d’une enfant baptisée à Saint-Just et refusée par l’assistance témoigne que les faubourgs appartiennent à un monde bien différent de la ville. L’Aumône était fermée aux pauvres de Saint-Just, de Saint-Irénée et de Vaise. Interprétons ces refus par la crainte des autorités de la ville envers une nouvelle poussée de mendicité provenant des faubourgs.

  • 38 AHCL, AG, E 5, p. 224-225, 21 octobre 1537 ; AG, E 6, p. 399 et 427, 1544 ; AG, E 7, p. 347,1550 ; (...)
  • 39 AHCL, HD, E 9, p. 29-30.
  • 40 AHCL, AG, E 1, p. 359.
  • 41 AHCL, AG, E 1, p. 406.

33Le cas particulier du traitement des orphelins traduit une même évolution vers la restriction de l’hospitalité. Après la rédaction de statuts initialement libéraux concernant l’accueil à l’hôpital de la Chana, les recteurs l’ont réservé aux seuls enfants « de la ville » dès le 22 juillet 1537. Tout au long du xvie siècle, leurs registres renferment de nombreux exemples de refus ou d’expulsion pour défaut d’origine. Les enfants exclus provenaient non seulement de proches villages du Lyonnais et du Beaujolais, mais également des faubourgs38. Quant au critère d’ancienneté résidentielle des parents, il apparaît le 18 octobre 1598, dans une conjoncture générale désastreuse ; l’exclusive frappa donc ces orphelins neuf ans avant de concerner les adultes. Cette réglementation fur posée par l’Aumône générale à la suite d’une querelle entre ses recteurs er leurs homologues de l’Hôtel-Dieu. En vertu d’un accord passé avec le consulat en novembre 158739, ces derniers envoyaient les enfants atteignant sept ans à l’hôpital de la Chana, géré par l’Aumône (Roubert 1994 :160). À plusieurs reprises, celle-ci déclara ne pouvoir accueillir des enfants « non originaires » de la ville, d’où une tension assez forte entre les deux institutions ; la délibération du 6 septembre 1598 est explicite, évoquant « la difficulté qu’il y a entre l’Aumône et l’Hôtel-Dieu qui pourrait produire de “grands différends”40 ». Par la suite, la tendance à reporter sur l’Hôtel-Dieu la charge des orphelins se confirma : le 20 mars 1611, le critère d’ancienneté pour l’admission des orphelins par l’Aumône générale passa de sept à dix ans41, tandis qu’un séjour de sept ans resta suffisant pour les adultes jusqu’en 1645. Il reste que la mise en place de mesures restrictives n’eut pour effet que de ralentir l’appesantissement des charges caritatives inéluctablement lié à la croissance de la ville.

Malades et pauvres passants : le rôle de l’Hôtel-Dieu

  • 42 AHCL, FHD 29.
  • 43 AHCL, HD, E 9, p. 32.

34Deux historiens ont utilisé les très beaux fonds de l’Hôtel-Dieu de Lyon pour étudier l’aire migratoire lyonnaise : Maurice Garden (1970 : 51-52) et Richard Gascon (1971 : 349 ; 1970 : 988-1001 ; 1977 : 396-402), qui a dépouillé les registres de 1534 à 1630. La méthode utilisée par R. Gascon a été critiquée par Jean-Pierre Poussou qui souligne qu’il était difficile de « démêler les oiseaux de passage des véritables immigrants » pour les besoins d’une étude portant sur la formation de la population. Cependant, beaucoup de registres du xviie siècle distinguent nettement les passants des habitants. Sur les 919 hospitalisés de l’année 160942 seuls 47, soit un peu plus de 5 %, étaient des passants d’origine lointaine (Angleterre, Espagne, Picardie, Normandie, Saint Empire). La majorité des hospitalisés provenait de la ville (31 %) et de son bassin démographique : Lyonnais, Forez, Beaujolais et proche Dauphiné représentent 28 % des entrées. Cette hospitalité ne se dérobait qu’en période d’épidémie : le 29 mars 1598, les recteurs décidèrent de ne plus ouvrir la porte de l’Hôtel-Dieu « aux paouvres estrangiers passant43 ».

