Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre V - Réflexions pour aujourd'hui et demain

La question foncière : un aspect de la reconstruction qui ne peut être sous-estimé

Marie Redon

Texte intégral

« La terre pour exister.
La terre pour se nourrir.
La terre à comprendre et à habiter. »
Patrick Chamoiseau

1Politiquement, la décentralisation consiste en un transfert de pouvoirs, de compétences de l’État à des institutions distinctes de lui : les collectivités territoriales. Celles-ci bénéficient alors d’une certaine autonomie de décision et de leur propre budget (principe de libre administration) sous la surveillance d’un représentant de l’État (autorité de tutelle). Mais, littéralement, la décentralisation est la dissociation d’éléments réunis en un même centre. Il ne peut donc y avoir décentralisation sans centre.

  • 1 Cette notion est apparue dans les années 1990, s’est développée au début des années 2000 (au tourn (...)

2Deux « centres », de natures différentes, peuvent être considérés dans le cas d’Haïti : un centre morphologique correspondant à la zone de la capitale bien visible et tangible ; un centre de pouvoir qui est l’État, bien plus nébuleux et délicat à appréhender en ces temps de déshérence. Or, tandis que le second est considéré comme un État faible (Corten, 1989) ou failli1, comment en « dissocier » les éléments sans risque d’éclatement, de dissolution ?

3Décentraliser pour rééquilibrer un territoire haïtien macrocéphale est une chose, mais « décentraliser suppose qu’on décentralise des structures qui existent et fonctionnent au niveau central ou encore qu’on rende autonomes des structures déconcentrées d’une administration centrale. Or ce n’est pas le cas actuellement en Haïti » (Oriol et al., 1995). Si l’urgence semble d’abord à l’affirmation et au renforcement de l’État, cette affirmation ne va pas sans contrôle territorial, sans maîtrise des règles régissant les terres du pays. Le foncier apparaît en effet comme un « fait social total », au sens de Marcel Mauss. Dans la mesure où la terre constitue le support et le moyen de réalisation de l’ensemble des activités des sociétés humaines, une régulation foncière centralisée ou du moins homogénéisée est une des bases de la (re)construction du pays : « Rien de sérieux ne pourra se réaliser sans une prise en compte de l’enjeu foncier » (CIAT, 2010), enjeu qui rejoint celui de la fiscalité et du prélèvement de l’impôt.

4Pour l’heure, il existe en Haïti une forme d’a-centralisation foncière qui se double d’une concentration des hommes et des activités sur la zone port-au-princienne où un taux de croissance de l’ordre de 4 % par an accroît encore le prolixe imbroglio urbain auquel un grand nombre de victimes serait imputable. Cette concentration s’est encore accentuée après le séisme de janvier 2010, induisant un afflux massif tant de capitaux que de travailleurs, drainés par une nébuleuse d’acteurs humanitaires. Ces bonnes volontés constructives, au sens propre comme au sens figuré, ont un objectif commun : contribuer au mieux à la reconstruction de la ville, dans l’intérêt et pour la sécurité des Haïtiens. Mais cela entraîne aussi une forme de décentralisation subie, de fait : au-delà du consensus de bonne volonté, ces multiples acteurs venant « refabriquer » la ville, en mieux (plus sûre, plus durable, etc.), ont chacun leur vision du « bon » projet urbain en fonction d’un ensemble de paramètres complexifiés par des enjeux en termes de visibilité et de relations de pouvoir.

5D’un point de vue géostratégique, Port-au-Prince a été et sera plus encore le lieu d’affirmation, d’entrelacement et de confrontation d’acteurs de différentes échelles, et ce notamment en raison de la vulnérabilité et de la perméabilité du territoire haïtien.

La question foncière en Haïti

Cause de vulnérabilité et « épicentre de l’emballement2 » du XXe siècle

  • 2 Anglade, 2007-2008.

