Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Haïti, réinventer l'avenir

 | 
Jean-Daniel Rainhorn

Chapitre III - La scène haïtienne au lendemain du séisme

Haïti, république des ONG1 : « l’empire humanitaire2 » en question

Pierre Salignon

Texte intégral

  • 1 L’expression est empruntée à Edmond Mulet, représentant spécial de l’ONU en Haïti (Coulon, 2010).
  • 2 L’expression est empruntée au professeur de droit Costas Douzinas pour qui l’humanitaire a remplac (...)

1Le 26 avril 2011, le Premier ministre du Japon, Naoto Kan, publiait dans le journal Le Monde une tribune au titre plein d’espoir : « Au Japon, la reconstruction a déjà commencé. » Seulement un mois après le grand séisme qui a ravagé l’est de l’île, suivi d’un tsunami dévastateur, il soulignait : « La reconstruction des zones dévastées ne sera pas aisée, mais je considère que ce drame représente une opportunité importante pour assurer la renaissance du Japon. »

  • 3 « Je parle d’un État “échoué” (et pas seulement en décomposition) parce que cet État n’a jamais fo (...)

2À la lecture de cet appel à « une reconstruction tournée vers l’avenir, qui donne aux gens l’espoir pour le futur » (Foessel et Worms, 2011), il m’a été difficile de ne pas penser aux conséquences d’un autre séisme, celui qui a ravagé Haïti le 12 janvier 2010, et aussi à la situation d’autres centaines de milliers de sinistrés, eux bien plus pauvres, qui, près de deux ans après la tragédie, continuent de survivre dans des conditions difficiles, sous les abris de fortune d’une capitale bidonville, dans un pays qui, selon certains, a « échoué3 » comme un navire à la dérive. Placé sous tutelle des Nations unies depuis plus de dix ans, Haïti est un pays particulièrement dépendant de l’aide internationale, et cette emprise s’est encore accrue après le séisme qui l’a mis à terre.

3M’appuyant sur plusieurs expériences de terrain dans des pays dévastés par des désastres naturels – ils ne le sont jamais totalement (Duflo, 2008b) –, et de plus en plus souvent de grande ampleur, je voudrais partager ici mon analyse de la situation en Haïti aujourd’hui et des dilemmes humanitaires qui la caractérisent, des questions qu’une telle situation me pose en tant que dirigeant d’une association médicale présente depuis tant d’années dans ce pays si démuni. Je le ferai en tentant de porter un regard aussi honnête et critique que possible sur les dérives de l’aide internationale et de cet « empire humanitaire » dénoncé de plus en plus souvent, vivant dans sa bulle, coupé trop souvent du monde qui l’entoure, sous couvert d’efficacité des secours ou par facilité. Assumant toutes les limites de ce délicat exercice d’introspection, je tenterai d’en tirer quelques enseignements.

Une mobilisation internationale exceptionnelle

  • 4 Lire aussi Stromberg et Eisensee, 2007.
  • 5 C’est aussi deux fois moins que les dons reçus pour venir en aide aux populations de la Nouvelle-O (...)

4La mobilisation internationale pour venir au secours des victimes de la catastrophe en Haïti a été exceptionnelle, démontrant une fois de plus que « plus on parle d’un désastre, plus il reçoit d’aide internationale » (Duflo, 2008a)4. À titre indicatif, seulement dix jours après le séisme, sous le coup de l’émotion médiatisée, les donateurs américains avaient déjà réussi à mobiliser 355 millions de dollars US de dons privés pour soutenir les premiers efforts de secours aux rescapés (Preston et Wallace, 2011). En comparaison, c’est quasiment trois fois plus que les dons récoltés début 2011, sur une période identique, en faveur des victimes du séisme au Japon (136 millions) et deux fois plus que les dons mobilisés après le tsunami de 2004 en Asie du Sud-Est (163 millions)5. Les donateurs privés ont été très rapides à réagir massivement.

5Une autre étude, plus précise encore et publiée un an plus tard (Lieu, 2011), a permis de montrer qu’au total au cours de toute l’année 2010 ce sont 1,4 milliard de dollars US qui ont été collectés sur le seul territoire américain en faveur des victimes du séisme en Haïti ; soit quasiment autant que les dons en faveur des victimes du tsunami en 2004 (1,6 milliard), ce qui n’est pas rien ; même si c’est moins que les collectes réalisées après les attentats du 11 septembre à New York (2,4 milliards) ou en faveur des victimes de l’ouragan Katrina aux États-Unis (3,3 milliards).

  • 6 Dans des proportions moins importantes, le réseau international de Médecins du monde a reçu 18,3 m (...)

