Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre V - Réflexions pour aujourd'hui et demain

Chapitre V. Réflexions pour aujourd’hui et demain

Jean-Daniel Rainhorn

Texte intégral

1Philippe Desmangles, chirurgien orthopédique haïtien, est en colère. Et il le dit ! C’est dans un témoignage au scalpel qu’il analyse l’état de « faiblesse » dans lequel se trouve aujourd’hui le système de santé haïtien et les comportements des professionnels, qu’ils soient nationaux ou étrangers. Il dénonce le fait qu’en Haïti, le « favoritisme prime sur l’excellence » et que cela « entraîne une démotivation des cadres ». Et pour montrer la gravité de la situation, il ajoute : « Avec des pratiques de type népotique, la chance d’avoir une personne compétente à un poste clé est faible » ! Il insiste sur la désertification des zones rurales et s’interroge sur une politique qui consiste à remplacer les médecins haïtiens manquants par des médecins cubains qui bénéficient d’avantages refusés aux nationaux. Il n’est pas non plus tendre avec les organisations humanitaires internationales et sur la faible qualité, selon lui, des soins que celles-ci prodiguent. Il rappelle que la plupart des gestes salvateurs « ont été pratiqués pendant les 72 premières heures qui ont suivi le séisme par des professionnels haïtiens ». Comment ne pas l’écouter lorsqu’il dit que « les agences qui sont sur le terrain sont avant tout en compétition » : « C’est à qui bâtira en premier son centre de soins, son hôpital de campagne afin que très vite des images soient prises et envoyées dans tous les médias du monde. » Un témoignage – et il n’est pas le seul – qui devrait conduire les organisations humanitaires, et en particulier celles qui travaillent dans le domaine de la santé, à réfléchir sur la qualité de leurs interventions.

2C’est dans le même esprit qu’Édith Kolo Favoreu observe que « l’assistance extérieure est présente depuis des décennies en Haïti au point qu’elle semble être devenue un élément de l’identité haïtienne contemporaine ». L’auteure montre comment, au lendemain du séisme, les organisations internationales d’assistance humanitaire ont pris en charge bon nombre d’activités « qui relèvent habituellement de l’intervention publique nationale » et qu’ainsi elles sont entrées dans une véritable confrontation avec les « acteurs haïtiens du développement ». Pourtant, même s’ils ont des capacités financières et humaines beaucoup plus limitées, ce sont ces derniers, travaillant le plus souvent au niveau communautaire, qui sont porteurs d’une vision endogène d’un développement à long terme du pays. Et sans une telle vision, peut-on parler de reconstruction ? C’est le peu de place laissé aux acteurs haïtiens qui conduit Édith Kolo Favoreu à faire un véritable plaidoyer pour un « empowerment national ». Car sans réappropriation par les Haïtiens eux-mêmes de leur réalité, comment régler des questions aussi importantes pour la reconstruction du pays que celles du foncier, de l’éducation et de l’emploi ?

3Pour mener à bien la reconstruction, Marie Redon insiste sur le fait que, « dans la mesure où la terre constitue le support et le moyen de réalisation de l’ensemble des activités », « rien de sérieux ne pourra se réaliser sans une prise en compte de l’enjeu foncier ». La question foncière, notamment agricole, n’est pas nouvelle en Haïti. Les paysans sont « majoritairement en situation d’insécurité juridique » et Port-au-Prince s’est développée comme « une agrégation successive de quartiers construits spontanément, sans plan d’ensemble ». L’occupation des terrains est généralement informelle, les habitants s’installant sans titres et construisant eux-mêmes leur logement. L’auteure rappelle que selon le géographe Georges Anglade, disparu lors du séisme, plus de 90 % de la population de la capitale vivaient dans des habitats informels. Comment alors reconstruire les villes détruites sinon en transférant aux élus locaux les droits et les moyens qui leur permettront de mettre en œuvre de véritables politiques foncières cohérentes ?

4Dans un pays dans lequel à peine plus de 10 % des enfants finiront la cinquième année du primaire et moins de 2 % iront jusqu’au bout de l’enseignement secondaire, selon les chiffres de l’Unicef, l’éducation, ainsi que l’écrit d’emblée Jean-Joseph Moisset, ne peut être que la « priorité des priorités ». Surtout dans un pays où la demande d’éducation est très grande mais « n’arrive pas à être satisfaite par une offre historiquement et globalement faible » assurée à 90 % par le secteur non public. Il semble qu’il règne en Haïti un relatif consensus sur cette question puisque, quels qu’aient été les aléas politiques, le Plan national d’éducation et de formation (PNEF) finalisé en 1997 semble rester « la référence, la boussole, guidant et encadrant » les activités du secteur y compris depuis le 12 janvier 2010. Les problèmes ne relèveraient-ils alors que d’une incapacité à mettre en œuvre des stratégies pourtant partagées par la majorité ? La crise dans le secteur de l’éducation reflète bien la crise plus générale de l’État.

5Haïti sera demain un immense chantier. La reconstruction du pays exige des professionnels dans de nombreux secteurs d’activité et va favoriser l’émergence de nouveaux métiers. Malheureusement, Guichard Doré fait le constat qu’« Haïti a accumulé un retard considérable pour ce qui est de la rationalisation des branches professionnelles ». Il observe en particulier que « la formation professionnelle est réservée aux élèves qui n’ont pas réussi dans le système classique » et que l’« éloignement entre le monde de la production et le monde de la formation » nuit à la mise en place de nouvelles filières pour la création de nouveaux métiers en relation avec la reconstruction. Alors que les besoins sont immenses dans de nombreux domaines et que la main-d’œuvre est potentiellement disponible, la formation professionnelle apparaît aujourd’hui comme le parent pauvre du système d’éducation en Haïti.

6Comment aider au mieux ce processus de reconstruction quand on est Haïtien et que l’on vit en dehors du pays ? C’est la question que pose Dominique Desmangles en analysant les activités de la diaspora haïtienne en Suisse depuis le séisme du 12 janvier. Une vingtaine d’associations haïtiennes témoignent « de la volonté de la diaspora haïtienne de Suisse de participer concrètement à la reconstruction ». La majorité d’entre elles soutiennent des projets dans le domaine de l’éducation et de la formation ainsi que dans celui du développement rural. Selon l’auteure, elles se heurtent à trois obstacles essentiels : leur difficulté à se coordonner et le manque de leadership, la complexité des relations entre la diaspora et l’État haïtien avec comme revendication centrale « la reconnaissance de la double nationalité et le droit de vote pour une réelle implication dans la vie locale » et le fait que ces associations sont « pratiquement exclues du financement suisse » malgré l’importance des sommes d’argent recueillies. Entre les pays de résidence et l’État haïtien, la diaspora peut-elle devenir un interlocuteur crédible et reconnu pour contribuer à la reconstruction ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540