6Le tremblement de terre qui a dévasté Port-au-Prince et ses environs est venu révéler la vulnérabilité globale d’une société urbaine conçue comme une agrégation successive de quartiers construits spontanément, sans plan d’ensemble. Rappelons brièvement que le risque est la conjonction d’un aléa et d’une vulnérabilité. Si l’aléa désigne la probabilité de survenance d’un événement, la vulnérabilité, elle, est une notion qui fait référence à la fragilité des sociétés face à des phénomènes destructeurs. Elle est donc très étroitement dépendante des différentes caractéristiques de la société :

Les capacités techniques, économiques, culturelles et mentales varient d’une société à l’autre, de sorte qu’il existe des capacités « d’absorption », une résilience différentes d’une société à l’autre face à un événement brutal. Une catastrophe naturelle vécue comme telle par une société ne le sera pas pour une autre. (Antoine, 2008.)

  • 3 La thèse en cours de Laurent Hou, doctorant en géographie (université Paris-IV-Sorbonne et univers (...)
  • 4 Indice de développement humain, coefficient Gini, taux de corruption d’après Transparency Internat (...)

7La catastrophe du 12 janvier 2010 a brutalement mis au jour tout un ensemble de dysfonctionnements d’ordre structurel à l’origine de la vulnérabilité d’Haïti. D’après les travaux de Laurent Hou3, la comparaison du séisme haïtien avec les autres événements sismiques majeurs survenus dans le monde depuis 1990 montre l’ampleur exceptionnelle des pertes humaines, relativement à la magnitude de l’agent géophysique qui a déclenché le drame. En effet, le bilan humain du séisme à Haïti est plus de deux fois supérieur à celui de n’importe quel événement antérieur de même magnitude et il s’agit du quatrième séisme le plus destructeur depuis 1900 (Hou, 2011). Malgré les évidentes limites d’un tel exercice comparatif (situation, contexte topographique, heure de survenance, densité de population dans la zone où survient le séisme, etc.), les différents indicateurs utilisés – tendant à mesurer le développement économique et la qualité des institutions4 – placent tous Haïti au dernier rang des pays comparés. Cela tend à montrer le primat des conditions économiques et sociales sur l’aléa dans le bilan d’une catastrophe naturelle.

8La situation foncière compte incontestablement parmi celles-là. Entendue comme « l’ensemble des relations entre les individus, la terre et les ressources naturelles. Elle comprend tant les concepts et les règles qui leur sont applicables que les usages liés aux différents produits et activités (cultures, pâturages et constructions) qui y sont normalement rattachés » (Dorner et Oriol, 2009).

9La question foncière, notamment agricole, est depuis longtemps problématique dans le pays. À « l’épicentre de l’emballement » du XXe siècle (Anglade, 2007-2008), ce rapport complexe à la terre semble rendre épineuses toute gestion spatiale d’ensemble, toute politique d’aménagement du territoire. Pour le géographe, c’est dans le « parcellaire agricole que l’emballement a fiché son centre de gravité », emballement compris comme « cette production de la misère de masse au XXe siècle, la misère-monde » (ibid.).

10Au-delà du contexte haïtien, « les recompositions foncières contribuent à la production du territoire. Elles influent sur les rapports de production, sur les densités, sur l’utilisation du sol, sur les paysages et sur les liens avec l’extérieur. Les territoires locaux sont par ailleurs reliés à d’autres, plus ou moins lointains et inclus dans des territoires nationaux, régionaux, réticulaires, etc. Les acteurs qui interviennent sur le foncier peuvent avoir des stratégies et des appuis à ces différentes échelles » (Chaléard et Mesclier, 2010).

11En Haïti, les statuts juridiques des terres sont de trois types : le domaine privé de l’État, évalué à 10 % de la surface du pays, mais comportant potentiellement toute terre « vacante et sans maître » ; le domaine public (routes, bords de mer et de rivières, etc.) ; la propriété privée validée par des titres fonciers (Dorner et Oriol, 2009). Quant aux différents organes de gestion du foncier, on peut évoquer la Direction générale des finances (DGI), reliée au ministère des Finances, théoriquement responsable des questions de transmission foncière et de ce qui relève du domaine public ; en fait, la DGI possède surtout des listes de propriétaires et de terrains, sans réel cadastre établissant la connexion entre eux. Une partie des terres a pourtant bien fait l’objet de plans cadastraux : la procédure légale pour une transaction comprend la délimitation de la parcelle par un arpenteur également chargé de faire les plans qui seront ensuite agréés, puis la rédaction d’un titre par un notaire. Un Office national du cadastre (ONACA) a été créé dans les années 1990 grâce à la coopération allemande mais cette institution fonctionne, semble-t-il, un peu comme « la pièce d’un autre puzzle » (Oriol, 2010), avec des références non haïtiennes et peu de moyens.

Insécurité foncière dans la sphère privée…

12Comme dans la plupart des autres îles antillaises, le foncier est « dominé par la petite propriété privée et l’indivision est le statut juridique d’une partie importante des terres, ou family lands » (Dorner et Oriol, 2009). Si les paysans, entre deux catastrophes naturelles, parviennent à conserver leurs papiers officiels (état civil, titres de propriété, etc.), ils sont pourtant majoritairement en situation d’insécurité juridique : occupants sans titre, avec des titres vieux et peu lisibles, faux ou sous seing privé, superposition de plusieurs actes authentiques pour une même terre, etc. Par ailleurs, les terres restent en statut d’indivision alors même qu’elles sont, dans la pratique, partagées entre les héritiers. « Malgré l’existence d’un dispositif formel d’enregistrement des transferts en milieu rural, il y a donc une forte déconnexion entre les titres (le légal), et la réalité » (Comité technique « Foncier et développement », 2009). En Haïti, « propriété » ne signifie pas « sécurité foncière » (Dorner et Oriol, 2009), et seules les familles les plus aisées peuvent suivre la procédure légale qui rend plus solide la coïncidence entre droit et usage.

13En termes d’urbanisation, l’occupation informelle des terrains est majoritaire, les habitants s’installant sans titres sur des terrains et y réalisant leur logement en autoconstruction. Bien que ce nouvel espace des bidonvilles, des cités soit difficile à évaluer précisément, Georges Anglade l’évoquait comme une dimension de l’espace haïtien « de loin la plus importante de notre avenir dans le XXIe siècle ». Pour l’année 2007, il estimait que cet espace des cités représentait « plus de 90 % d’une population de 2,5 millions d’habitants, soit plus de deux millions de bidonvillois » (Anglade, 2007-2008). Si les propriétaires fonciers concernés restent généralement passifs, l’État, dépourvu de moyens de contrôle appropriés, est également dans l’incapacité d’empêcher cette occupation auto-organisée et illégale (CIAT, 2010).

… et assise foncière publique insuffisante

14L’article 39 de la Constitution de 1987 prévoyait de confier aux collectivités locales la gestion des terres puisqu’il était prévu « que les sections communales aient un droit de préemption pour l’exploitation des terres du domaine privé de l’État » et désigne les « communes comme gestionnaires privilégiés des biens fonciers du domaine privé de l’État situés dans leur localité ». Mais, en raison du flou concernant les limites, les « contestations sur la propriété (y compris et surtout peut-être entre l’État et les exploitants, héritiers présumés, exploitants sans titres…), cette dimension est porteuse de bien des conflits potentiels » (Dorner, 1998).

15Pourtant, projets d’aménagement, travaux d’infrastructures, zonages stratégiques, etc. ne peuvent être mis en place sans emprises foncières, ce qui signifie un recours au principe de l’utilité publique comme supérieure au droit de propriété individuel. Sans droit de préemption, la moindre opération foncière doit être interminablement négociée et les inégalités socio-économiques risquent, là encore, de jouer dans les rapports de force : il est plus facile de préempter les terres de citoyens défavorisés…

16Cette situation foncière confuse est encore rendue plus compliquée par la porosité du pays, dont une partie est à l’extérieur, tout en y possédant des terres. C’est la quatrième dimension de l’espace haïtien tel que le décrivait Georges Anglade : l’ère du réseau, de la « carte mère », prenant en compte « la dizaine de ses communautés diasporiques » (Anglade, 2007-2008). « Propriétaires de la terre et propriétaires des maisons ne jouissent pas des mêmes droits. Ils sont différents, car les premiers ne possèdent pas les maisons construites sur leurs propriétés. Bien plus, la majorité d’entre eux vivent à l’étranger. Même si certains d’entre eux sont propriétaires des maisons, ils vivent dans la diaspora. » (Oriol, 2010.)