6Parmi les principales organisations internationales ayant bénéficié de l’élan de générosité en faveur des sinistrés, on trouve plusieurs « multinationales du cœur » (Pech et Padis, 2004), à savoir : la Croix-Rouge américaine (479 millions de dollars US), Catholic Relief Services (159 millions), Partners in Health (82 millions), l’Unicef au travers de son bureau aux États-Unis (72 millions), Doctors Without Borders/Médecins sans frontières aux États-Unis (68 millions), le fonds Clinton-Bush pour Haïti (52 millions), World Vision (44 millions), etc.6.

7On aurait pu ainsi penser qu’en Haïti, comme au Japon, le séisme pouvait représenter une opportunité, aussi tragique soit-elle, pour changer le cours de l’histoire d’un des pays les plus pauvres du monde, et imaginer de le reconstruire « en mieux », comme le suggérait début 2010 l’ancien président américain Bill Clinton. On en est loin aujourd’hui. Le deuxième anniversaire de la catastrophe, le 12 janvier 2012, est une nouvelle occasion de faire un terrible constat : « On ne peut [toujours] pas parler de reconstruction » (Trouillot, 2011).

L’aide humanitaire critiquée

8Dans ce contexte de dépendance renforcée à l’aide internationale, celle-ci est désormais pointée du doigt, même si c’est elle, encore aujourd’hui, qui permet la survie des sinistrés. Les ONG et les acteurs humanitaires sont remis en question.

9Si l’aide d’urgence a permis un temps d’assurer la réponse aux besoins vitaux, ce qui est en cause, c’est que « lorsqu’elle devient structurelle, lorsqu’elle se substitue à l’État dans toutes ses missions, elle aboutit alors à une déresponsabilisation collective ». Le représentant de l’Organisation des États américains en Haïti ne mâchait pas ses mots alors qu’il quittait ses fonctions fin 2010 : « S’il existe une preuve de l’échec de l’aide internationale, c’est Haïti, où la communauté internationale a le sentiment de devoir refaire chaque jour ce qu’elle a terminé la veille », martelait-il (Métro Montréal, 2010). La critique n’est pas isolée. De nombreux intellectuels haïtiens ont dit leur colère face à ce qu’ils considèrent comme une « ingérence » dangereuse (Humanitaire, 2010).

10L’écrivain Lyonel Trouillot formule ainsi une critique sans détour : « L’action humanitaire porte en elle cette contradiction qu’en déclarant vouloir répondre à des problèmes d’urgence elle justifie en même temps sa propre existence. L’action ne vient pas aider, elle vient aussi faire preuve de sa nécessité. Il est dès lors impossible à l’humanitaire de penser sa disparition. » Il poursuit : « À cette contradiction d’exister pour aider et d’aider pour exister, s’ajoute une deuxième dont on voit les effets en Haïti. L’humanitaire peut avoir des partenaires locaux, mais il n’a pas d’égaux. Il pense seul les besoins des autres […] Il sait ce qu’il vient faire, ce qu’il faut faire […]. Sur place, il ne discute pas, il recrute. » Il termine : « L’humanitaire […] affaiblit un État déjà faible. » La parole, là aussi, est dure, certainement fille de la douleur, mais surtout de la crainte « qu’au jour où la plupart des ONG partiront, Haïti n’aura pas beaucoup changé » (Trouillot, 2010).

11La crainte est réelle. Il suffit de se rendre en Haïti pour revenir bouleversé par les souffrances accumulées et l’absence de perspectives, mais aussi choqué par l’omniprésence des acteurs humanitaires qui feraient bien d’envisager les effets induits, et parfois néfastes, de leur présence, aussi généreuse soit-elle.

Ne pas oublier les enseignements du tsunami en Asie du Sud-Est

  • 7 Dans le cas du tsunami en Asie (et certainement demain d’Haïti), la Cour des comptes en France a é (...)

12Avant même le séisme qui a ravagé Haïti, la communauté humanitaire avait dû tirer toutes les conséquences des opérations lancées pour venir au secours cette fois-ci des victimes d’un autre désastre médiatisé, le tsunami dévastateur qui a ravagé les côtes d’Asie du Sud-Est en 2004. Le drame vécu quasiment en direct, en pleine période de Noël, allait provoquer une mobilisation internationale sans précédent, suivie en France par une polémique sur l’usage des dons reçus par les associations caritatives nationales dans des volumes jamais observés. Je voudrais ici rappeler plusieurs leçons tirées de cette expérience, car elles éclairent, au-delà de cette crise, la gestion de ce type de catastrophe par tous les acteurs secouristes (ONG, pouvoirs publics, armées, entreprises, médias…) et aussi les dérives largement médiatisées7. L’ensemble du secteur a dû revoir et préciser ses pratiques, renforcer sa transparence.