LES ENTRÉES À L’HÔTEL-DIEU EN 1509

LES ENTRÉES À L’HÔTEL-DIEU EN 1509

35Dans des circonstances analogues, le 8 septembre 1652, il fut décidé de soumettre les arrivants à un contrôle médical dès leur arrivée dans les faubourgs. Trouvés indemnes de peste, ils pouvaient gagner l’Hôtel-Dieu ; quant aux suspects refusés, ils étaient placés en quarantaine dans une maison louée exprès au faubourg de La Guillotière. Ainsi Lyon mit-elle en place une politique sanitaire, avec le retard caractéristique de l’Europe du Nord sur celle du Sud. Le contrôle des pauvres passants se trouverait désormais reporté vers les faubourgs en cas de suspicion d’épidémie.

L’hospitalité, enjeu de la gouvernance urbaine

  • 44 AHCL, AG, E 1, p. 358, 17 mai 1598.
  • 45 AHCL, HD, E 9, p. 45.
  • 46 AHCL, HD, E 1605, p. 57-59.
  • 47 Archives municipales de Lyon, BB 205, fos 403-406, 14 septembre 1651.

36Clairement, les enjeux d’assistance et de contrôle des populations intéressaient l’ensemble des pouvoirs institutionnels en place dans la ville, tantôt de manière conjointe, tantôt de manière antagoniste. Les institutions pouvaient s’affronter quand elles se rejetaient mutuellement une partie du fardeau. Ainsi, en 1598, lorsque les recteurs de l’Hôtel-Dieu se mettent à refuser de prendre en charge les orphelins non originaires44, leurs homologues de l’Aumône prennent sous quinzaine des mesures de rétorsion, refusant de recevoir les pauvres envoyés par l’hôpital. Ce dernier parle alors de rejeter les malades qui pourraient lui être adressés par l’Aumône45. Le conflit ne fut résolu que par la médiation du Consulat. Le refus de soins fut à nouveau pratiqué en 1615 quand l’Hôtel-Dieu cessa d’accepter les pauvres enfermés à Saint-Laurent, exigeant que l’Aumône atteste par écrit « qu’ils sont de la qualité requise46 ». Un autre exemple de pression est constitué par la stratégie des recteurs de l’Aumône qui, en 1651, menacèrent de libérer les 1600 pauvres enfermés afin d’obtenir une participation du Consulat à leur financement47. Ainsi s’opposaient une Aumône générale ayant sa propre police pourchassant les pauvres étrangers, puis les non-domiciliés, après 1607, et tentant de réglementer la totalité des flux d’immigration en réglementant le séjour et l’hébergement des immigrés, notamment chez les hôteliers, et un Hôtel-Dieu qui, dans le même temps, accueillait et hébergeait ces populations considérées comme indésirables par son adversaire. Cette situation contradictoire explique la grande fréquence des conflits entre les deux institutions au xviie siècle.

  • 48 AHCL, HD, E 1605, p. 2.
  • 49 AHCL, HD, E 1605, p. 9.

37Ces oppositions ne constituaient pourtant pas le moteur unique du système. D’abord, l’autorité supérieure imposait ses vues : par exemple, ce fur sous l’égide du gouverneur que Consulat, Hôtel-Dieu et Aumône générale organisèrent le premier renfermement lors de l’assemblée48 du 6 février 1614 visant « les pauvres estrangers qui se glissent dans la ville pour y quester et recepvoir l’aulmosne49 ». Par ailleurs, le Consulat jouait un double rôle. Il agissait en partenaire des grandes institutions hospitalières : par exemple, il organisa la quarantaine en 1652 conjointement avec le bureau de l’Hôtel-Dieu. Et, quand l’institution permanente du bureau de l’Abondance permit à la municipalité de disposer de stocks de céréales, celle-ci aida l’Aumône générale par des livraisons à bas prix. Inversement, les recteurs hospitaliers débarrassaient l’Abondance de ses excédents avant qu’ils se gâtent. Le Consulat jouait aussi un rôle de médiateur, fixant des « règlements » entre les recteurs des deux hôpitaux.

L’hospitalité au service de la Fabrique

  • 50 AHCL, AG, E 76 (18 septembre 1783), p. 105.
  • 51 AHCL, AG, E 76 (5 novembre 1783), p. 112.
  • 52 AHCL, AG, E 76 (30 novembre 1783), p. 122.

38Rien de plus singulier que le système caritatif lyonnais au xviiie siècle. À cette époque, les fonctions municipales – dont les rectorats d’hôpitaux n’étaient que les indispensables antichambres – étaient accaparées par l’oligarchie des grands marchands-fabricants de soie. Les manufactures étaient les grandes pourvoyeuses d’un emploi qui était réglementairement refusé aux Savoyards, aux Comtois, aux Bourguignons et aux Dombistes (Garden 1970 : 52). Il s’agissait de réserver Lyon aux natifs de sa province. Et, même si une étude de fond de l’évolution des autres communautés de métier reste à entreprendre, il est avéré que leurs réglementations favorisèrent l’hérédité professionnelle en se fermant de plus en plus aux arrivants. Assistance et travail fonctionnaient alors suivant un système d’enjeux liés ; les élites étaient extrêmement soucieuses de stabiliser la main-d’œuvre, de la conserver à disposition et de lui éviter toute transgression des hiérarchies socioprofessionnelles. Les institutions étaient donc largement chargées de réguler les crises. Terrifiant ailleurs, le Bicêtre lyonnais proposait des entrées volontaires. Partout critiqués, les greniers municipaux permettaient de distribuer des cartes d’alimentation valables chez les boulangers, et furent donc âprement défendus quand le libéralisme économique fit décider de leur suppression (Zeller 1989). Quant à l’Aumône, il lui incombait essentiellement d’assister sur le plan alimentaire des milliers de pauvres dans lesquels on s’accordait à reconnaître la multitude des ouvriers en soie (Garden 1978 : 298). Les difficultés financières de la fin du siècle incitèrent donc les recteurs à limiter le plus possible le nombre des hospitalisés50, réduit à 450 en 1783 : 242 « vieux et vieilles », admis le plus tard possible, et 208 enfants infirmes. Un recensement interne permit la chasse aux sureffectifs51, et l’on envoya à la campagne 23 pensionnaires infirmes ou indigents et, surtout, 174 enfants. Au terme de la réforme, la Charité n’accueillait plus que 650 personnes, personnel compris52. Il est clair que la charité institutionnelle, financée par des dons, mais également par une fiscalité indirecte, permettait aux grands entrepreneurs de conserver une main-d’œuvre hautement qualifiée en dépit du bas niveau des salaires. Les initiatives privées, de paroisse ou de confrérie, n’intervenaient qu’à titre complémentaire, mais avec les mêmes préoccupations. Le xixe siècle ne changea rien à cet égard. Certes, les distinctions juridiques d’Ancien Régime avaient disparu ; la sélectivité de l’hospitalité urbaine opérait à partir de discriminants économiques. Héritiers des anciens hôpitaux, les Hospices civils de Lyon ont toujours assuré l’essentiel du service public, la médicalisation s’affirmant dans des établissements de plus en plus spécialisés. Mais les œuvres privées ont longtemps conservé une place considérable. Et les critères d’origine et d’ancienneté résidentielle, mis en place aux xviie et xviiie siècles, n’ont pas perdu toute valeur au xxie siècle.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bardet, Jean-Pierre. 1983. Rouen aux xviie et xviiie siècles : les mutations d’un espace social. Paris, SEVPEN.