17Et à ces quatre dimensions, à cet imbroglio foncier, est venue s’ajouter l’influence de la communauté internationalo-humanitaire sur le pays, au fil des interventions étrangères.

L’omniprésence d’acteurs exogènes : entre normalisation et perversion foncière

La porosité territoriale

18Le cas haïtien s’inscrit dans un contexte d’émergence de ce « nouveau paradigme “humanitaire” qui mobilise désormais les sociétés occidentales » et qui est devenu, dans la seconde moitié du XIXe siècle, « un élément constitutif du processus de civilisation des sociétés industrielles : déploiement d’aides d’urgence, création d’organisations, érection d’un droit international, codification des usages de la guerre » (Brodiez et Dumons, 2009).

19Il s’agissait alors de l’apanage du Nord. Dans la seconde moitié du XXe siècle, les pays du Sud prennent une part croissante dans l’intervention humanitaire. Outre ce secteur, l’essor de la diplomatie multilatérale a marqué le second XXe siècle, parallèlement à la croissance des organisations internationales.

  • 5 Parmi les organisations internationales majeures, citons l’USAID, la Banque mondiale, l’Agence can (...)
  • 6 « Haïti : La république des ONG », Radio Métropole Haïti, 29 mars 2010 ou encore « Haïti : la Répu (...)

20Haïti fait partie des seize pays où des missions onusiennes sont en cours ; elles y ont été ou sont d’envergure considérable. La Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah) comporte plus de 9 000 militaires et policiers ; les États y prenant part sont divers, parmi les contingents les plus représentés : l’Uruguay, le Brésil, le Sri Lanka, la Jordanie et le Népal. Le pays accueille de plus nombre d’organisations internationales et, à chacune, correspond du personnel étranger venant travailler aux côtés des employés locaux5. Déjà, en 1997, Samuel Pierre (1997) évoquait « l’invasion des ONG » en Haïti ; à présent, le terme de « république des ONG » est fréquemment employé dans les médias du pays6. Les structures déjà présentes ont en général augmenté les effectifs de leur personnel après le séisme, et d’autres sont venues s’y ajouter en lançant des programmes d’aide aux sinistrés. Les chiffres concernant le nombre d’organisations enregistrées au Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) recouvrent une grande variété de structures, de moyens, de compétences, d’objectifs, etc. Aux actions préexistantes sont venues s’ajouter les interventions accrues de nombreux États – dont les États-Unis d’Amérique, la France, le Canada, le Brésil et Cuba –, des Églises, mais aussi des médias dont les reportages contribuent à l’importance des campagnes de dons. Parmi ces acteurs de l’aide, une trentaine de collectivités territoriales françaises intervenaient déjà directement à Haïti dans le cadre de la coopération décentralisée ; depuis le séisme une « Conférence internationale des villes et régions du monde pour Haïti » s’est d’ailleurs tenue en Martinique le 23 mars 2010. Parmi ses objectifs figuraient l’appui à la gouvernance locale et l’aide « au renforcement de la décentralisation haïtienne déjà engagée avant le séisme ».

21Le séisme serait-il donc l’occasion d’œuvrer à un processus de décentralisation structurée ou bien ce foisonnement quantitatif et cette hétérogénéité d’acteurs induisent-ils une sorte de décentralisation subie, tous azimuts et multiscalaire ?