13On occulte un peu systématiquement, sous le coup de l’émotion et des images tragiques, le fait que les secours les plus efficaces dans les heures suivant une catastrophe sont locaux. En Asie (comme en Haïti ou au Pakistan), les vies sauvées l’ont été avant tout par les voisins et les proches, par les médecins et les secouristes des régions frappées par la tragédie. Si, dans les premières heures, les autorités nationales ont été désorganisées et confrontées à des difficultés logistiques pour atteindre les zones sinistrées, leur mobilisation a été néanmoins réelle et massive pour faire face à l’urgence de la situation. En 2004, certains pays, comme l’Inde, ont tout simplement refusé – on s’en souvient – le déploiement des secouristes internationaux, appelant les ONG à un peu de modestie devant les capacités nationales de réponse à la tragédie.

  • 8 Je pense notamment au programme de réduction des risques de désastres lancé par Médecins du monde (...)
  • 9 Voir leur site Internet : http://www.unisdr.org

14Car, les humanitaires, pris ici dans un sens large, n’interviennent jamais sur des territoires vierges. Le premier niveau de dialogue et de négociation pour agir et évaluer les besoins se trouve au plus près de la tragédie, sur le terrain, dans des contextes souvent complexes (histoire, culture, situation sociale ou politique), en lien avec les autorités publiques et les communautés concernées. Au lieu de seulement penser à mobiliser mécaniquement les secours étrangers et à les « projeter » vers les zones touchées par la tragédie, il est tout aussi important et efficace de s’appuyer sur les capacités de réponse locales et régionales aux catastrophes, quand elles existent ; et quand ce n’est pas le cas, il serait judicieux de les développer avant de nouvelles tragédies. À côté d’initiatives déjà lancées dans ce sens par certaines ONG8, c’est l’objectif que se sont assignées depuis 2005 les Nations unies au travers de la Stratégie internationale de prévention des désastres (ISDR)9. On peut dire, sans se tromper, que si Haïti avait été mieux préparée, les effets du séisme y auraient été sans doute réduits.

15L’émotion suscitée par un drame médiatisé ne peut, à elle seule, justifier le lancement de programmes d’assistance. La tragédie en Asie du Sud-Est a démontré que ce n’est pas parce que le public se mobilise et que des sommes faramineuses sont alors collectées, que l’argent est (sera) automatiquement bien utilisé, ou qu’il doit être absolument dépensé. La polémique sur l’usage des dons a éclairé les responsabilités bien différentes entre ONG et acteurs étatiques ou entreprises, et les moyens dont ils disposent durant les phases d’urgence et de reconstruction. Même si l’on ne peut totalement comparer les crises provoquées par le tsunami en Asie et le séisme en Haïti, laisser croire dans les deux cas que les ONG, se substituant à l’État (aux États), ont les compétences requises pour reconstruire une ville de plusieurs dizaines de milliers d’habitants est mensonger. L’analyse des besoins à couvrir n’implique donc pas automatiquement la même réponse selon les acteurs concernés, et aussi selon ce que demandent les autorités politiques nationales, et selon leurs propres capacités à agir. « Sauver des vies » – c’est ainsi que les ONG de l’urgence revendiquent leur mission – nécessite d’agir vite, c’est vrai. Mais cela ne peut justifier toutes les substitutions. Malgré un élan de solidarité sans précédent, le tsunami a été marqué par des dérives et du gaspillage. Il s’agit juste d’en être conscient, en particulier quand surviennent des urgences dites « CNN », ces catastrophes largement médiatisées dans le monde entier.

16En 2004, le « cirque humanitaire » a été dénoncé face à l’absence de coordination entre tous les acteurs. Bien heureusement, avec la reconstruction des zones affectées, des témoignages positifs sur les actions entreprises ont été aussi recueillis. Mais, le sentiment s’est développé « qu’une partie de l’argent collecté n’a pas été distribuée » et « a simplement permis aux ONG de s’enrichir » (Salignon, 2009a). La perception des humanitaires s’est dégradée au sein même des populations bénéficiaires de l’assistance, comme au Sri Lanka, où les autorités ont eu beau jeu ensuite d’accuser la communauté humanitaire de tous les maux pour mieux la contrôler, alors même que des massacres de masse accompagnaient la fin du conflit contre la rébellion tamoule dans le nord du pays (Salignon, 2009b). En Haïti, le même processus de défiance est désormais à l’œuvre.

17Le tsunami a enfin souligné qu’une meilleure articulation entre secouristes était nécessaire, durant la phase dite d’urgence. Des règles éthiques minimales devraient les guider dans la réalisation de leur mission et la prise en compte des intérêts des populations. Les Nations unies se sont engagées depuis, avec plus ou moins de succès, dans une réforme humanitaire de grande ampleur afin d’améliorer la réponse aux urgences et la coordination ; certains observateurs allant plus loin et appelant à la mise en place d’un processus de certification des ONG, voire de fusion entre plusieurs d’entre elles pour réduire le nombre d’intervenants (IRIN, 2010).