Barles, Sabine. 1999. La ville délétère. Médecins et ingénieurs dans l’espace urbain xviiiexixe siècle. Seyssel, Champ Vallon.

Cerutti, Simona. 1990. La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, xviiexviie siècle. Paris, Éditions de l’EHESS.

Farge, Arlette. 1986. La vie fragile. Violence, pouvoirs et solidarités à Paris au xviiie siècle. Paris, Hachette.

Faure, Olivier. 1989. La médicalisation de la société dans la région lyonnaise au xixe siècle (1800-1914). Thèse d’État. Université Lumière Lyon II, 4 volumes.

Garden, Maurice. 1970. Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle. Paris, Les Belles Lettres.

– 1985. Le budget des Hospices civils de Lyon. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Gascon, Richard. 1971. Grand commerce et vie urbaine au xvie siècle. Lyon et ses marchands. Paris-La Haye, Mouton.

Gutton, Jean-Pierre. 1971. La société et les pauvres, l’exemple de la Généralité de Lyon : 1534-1789. Paris, Les Belles Lettres.

– 1988. Naissance du vieillard. Essai sur l’histoire des rapports entre les vieillards et la société en France. Paris, Aubier.

Jütte, Robert. 1984. Obrigkeitliche Armenfürsorge in deutschen Reich-staedten der frühen Neuzeit : Strädisches Armenwesen in Frankfurt am Main und Köln. Cologne-Vienne, Böhlau Verlag.

Lequin, Yves. 1977. Les ouvriers de la région lyonnaise, 1848-1914. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lindemann, Mary. 1990. Patriots and Paupers. Hamburg 1712-1830, New York-Oxford. Oxford University Press.

Monter, William. 1974. « De l’évêché à la Rome protestante », in Paul Guichonnet (éd.), Histoire de Genève. Toulouse, Privat : 129-168.

McCants, Anne E. C. 1997. Civic Charity in a Golden Age. Orphan Care in Early Modem Amsterdam. Urbana-Chicago, University of Illinois Press.

Nusteling, Herbert. 1985. Welvaart en werkgelegenheid in Amsterdam, 1540-1860. Een relaas over demografie, economie en sociale politiek van een wereldstad. Amsterdam-Dieren, De Bataafsche Leeuw.

Perrenoud, Alfred. 1982. « Croissance ou déclin ? Les mécanismes du non-renouvellement des populations urbaines », Histoire, Économie et Société, 4 : 581-602.

Pinol, Jean-Luc. 1991. Les mobilités de la grande ville. Paris, Presses de Sciences Po.

Piuz, Anne-Marie. 1974. « De la Réforme aux Lumières », in Paul Guichonnet (éd.), Histoire de Genève. Toulouse, Privat : 169-184.

Roche, Daniel. 2000. La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin xviie-début xixe siècle). Paris, Fayard.

Roubert, Jacqueline. 1994. « Les archives des Hospices civils de Lyon », in Jean-Pierre Gutton, Guide du chercheur en histoire de la protection sociale, vol. 1 (Fin du Moyen Âge-1789). Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la protection sociale.

Schmid, Regula. 1995. « Comportarsi da buon borghese ; le pratiche del diritto di borghesia a Zurigo e a Berna (1450-1550) », Quaderni Storici, 89, 2 : 309-330.

Sharlin, Allan. 1978. « Natural Decrease in Early Modem City : A Reconsideration », Past and Present, 79 : 126-138.

Walker, Mack. 1971. German Home Towns : Community, State, and General Estate, 1648-1871. Ithaca, University Press.

Zeller, Olivier. 1983. Les recensements lyonnais de 1597 et de 1636. Démographie historique et géographie sociale. Lyon, Presses universitaires de Lyon.

– 1989. « Politique frumentaire et rapports sociaux à Lyon (1772-1776) », Histoire, Economie et Société, 2 : 249-286.

Notes

1 Cette contribution est le fruit d’un travail collectif mené par l’équipe « Histoire des villes et de leurs populations » du Centre Pierre Léon. En particulier, Yannick Jambon et Marie-Laure Martelet ont revisité avec beaucoup de finesse les archives d’Ancien Régime.

2 AHCL, AG, E 2 (10 avril et 27 novembre 1644).

3 AHCL, AG, E 66 (1649).

4 AHCL, AG, E 3 (25 avril 1660) et E 66 (1661).

5 AHCL, AG, E 2 (13 janvier 1661).

6 AHCL, AG, E 3 (18 juillet 1715).

7 AHCL, AG, E 3 (13 février 1724).

8 AHCL, AG, E 6, p. 304.

9 AHCL, AG, E 9, p. 315-316.

10 AHCL, AG, E 6, p. 320.

11 AHCL, AG, E 9, p. 315-316.

12 AHCL, AG, E 7, p. 352.

13 AHCL, AG, E 2.

14 AHCL, AG, G 347-368.

15 AHCL, AG, G 347-360.

16 AHCL, AG, G 347-366.

17 AHCL, AG, G 347-363.

18 AHCL., AG, E 5, p. 196-197.

19 AHCL, AG, E 5, p. 265.

20 AHCL, AG, E 10, p. 567, 569 et 584.

21 AHCL, AG, E 1, p. 384, 9 septembre 1607.

22 AHCL, AG, E 1, p. 496-497, 9 juin 1619.

23 AHCL, AG,– G 347-G 353.

24 AHCL, AG, E 66 (16 août 1626).

25 AHCL, AG, G 347-360 (31 mars 1665).

26 AHCL, AG, E 67 (23 mai 1666).

27 AHCL, AG, E 73 (30 novembre 1757).

28 AHCL, AG, E 2 (5 juin 1644).

29 AHCL, AG, E 3 (25 mars 1706).

30 AHCL, AG, E 67 (29 août 1665).

31 AHCL, AG, E 70 (23 mai 1715).

32 AHCL, AG, E 70 (7 avril 1697 et 25 juin 1711).

33 AHCL, AG, E 89 (10 mai 1742).

34 AHCL, AG, E 77, p. 120 (27 mai 1789).

35 AHCL, AG, E 89 (21 août 1755).

36 AHCL, AG, E 89 (30 décembre 1759).

37 AHCL, AG, E 66 (4 juillet 1626, 31 janvier 1627, 4 février 1629, 2 décembre 1630).

38 AHCL, AG, E 5, p. 224-225, 21 octobre 1537 ; AG, E 6, p. 399 et 427, 1544 ; AG, E 7, p. 347,1550 ; AG, E1, p. 265,1572 ; AG, E1, p. 266-267,1573 ; AG, E1, p. 275,1573 ; AG, E 1, p. 360-361, 1575.

39 AHCL, HD, E 9, p. 29-30.

40 AHCL, AG, E 1, p. 359.

41 AHCL, AG, E 1, p. 406.

42 AHCL, FHD 29.

43 AHCL, HD, E 9, p. 32.

44 AHCL, AG, E 1, p. 358, 17 mai 1598.

45 AHCL, HD, E 9, p. 45.

46 AHCL, HD, E 1605, p. 57-59.

47 Archives municipales de Lyon, BB 205, fos 403-406, 14 septembre 1651.

48 AHCL, HD, E 1605, p. 2.

49 AHCL, HD, E 1605, p. 9.

50 AHCL, AG, E 76 (18 septembre 1783), p. 105.

51 AHCL, AG, E 76 (5 novembre 1783), p. 112.

52 AHCL, AG, E 76 (30 novembre 1783), p. 122.

Table des illustrations

Titre LES ENTRÉES À L’HÔTEL-DIEU EN 1509
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 400k

Auteur

Université Lumière Lyon II — Centre d'études démographiques

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540