Clarification et sécurisation foncière

22Depuis le séisme, au-delà des pertes en moyens humains, un nombre incalculable de titres de propriété, de dossiers et de registres fonciers ont disparu. Et les tensions foncières ont encore été exacerbées : « Avec près de 250 000 morts, l’héritage et la vente des terrains soulèvent de nombreuses questions. Le propriétaire est-il vivant ou mort ? S’il est mort : y a-t-il des enfants ayant des droits à la terre ? » (Vittrup, 2010.) En outre, de nombreux organismes humanitaires, nationaux et internationaux, travaillent dans les milliers de camps apparus depuis le 12 janvier 2010 et s’y maintiennent sur la base d’accords informels avec les propriétaires fonciers et les autorités locales qui leur donnent des droits temporaires d’occupation des terres, à renégocier tous les trois à six mois. Mais la présence de la communauté internationale, aussi protéiforme soit-elle, semble induire une standardisation des pratiques foncières dans des zones déterminées, sorte d’enclaves de bonne gouvernance où sont financés et menés des projets d’aménagement ponctuels.

23Le projet de l’Office international pour les migrations (OIM), financé en grande partie par l’aide états-unienne, sur la zone du morne Lazare, en est exemplaire. Sa démarche s’appuie sur une analyse de l’insécurité foncière décrite plus haut et tente une clarification par l’origine. « C’est en effet sur la mémoire des transactions et des lignées que se fondent les droits et la sécurité des occupants actuels. […] De fait, des conflits peuvent apparaître lorsque la communauté, ou une partie de ses membres, perd la mémoire des généalogies et du processus d’acquisition des terres. » (Dorner et Oriol, 2009.)

24Ce morne se situe à Pétion-Ville – commune jouxtant Port-au-Prince –, entre les routes de Delmas et panaméricaine. En haut du morne se trouvent de luxueuses villas, en bas un habitat populaire très endommagé. Après le séisme, une majorité de ses habitants (environ 170 familles) se sont rassemblés sur le terrain tout proche des frères Juvenat, d’autres sur la place Saint-Pierre, ou encore sur la place Boyer. Des cartes figurant la situation d’avant le séisme ont été montrées aux habitants afin qu’ils repèrent le lieu exact où ils vivaient. Des formulaires d’enquête les complétaient, permettant de savoir si les habitants avaient un statut de locataire ou de propriétaire et, le cas échéant, à qui ils affermaient ou avaient acheté leur résidence. L’objectif visé est la création d’une carte des perceptions de propriété servant de point de départ à un travail d’enquête, de généalogie foncière, consistant à remonter aux sources des partages et à dresser une carte de ce partage. Si un propriétaire principal est identifié, on peut lui proposer de déblayer la zone, d’y reconstruire des logements sous forme de shelters, à condition qu’il accueille gratuitement des locataires pour une durée de trois années. Ce rigoureux et minutieux travail de clarification juridique, en amont de la reconstruction, a pour enjeu de sécuriser le rapport au foncier en résorbant l’hiatus entre le légal et le réel. Il y a toutefois une limite à cette normalisation : elle profite aux familles les plus aisées, en asseyant encore leur légitimité.

  • 7 Voir la revue bibliographique du Peace Divident Trust (Carnahan, Durch et Gilmore, 2006).

25En outre, et c’est un phénomène fréquent, l’afflux massif d’expatriés a aussi entraîné l’apparition d’une bulle immobilière, sensible dans les pratiques locatives, qui vient encore biaiser le rapport entre les Haïtiens et leur espace. Plusieurs études mesurent ainsi l’impact de la présence de missions des Nations unies sur les pays d’accueil7. Certes, les dépenses directes de l’organisation internationale sur place sont généralement faibles au regard des budgets alloués aux missions – 8,5 % des dépenses pour Haïti en 2004-2005, comprenant les salaires des travailleurs nationaux (Carnahan, Durch et Gilmore, 2006). Mais ce sont surtout les effets indirects de cette affluence d’expatriés, devenant alors des « impatriés », qui créent une « économie parasite et non soutenable pour satisfaire les besoins des internationaux de passage » (Chesterman, 2004). Une « bulle économique » grossit peu à peu et entraîne une distorsion des marchés du travail, l’apparition d’une économie de services temporaires (bars, restaurants) mais aussi une hausse des prix de la location et de la vente au détail, inflation ressentie par les populations locales (Woodward, 2002).

