Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre IV - Éléments pour une reconstruction/refondation

Chapitre IV. Éléments pour une reconstruction/refondation

Jean-Daniel Rainhorn

Texte intégral

1Comment reconstruire après une catastrophe aussi monstrueuse ? Au minimum, cela implique d’avoir des objectifs clairs, d’élaborer des stratégies dans lesquelles se reconnaît la majorité et de disposer de ressources humaines appropriées et de moyens financiers adéquats. Mais plus encore que cela, pour reconstruire, il est nécessaire de redonner du sens à un projet de vie – qu’il soit individuel ou collectif – et de faire évoluer les mentalités et les comportements. L’une des clés du futur pour les Haïtiens tient au fait de croire en un avenir commun. C’est pour ces raisons que ce chapitre traite plus particulièrement des conséquences psychiques et comportementales – souvent sous-estimées – du traumatisme que représente le séisme pour la population haïtienne et des nouveaux modes de pensée qui peuvent aujourd’hui émerger des ruines. Un terreau fertile pour de nouvelles énergies « constructrices ».

2S’interrogeant sur la notion et les contenus d’une « culture post-traumatique », Edelyn Dorismond souligne d’emblée que pour comprendre cette « société bouleversée », il faut établir « un diagnostic, celui des malaises ou des mal-être qu’ont suscités les catastrophes de 2010 ». Passant en revue les différentes formes de souffrances liées aux conséquences d’un événement qui a laissé « les gens nus dans un espace brisé », il questionne : « Quelle intériorité habite les Haïtiens après le tremblement de terre ? » Comment ont-ils vécu leur extrême « solitude face à l’État » et « le constat de [son] impuissance et de [son] incompétence » ? Quelles conséquences auront la défiguration d’un espace devenu inhabitable et l’effondrement des lieux symboliques comme le palais présidentiel, les ministères, la cathédrale et de nombreuses églises sur la représentation du « vivre-ensemble » ? L’impossibilité d’offrir un rituel funéraire digne à la plupart des victimes n’est-elle pas une « dette » aux morts qui risque de générer un sentiment de culpabilité et d’insécurité ? Comment alors « penser la possibilité de la “solidarité” au cœur d’une société trouée par la disparition d’autant de vivants » ?

3Au regard des souffrances endurées par la population haïtienne, si fortement imprégnée de religiosité, Philippe Chanson prend le risque « d’une interrogation à première vue incongrue pour ne pas dire impertinente » : « Le Bondieu est-il vraiment bon ? » Un questionnement qu’il rapproche de celui des philosophes qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, ont tenté de repenser Dieu face à l’impensable que fut la Shoah. S’appuyant sur un certain nombre de proverbes haïtiens, il montre que ceux-ci ont souvent deux faces et « peuvent faire basculer dans le fatalisme comme dans le plus grand des espoirs ». Quelle est aujourd’hui la perception de Dieu « ce référent central du croire, placé au cœur de la vie haïtienne » ? Le Bondieu a-t-il oublié Haïti ?

  • 1 Selon l’Unicef, les jeunes de 15 à 25 ans représentent près de quatre millions de personnes soit e (...)

4S’il est une réalité qui, contrairement à la religion, n’a pas toujours eu la place qu’elle méritait dans les préoccupations des dirigeants haïtiens, c’est celle de la jeunesse qui représente pourtant presque la moitié de la population1, de ces centaines de milliers de jeunes qui ont vu leur maison s’écrouler et dont « beaucoup de familles ont été éclatées, perdues, déplacées ». Une partie de ces jeunes se retrouvent aujourd’hui à vivre dans des camps de fortune. Un traumatisme, venu souvent s’ajouter à d’autres, à jamais gravé dans l’histoire de leur vie. Par quel moyen les faire participer à la reconstruction d’Haïti ? Leur donner un avenir haïtien ? À partir de leur expérience professionnelle, Marjory Clermont Mathieu, Ronald Jean Jacques et Daniel Dérivois montrent qu’il existe une importante capacité de résilience chez ces jeunes et que leur offrir aujourd’hui un « engagement social et communautaire [ainsi qu’une] implication au niveau de la cité […] facilite leur intégration dans la reconstruction ».

5Comment réconcilier les personnes blessées au cours du séisme et atteintes d’incapacités physiques « avec ce nouveau corps qui est désormais le leur » ? On sait aujourd’hui que le handicap est une question à la fois physique, psychique, sociale et donc culturelle. « Comment vais-je survivre… personne n’aide une kokobé » se lamente une jeune mère célibataire double amputée des bras. L’expérience de l’ONG Handicap International permet à Thomas Calvot, Sarah Rizk et Nathalie Herlemont-Zoritchak de montrer l’importance de ces différentes dimensions dans le travail de réinsertion des personnes qui sont – de longue date ou depuis le séisme – en situation de handicap. Sachant que pour beaucoup, le handicap est d’abord dans le regard des autres, ils interrogent : « Ce séisme si meurtrier a-t-il pu faire évoluer la perception du handicap aux yeux de la société haïtienne ? »

  • 2 L’importance exacte de la diaspora haïtienne n’est pas connue. Les chiffres varient selon les sour (...)

6Reste enfin une partie de la population haïtienne, la diaspora, au sein de laquelle l’on mesure encore mal l’importance du traumatisme qu’a représenté le séisme. Une population évaluée à deux ou trois millions de personnes2, disséminée dans le monde entier mais plus particulièrement aux États-Unis, en République dominicaine, au Canada, aux Antilles et en France. Quel rôle la diaspora peut-elle jouer dans la reconstruction ? D’emblée, Charles Ridoré prend soin de souligner qu’« il n’existe pas, au sein de la diaspora haïtienne, une unité de vision, de motivation et de stratégie quant à son rôle éventuel dans la reconstruction du pays » et qu’« il convient donc d’éviter à ce propos toute idéalisation ou généralisation abusive ». Cette diaspora est pourtant riche en ressources humaines : avant le séisme, elle transférait en Haïti, selon la Banque mondiale, de 1,2 à 1,4 milliard de dollars US soit plus de 20 % du PIB. Mais c’est une diaspora qui fait l’objet « d’une perception négative de la part des compatriotes restés au pays » et qui est reléguée « en marge de la vie sociale haïtienne ». Si ses potentialités la rendent légitime pour jouer un rôle significatif dans la reconstruction, l’auteur considère « qu’un processus préalable de réconciliation entre ces deux moitiés du pays » est une condition indispensable pour permettre la mobilisation de la diaspora. Le séisme le permettra-t-il ?

7Pour redonner du sens au désir de vivre-ensemble, Cary Hector propose ni plus ni moins que de « rebattre les cartes ». Il rappelle qu’en Haïti aujourd’hui, « aussi bien conceptuellement qu’historiquement, le noyau et lieu d’articulation des thématiques demeurent l’État ». La question de la refondation de l’État n’est pas nouvelle. Elle date de la chute de la dictature des Duvalier en février 1986, et la Constitution de 1987 en est la preuve formelle. De ce point de vue, le séisme n’aura pas eu « d’effet de césure voire de tabula rasa sur la pensée critique relative à la refondation de l’État ». Mais comment lui apporter des réponses concrètes alors la Commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti s’arroge une partie des pouvoirs régaliens de l’État et « que la représentation haïtienne n’y fait que de la figuration » ? Finalement pour « rebâtir notre pays de bas en haut », la question centrale n’est-elle pas de savoir comment d’abord reconquérir une souveraineté nationale ?

Notes

1 Selon l’Unicef, les jeunes de 15 à 25 ans représentent près de quatre millions de personnes soit environ 45 % de la population.

2 L’importance exacte de la diaspora haïtienne n’est pas connue. Les chiffres varient selon les sources. Le chiffre cité ici est celui avancé par l’ONU.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540