18Ces quelques enseignements rappelés, le séisme en Haïti comporte des éléments spécifiques qu’il convient maintenant de souligner.

Compassion planétaire et tutelle extérieure : les Haïtiens spectateurs10 de la réponse à l’urgence

  • 10 Voir Salignon et Larché, 2010.

19Si le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti a été dévastateur et meurtrier, le désastre humanitaire et sanitaire qui a suivi était prévisible. La pauvreté généralisée et l’impréparation générale ont grandement favorisé ses effets : surpopulation d’une capitale bidonville, faible qualité des constructions, système de santé démuni, inégalités sociales et précarité, corruption, État défaillant… Sans oublier, comme le souligne le chercheur Christophe Wargny, que, « l’humanitaire constituait déjà un tiers du produit intérieur brut (PIB) en 2009 […]. Après des années supposées faciliter son développement, l’État haïtien dépendait encore à 60 % des institutions internationales pour équilibrer son budget ordinaire » (Wargny, 2011).

20Encore une fois, la coordination entre les différentes organisations internationales, les équipes de protection civile et les forces armées déployées a été l’objet de toutes les critiques et de toutes les attentions. Largement médiatisée, leur arrivée massive et désordonnée a rapidement provoqué, dans la confusion, une saturation de l’aéroport de Port-au-Prince et des axes routiers d’accès à la capitale. L’acheminement des secours s’en est trouvé retardé. Pouvait-il en être autrement devant une telle catastrophe ? On peut en douter face à l’ampleur du drame dans un pays déstructuré. Mais les difficultés de coordination ont été réelles, laissant penser que rien n’avait changé depuis le « cirque humanitaire » déjà observé en 2004 en Asie. D’autant que la nébuleuse humanitaire présente en Haïti est pour le moins complexe : « Au milieu des agences des Nations unies, dix mille associations de solidarité soutiennent Haïti depuis le monde entier. Plus d’un millier opère sur place. La moitié est inconnue de l’État, mais leurs logos identifiés par tous les Haïtiens », notait un connaisseur avisé de la crise (ibid.). Sans compter les évangélistes, scientologues et ONG religieuses aussi actives dans le pays, ces « missionnaires du chaos agissant partout en Haïti pour apporter de l’aide et professer la bonne parole » (Losson, 2010).

21Malgré ce déferlement de compassion planétaire, ce sont les Haïtiens, il faut ici le redire, qui, dans les premières heures, se sont pourtant organisés avec leurs propres moyens pour dégager leurs proches des décombres, dénombrer les victimes et les enterrer, tenter d’avoir accès aux soins auprès des structures médicales encore fonctionnelles ou installées dans l’urgence. Les volontaires étrangers déjà présents ont certes participé aux secours, mais l’essentiel de la solidarité a été porté par les Haïtiens.

22Avec délai, et alors que se retiraient les équipes de sécurité civile étrangères venues porter secours à leurs ressortissants ensevelis notamment sous les débris de l’hôtel Montana, les secours commencèrent massivement à atteindre les sinistrés et les blessés, installés dans des camps de fortune, en pleine rue, totalement démunis, quasiment sans accès à l’eau, aux soins, à la nourriture. Le soutien structurel et direct à l’État haïtien a été néanmoins minimisé par quasiment tous les intervenants étrangers, et l’aide s’est trouvée concentrée sur la capitale Port-au-Prince et ses environs – où les besoins étaient certes les plus importants – au détriment des zones rurales, elles, délaissées.

23Les États-Unis ont rapidement pris les devants pour restaurer le trafic aérien et contrôler l’aéroport de Port-au-Prince, un nombre important de soldats américains et de casques bleus se déployant pour renforcer la sécurité et faciliter l’acheminement de l’aide. « C’est l’opération de secours la plus importante jamais lancée », déclara alors le président américain Barack Obama. Les mécanismes de coordination s’organisèrent progressivement sous l’égide des Nations unies, en lien avec les forces américaines. Ils oublièrent malencontreusement là aussi d’intégrer les Haïtiens dans ce dispositif. La problématique cruciale du contrôle des secours par des autorités civiles nationales se trouva ainsi balayée d’un revers de main sous prétexte d’une meilleure efficacité de l’aide.

24Or, dans ce contexte, la perception d’une volonté de mise sous tutelle, réelle ou non, du pays par les gouvernements et secouristes étrangers, était de nature à faire resurgir d’anciens contentieux coloniaux, dans lesquels, depuis l’accession à l’indépendance d’Haïti, la France et les États-Unis portent une part importante de responsabilité. L’expérience nous a pourtant démontré qu’aucun État dévasté ou presque ne s’est jamais totalement reconstruit de l’extérieur. C’est pourquoi la mise en place d’une coordination civile internationale de l’aide, dans laquelle l’État et la société civile ont par définition une place prépondérante, aurait dû être une priorité. Le représentant des Nations unies en Haïti chercha bien à préserver « l’illusion de la gouvernance » par l’État haïtien, mais dans la pratique, celle-ci se retrouva placée sous le contrôle des Nations unies et des États secouristes.

Aider Haïti à sortir de la dépendance humanitaire11

  • 11 Voir Salignon et Evrard, 2010.

25Il est important de rappeler qu’après le séisme la dépendance aux humanitaires est devenue encore plus forte qu’elle ne l’était déjà avant. C’est donc une question centrale de l’après-séisme. Pour reconstruire, tout le monde sait qu’il faudra du temps et de l’argent, celui promis par les États bailleurs de fonds lors de la conférence de New York, en mars 2010, soit 10 milliards de dollars US.

26Un an après le séisme, on n’en prenait pas le chemin. L’ONG Oxfam et Amnesty international, début janvier 2011, tiraient la sonnette d’alarme (Bernard et Salignon, 2010) et imputaient le manque de progrès dans la reconstruction du pays « à une combinaison handicapante d’indécision de la part du gouvernement d’Haïti, de poursuite trop fréquente de leurs propres priorités d’aide par les pays donateurs riches et du manque d’énergie de la commission intérimaire pour la reconstruction d’Haïti », ajoutant « la commission n’a pas été à la hauteur de son mandat […] près d’un million de personnes vivent encore dans des tentes ou sous des bâches et les centaines de milliers d’autres qui vivent dans les décombres de la ville (ou dans des camps placés sous perfusion de l’aide extérieure) ne savent toujours pas quand ils pourront rentrer chez eux » (Salignon, 2010).

27En attendant, l’élan de solidarité internationale a injecté rien qu’en 2010, entre 2 et 3 milliards de dollars US dans l’économie haïtienne. Cette aide massive et spontanée – en majorité des dons privés, il faut le rappeler – représente presque la moitié du PIB 2010 d’Haïti (6,5 milliards, en 2009, moins la contraction de 8,5 % due au séisme). Une perfusion sans précédent pour une opération humanitaire internationale dans un pays aussi pauvre (Evrard, 2010).

28Cet argent, on ne peut le nier, a sauvé et continue de sauver encore des vies. Abris, nourriture, eau potable, soins de santé, les services offerts par les organisations humanitaires sont massifs et essentiels, même si la situation des sinistrés reste très précaire. Il a aussi créé des dizaines de milliers d’emplois – on les estime à 150 000 – et fait donc vivre des centaines de milliers de familles haïtiennes sur un train de vie sans commune mesure avec la réalité du marché local du travail.

29Mais cette manne humanitaire a eu aussi des effets déstabilisateurs sur l’économie. Elle a fait monter les prix (de l’immobilier en particulier), donc généré un risque d’inflation salariale et créé de nouvelles distorsions sociales. Elle a ébranlé notamment le système haïtien de médecine de classes. La gratuité généralisée des soins, qui a heureusement suivi le tremblement de terre, l’arrivée des secours d’urgence, l’ouverture en masse de dispensaires, cliniques et hôpitaux mobiles par les ONG, parfois, il faut le dire, devant leurs portes, ont condamné aussi à la fermeture nombre d’établissements privés, épargnés ou pas par le séisme, mais sans plus de ressources après avoir, eux aussi, fourni leur part de l’aide aux sinistrés. C’est ici l’un des paradoxes du séisme en Haïti. Grâce à l’intervention temporaire des humanitaires, les plus pauvres n’ont jamais été aussi bien soignés tandis que les plus riches, qui étaient les seuls avant le séisme à pouvoir accéder à toute la gamme des soins, ont dû s’expatrier pour se faire soigner selon leurs standards habituels. Le séisme a fonctionné comme un miroir des inégalités sociales passées.

30Il reste que l’État haïtien lui-même, tout en disant vouloir mieux contrôler les acteurs humanitaires, ne souhaite pas les voir réellement partir, trop conscient des lendemains incertains. Il n’y a pas de différence ici avec d’autres catastrophes naturelles médiatisées. Dans la majorité des cas, c’est moins d’un quart des promesses des bailleurs internationaux (les États et les institutions financières internationales et régionales), faites sous le coup de l’émotion, qui sont effectivement versées. Pourquoi en serait-il autrement à Haïti ?

  • 12 Voir les articles de Brauman, 2010 ; Allier, 2011 et Gurrey, 2011.