26Les habitants des lieux d’affluence tentent de s’adapter à ces mutations, notamment à Port-au-Prince où se concentre la majorité des acteurs et des moyens : « Cherche petite maison à un seul niveau avec parking pour voiture à un prix inférieur à 500 USD/mois8 » est un exemple de petite annonce révélateur à la fois de la peur d’un nouveau séisme et de la difficulté de louer un logement à un prix « raisonnable ». Le prix de l’immobilier a en effet fortement crû : travailleurs d’ONG et d’institutions internationales, volontaires, experts, journalistes, etc., tous ont engendré un accroissement de la demande dans une ville en grande partie détruite. Les prix ont été multipliés par trois dans certaines zones, la plupart des ambassades augmentant de 30 à 40 % les sommes destinées à leurs employés pour qu’ils se logent. À Pétion-Ville par exemple, « les maisons louées 2 000 ou 3 000 dollars US sont passées à 7 000 ou 10 0009 ». Ce gonflement spectaculaire a notamment profité à ceux dont les maisons, encore intactes, sont assez vastes et confortables pour satisfaire une clientèle exigeante – parce qu’habituée à des standards de vie de pays du Nord – et pouvant dépenser sans trop compter – puisque souvent logée aux frais de l’employeur.

  • 10 Voir l’intervention de Suzy Castor et Wilson Laleau au colloque « Haïti : des lendemains qui tremb (...)

27Ceux qui profitent donc à la fois de la normalisation et de la perversion foncière sont les plus favorisés, ce qui renforce une forme de centralisation oligarchique ancienne et pérenne10.

Conclusion

28Une grande variété de projets et des visions de l’espace inhérentes, des rapports différents à la terre et au foncier à diverses échelles coexistent donc en Haïti, notamment dans la région de Port-au-Prince :

  • l’échelle locale des habitants, avec des processus de reconstruction spontanée déjà en cours, les citadins ayant déjà entrepris de rebâtir leur ville. Les cités, cette « troisième dimension de l’espace haïtien à degré zéro d’urbanisme » (Anglade, 2007-2008), y sont et seront dominantes. Ces cités étant fondées sur un rapport informel aux législations foncières, c’est la nécessité d’habiter qui y fait loi ;
  • l’échelle des collectivités locales semble prendre de l’importance face à un État central insaisissable. La coopération décentralisée prônée par de nombreuses instances internationales entre en résonance avec le discours porté par des élus comme Jean-Claude Fignolé, charismatique maire des Abricots. Si les outils constitutionnels existent en partie en matière de gestion foncière, ils ne peuvent être opérationnels que si le transfert de compétences s’accompagne d’un transfert de moyens ;
  • l’échelle nationale peine à s’affirmer sous les décombres, au sens propre comme au figuré, de son pouvoir (enjeux autour de la reconstruction du Palais national) ;
  • des ONG et acteurs internationaux mettent en œuvre des projets sur place en s’inspirant de leurs expériences dans d’autres contextes. Le caractère déterminant de la communauté internationale qui afflue sur place, des bailleurs de fonds bilatéraux et multilatéraux outillés de « bonne gouvernance », de « ville durable », etc. conduit à un questionnement sur les normes, la prédominance d’un discours universalisant transmis et mis en application à l’échelle locale.

29Le risque est donc d’aboutir à une ville cacophonique, une ville dissonante, une ville patchwork non plus par manque de planification mais, au contraire, en raison de schémas de planification décousus qui rigidifieraient l’espace urbain. Au-delà, cette forme de décentralisation subie peut encore renforcer une centralisation oligarchique, en partie appuyée sur la concentration des hommes et des activités sur la zone capitale. En outre, une décentralisation qui se limiterait à un captage de ressources par des collectivités locales plus ou moins armées peut induire une hiérarchisation des territoires, selon leur niveau de connexion, l’importance des réseaux de leurs élus, etc. en rupture avec le principe de continuité territoriale.

L’enjeu semble être, face à un État « faible » de tenter de le structurer en renforçant la base des élus et en donnant à celle-ci une structure et des moyens qui la rendent crédible. Idéalement, la problématique haïtienne de construction de collectivités territoriales devrait donc s’entendre, paradoxalement, comme une tentative de renforcement de l’État. (Dorner, 1998.)

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anglade, Georges, 2007-2008, « Les quatre dimensions principales du nouvel espace haïtien actuel », L’Hebdo de Georges Anglade.

Antoine, Jean-Marc (éd.), 2008, Les mots des risques naturels, Toulouse, PUM.

Blanc-Pamard, Chantal et Cambrezy, Luc (coord.), 1995, Terre, terroir, territoire. Les tensions foncières, Paris, ORSTOM Éditions, coll. « Dynamique des systèmes agraires ».

Brodiez, Axelle et Dumons, Bruno, 2009, « Faire l’histoire de l’humanitaire », Le mouvement social, avril-juin 2009.

Carnahan, Michael, Durch, William et Gilmore, Scott, 2006, Economic Impact of Peacekeeping. final Report, New York, Peace Divident Trust, mars.

Chaléard, Jean-Louis et Mesclier Évelyne, 2010, « Question foncière et dynamique territoriale dans les pays du Sud : nouveaux liens, nouvelles approches », Annales de géographie, n° 676.

Chamoiseau, Patrick, 1997, L’esclave vieil homme et le molosse, Paris, Gallimard.

Chaveau, Jean-Pierre, Jacob, Jean-Pierre et Le Meur, Pierre-Yves (éd.), 2004, « Gouverner les hommes et les ressources. Dynamiques de la frontière interne », Autrepart : 3-150.

Chataingner, Jean-Marc et Magro Hervé (éd.), 2007, États et sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement, Paris, Karthala.

Chesterman, Simon, 2004, « Relief and Reconstruction : The Politics of Humanitarian and Development Assistance », in S. Chesterman, You, the People : The United Nations, Transitional Administration and State-Building, Oxford, Oxford University Press : 183-204.

Ciat, 2010, Haïti demain. Objectifs et stratégies territoriales pour la reconstruction, Port-au-Prince, Comité interministériel d’aménagement du territoire.

Colin, Jean-Philippe, Le Meur, Pierre-Yves et Léonard, Éric (éd.), 2009, Les politiques d’enregistrement des droits fonciers : du cadre légal aux pratiques locales, Paris, Karthala.

Comité technique « Foncier et Développement », 2009, Gouvernance foncière et sécurisation des droits dans les pays du Sud. Livre blanc des acteurs français de la coopération. Paris, document disponible en ligne : www.diplomatie.gouv.fr

Corten, André, 1989, L’État faible, Haïti, République dominicaine, Montréal, CIDIHCA.

Daviron, Benoit et Giordano, Thierry, 2007, « États fragiles : genèse d’un consensus international », in J.-M. Châtaigner et H. Magro (éd.), États et sociétés fragiles. Entre conflits, reconstruction et développement, Paris, Karthala : 23-40

Dorner, Véronique, 1998, « La décentralisation en Haïti », Bulletin de l’APAD, n° 15, document disponible en ligne : http://apad.revues.org/565

— 1999, « Titres fonciers, indivision et transactions informelles en milieu rural haïtien », in P. Lavigne Delville et P. Mathieu, formalisation des contrats et des transactions, Louvain-la-Neuve, GRET-IED-UCL.

— et Oriol, Michèle, 2009, « L’indivision en Haïti. Droit, arrangements sociaux et agriculture », communication présentée lors des 3es journées de recherches en sciences sociales INRA-SFER-CIRAD, session « Les droits sur la terre : catégories juridiques, représentations et temporalité », Montpellier, 9-11 décembre.

Hou, Laurent, 2011, « Haïti et les crises », document de travail.

Jacob, Jean-Pierre et Le Meur, Pierre-Yves (éd.), 2010, Politique de la terre et de l’appartenance. Droits fonciers et citoyenneté locale dans les sociétés du Sud, Paris, Karthala.

Morcos, Karim, 2006, Piloting the Principles for Good International Engagement in fragile States, Paris, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE)

Oriol, Michèle, 2010, « Un crédit foncier et une “carte des risques” pour permettre aux Haïtiens d’entamer la (re)construction », interview, Signal FM, 18 mars.

et al., 1995, L’utopie territoriale. La décentralisation alternative, Port-au-Prince, PIRED.

Pierre, Samuel, 1997, Haïti : l’invasion des ONG, Montréal, CIDIHCA.

Vittrup, Erik, 2010, « Haïti – Reconstruction : Les problèmes fonciers entravent la reconstruction », interview, Haïti libre, 06 juillet.

Woodward, Susan, 2002, « Economic Priorities for Peace Implementation », International Peace Academy Policy Paper Series on Peace Implementation, New York, International Peace Academy.

Notes

1 Cette notion est apparue dans les années 1990, s’est développée au début des années 2000 (au tournant du 11 septembre) et semble entérinée depuis 2005 (Daviron et Giordano, 2007). À partir de cette date, des organismes internationaux majeurs utilisent le terme, et la conception inhérente. Pour l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), les États fragiles sont « les pays caractérisés par un manque d’engagement politique et/ou par une faible capacité à développer ou mettre en œuvre des politiques en faveur des pauvres, par la présence de conflits violents et/ou une faible gouvernance » (Morcos, 2006 ; traduction de l’auteur). En 2005 toujours, la Banque mondiale, à l’occasion de la mise à jour de l’initiative LICUS (Low Income Countries Under Stress) a adopté la terminologie d’« État fragile » et mis en exergue la construction de la paix et des États eux-mêmes (state-building) comme principal défi posé à ces pays. Enfin, dans la stratégie de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) pour les États fragiles, publiée en 2006, le terme fait référence à « la catégorie des États défaits, défaillants et en rémission ».

2 Anglade, 2007-2008.

3 La thèse en cours de Laurent Hou, doctorant en géographie (université Paris-IV-Sorbonne et université normale de Pékin) s’intitule Étude géopolitique comparée des catastrophes « naturelles » de grande ampleur en Chine : les temps de réponse, reprise et reconstruction.

4 Indice de développement humain, coefficient Gini, taux de corruption d’après Transparency International.

5 Parmi les organisations internationales majeures, citons l’USAID, la Banque mondiale, l’Agence canadienne pour le développement international (CIDA), le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), l’Organisation internationale pour les migrations (IOM), le Fonds monétaire international (FMI), la Commission européenne et des agences des Nations unies (Unicef, Unesco, UNDP, UNHCR, UNOPS, UNFPA, FAO).

6 « Haïti : La république des ONG », Radio Métropole Haïti, 29 mars 2010 ou encore « Haïti : la République face à son destin », Le Nouvelliste, 24 août 2010.

7 Voir la revue bibliographique du Peace Divident Trust (Carnahan, Durch et Gilmore, 2006).

8 Petite annonce en ligne : http://www.olx.ht/immobilier-cat-16.

9 Entretiens à l’ambassade du Brésil, août 2010.

10 Voir l’intervention de Suzy Castor et Wilson Laleau au colloque « Haïti : des lendemains qui tremblent » organisé à Genève du 12 au 14 janvier 2011 par le Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire (CERAH) et l’Université de Genève.

Auteur

Maître de conférences en géographie à l’université Paris-Nord-13, elle est membre du Centre de recherche espaces, sociétés, culture et du laboratoire Pôle de recherche pour l’organisation et la diffusion de l’information géographique, affilié au Centre national de la recherche scientifique. Ses travaux et publications concernent des thématiques centrales dans la compréhension de l’espace antillais : la construction identitaire, l’insularité, l’aménagement du territoire, etc. mredon@yahoo.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540