Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre IV - Éléments pour une reconstruction/refondation

Nouveau regard sur le handicap : une belle manière de réinventer l’avenir

Thomas Calvot, Sarah Rizk et Nathalie Herlemont-Zoritchak

Texte intégral

  • 1 Déclaration du Premier ministre Jean-Max Bellerive lors d’une conférence de presse à Port-au-Princ (...)

1Le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010 a fait, selon le gouvernement haïtien, pas moins de 316 000 morts et 300 000 blessés1. Même si ces chiffres restent contestables et contestés, l’ampleur du cataclysme demeure historique pour une nation que l’indice de développement humain (IDH) situe au 149 e rang. Un tel événement est, bien sûr, fondamentalement traumatique pour l’ensemble d’une population. La perte et le deuil qui en résultent jalonnent la vie de milliers de gens aujourd’hui. C’est pour beaucoup au plan individuel un traumatisme d’ordre à la fois physique et psychique.

2L’association Handicap International, présente sur place avant le séisme, est confrontée, comme d’autres organisations, au nombre extrêmement élevé de personnes blessées et à la nécessité à la fois de répondre à leurs besoins immédiats, de prévenir l’apparition d’incapacités ultérieures, mais aussi de réconcilier les personnes plus définitivement atteintes avec ce nouveau corps qui est désormais le leur.

  • 2 Cette compréhension sociale du handicap se reflète à travers des modèles comme le processus de pro (...)
  • 3 Pour l’aisance de la lecture, on utilisera pourtant tout au long du texte le terme « personne hand (...)

3Les modèles de compréhension du handicap ont grandement évolué ces dernières décennies, passant de la classique approche médicale à une approche prenant en compte la situation globale de l’individu dans son milieu social pour définir le handicap. Si la place de l’incapacité physique, sensorielle, intellectuelle ou comportementale est toujours bien présente, l’on reconnaît désormais l’impact majeur de l’environnement physique, social voire légal en termes de barrières, et l’on admet volontiers que la lecture du « désavantage » qui en résulte doit se faire à travers le prisme des habitudes de vie de chacun, prenant en compte chaque contexte local2. C’est en cela que le terme « personne en situation de handicap » est certainement plus juste que celui de « personne handicapée »3 dans la mesure où il fait état d’une situation de participation ou au contraire d’exclusion selon diverses situations de vie. En conséquence, en matière de santé humaine et plus largement quand on cherche à restaurer la qualité de vie d’un individu, qu’il soit affecté par un événement traumatique soudain ou par une incapacité acquise de longue date, les processus de reconstruction doivent nécessairement se fonder largement sur des éléments médicaux en lien avec l’intégrité physique et psychique de la personne, mais aussi s’intéresser à son environnement physique et à son milieu social, intrinsèquement liés.

4S’appuyant sur l’expérience de Handicap International, cet article se propose d’explorer pas à pas la problématique complexe du handicap, dans ses diverses dimensions et les spécificités contextuelles propres à Haïti, afin de mieux appréhender la situation actuelle et les perspectives qui se dessinent pour ces milliers de gens, confrontés de longue date ou plus récemment à la situation de handicap.

5Pour ce faire, considérant le séisme du 12 janvier comme événement saillant, notre propos accompagnera la personne blessée vers sa reconstruction et décrira les barrières auxquelles elle peut être confrontée dans sa situation de handicap au cours de trois phases clés : la phase de prise en charge initiale, très centrée sur les incapacités propres à chaque personne ; la phase de retour à domicile, au cours de laquelle la dimension familiale et la notion de responsabilisation se révèlent essentielles ; enfin une troisième phase de réintégration communautaire qui met en exergue l’importance de la dimension sociale et environnementale dans le champ du handicap.

Préserver la vie et la fonction, soutenir et accompagner dans l’urgence

Intervenir au plus tôt

6L’urgence immédiate, en matière de santé, au cours du premier mois, est bien sûr de sauver des vies. Mais c’est aussi, pour ceux qui auront survécu, de préserver la qualité de cette vie, c’est-à-dire de conserver au maximum les capacités physiques et psychiques. C’est en effet dans cette phase cruciale des débuts que l’on pourra empêcher ou modérer pour une large part l’apparition et l’installation de séquelles invalidantes permanentes. Il faut « réparer les corps », restaurer la fonction, éviter l’enkystement des blessures, qu’elles soient physiques ou psychiques.

  • 4 Sue Eitel dans son rapport d’évaluation publié pour le compte de l’Agence des États-Unis pour le d (...)

7Les réponses aux crises similaires du passé nous apprennent que la priorité est au déploiement d’une réponse précoce en réadaptation d’urgence, complémentaire aux services médico-chirurgicaux rapidement mis en place par les organisations locales et internationales. Des thérapeutes manuels tels que les kinésithérapeutes, les ergothérapeutes et, dans le cas d’Haïti, quelques trop rares techniciens locaux de réadaptation4 doivent être mobilisés le plus rapidement possible et travailler au quotidien à un rythme intense, au chevet des personnes blessées. Cette action précoce permet d’éviter les enraidissements articulaires, de mobiliser les membres blessés, de conserver la fonction des muscles. Elle permet aussi d’endiguer les complications de la position allongée prolongée pour les blessés complexes, d’accompagner les personnes dans leur premier lever, leurs premiers pas. Pour les personnes amputées, la réalisation de bandages compressifs des moignons permettra que ceux-ci prennent une forme correcte pour pouvoir être appareillés plus tard. Enfin, on pourra compenser les fonctions perdues par le corps avec des aides à la mobilité telles que des béquilles, des cadres de marche, mais aussi de petites attelles.

Les premières rencontres

8C’est aussi le temps du premier contact soignant-soigné, parfois brutal, souvent trop peu préparé, mais invariablement intense en émotion. L’écoute, l’empathie vont trouver d’emblée toute leur place dans l’établissement d’une véritable relation d’aide qui va, la plupart du temps, être intégrée de manière intuitive par les équipes.

9Cette intervention précoce doit se mettre en place bien sûr le plus tôt possible dans les hôpitaux et les structures de soins temporaires, mais devrait également s’ancrer de manière progressive dans les quartiers, dans la communauté. En effet, l’expérience montre qu’il est essentiel de maintenir coûte que coûte le lien avec les personnes blessées après leur sortie de l’hôpital. Ce lien est parfois négligé par les équipes d’urgence, qui pourraient considérer que la prise en charge s’arrête à la sortie de la structure spécialisée. Il apparaît pourtant crucial de se donner les moyens d’une continuité de prise en charge, tant pour la personne que pour les équipes : la phase douloureuse du retour à la communauté nécessite un accompagnement étroit.

10Cette communauté déstabilisée et déstructurée est en effet confrontée à un recentrage massif de ses priorités vers la couverture de ses besoins vitaux immédiats. Trouver un abri, de la nourriture, des produits de base, de quoi se vêtir, se laver ou cuisiner redevient la préoccupation, ou dirait-on mieux, le défi permanent du quotidien. C’est pourtant dans ce contexte bouleversé que la personne traumatisée va devoir s’inscrire et tenter de retisser les liens indispensables à sa survie. Cette précarité extrême concernant les besoins essentiels ne doit certainement pas être négligée dans la perspective de la reconstruction du corps et du psychisme. D’une part parce que la sécurité physique et alimentaire participe grandement de la guérison physique et morale d’un individu. D’autre part parce que nul ne peut prendre le temps d’entamer un processus de deuil et de reconstruction si ses besoins essentiels ne sont pas couverts. Ce sont pourtant ces mêmes personnes blessées qui vont, avec d’autres extrêmement vulnérables, devoir faire face aux plus grandes difficultés pour accéder à l’aide internationale qui se déverse dans le pays.

L’importance du lien soignant-soigné

11Le rapport avec le thérapeute est important car il est l’un de ces liens qui, en se maintenant, constitue un élément stable permettant de faire face à des changements majeurs, grâce à une dynamique propre à prendre en compte ces changements. C’est le thérapeute qui va souvent, le premier, prendre le temps de voir la personne dans son entièreté, et non pas à travers l’étroit prisme du traitement d’un membre blessé ou dans la perception étriquée d’une personne incomplète ou diminuée. C’est le thérapeute qui va retrouver la personne dans son quartier après sa sortie de l’hôpital.

12Il va cultiver petit à petit un lien privilégié, d’abord par le regard et l’échange verbal, puis à travers le toucher. Les mains en particulier vont représenter un médiateur de valeur, dans le sens où elles « mettent le doigt » sur ce qui fait mal, mais où elles soulagent également. Il faudra être attentif au premier toucher, qui peut être envahissant, intrusif, parce qu’il va réveiller la personne à sa situation actuelle, dans l’ici et maintenant. Il crée aussi un « court-circuit » dans les convenances de l’interaction entre deux personnes, sans tricherie possible. Loin de l’instrument du chirurgien, loin du regard apitoyé des pairs, le regard et les mains se posent donc sans jugement sur cette partie du corps qui fait souffrir, que l’on aimerait ne pas voir, que l’on voudrait rejeter. Petit à petit, ce contact va devenir familier, de plus en plus rassurant, apaisant et donc souhaité par la personne blessée. « On s’occupe de moi, de ma jambe, de ma blessure, et on me regarde tel que je suis. » La relation thérapeutique s’enrichit et va permettre de mettre des mots sur la souffrance, sur la douleur, un dialogue que l’on va investir pour commencer alors un véritable travail de réintégration de ce membre blessé ou amputé comme part entière et inaliénable du corps. Ce sont les premiers pas vers la réconciliation du corps et de l’esprit. Comme le disait Boris Dolto, chaque thérapeute manuel, qu’il soit kinésithérapeute, ergothérapeute ou technicien de réadaptation, doit dans cette perspective assumer son rôle essentiel de thérapeute, dans le sens le plus noble du terme :

Chez l’homme malade ou blessé, l’image du corps s’altère, le lieu du corps affecté est vécu comme un manque, une absence, un trou. Et nécessairement son corps se modifie, se disjoint, se morcelle. Le travail du kiné vise à rendre au corps son unité, à réajuster les pièces détachées (objets partiels des psychanalystes) dont la coordination rend compte du concept d’organisme. Il s’agit donc bien d’une séance au sens classique de réunion des membres d’une même société… La relation du patient à son kiné constitue le noyau central autour duquel tout s’édifie. (Dolto, 2006 : 356.)

  • 5 Les étapes classiquement identifiées du processus de deuil sont : le choc, le déni, la colère, l’a (...)

13Le thérapeute devient souvent de fait, et parfois malgré lui, le réceptacle des angoisses et des attentes de la personne blessée. Il est l’un des interlocuteurs qui vont accompagner la personne dans son processus de deuil5 et sera un observateur de premier plan face au déni, à la colère, à la dépression que traversera la personne confrontée à sa perte. Il sera souvent aussi le témoin de l’acceptation de sa propre situation par la personne, point de départ de la reconstruction qui ira souvent de pair avec des progrès fonctionnels significatifs. Au-delà de la qualité technique et de la démarche diagnostique et de traitement, c’est la capacité du thérapeute manuel à contenir les affects négatifs et ensuite à projeter vers la personne blessée une image d’espoir et de dignité qui accompagne le plus efficacement cette dernière vers le chemin de la guérison. L’écoute et l’empathie sont donc indispensables pour ces premiers pas. Il convient dès lors d’accompagner ce thérapeute et de lui donner les moyens de gérer cette relation si chargée d’émotions et d’enjeux.

14Cette relation initiale, très centrée sur l’individu, va petit à petit s’élargir vers les proches, en les impliquant dans la prise en charge, et va accompagner naturellement les prémices du retissage des liens de la famille. On accompagne la personne blessée dans un processus de réconciliation avec son corps, qu’on espère voir se reproduire à l’échelle du foyer.

Accepter un nouveau corps, accepter son handicap et le vivre avec ses proches

De la difficulté du retour

15Depuis le 12 janvier 2010, les difficultés psychologiques des Haïtiens ont évolué à travers le temps. Elles furent d’abord liées à l’événement même, au tremblement de terre. On a observé des réactions de sidération, de peur, d’angoisse et d’effroi d’avoir rencontré la mort de si près. Ces manifestations se sont apaisées petit à petit pour laisser place aux difficultés liées à des facteurs sociaux. Nombreux sont les individus qui ont exprimé une angoisse profonde à l’idée de rentrer chez eux, dans ce lieu détruit et peuplé de cadavres. D’autres racontaient leur gêne quand il s’agissait de traiter avec un entourage qui n’est plus le même, avec une famille souvent déstructurée et recomposée.

16Les professionnels de Handicap International ont pu remarquer combien les blessures physiques et psychiques d’un individu pouvaient mettre à mal les liens familiaux. Les interactions au sein d’une famille sont souvent complexes et variables. Certaines familles se sont unies pour survivre alors que d’autres se sont déchirées et ont éclaté. La résonance de la souffrance était-elle trop importante pour être contenue au sein de la famille ? Toujours est-il que la personne portant une blessure physique invalidante peut perdre sa dignité et voir sa place au sein de sa famille profondément remise en cause. En témoigne le discours de cet homme, père de famille qui a perdu sa jambe pendant le tremblement de terre :

J’ai perdu ma maison, mon travail et depuis que j’ai une jambe en moins, ma famille ne me traite plus de la même manière, mes enfants ne me respectent plus, quand ils me demandent de l’argent parce qu’ils ont faim, je n’ai rien à leur offrir, ils m’insultent, me disent que je ne sers plus à rien. Quand j’essaie d’imposer mon autorité, on me répond : « Tu ne nous donnes rien et en plus tu as une jambe en moins. » Je n’ai pas de choix, je me tais, je bois pour oublier tout cela, je pense à demain, je pense à la mort. J’ai tout perdu, ma vie n’a plus de sens.

17On le voit, la problématique est complexe. Elle va nécessiter d’utiliser plusieurs leviers complémentaires pour tendre vers une intervention de type holistique. Il importe avant tout de briser la logique de rejet et d’exclusion. Au cours de cette phase, on aurait donc avantage à placer les activités le plus possible au sein du lieu de vie en tentant d’impliquer d’emblée la famille dans le processus d’accompagnement.

L’élaboration d’un contrat

18Une autre notion qui peut constituer un puissant levier est celle de contrat. S’il est mis en place, ce contrat permet d’une part de formaliser la participation active des proches, d’autre part de poser des objectifs réalistes à l’accompagnement. En effet, l’un des constats qui s’est précisé au fil du temps est que les ambitions thérapeutiques des soignants peuvent être à la fois trop élevées ou irréalistes, et dans le même temps inappropriées aux attentes et aux souhaits de la personne et de ses proches. Or, nul n’est en droit de préjuger, à la place d’une autre personne, de ce qu’elle souhaite pour le futur et de ce qui est important pour elle. L’on suggérera donc volontiers que ce contrat thérapeutique soit élaboré entre l’équipe de soignants et la personne, mais aussi entre l’équipe de soignants et la famille, après un temps d’échange qui se doit d’être le plus ouvert possible. À cette occasion, les objectifs du contrat pourraient être discutés et verbalisés par les équipes et les bénéficiaires. On éviterait ainsi de laisser s’installer une dichotomie dans les attentes entre thérapeutes, quels qu’ils soient, et les personnes concernées et leurs familles. La notion de contrat permet aussi de remettre la personne à sa place centrale de sujet capable de prendre des décisions, de s’engager et donc de s’investir dans un processus, de l’extraire en quelque sorte d’une position d’« objet-victime », récipiendaire passif d’une assistance auquel il aurait droit.

La prise en compte du contexte socioculturel

19Dans une logique similaire de responsabilisation, chaque acteur international aurait avantage à considérer les Haïtiens comme partenaires privilégiés, et ce afin de mieux dessiner et accompagner la mise en place de son intervention. Cette implication dans l’élaboration et la conduite des projets, que ce soit à travers l’équipe locale ou bien encore par le partenariat avec des associations haïtiennes, est certes un principe de bonne gouvernance largement reconnu, mais l’expérience montre qu’elle est aussi un élément central pour assurer l’impact positif et la pérennité de l’action sur la durée. De fait, nous avons pu voir combien l’interaction du personnel local avec la personne blessée et handicapée représente déjà une ébauche de la nécessaire interaction entre pairs. De plus, la sagesse et la compréhension intuitive des nationaux constituent certainement un filtre naturel qui évite les erreurs et instaure une meilleure prise en compte du contexte socioculturel. Les incompréhensions et les maladresses sont identifiées et disparaissent peu à peu, faisant place à des comportements de plus en plus respectueux et constructifs.

20Ainsi, en complément des exercices plus classiques de rééducation toujours nécessaires pour optimiser la récupération fonctionnelle, les groupes de médiation thérapeutique tels que les ateliers de danse, de cuisine, de théâtre et de poésie constituent des activités de choix. Facilitées par les ergothérapeutes, les animateurs et les psychologues, ayant lieu dans un cadre sécurisant et confidentiel, elles peuvent permettre aux personnes particulièrement affectées de travailler sur la récupération fonctionnelle de manière encore plus proche du geste quotidien, tout en mettant des mots et des formes sur leur vécu douloureux. Le but à terme est de restaurer les capacités de la personne à se mouvoir et à interagir de manière autonome dans sa communauté, dans son quartier.

Une aide pluridisciplinaire

21Pour lutter contre les problématiques de maltraitance et de rejet, Handicap International a plus particulièrement tenu à accompagner les familles en souffrance grâce à des interventions dans la communauté. Nos équipes haïtiennes ont fait de la médiation familiale. Elles ont tenté de comprendre les croyances et la culture de chaque famille pour renforcer les points d’appui et favoriser l’acceptation des modifications nécessaires. Elles ont écouté et contenu (Anzieu, 1985) les affects négatifs tout en travaillant sur l’assouplissement de la dynamique familiale.

22Par ailleurs, afin de maintenir une qualité d’intervention holistique et de renforcer les capacités des uns et des autres, il a paru fondamental d’instituer des réunions d’équipe multidisciplinaires et des séances de supervision. Ces temps de concertation avaient pour but de bâtir la meilleure synergie possible entre les expertises, métiers et compétences. En effet, kinésithérapeutes, ergothérapeutes, techniciens orthoprothésistes, techniciens de réadaptation, psychologues, animateurs, travailleurs psychosociaux, travailleurs de protection, travailleurs communautaires constituent le cœur d’une équipe qui devrait pouvoir agir de concert afin d’accompagner patiemment la personne blessée et sa famille sur toute la phase de récupération et de réinsertion communautaire. Dans notre expérience, ces espaces d’échanges et de paroles ont favorisé l’élaboration de la dynamique relationnelle entre le soignant et le soigné, entre les intervenants et les familles affectées. Ils ont été le facteur déterminant de la compréhension du cheminement des personnes accompagnées et de leurs familles. Ils nous ont apporté des éclaircissements et des ajustements nécessaires au succès de l’ensemble du processus. Ils ont permis aussi aux intervenants de prendre de la distance dans leurs actions, de réfléchir et d’apprendre.

23Mais l’accompagnement familial seul n’est sûrement pas suffisant pour parvenir à relever le défi de l’intégration sociale qui attend toute personne se retrouvant en situation de handicap. Une action orientée vers la communauté apparaît indispensable. La pratique a montré par le passé qu’elle n’a de vraies chances de succès que si elle est pleinement assumée et portée par les bénéficiaires, eux-mêmes, soutenus par les équipes locales.

Haïti : le handicap en société

Le handicap comme déséquilibre

24Haïti connaît une longue histoire d’exclusions et de discrimination sociale des personnes handicapées. Pour mieux l’appréhender, il est nécessaire de fournir ici certains éclaircissements sur les concepts socio-anthropologiques de l’individu en Haïti. À la différence des modèles occidentaux, la personne haïtienne « fait partie d’un vaste univers comprenant les esprits, les ancêtres et le monde naturel qui doivent tous être en harmonie pour assurer une bonne santé […] Le concept haïtien de la personne s’étend au-delà des notions occidentales individualistes du moi en englobant des dimensions spirituelles » (OMS et OPS, 2010 : 13-14). La cause des maladies est souvent associée à un déséquilibre entre l’environnement spirituel, l’environnement humain formé par la famille, les proches et la collectivité et l’environnement naturel. L’origine du déséquilibre viendrait, soit du non-respect des règles qui régissent la relation humaine avec l’environnement physique, soit du non-respect des règles éthiques, des rites et des prescriptions concernant les ancêtres et les esprits, soit encore de l’influence néfaste des autres (ensorcellement, sort, etc.).

25De fait, l’incapacité en Haïti viendrait en quelque sorte souligner le déséquilibre de l’individu avec son environnement humain et spirituel. La personne handicapée devient l’évidence d’une erreur commise, la victime d’un sort jeté. « Le sujet est alors pensé comme consubstantiellement lié à son groupe d’appartenance, témoin et représentant de quelque chose qu’il est chargé de dire ou d’incarner pour l’autre ou pour son groupe d’appartenance. » (Scelles, 2002 : 33.)

Le cumul des vulnérabilités

26Sur ce terreau de discriminations sociales déjà existantes, certaines problématiques se sont accentuées au lendemain du tremblement de terre. La paupérisation, la situation d’instabilité politique ainsi que la précarité de la situation des sites de regroupement, fondamentalement déstructurants au niveau social, ont augmenté le niveau de vulnérabilité des personnes en situation de handicap. Des femmes et des jeunes filles dont certaines handicapées ont été victimes de viol et d’agressions sexuelles. Dans son rapport de juin 2011, Amnesty International mentionnait plus de 250 viols recensés au cours des 150 premiers jours qui ont suivi le tremblement de terre.

  • 6 Concept développé par Yvan Boszormenyi-Nagy (Michard, 2005).

27Un autre fléau marquant est celui de la non-scolarisation chronique des enfants handicapés. Le quotidien haïtien Le Nouvelliste (Daudier, 2011) signalait que, selon l’Unesco, 90 % des enfants handicapés n’auraient pas accès à l’éducation. Cela sans compter les enfants de parents handicapés qui, pour un grand nombre, ne se rendent pas à l’école faute de moyens financiers. Ces derniers se retrouvent très vite dans une situation de « parentification6 » : ils assument très tôt de lourdes responsabilités, devenant parfois l’unique source de revenu du foyer ou l’élément majeur de la survie du parent handicapé.

  • 7 Littéralement « bon à rien ».

28Une jeune mère célibataire double amputée des bras a ainsi partagé son inquiétude quant à l’avenir de son fils qui a fui la maison parce qu’il ne supportait plus les moqueries de ses pairs le traitant de fille ou de ménagère : « Aujourd’hui, mon fils est exposé à la drogue, il pourrait être entraîné dans l’un de ces gangs de malfaiteurs de la ville. » Elle poursuit son discours en s’accablant sur son propre sort : « Comment vais-je survivre… personne n’aide une kokobé7. »

29En effet, on retrouve fréquemment des personnes handicapées, enfants et adultes, abandonnées par leurs proches, d’une part parce qu’elles peuvent être perçues comme inutiles à leur communauté et, d’autre part parce que les familles se sentent submergées par l’investissement trop lourd que leur prise en charge impliquerait. Mener une stratégie de lutte contre l’isolement, la précarité et la discrimination des personnes en situation de handicap paraît donc indispensable pour la reconstruction de l’Haïti de demain.

Quelques initiatives

30Dans ce cadre, plusieurs initiatives intéressantes ont été mises en œuvre. Il y aurait beaucoup d’avantages à les accompagner et à les soutenir. Tout d’abord, une mobilisation importante s’est développée grâce à la concertation d’un nombre d’acteurs significatifs dont Handicap International, la secrétaire d’État pour l’intégration des personnes handicapées, Christopher Blind Mission (CBM) et de multiples associations locales comme la Société haïtienne d’aide aux aveugles (SHAA), Saint-Vincent, le Centre d’éducation spéciale (CES), ou encore l’Institut Montfort pour demander au Sénat d’adopter le projet de loi sur l’intégration des personnes handicapées voté le 5 mai 2010 par la chambre basse du Parlement. Un plan national s’est également dessiné afin de mettre en place une stratégie de sensibilisation pour l’intégration des personnes handicapées en Haïti.

31Dans le même esprit, le plaidoyer pour l’inclusion des personnes en situation de handicap qui s’est systématisé dans tous les comités intersectoriels, notamment celui de la reconstruction pour l’accès aux services pour tous, a porté ses fruits. Il est important qu’une telle démarche se poursuive. Par ailleurs, l’expérience de Handicap International dans différents pays a démontré que les actions dirigées vers le cœur du tissu social constituent l’un des leviers qui favorisent l’intégration des personnes en situation de handicap dans une société. L’association a voulu promouvoir cette dynamique en soutenant des organisations locales désireuses de mettre en place des activités inclusives.

32Un autre moyen d’agir est d’accompagner, parmi les personnes handicapées elles-mêmes, les plus volontaires et résilientes vers la formation d’un groupe de pairs afin d’animer un réseau de soutien et d’entraide. En effet, à partir de leur expérience personnelle, ces personnes vont pouvoir aider les autres à comprendre et mieux accepter leur situation, à surmonter les obstacles physiques, psychologiques, environnementaux, relationnels, à identifier ce qui les aide à se rétablir et à avoir une meilleure qualité de vie. Des personnes qui donnent un sens à l’entraide sans s’imposer. Ces groupes ont également pour fonction de sensibiliser la communauté à l’intégration des personnes handicapées dans la société. Leurs rencontres sont également l’occasion de mettre en place des activités socioculturelles et artistiques (représentations théâtrales, sketch, musique, compétitions sportives adaptées) qui mettent en avant les capacités des personnes en situation de handicap, mais aussi soulignent les obstacles qu’elles peuvent rencontrer dans leur environnement. Cette prise de conscience est un des moyens qui peut apporter un changement de perception vis-à-vis du handicap.

33On le voit, deux approches différentes qui visent le même objectif. Cette « twin track approach » qui comporte d’une part une intervention directe vers les personnes handicapées, et d’autre part un accompagnement des autres acteurs permettant de mieux inclure les premières dans leurs programmes paraît particulièrement pertinente pour la reconstruction de l’Haïti de demain.

Conclusion : du traumatisme au changement de regard ?

34La réponse d’urgence s’inscrit nécessairement dans une temporalité limitée. Elle constitue un soutien, un point d’appui à un moment donné, qui cherche à aider une population et à investir dans ses capacités afin qu’elle puisse se relever elle-même des conséquences d’une crise aiguë. « Nou sé Wozo » (« Nous sommes des roseaux »), ont coutume de dire les Haïtiens, nation résiliente qui a prouvé à travers son histoire sa capacité à s’en sortir par elle-même et à surmonter les obstacles.

35Nous avons déjà évoqué le fait que la place des personnes handicapées est souvent peu enviable aux yeux des autres. Les « kokobé » sont très souvent rejetés, mis à l’écart. Or, on le sait, chaque personne vit son handicap non seulement selon sa propre interprétation, mais peut-être plus encore selon l’interprétation renvoyée par les autres. Il faut faire partie du corps social, coûte que coûte, pour conserver sa dignité. Une personne abandonnée dans la communauté est, plus que toute autre, en danger.

36Cependant, une question essentielle demeure. Ce séisme si meurtrier a-t-il pu faire évoluer la perception du handicap aux yeux la société haïtienne ? Est-il un point de départ pour un renouveau ? Il est très certainement trop tôt pour donner une réponse affirmative. Certes, l’empathie générale de la société par rapport à la situation des personnes nouvellement handicapées est indéniable. On constate peut-être moins de moquerie et plus de considération dans le regard des gens vis-à-vis des victimes du séisme. Mais ces changements perdureront-ils ? Rien n’est moins sûr. Le chemin est certainement encore très long qui verra une réelle intégration sociale des personnes handicapées en Haïti.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Amnesty international, 2011, Les violences sexuelles contre les femmes augmentent, Paris, Amnesty International, 6 janvier, document disponible en ligne : http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/report/haiti-sexual-violence-against-women-increasing-2011-01-06

Anzieu, Didier, 1985, Le moi-peau, Paris, Dunod.

Benoist, Jacques, Piquart, Brigitte et Voutira, Eftihia, 1998, Anthropology in Humanitarian Assistance, Bruxelles, Office for Official Publications of the European Communities et Network on Humanitarian Assistance, document consulté en ligne le 1er juin 2011 : http://membres.multimania.fr/dloquercio/know-how/Ressources/anthropology/Anthropology.pdf

Calvot, Thomas, 2009, « Inclure les personnes en situations de handicap dans la réponse d’urgence à une crise : réagir face aux constats alarmants du terrain », Développement humain, handicap et changement social, « Situations de crises et situations de handicap », vol. 18, n° 1, septembre.

Corten, André, 2006, « Diabolisation et mal politique. Haïti : misère, religion et politique », Archives de sciences sociales des religions, n° 134, avril-juin, document disponible en ligne : http://assr.revues.org/3495

Daudier, Valéry, 2011, « Les personnes handicapées, une préoccupation majeure », Le Nouvelliste, 8 juin, document disponible en ligne : http://www.lenouvelliste.com/articleforprint.php?PubID=1&ArticleID=93528

Dion Michel, 2002, « La quête de l’altérité : Une autre approche des religions afro-brésiliennes », Revue du MAUSS, n° 19, janvier : 221-240.

Dolto, Boris J., 2006 [rééd.], Le corps entre les mains, Paris, Vuibert.

Eitel, Sue, 2010, Haiti Mission Report. february 6-March 7, 2010, Handicap International/USAID, document disponible en ligne : www.google.fr/url?sa=t&source=web&cd=1&ved=0CBoQFjAA&url=http%3A%2F%2Foneresponse.info%2FDisasters%2FHaiti-%2Fdisabilities%2Fpublicdocuments%2FEitel%2520Haiti%2520Feb-Mar%25202010%2520Report%2520-final%2520draft.doc&ei=Mz9pTuq0A4K08QPhxfA3&usg=AFQjCNGqn282uuhr-faM0_lqdgMOA_aJGg

Fougeyrolas, Patrick et al., 1998, Classification québécoise : Processus de production du handicap, Québec, Réseau international sur le processus de production du handicap (RIPPH)/SCCIDIH, document disponible en ligne : www.ripph.qc.ca/?rub2=2&rub=6&lang=fr

— et Noreau, Luc, 2007, « L’environnement physique et social : une composante conceptuelle essentielle à la compréhension du processus de production du handicap. L’exemple des personnes ayant une lésion médullaire », in J. Boriolo et R. Laub (éd.), Handicap : de la différence à la singularité, Chêne-Bourg, Médecine et Hygiène : 47-69.

Gardou, Charles, 2010, Le handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques, Toulouse, Éditions Érès, 2010.

Grange-Segeral, Évelyne, 2007, « Le handicap aux prises avec le risque de l’inhumanité : apports de la thérapie familiale psychanalytique », Dialogue, n° 174 : 27-38.

Michard, Pierre, 2005, La thérapie contextuelle de Boszormenyi-Nagy. Une nouvelle figure de l’enfant dans le champ de la thérapie familiale, Bruxelles, De Boeck.

OMS, 2001, La classification internationale du fonctionnement, du handicap et de la santé, résolution de la 54e assemblée mondiale de la santé, Genève, Organisation mondiale de la santé, 22 mai, document disponible en ligne en anglais : www.who.int/classifications/icf/en/index.html

— et ops, 2010, Culture et santé mentale en Haïti : une revue de littérature, Genève, Organisation mondiale de la santé et Organisation panaméricaine de la santé.

Poizat, Denis, 2008, « Le vodou, la déficience, la chute », Reliance, n° 29 : 9-17.

Revue Haïtienne de santé mentale, 2011, « Santé mentale en Haïti », n° 1, tome I, document consulté en ligne le 1er juin 2011 :http://www.haitisantementale.ca/article.php3?id_article=17;id_rubrique=14

Richardier, Jean-Baptiste, 2008, « L’insuffisante prise en compte des besoins des personnes en situation de handicap dans le temps et l’espace d’une crise humanitaire est un déni de droit », discours lors du 21e Congrès mondial de réhabilitation internationale, Québec, 25-28 août 2008.

Ripph, 2011, « Résilience. Pour voir autrement l’intervention en réadaptation », Développement humain, handicap et changement social, vol. 19, n° 1, mai.

Saillant, Francine, 2007, Identités et handicap. Circuits humanitaires et posthumanitaires, la dignité pour horizon, Paris, Karthala.

Richardson, Mary et Paumier, Marie, 2005, « L’humanitaire et les identités : un regard anthropologique », Ethnologies, vol. 27, n° 2 : 159-187, document consulté en ligne le 1er juin 2011 : http://id.erudit.org/iderudit/014045ar

Sausse, Simone, 1996, Le miroir brisé : l’enfant handicapé, sa famille et le psychanaliste, Paris, Calmann Lévy.

Scelles, Régine, 2002, « Penser l’atteinte du corps dans le lien à l’autre », Enfances & Psy, n° 20.

Scherrer, Valérie, 2007, « Practical Example for Successful Inclusion of Persons with Disabilities in a Humanitarian Emergency Situation : Disaster are always inclusive », communication à la conférence Persons with Disabilities in Humanitarian Emergency Situations, Bonn, 7-8 novembre.

UNAFAM, UNCCAS et UNA, 2008, L’accueil et l’accompagnement des personnes en situation de handicap psychique, Paris, Union nationale des amis et familles de malades psychiques, Union nationale des centres communaux d’action sociale et Union nationale de l’aide et des soins et des services au domicile.

Notes

1 Déclaration du Premier ministre Jean-Max Bellerive lors d’une conférence de presse à Port-au-Prince, le 12 janvier 2011. Les estimations initiales plus affinées proposées par Handicap International dés la fin janvier 2010 (encore les seules publiées à l’heure actuelle) mentionnaient entre 1 500 et 3 000 personnes ayant subi une amputation, et au total près de 15 000 personnes blessées graves et risquant de développer une incapacité permanente sans accompagnement effectif.

2 Cette compréhension sociale du handicap se reflète à travers des modèles comme le processus de production du handicap (Fougeyrolas et al., 1998) ou bien encore la classification du fonctionnement, du handicap et de la santé (OMS, 2001)

3 Pour l’aisance de la lecture, on utilisera pourtant tout au long du texte le terme « personne handicapée » en lieu et place de « personne en situation de handicap », sans dénier cette composante environnementale/sociale, essentielle.

4 Sue Eitel dans son rapport d’évaluation publié pour le compte de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) en mai 2010 estimait entre 30 et 40 le nombre total des professionnels de réadaptation haïtiens au moment du séisme (Eitel, 2010).

5 Les étapes classiquement identifiées du processus de deuil sont : le choc, le déni, la colère, l’abattement et la dépression, la résignation, l’acceptation.

6 Concept développé par Yvan Boszormenyi-Nagy (Michard, 2005).

7 Littéralement « bon à rien ».

Auteurs

Thomas Calvot est diplômé en kinésithérapie. Il a débuté sa carrière en services de réanimation, pédiatrie et consultations privées. En 2001, il effectue une première mission humanitaire au Tchad, puis en 2004 au Vietnam. Il rejoint Handicap International en 2005 après le tsunami de 2004, d’abord comme chef de projet en réadaptation, puis comme « voltigeur » pour la direction de l’action d’urgence. À partir de 2008, il regagne le siège international de l’association à Lyon où il est encore aujourd’hui référent technique « handicap et urgence » à la direction de l’action d’urgence. Outre une pratique assidue des terrains les plus variés et une couverture des dernières crises majeures (Indonésie, Irak, république démocratique du Congo, Sud-Soudan, Sri Lanka, Birmanie, Pakistan, Haïti), son parcours lui a donné le souci constant d’ancrer les pratiques de réadaptation dans une réelle compréhension des relations humaines et sociales et des coutumes locales. Il est l’auteur d’articles dont « Inclure les personnes en situations de handicap dans la réponse d’urgence à une crise : réagir face aux constats alarmants du terrain », Développement humain, handicap et changement social, revue du Réseau international sur le processus de production du handicap, vol. 18, n° 1, septembre 2009. tcalvot@handicap-international.org

Sarah Rizk est diplômée d’un master en psychologie clinique et psychopathologie. Son expérience dans le domaine de l’appui psychosocial a commencé en 2007 au Liban dans des centres sociaux de la banlieue sud de Beyrouth. Elle a poursuivi son parcours en 2008 avec un projet de support psychosocial pour les réfugiés irakiens du Liban, puis dans une institution s’occupant d’enfants des rues et de migrants. En 2010, elle rejoint les équipes de Handicap International en Haïti, pour mener à bien le projet d’appui psychosocial et de protection mis en place après le séisme par l’association. En 2011, elle devient chargée de mission « violences et protection » au siège de l’association. Elle continue ainsi d’apporter son appui à la dimension psychosociale des projets de Handicap International, aussi bien dans le champ de l’urgence que du développement, tout en multipliant les ressources et compétences de l’organisation en matière de prise en charge des risques spécifiques de violences, négligences et discriminations, auxquels sont confrontées les personnes en situation de handicap. rizk.sarah@gmail.com

Nathalie Herlemont-zoritchak est responsable du service Analyses et positionnement de Handicap International et chargée d’enseignement au Centre d’enseignement et de recherche en action humanitaire de Genève. Elle est politologue et a enseigné à l’université Lumière Lyon-2 et à l’université Paris-Sud-11. Membre du comité de rédaction de la revue Humanitaire. Enjeux, pratiques, débats, ses recherches et publications portent sur l’implication des ONG « sans frontières » dans les dynamiques conflictuelles, l’action humanitaire et de solidarité, les militaires, la sécurité, etc. nherlemont@handicap-international.org

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540