31D’autant que les contraintes sont nombreuses. Rien ne sert de se cacher la terrible réalité. Celle d’un État toujours à terre et clientéliste, qui ne se relèvera peut-être pas. Celle des États membres de la communauté internationale qui, faute d’un État stable, n’envisagent, semble-t-il encore, l’assistance à Haïti qu’au travers des programmes d’urgence. Celle des humanitaires, des secouristes étrangers, bien heureusement toujours actifs sur le terrain pour aider la population, mais dénonçant eux-mêmes désormais une réponse internationale inadaptée face à l’épidémie de choléra, importée de surcroît par des soldats népalais de l’ONU12. Celle enfin des secouristes submergés par l’immensité de la tâche qui leur est confiée, dans les faits bien au-delà de leurs réelles responsabilités et capacités en matière de reconstruction et de lutte contre la pauvreté, dans un pays exsangue, et « à construire » (Salignon, 2011a) tout simplement.

Une bulle humanitaire prête à exploser ?

32Si rien ne vient le relayer en due proportion, l’élan de solidarité initial, né au lendemain du 12 janvier 2010, apparaîtra alors pour ce qu’il était en réalité, une « bulle humanitaire ». Avec le risque demain de provoquer un nouveau séisme, celui-ci économique et social.

33C’est certainement l’une des raisons qui a conduit, le 25 juin 2011, l’envoyé spécial adjoint de l’ONU pour Haïti, Paul Farmer, à plaider en faveur de l’octroi direct de l’aide internationale à l’État haïtien « afin d’accélérer la reconstruction, de renforcer les institutions, de créer des emplois et d’améliorer les services publics ». La demande est importante alors qu’un rapport américain a mis en doute le nombre de victimes du séisme de janvier 2010 (RFI, 2011), risquant d’affecter les efforts du nouveau président haïtien pour obtenir les fonds de la reconstruction promis par la communauté internationale.

34« Le fait que 99 % du financement de secours contourne les institutions publiques haïtiennes rend le leadership du gouvernement d’autant plus difficile », souligne Paul Farmer dans l’introduction de son rapport publié le jeudi 23 juin 2011. Il remarque que le flux financier de l’aide devrait « se concentrer sur la création d’un secteur public robuste et d’un secteur privé sain, de façon à offrir des opportunités significatives aux citoyens ». Ainsi il devrait « transiter par l’État haïtien afin que les Haïtiens soient en mesure de disposer de ces fonds », poursuit-il. « Près de 99 % de l’aide d’urgence postsismique a été décaissée vers des agences humanitaires bilatérales ou multilatérales, la Croix-Rouge, des fournisseurs de services non étatiques, des ONG, et des contractants privés », précise-t-il (Farmer, 2011).

35Constatant que plus de 60 % des fonds promis pour les exercices cumulés 2010 et 2011 demeurent non décaissés, le rapport précise que l’aide des bailleurs bilatéraux et multilatéraux demeure une ressource beaucoup plus importante que les recettes internes du gouvernement haïtien, de l’ordre de 130 % en 2009 et 400 % en 2010, selon les estimations.

36Le constat fait par Paul Farmer sonne comme un ultime appel, près de deux ans après la tragédie, à ce que les promesses faites aux Haïtiens soient tenues. Or, rien n’a jamais été moins sûr alors que « l’instabilité politique persistante décourage désormais l’aide internationale » (Salignon, 2011b : 283).

37On peut aujourd’hui noter certaines évolutions inquiétantes et imaginer ce qu’il risque de se passer demain. En 2011, selon un scénario observé ailleurs, l’injection humanitaire est déjà moins généreuse. Le dispositif des secours reste important mais a commencé à s’adapter, à « se rétracter ». Dans le champ de la santé pour ne prendre que cet exemple, des cliniques mobiles et fixes ont commencé à fermer. L’offre de soins commence à se réduire et, pour une part, à redevenir payante, ce qui ne peut qu’exclure de nouveau les plus pauvres malgré les déclarations politiques annonçant le contraire. Faute de pouvoir transférer des activités aux autorités nationales ou locales, des programmes d’assistance ferment. En 2012, il ne restera rien ou presque de la perfusion unique par ses proportions qui a suivi le séisme si, d’ici là, l’État haïtien et la communauté des États ne prennent pas le relais efficace de l’élan humanitaire initial. L’inertie actuelle du gouvernement et de l’administration, les retards de la Commission intérimaire de reconstruction d’Haïti (CIRH), tout comme la réticence des États à verser l’argent n’augurent rien de bon. Le leadership politique, l’expertise, les projets concrets, réalistes continuent à manquer. Émergeront-ils à la faveur de l’arrivée au pouvoir du nouveau président, Michel Martelly ? Et même si c’était le cas, il faudra du temps pour qu’ils diffusent un surplus de croissance et de richesse dans l’ensemble de l’économie haïtienne.

38Si la bulle humanitaire explose, ce sont encore et toujours les plus faibles qui en paieront le prix le plus fort. L’opportunité de sortir Haïti de la pauvreté s’éloignera alors définitivement. Comme on peut le constater actuellement avec l’épidémie de choléra, à chaque nouvelle catastrophe qui frappera le pays, seules des réponses ponctuelles prises dans l’urgence et sans anticipation seront opposées. Les inégalités héritées de la catastrophe s’en trouveront renforcées. Le séisme du 12 janvier n’aura été qu’une tragédie de plus dans l’histoire d’Haïti.

39Et déjà, l’attention des acteurs humanitaires et de l’opinion publique mondiale se détourne d’Haïti pour regarder vers la Corne de l’Afrique et la famine (Salignon, 2011c)…

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Allier, Marie-Pierre, 2011, « De l’importance de connaître les origines de l’épidémie de choléra en Haïti », LeMonde.fr, 12 janvier.

Bernard, Olivier et Salignon, Pierre, 2010, « Haïti : Tenez vos promesses ! », LeMonde.fr, « Idées », 7 décembre.

Brauman, Rony, 2010, « Faiblesses du dispositif anti-choléra à Haïti, il faut soigner par la réhydratation intensive », Le Monde, 24 novembre.

Buch, Hans-Christoph, 2011, « Haïti : littérature et politique », entretien, Esprit, janvier.

Coulon, Jocelyn, 2010, « Haïti : la république des ONG », Le Nouvelliste, 8 octobre 2010, document disponible en ligne :http://www.lenouvelliste.com/article.php?PubID=1&ArticleID=84437

Duflo, Esther, 2008a, « Bihar, Nouvelle-Orléans, même désastre », Libération, pages « Rebonds », 9 septembre.

— 2008b, « Il faut donner pour les Birmans », Libération, pages « Rebonds », 13 mai.

Evrard, Luc, 2010, « Sortir Haïti de la dépendance humanitaire », Humanitaire, supplément, décembre.

Farmer, Paul, 2011, Has Aid Changed ? Channelling Assistance to Haiti before and after Earthquake, New York, Office of the Special Envoy for Haiti, juin, document disponible en ligne : http://www.haitispecialenvoy.org/download/Report_Center/has_aid_changed_en.pdf

Foessel, Michaël et Worms, Frédéric, 2011, « Le japon dans la catastrophe, la catastrophe est-elle une politique ? », discussion, Esprit, mai.

Gurrey, Béatrice, 2011, « Le Choléra, tueur de masse impuni », Le Monde, 3-4 juillet 2011.

Humanitaire, 2010, « Dossier Haïti : sortir de la dépendance humanitaire ? », décembre.

irin, 2010, « Are Humanitarians Learning the Lessons from Haiti ? », 29 octobre, document disponible en ligne : http://www.guardian.co.uk/global-development/2010/oct/29/apply-lessons-learned-from-haiti

Laferrière, Dany, 2011, Tout bouge autour de moi, Paris, Grasset.

Lieu, Derek, 2011, « Haiti Earthquake Fundraising, One Year Later », The Chronicle of Philanthropy, 7 janvier.

Losson, Christian, 2010, « Déluge d’illuminés en Haïti », Libération, 27 janvier.

Métro Montréal, 2010, « Le représentant de l’OEA demande d’arrêter de jouer avec Haïti », 22 décembre, document disponible en ligne : http://www.haitian-truth.org/le-representant-de-l%E2%80%99oea-demande-d%E2%80%99arreter-de-jouer-avec-haiti/

Pech, Thierry et Padis Marc-Olivier, 2004, Les multinationales du cœur. Les ONG, la politique et le marché, Paris, Seuil, coll. « La république des idées ».

Peck, Raoul, 2010, « La situation actuelle en Haïti est le résultat d’un immense jeu de quilles qui a maintenant cessé de faire sens », Humanitaire, « Haïti, sortir de la dépendance humanitaire », décembre, document disponible en ligne : http://humanitaire.revues.org/index883.html

Preston Caroline et Wallace, Nicole, 2011, « Giving for Japan Disaster Now Tools More that $136 Million », The Chronicle of Philanthropy, 21 mars.

rfi, 2011, « Un rapport remet en cause le nombre de victimes du séisme en Haïti », 1 er juin, document disponible en ligne : http://www.rfi.fr/ameriques/20110601-rapport-remet-cause-le-nombre-victimes-seisme-haiti.

Salignon, Pierre, 2009a, « Quelles leçons tirer du tsunami de 2004 ? », Youphil.com, 29 décembre, document disponible en ligne : http://www.youphil.com/fr/article/01417-quelles-lecons-tirer-du-tsunami-de-2004?ypcli=ano

— 2009b, « Sri Lanka, compter les morts : les représentations humanitaires en question ? », Humanitaire, décembre.

— 2010, « Haïti, chronique d’une désillusion », document disponible en ligne : http://www.youphil.com/fr/article/02644-haiti-chronique-d-une-desillusion?ypcli=ano.

— 2011a, « Entretien avec Pierre Salignon. Haïti : construire ou reconstruire ? », Diplomatie, n° 50, mai/juin 2011.

— 2011b, « Haïti, les soixante mille du camp aviation », entretien, 6 mois. Le XXIe siècle en images, n° 1, printemps/été.

— 2011c, « Dans le piège humanitaire somalien », 27 juillet, document disponible en ligne : www.slateafrique.com/18309/piege-humanitaire-somalien-famine-aide-crise-shebab

— et Evrard, Luc, 2010, « Aider Haïti à sortir de la dépendance humanitaire », tribune, Le Monde, « Analyse et Débats », 7 août 2010.

— et Larché, Jérome, 2010, « Haïti, fausses promesses et vrais dangers », 25 janvier, document disponible en ligne : http://www.slate.fr

Stromberg, David et Eisensee, Thomas, 2007, « News Floods, News Droughts, and U. S. Disaster Reliefs », Quaterly Journal of Economics, vol. 122, n° 2.

Trouillot, Lyonel, 2010, « Regards d’Haïti, avis d’Haïtiens », Humanitaire, « Dossier, Haïti : sortir de la dépendance humanitaire », décembre.

— 2011, « Les Haïtiens ne sont pas écoutés », Le Monde, 9-10 janvier.

Wargny Christophe, 2011, « Haïti entre Dieu et ONG », Le Monde diplomatique, janvier.

Notes

1 L’expression est empruntée à Edmond Mulet, représentant spécial de l’ONU en Haïti (Coulon, 2010).

2 L’expression est empruntée au professeur de droit Costas Douzinas pour qui l’humanitaire a remplacé la civilisation. L’empire humanitaire est le nouveau visage d’une vieille figure : la globalisation. « Les mouvements humanitaires s’organisent à l’image du marché, transformant la souffrance humaine et les droits humains en marchandises », dit-il précisément (cité dans Peck, 2010).

3 « Je parle d’un État “échoué” (et pas seulement en décomposition) parce que cet État n’a jamais fonctionné » (Buch, 2011).

4 Lire aussi Stromberg et Eisensee, 2007.

5 C’est aussi deux fois moins que les dons reçus pour venir en aide aux populations de la Nouvelle-Orléans frappées par l’ouragan Katrina en 2006 (740 millions de dollars US).

6 Dans des proportions moins importantes, le réseau international de Médecins du monde a reçu 18,3 millions d’euros – il s’agit en majorité de dons privés, mais aussi de subventions publiques dans une moindre mesure. Plus de 11 millions ont été dépensés en 2010 et 8 millions sont engagés pour 2011.

7 Dans le cas du tsunami en Asie (et certainement demain d’Haïti), la Cour des comptes en France a été amenée à conduire un audit financier sans précédent de l’ensemble des associations ayant alors bénéficié de la générosité du public, afin de renforcer la transparence financière. Voir le rapport de la Cour des comptes, disponible en ligne : http://www.ccomptes.fr/fr/CC/documents/COFAGP/RapportTsunami.pdf

8 Je pense notamment au programme de réduction des risques de désastres lancé par Médecins du monde à Madagascar, voir sur Internet : http://www.medecinsdumonde.org/Publications/Publications/Les-rapports/A-l-international/Synthese-de-capitalisation-Madagascar

9 Voir leur site Internet : http://www.unisdr.org

10 Voir Salignon et Larché, 2010.

11 Voir Salignon et Evrard, 2010.

12 Voir les articles de Brauman, 2010 ; Allier, 2011 et Gurrey, 2011.

Auteur

Juriste de formation et membre du comité de rédaction de la revue Humanitaire. Enjeux, pratiques, débats, il est directeur général de Médecins du monde. Il a travaillé avec la section française de Médecins sans frontières (MSF) entre 1992 et 2007. Après avoir occupé des postes à responsabilités sur le terrain et au siège de l’organisation, il a été directeur général de MSF entre 2003 et 2007. Entre 2008 et 2009, il a collaboré à l’Organisation mondiale de la santé en tant que directeur du Health and Nutrition Tracking Service, un partenariat inter-agences visant à améliorer la collecte et l’analyse de données de santé et de mortalité en période de crise. Ces vingt dernières années, il a acquis une profonde expérience des institutions humanitaires et internationales, et des questions de santé publique en France et à l’étranger. Ses recherches et publications portent principalement sur les conflits armés et les pratiques humanitaires. Il collabore régulièrement avec le média en ligne Youphil (www.youphil.com). pierre.salignon@medecinsdumonde.net ou salignonp@gmail.com

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable