Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre IV - Éléments pour une reconstruction/refondation

Résilience et processus créateurs dynamiques : pour une reconstruction des jeunes1

Marjory Clermont Mathieu, Ronald Jean Jacques et Daniel Dérivois

Texte intégral

  • 1 Ce travail est issu d’une recherche, financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et réfé (...)

1À la suite du séisme du 12 janvier 2010, date importante dans l’histoire du peuple haïtien, beaucoup de familles ont été éclatées, perdues, déplacées. Dans une quête de survie, plusieurs de ces familles se sont regroupées et agglomérées dans des camps de fortune, souvent dans des conditions inhumaines. Cependant on observe que dans un tel contexte d’adversité, certains jeunes ont pu trouver des moyens de s’adapter positivement, de se ressourcer, de se reconstruire et même de se construire. Dans ce panorama, il est difficile de ne pas être interpellé par un tel phénomène qui, de toute évidence, donne l’impression de mettre à contribution des éléments internes et externes à ces jeunes.

2Cette réflexion théorique porte sur la résilience des jeunes Haïtiens victimes du traumatisme du 12 janvier 2010 et vivant dans des camps de fortune. Le terme « résilience » fait actuellement l’objet de nombreuses interprétations, en particulier dans le sens où la démarcation entre résilience et résignation semble parfois occultée. Au point qu’il nous apparaît utile de faire tout d’abord la distinction entre les deux notions.

Les mécanismes de la résilience

3La résignation implique une acceptation d’un vécu subi sans prise en compte de l’effet bénéfique qui peut en découler au point de sortir grandi, mûri. Dans ce contexte, il peut y avoir à long terme une victimisation de l’individu qui se perçoit comme sujet mais qui n’est pas considéré comme acteur dans ce qu’il vit.

4On s’intéressera ici plus spécifiquement aux mécanismes internes et environnementaux sollicités et aux éléments tuteurs mis à la disposition des jeunes leur permettant de se ressourcer, de grandir et de se développer. Bien que ce soit la notion de résilience comme processus dynamique qui retienne notre attention, il nous paraît important de faire ressortir la résilience à la fois comme trait et comme résultat. Paul Bouvier (2001) assimile un « tempérament résilient » à ce qui se manifesterait comme différents traits de caractères, tels que l’estime de soi, l’autonomie, une orientation sociale positive. Ann Masten, pour sa part, affirme que « la résilience se réfère à une classe de phénomènes caractérisés par de bons résultats en dépit de menaces sérieuses pour l’adaptation et le développement » (2001 : 227-238). Cette définition comporte certes l’avantage de suggérer de possibles opérationnalisations, mais elle nous confronte à des difficultés notables sur ce plan comme le soulignent Joëlle Lighezzolo et Claude de Tychey (2004). Nous nous garderons donc de les soulever puisque c’est la résilience en tant que processus qui nous concerne.

5La résilience est envisagée ainsi non plus comme un ensemble de traits caractéristiques, ni comme un résultat, mais dans une perspective développementale, se poursuivant tout au long de la vie. Si un large consensus existe aujourd’hui pour retenir cette conception de la résilience (Cyrulnik, 2001 ; Manciaux et al., 2001 ; Masten, 2001), il est à rappeler que cette perspective n’est pas seulement psychodéveloppementale, comme semble le suggérer Jacques Lecomte (2002). En effet, « la résilience est l’art de s’adapter aux situations adverses (conditions biologiques et sociopsychologiques) en développant des capacités en lien avec des ressources internes (intrapsychiques) et externes (environnement social et affectif), permettant d’allier une construction psychique adéquate et l’insertion sociale » (Anaut, 2008 : 34). Dans le contexte de l’après-séisme, la résilience atteste de la capacité déjà existante chez tout individu de procéder à l’utilisation de ses ressources.

6Pour ce qui est d’Haïti, les situations adverses sont diverses et peuvent éventuellement être antérieures au tremblement de terre. La population haïtienne ayant connu ces vingt dernières années des situations de catastrophe naturelle presque annuelles ainsi que de tensions politiques, sociales et économiques, il semble important de situer le traumatisme du 12 janvier 2010 dans le cadre d’un polytraumatisme. Les traumatismes antérieurs venant se greffer au traumatisme plus récent, il est inconcevable de ne pas prendre en considération ces multitraumatismes ou de les occulter du vécu de l’individu, selon l’idée qu’il se cliverait des expériences antérieures au tremblement de terre. À ce titre, ces multitraumatismes sont, soit les expériences vécues avant le tremblement de terre et/ou les conséquences qui les accompagnent, soit plus particulièrement le tremblement de terre de magnitude 7,1 sur l’échelle de Richter et les deuils multiples – plus de 200 000 personnes décédées ou disparues – qui en ont découlé, accompagnés de sentiments d’impuissance. Parmi eux : le spectacle de la population meurtrie, désespérée et livrée à elle-même ; la situation de précarité et de promiscuité – environ 1 500 000 personnes vivaient dans des abris de fortune dans des conditions inhumaines dont 600 000 y vivent encore près de deux ans après le séisme – ; la situation d’insécurité, de violence, de crise de gouvernance et d’éclatement des familles avec 600 000 déplacés vers les villes de province ; le sentiment de perte de repères qui a été vécu à ce moment ainsi que les sentiments suscités par le constat de l’effondrement des édifices symboles du pouvoir dans le pays – Palais national, palais législatif, palais de justice, cathédrale et autres églises de Port-au-Prince ensevelis sous des amas de décombres.

7Ces situations mettent à contribution les ressources internes des individus notamment celles des familles et des jeunes vivant dans les camps. Les ressources internes se rapportent aux ressources intrapsychiques et au travail de mentalisation que chaque individu peut effectuer. Faire référence aux ressources intra psychiques implique d’évoquer les mécanismes de défense mis en place pour faire face à cette situation d’adversité : ces mécanismes peuvent être de l’ordre de la dissociation, de la sublimation, du déni, du clivage, de l’humour, de la somatisation. Notons en particulier que les Haïtiens ont souvent recours à l’humour pour faire face à l’adversité. C’est ainsi qu’ils ont nommé le tremblement de terre « Goudougoudou » en référence au bruit que cela éveille en eux et qui pourrait signifier l’effet monstrueux et envahissant d’un événement qui prend de la place et qu’ils n’arrivent pas à maîtriser. Par ailleurs, le fait que les Haïtiens aient un rapport privilégié avec leur corps favorise les manifestations somatiques en réaction à des phénomènes qui peuvent être perçus comme envahissants. Cette observation fréquente dans le milieu haïtien fait assimiler le corps à un tambour de résonance. Par exemple, une lourdeur au niveau de la tête et de la nuque signifiera une dépression ou encore des douleurs abdominales communiqueront la peine et le désarroi dans une situation difficile. Le travail de mentalisation est une autre ressource interne. Il fait référence à une quête de sens, une opération de symbolisation, une scénarisation du trauma. Le fait de procéder à une mentalisation n’est cependant pas une assurance « tous risques ». Si l’on essaye de restituer le rôle de la mentalisation, on peut remarquer avec Philippe Bessoles « qu’engager un travail de représentation permet par ailleurs au sujet de scénariser son trauma comme lui donner un sens possible » (2001 : 21-25).

8Les ressources externes – telles que l’environnement social et affectif de l’adolescent, sa famille, la dynamique familiale, les types de relations établies dans la famille – ont un rôle important à jouer dans les moyens mis en place pour faire face aux difficultés rencontrées. Un adolescent responsabilisé au préalable dans ses relations familiales fera montre de plus de créativité et aura recours à des ressources internes et/ou externes qu’il aura identifiées en lui pour les avoir utilisées auparavant. Parmi les ressources externes, certaines institutions, telles l’Église, l’école, les groupes de pairs, qui représentent des figures stables de l’environnement, qui renforcent les liens d’attachement et de sécurité et qui sont significatives pour un jeune adolescent ont une place importante à jouer. Le niveau d’intégration du jeune va se refléter dans ses engagements et son implication dans les initiatives de ces différentes entités. Les compétences et habiletés sociales développées à la faveur des différentes situations et des liens établis avec les pairs peuvent être perçues comme des éléments constitutifs de la résilience, auxquels il peut avoir recours dans la gestion de situations adverses. Par exemple, les activités artistiques entreprises avec et par les jeunes Haïtiens vivant dans ces camps de fortune, telles que le théâtre, les jeux de rôle, la danse, le dessin ainsi que le transfert de certains apprentissages, ont grandement participé à la résilience de ces jeunes. Les modèles d’identification ou de contre-identification constituent également des facteurs pouvant moduler la résilience dont il est question.

La résilience, un processus dynamique

9La résilience est perçue ici comme un processus dynamique. Elle inscrit sa construction à l’interface entre le fonctionnement intrapsychique du sujet et sa réalité environnementale, avec les espaces intersubjectifs qu’elle mobilise, comme le soulignent Lighezzolo et Tychey (2004). Le processus dynamique se réfère à un changement évolutif qui se poursuit tout au long de la vie et il est envisagé ici dans une perspective développementale. Il est dynamique dans le sens où il n’est jamais définitivement acquis. Le jeune adolescent se construit dans le temps, à partir de l’intériorisation des expériences vécues. La résilience est donc fonction de l’évolution du sujet au cours de son développement. Elle est soumise à la temporalité et aux fluctuations de l’existence.

10Cela conduit à s’interroger sur les éléments qui pourraient participer à la promotion de la résilience dans un souci de prise en charge et/ou d’intervention psychothérapeutique dans la reconstruction, la refondation, sinon la réinvention de cette nouvelle Haïti, et à formuler l’hypothèse que l’intégration des jeunes Haïtiens dans la reconstruction du pays peut être un facteur de résilience.

11La promotion de la résilience dont il est fait mention comme élément d’un processus dynamique évolutif chez les adolescents ne peut être prise en compte qu’en faisant abstraction des valeurs culturelles, des représentations sociales identitaires, des croyances religieuses dans lesquelles nous, Haïtiens, nous nous ressourçons et puisons notre force. Les éléments constitutifs de notre manière de vivre, le vivre-ensemble, la vie communautaire, l’implication au niveau de la cité renforcent et facilitent l’intégration dans la reconstruction et favorisent le développement du leadership. Celui-ci va prendre corps et forme dans ce qui va être investi dans la reconstruction. Le fait d’initier et de participer à des activités qui relèvent des services offerts dans la communauté – et d’en avoir une reconnaissance par les pairs de cette communauté – vient confirmer et renforcer cette assurance dans la capacité à rebondir. Cela permet de donner un sens positif à l’événement vécu et de développer des stratégies adaptatives à la suite du traumatisme. Ces stratégies peuvent être considérées proportionnelles à l’investissement qui est fait pour la communauté.

12La question à se poser est comment un professionnel intervenant auprès des jeunes vivant dans des conditions inhumaines, peut rendre disponibles, à travers son travail de prise en charge, des tuteurs de résilience fonctionnant à la fois comme supports et étayage ? Y répondre demeure une entreprise malaisée, quand l’on considère que les déterminants et les processus en jeu dans la résilience n’ont à ce jour pas fait l’objet de définitions et de validations empiriques indiscutables. Bien que la formulation psychanalytique relative aux processus en jeu nous paraisse plus élaborée, nous tenterons de présenter les deux approches psychothérapeutiques préconisées : l’approche cognitivo-comportementale d’une part et la psychodynamique d’autre part.

  • 2 Coping : définit en psychologie cognitive les manières de faire face à un événement adverse.

13D’un point de vue cognitif et comportemental, il s’agit, selon Lighezzolo et Tychey (2004), de développer l’apprentissage de mécanismes cognitifs de traitement des situations traumatiques rencontrées par le sujet dans un premier temps et des supports externes de soutien social dans un second temps. En résumé, faciliter l’adoption d’un style de coping2 actif centré sur la résolution de problèmes face à une situation traumatique en vue de maximiser la probabilité de réussir à surmonter l’adversité rencontrée.

14Toujours selon les mêmes auteurs, l’approche psychodynamique regroupe, elle, les trois éléments suivants qui devraient mobiliser notre attention en tant que cliniciens :

  • le premier est la construction d’un lien d’attachement sécurisant ;
  • le deuxième, en lien avec le premier, est la nature du support identificatoire privilégié par le sujet en développement, susceptible de fonder à la fois sa sécurité et son identité ;
  • le troisième facteur à considérer renvoie aux ressources personnelles du fonctionnement intrapsychique du sujet. Il s’agit à la fois de son espace imaginaire et de ses capacités de mentalisation.

15Ces trois éléments participent à la construction de l’estime de soi, de la confiance en soi qui sont fondamentales dans le leadership. Le sentiment de sécurité développé à la faveur des liens d’attachement avec ses parents d’origine ou avec les substituts parentaux ou avec les donneurs de soins (caregiver) durant l’enfance permet au jeune de construire avec son environnement un lien grâce auquel il investira son milieu de vie parce qu’il se sera doté de la persévérance et de la mission de changer la situation des membres de la communauté, même après avoir vécu des événements difficiles.

16En conclusion, la résilience est une notion récemment conceptualisée dans le champ de la psychologie et de la psychopathologie. Son essor présente manifestement l’intérêt d’attirer l’attention sur l’aspect dynamique du devenir de chacun. Par son émergence récente dans ce champ, nous pouvons nous attendre à ce qu’elle ne soit pas exempte de controverses et de critiques. À ce titre, la situation des jeunes Haïtiens en situation d’après désastres continue à susciter des questionnements car elle ne fait pas, à ce jour, l’objet d’un consensus et qu’elle demeure en grande partie tributaire de l’aspect subjectif de chaque trajectoire de vie.

17En plus des ressources internes de chaque individu, les figures stables de l’environnement qui renforcent les liens d’attachement et de sécurité – écoles, Églises, groupes de pairs, etc. – ont une place importante à jouer. De même, l’engagement social et communautaire et l’implication au niveau de la cité renforcent l’assurance des adolescents dans leur capacité à rebondir, leur permettant de développer des stratégies adaptatives et facilitent leur intégration dans la reconstruction tant de leur devenir propre que de la communauté traumatisée.

18L’attention et le soutien portés aux adolescents constituent un des éléments clés de la refondation et sans doute de la réinvention d’une nouvelle Haïti.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Anaut, Marie, 2008, La résilience. Surmonter les traumatismes, Paris, Armand Colin, coll. « 128 ».

Bessoles, Philippe., 2001, « Processus originaires et facteurs de résilience », Synapse, 172, janvier : 21-25.

Bouvier, Paul, 2001, « Tempérament, risque et résilience chez l’enfant », in M. Manciaux et al., La résilience. Résister et se construire, Genève, Médecine et Hygiène : 42-55.

Cyrulnik, Boris, 2001, Les vilains petits canards, Paris, Odile Jacob.

Derivois, Daniel, Jean-Jacques, Ronald, Merisier, Gaston Georges, Mouchenik Yoram, Clermont-Mathieu, Marjory et Bika, Gildas, 2011, « Résilience et processus créateur chez les enfants et adolescents victimes de catastrophes naturelles en Haïti », L’autre. Cliniques, cultures et sociétés, vol. 12, n° 1 : 77-79.

Lecomte, Jacques, 2002, « Qu’est ce que la résilience ? Question faussement simple. Réponse nécessairement complexe », Pratiques psychologiques, 1 : 7-14.

Lighezzolo, Joëlle et de Tychey, Claude, 2004, La résilience. Se (re)construire après le traumatisme, Paris, In Press, coll. « Psych-Pocket ».

Luthar, Suniya, Cicchetti, Dante et Becker, Bronwyn, 2000, « The Construct of Resilience : A Critical Evaluation and Guidelines for Future Work », Child Development, vol. 71, n° 3 : 543-562.

Manciaux, Michel et al., 2001, La résilience. Résister et se construire, Genève, Médecine et Hygiène.

Masten, Ann S., 2001, « Ordinary Magic. Resilience Processes in Development », American Psychologist, vol. 56, n° 3 : 227-238.

Notes

1 Ce travail est issu d’une recherche, financée par l’Agence nationale de la recherche (ANR) et référencée ANR-RECREAHVI : # 2010 HAIT 002 01.

2 Coping : définit en psychologie cognitive les manières de faire face à un événement adverse.

Auteurs

Marjory Clermont Mathieu est professeure à l’Université d’État d’Haïti, membre fondatrice et secrétaire générale de l’Association haïtienne de psychologie, elle est détentrice d’un doctorat en psychologie clinique à l’université de Montréal. Depuis le 12 janvier 2010, elle intervient plus particulièrement auprès des survivants du séisme et organise des groupes de support pour le compte de plusieurs institutions nationales et internationales. Actuellement, dans le cadre de ses études postdoctorales à la TÉLUQ (l’université à distance de l’université du Québec à Montréal), elle entreprend des stages en ethnopsychiatrie à la clinique de psychiatrie transculturelle de l’hôpital Jean-Talon et à la clinique pédopsychiatrique de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont à Montréal. marjmat@hotmail.com

Ronald Jean Jacques est professeur à l’Université d’État d’Haïti depuis 1994, il est psychologue consultant en cabinet privé depuis 1994 et travaille pour plusieurs institutions telles que l’Association pour la promotion de la santé intégrale de la famille (1996-1998), le fonds des nations unies pour l’enfance (Unicef 2001-2003), la Banque interaméricaine de développement (2004-2008), l’Union européenne (2009-2011). Après le séisme, il a accompagné de nombreuses personnes traumatisées, en thérapie de groupe, en groupe de parole ou en thérapie individuelle. Il est président de l’Association haïtienne de psychologie. Il est auteur et coauteur de nombreuses publications sur l’éducation haïtienne, et depuis peu sur la santé mentale des Haïtiens et les psychotraumatismes. jeanjacquesr@yahoo.com

Daniel Dérivois est docteur en psychologie clinique et psychopathologie, licencié en sciences de l’éducation, maître de conférences en psychologie interculturelle à l’université Lumière Lyon-2 au Centre de recherche en psychopathologie et psychologie clinique. Responsable scientifique et coordinateur d’un projet de l’Agence nationale de la recherche sur les enfants et adolescents victimes en Haïti, il assure aussi la responsabilité pédagogique du régime « Contrat de formation personnalisé ». Psychologue clinicien dans le champ de la protection de l’enfance, ses recherches portent sur les trajectoires traumatiques et délinquantes de mineurs placés ou incarcérés, les liens drogue-crime, les processus de répétition et de symbolisation chez les individus déplacés et les problématiques interculturelles. Parmi ses publications : Psychodynamique du lien drogue-crime à l’adolescence. Répétition et symbolisation (L’Harmattan, 2004) et Les adolescents victimes-délinquants. Observer, écouter, comprendre, accompagner (De Boeck, 2010). daniel.derivois@univ-lyon2.fr

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable